Quimby the Mouse – Chris Ware – Ed. L’association

Coup d’œil dans le rétro (janv. 2010) – 40×30

Quimby the Mouse est un album kaléidoscopique constitué de travaux que Chris Ware publia au début des années 1990 dans The Acme Novelty Library, une revue qu’il avait lui-même créée.

En France, son terrain d’exploration graphique hors normes attire rapidement l’attention des éditions L’Association, qui à leur tour s’en emparent.

Album inclassable parmi les inclassables, au contenu éclectique, loufoque, complexe, Quimby The Mouse est, au gré de l’humeur de son auteur, composé de bandes dessinées animalières (Larry le chat), de héros masqués (type Superman), d’anti-héros (Jimmy Corrigan), de fac-similés de The Acme, d’encarts publicitaires détournés, de conseils « scientifiques » déjantés et de mille autres choses encore.

Chris Ware ©
Chris Ware ©

Les planches, majoritairement en noir et blanc, alternent avec celles aux couleurs fortes ou bien tirant sur le pastel. Les unes sont d’une densité foisonnante – 40 à 70 cases par planche, voire plus (prévoyez une bonne loupe !), les autres sont plus minimalistes, comme si Chris Ware avait voulu laisser au lecteur le temps de reprendre son souffle. Avec ou sans loupe, la surprise est au détour de chaque page : scènes potaches, impertinence, pertinence, autodérision, amertume, réminiscences…

En résumé, que vous soyez ou non familier de l’univers baroque de Chris Ware, équipez-vous et partez le nez au vent à l’aventure ! 68 p., 33 €

Anne Calmat

JPEG - 174.7 ko
Chris Ware ©
Extrait de {Quimby the Mouse}, Chris Ware
Chris Ware ©



Google Play

Le culte de Mars – Mobidic – Ed. Delcourt

Copyright Mobidic / Delcourt – Depuis le 17 juin 2020

Mars, planète de tous les fantasmes. Il est vrai que le nom guerrier que lui a attribué l’astronome qui l’a découverte invite à sa conquête. Mais qui va la conquérir ? Ou plutôt, qui a conquis l’autre la première ? Dans les années 1960, les scientifiques américains s’interrogeaient sur l’origine des phénomènes étranges observés à de multiples reprises dans le ciel. Ils furent suivis un peu plus tard de témoignages d’atterrissages d’objets en forme de soucoupes inversées, puis de contacts avec leurs occupants. Les astrophysiciens n’excluaient pas que ces « unidentified flying objects » puissent venir de Mars. Des commissions furent créées un peu partout dans le monde, dont les conclusions s’accordaient sur le fait que dans un certain nombre de cas, rien n’indiquait qu’il puisse s’agir de témoignages subjectifs, nés d’esprits dérangés.

Voilà qui nous ramène au Culte de Mars, dont la couverture représente une fusée faite de bric et de broc, sur les performances de laquelle il serait difficile de parier un kopeck. Un homme, Hermès, collecteur et gardien des savoirs anciens tient serré contre lui un épais volume, que l’on imagine être précieux. Où sommes-nous ? De toute évidence sur la Terre. Mais à quelle époque ? La société que dépeint l’auteure dans un style flamboyant semble passablement divisée et chaotique ; on pense plutôt à des temps reculés.

Mobidic remet rapidement les pendules à l’heure…

Plusieurs décennies ont passé depuis le départ des colons, la vie sur Terre a repris ses droits, mais parmi ceux qui sont restés, un grand nombre s’accroche à l’idée que « Mars est le paradis et qu’ils ont été oubliés en enfer ». Ils n’ont en outre pas oublié la trahison de leurs semblables, c’est pourquoi ils ont construit cette fusée qui devrait, le moment venu, leur permettre de rejoindre la planète rouge.

Mais en quoi ce potentiel exode se justifie-t-il ? Ne serait-il pas plus sage, maintenant que sont cicatrisées les blessures infligées à la planète bleue par les générations précédentes, de miser sur cette bonne vieille Terre, tout en veillant à ne jamais reproduire les erreurs du passé ? De plus, qu’est-ce qui prouve que les pionniers d’antan sont arrivés à bon port ?

Pour la petite et probablement la grande Histoire, l’été 2020 verra partir trois missions robotiques vers Mars. Des étapes nécessaires avant que l’Homme ne puisse, peut-être, se rendre un jour sur la planète rouge. Si certains prétendent que cela pourrait arriver très vite, d’autres assurent qu’il faudra encore être patients. La NASA se serait déjà attelée au projet, tout comme l’Agence Spatiale Européenne.

Anne Calmat

112 p. 18,95 €

Depuis mai 2015 aux éditions Delcourt

De la même auteure

Roi Ours : un conte au graphisme soigné et vivant, aux couleurs éclatantes et généreuses, une ode à la tolérance, au partage et au respect d’autrui, pour narrer le destin sombre et hors norme d’une jeune fille, appartenant à une tribu polythéiste de la forêt.

L’odyssée d’Hakim (T.3) – De la Macédoine à la France – Fabien Toulmé – Ed. Delcourt

Depuis le 3 juin 2020 – Copyright F. Toulmé / Delcourt

Ce troisième et dernier volume débute par une rencontre entre Fabien Toulmé et les élèves d’un lycée du sud de la France. Le T. 3 de L’Odyssée d’Hakim n’a pas encore été publié, l’auteur leur fait un résumé des deux précédents, répond à leurs questions, met un certain nombre d’éléments en perspective, puis rejoint Hakim, afin de poursuivre et clore une longue conversation entamée en octobre 2016. (v. Archives, mai 2020)

Hakim décrit alors les dernières étapes d’un périple qui a duré quatre ans, jusqu’à cet ultime et éprouvant voyage à travers plusieurs pays de transit, qui va les mener, son tout jeune fils Hadi et lui, de la Macédoine à la France. Il évoque les longues marches de nuit avec d’autres réfugiés : ne pas se faire repérer, rester groupés pour faire échec aux brigands venus les dépouiller, ne pas oublier de se faire enregistrer dans les pays traversés, mais sans se tromper sur la nature de l’attestation de passage – demande d’asile ou simple laisser-passer ? Trouver où se laver, où se restaurer, pourvoir aux besoins du petit Hadi dont la vie lui est plus chère que la sienne, faire une halte chez l’habitant pour une nuit que l’on espère paisible. Et voir le maigre pécule qu’il avait emporté fondre comme neige au soleil.

Il y a eu des rencontres heureuses et celles qui l’étaient moins, des policiers bienveillants prêts à tendre la main, et les autres. Il y a eu des pays qu’il aurait fallu éviter, et ceux qui facilitaient la vie des migrants. « En Autriche, on avait l’impression d’être traités comme des personnes qui avaient une valeur, par opposition à la Hongrie où on se sentait comme des animaux, des criminels.» Il y a eu de grandes peines, des fausses joies, puis l’ineffable bonheur d’être tous réunis. Ensuite, le principe de réalité a eu beau rattraper Hakim, il saurait faire face.

Fabien Toulmé

Un sans faute comme d’habitude de la part de Fabien Toulmé, dont l’immense talent tient à la justesse de son écriture et à sa capacité nous faire partager son empathie. Nous sommes aux côtés de ses héros, nous les suivons pas à pas, partageons leurs attentes et leurs déceptions. Un témoignage puissant sur ce que c’est qu’être humain dans un monde qui parfois oublie de l’être.

Anne Calmat

304 p., 24,95 €

Extrait d’interview de Fabien Toulmé (© Delcourt).

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans cette dernière partie du récit ?

Chaque étape, prise de façon individuelle, est déjà très forte et doit être très dure à vivre, mais ce qui m’a le plus marqué c’est justement l’enchaînement, sans répit, de toutes ces étapes. Comment Hakim, avec un enfant qui savait à peine marcher, a-t-il pu endurer tout ce voyage en ne dormant quasiment jamais et dans des conditions très rudes ? J’avoue que je suis admiratif de sa force et de son courage.

D’ailleurs globalement, qu’est-ce qui t’a le plus étonné chez Hakim ? Et dans son récit ?

En plus de ce que je viens de dire, je pense que c’est sa résilience. Sa capacité à faire de l’humour sur des moments durs de son parcours. Et je suis également impressionné par sa patience, le temps qu’il a pris pour me raconter, en détail, pendant plus d’un an et demi, toute son histoire.

Voir aussi « Ce n’est pas toi que j’attendais » (Archives mars 2017) et « Les deux vies de Baudoin » (idem)

The Nobody – Jeff Lemire – Ed. Futuropolis

Depuis le 22 juin 2020 – Copyright J. Lemire / Futuropolis

Pour l’écriture de cet album, Jeff Lemire s’est inspiré du roman de G.H. Welles, Homme invisible (publié en 1897). Fasciné par les conquêtes de la science au 19è siècle, Wells y décrivait la destinée d’un homme, le physicien Griffin, qui avait découvert un moyen de rendre transparents les tissus, y compris les cellules vivantes. Après avoir expérimenté le procédé sur lui, il s’était aperçu que ses vêtements et la nourriture qu’il absorbait demeuraient visibles. Une solution s’était alors offerte à lui, le temps de trouver la formule qui lui rendrait son apparence : des bandelettes sur tout le corps, des lunettes noires et un chapeau.

La bande dessinée – captivante de la première à la dernière planche – met ici l’accent sur la quête d’identité et la destruction toujours possible d’une communauté, jusque-là paisible.

Dans The Nobody, un dénommé John Griffen débarque dans une petite bourgade et se rend à l’unique motel du coin. Il ne passe pas inaperçu. La nouvelle de l’irruption de cette « momie ambulante » au sein du paisible Large Mouth se répand comme une trainée de poudre et les difficultés ne tardent à fondre sur lui. Conscient de l’hostilité que sa présence suscite, l’homme sans nom opte pour un confinement quasi permanent dans ledit motel. Pour Vickie (la narratrice), une ado solitaire qui rêve d’un ailleurs, l’inconnu symbolise à lui seul le mystère fantasmé du monde extérieur. Un soir elle frappe à sa porte, John laisse entrer celle qui lui a sauvé la mise en lui permettant de venir chercher quotidiennement ses repas au restau de Large Mouth. Il lui confie qu’il est là dans l’unique but de poursuivre en toute tranquillité des travaux scientifiques, dont il lui livre la teneur.

Vérité ? Mensonges ? L’homme est-il ce qu’il prétend ? Beaucoup en doutent. Que fuit-il ? Jeff Lemire lève les voiles les uns après les autres, cependant que le pouvoir de nuisance des idées reçues fait lentement son œuvre et que la paranoïa gagne les esprits. Dans un monde où la différence n’a pas sa place, la disparition d’une serveuse va suffire pour que Griffen soit tout naturellement désigné comme le seul coupable possible, et traqué comme tel. Son sort sera-t-il aussi dramatique que celui subi par son « prédécesseur », le physicien Griffin ?

Anne Calmat

Jeff Lemire

Jeff Lemire (né le 21 mars 1976 dans le Comté d’Essex) est un auteur de bande dessinée canadien. Il publie à la fois pour la scène alternative et pour le grand groupe DC Comics, où il est principalement scénariste. Jeff Lemire est né et a été élevé dans le comté d’Essex (Canada), près du Lac Saint-Claire. Il a étudié le cinéma, puis décidé de poursuivre dans le comics quand il a réalisé que sa personnalité solitaire ne collait pas avec le métier de réalisateur. The Nobody, sorti en 2009, est une réédition.
144 p., 20 €

Roberto & Gélatine Cache-cache – Germano Zullo – Albertine – Ed. La Joie de lire

Depuis le 9 juin – Copyright G. Zullo, Albertine / Joie de lire

Les temps changent. Autrefois on aurait dit d’un tel album qu’il s’adresse aux jeunes de 7 à 77 ans, aujourd’hui, on peut affirmer qu’il parlera aux lectrices et lecteurs de 4 à 88 ans. Un sacré vol-plané ! Les plus jeunes, qui adorent qu’on leur raconte encore et encore la même histoire, se reconnaîtront dans celle-ci ; il n’est en outre pas exclu que les plus anciens essuient une larmichette en la partageant avec leurs petits démons (et merveilles).

Les souvenirs remonteront alors à la surface…

Comme Roberto, vous êtes plongé(e) dans un roman passionnant, au plus fort de l’action, et voilà que votre petit-fils ou votre petite-fille vous réquisitionne pour une partie de cache-cache. « Je n’ai pas le temps de jouer » lui dites-vous. Mon œil ! Vous avez beau protester, rien n’y fait. Vous capitulez, tout en tentant de ne pas perdre la face : « Alors juste une fois, après tu me laisses tranquille !» Vous faites alors semblant de chercher, en vous parlant à vous-même : « Ça ne peut pas être là, l’espace est trop petit ! » « Peut-être dans ce coffre… Non… Alors derrière la porte de la salle de bains… Tiens, c’est bizarre, tous les vêtements qui étaient dans le panier en osier sont maintenant éparpillés par terre… »

Vous entendez un rire étouffé, vous faites la sourde oreille, vous apercevez l’extrémité d’un pied qui dépasse d’un énorme coussin, vous passez votre chemin. Tout cela fait partie d’un rituel auquel grands et petits se plient avec un égal bonheur.

L’album concocté par Germano Zullo et Albertine – un enchantement ! – perpétue avec élégance et espièglerie ce moment de partage, dont on a eu un jour ou l’autre la nostalgie. C’est tout simple, plein de poésie et de vitalité ; le duo Germano Zullo & Albertine fonctionne cette fois encore à la perfection. (v. aussi Archives BdBD : Le Président du monde, Les Oiseaux et le premier opus de Alberto et Gélatine).

Délicieux comme une pomme d’amour.

Anne Calmat

88 p., 14,90 €

Nous étions les ennemis – George Takei – Steven Scott- Justin Eisinger – Harmony Becker – Ed. Futuropolis

Depuis fin mai 2020 – Copyright Futuropolis

Suite de l’attaque surprise du Japon contre la base américaine de Pearl Harbor, qui aura pour effet de décider les USA à participer à la Seconde Guerre mondiale, 120 000 Américains d’origine japonaise seront emprisonnés dans des camps par le gouvernement de F.D. Roosevelt. C’est cet épisode historique, vécu par un jeune enfant, Georges Takei, qui nous est ici donné de découvrir.

Après avoir fait connaissance de la famille Takei, nous assistons dans un premier temps à la mise à l’écart des soi-disant « ennemis des Etats-Unis » et à leur installation dans des stalles d’écurie « qui sentent le crottin ». Une expérience aussi humiliante que dégradante, se souvient George. Nous assistons ensuite à leur transfert, en octobre 1942, avec des milliers d’autres familles, dans un camp d’internement appelé « centre de relogement », situé dans l’Arkansas.

Il faut prendre ses marques, positiver, les parents des trois enfants savaient faire : « On part en vacances » a dit Norman Takei à ses petits. On pense au film de Roberto Benigni, La vie est belle (1997).

Au camp Rohwer, la population est hétérogène, Norman est convaincu de la nécessité de former une communauté soudée, avec un porte-parole. Ce sera chose faite. Les enfants s’adaptent à leur nouvelle vie, se font des copains, accueillent les premières neiges avec joie. Noël est là. Un faux père Noël japonais fait son apparition, le petit George n’est pas dupe, mais il ne laisse rien paraître.

Puis vient le temps où les « assignés à résidence » doivent prendre position, remplir un questionnaire, prouver leur loyauté envers un pays qui les a traités de « sales japs », enfermés dans des camps entourés de barbelés et ne leur a ‘accordé la nationalité américaine qu’avec parcimonie et suspicion.

Le faire reviendrait à reconnaître le bien-fondé du traitement qu’ils subissent, et le cas échéant accepter d’aller trucider ceux dont ils sont issus. Certains cocheront la case « yes », pas les Takei. Tous les objecteurs de conscience seront envoyés au camp Tule Lake en Californie, plus dur que le précédent. Mais, au détour d’une projection, le petit George découvrira cette chose inouïe qu’est le cinéma…

George Takei, alias le capitaine Hikaru Sulu dans la série « Star Trek »

La suite de ce roman introspectif, tout en sobriété, est à découvrir. Absolument.

George Takei n’est plus acteur, mais il reste un infatigable militant en faveur de la justice sociale, de l’égalité devant le mariage des LGBTQ… et contre la personne de Donald Trump. Avec cette autobiographie dessinée, dans laquelle il revient sur ses années passées dans les camps d’internement, c’est une autre facette de sa personnalité qui nous est ainsi livrée..

Anne Calmat

206 p., 25 €

Falloujah Ma campagne perdue – Feurat Alani – Halim – Ed. Steinkis, Coll. Témoins du monde

Falloujah Ma campagne perdue inaugure la nouvelle collection des éditions Steinkis : « Témoins du monde ».

Sortie en mars 2020 – Copyright F. Alani, Halim / Steinkis

2004, quelques semaines après la bataille de Falloujah, le journaliste franco-irakien, Feurat Alani, arrive clandestinement en Irak, où il retrouve ses oncles paternels. Les autorités irakiennes ne souhaitent pas que la presse étrangère vienne « fourrer son nez » dans leurs affaires, c’est à dire constater de visu ce qu’est devenue la Cité des mosquées au lendemain de l’opération Phantom Fury menée par l’armée américaine et appuyée par le gouvernement intérimaire irakien. Ce que précisément, il est venu faire.

Des milliers de soldats ont alors encerclé la ville, en représailles à une révolte sanglante de la population, liée à leur non-respect des traditions religieuses du pays occupé.

p. 53

Feurat Alani va recueillir les témoignages de civils et de combattants irakiens. Cette succession de récits, entrecoupée de souvenirs de nuits passées à compter les étoiles filantes sur le toit de la maison familiale lorsque, enfant, il venait de France passer ses vacances à Falloujah, nous mène progressivement à l’objet de ce roman graphique : les forces armées envoyées par Gorges W. Bush (celui-là même qui en octobre 2002 avait accusé Saddam Hussein de posséder des armes de destruction massive) ont-elles largué des bombes au phosphore blanc et à l’uranium appauvri sur la cité des mosquées en 2004, comme l’apparition presque concomitante de cancers, de leucémies et de bébés mal formés à la naissance, semble l’attester ? Alani en aura par la suite la confirmation en poursuivant ses investigations auprès d’anciens Marines.

p. 69

Il va de soi que ce manquement à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques de 1992 participera à l’émergence l’État islamique quelques années plus tard, les hautes instances irakiennes s’étant refusé à endosser une quelconque responsabilité dans ce qui est advenu après le départ de l’armée US, laissant alors les dissensions s’installer entre les tribus, et des groupes plus ou moins extrémistes, s’imposer.

« Des manifestations ont démarré à la sortie de Falloujah. Cet endroit a été surnommé « la Place de la Dignité ». Tout le monde, ici, proteste contre le gouvernement de Bagdad. Détruite puis délaissée et ostracisée depuis des années, Falloujah implose et malheureusement des drapeaux noirs apparaissent dans la foule. » p. 126 ©

p. 81

Un album bouleversant, pour lequel la force indéniable du récit-reportage de Feurat Alani, associée au montage graphique dense et expressif, presque cinématographique d’Halim – beaucoup de gros plans, qui sont comme autant de zooms sur une population qui a vu l’enfer s’abattre sur elle – donnent d’emblée ses lettres de noblesse à la nouvelle collection des éditions Steinkis.

Anne Calmat

126 p.,18 €

Profession Solidaire -Jean-François Corty – Jérémie Dres -Marie-Ange Rousseau – Ed. Steinkis

Copyright J-F Corty, J.D, M-A R /Ed. Steinkis – En librairie depuis le 4 juin 2020

La question migratoire est au cœur du discours politique et médiatique en France et en Europe, souvent traitée sous un angle sécuritaire où se côtoient fantasme, peur et données erronées…
Au cours de son expérience au sein de diverses ONG, Jean-François Corty a sillonné le monde (Erythrée, Afghanistan, Niger, Iran…) et la France qui est aussi, aujourd’hui, un terrain d’actions humanitaires. Souvent interrogé en tant qu’expert de la question, ce roman graphique lui permet de livrer différemment son témoignage. Sa parole est plus libre que sur les plateaux télévisés… et la déconstruction des clichés d’autant plus efficace.


Les auteurs :
Médecin et diplômé en anthro­pologie politique, Jean-François Corty est engagé depuis près de vingt ans au sein d’ONG hu­manitaires et médico-sociales en France et à l’international. Cofon­dateur du label indépendant Lelia Productions, il a publié en 2018, avec Dominique Chivot, La France qui accueille (Les Éditions de l’Atelier) et avec Didier Tabuteau, Pratique et éthique médicales à l’épreuve des politiques sécuri­taires (Sciences Po Les Presses, 2010).

Jérémie Dres vit et travaille à Pa­ris. Diplômé des Arts Décoratifs de Strasbourg, il est l’auteur de trois romans graphiques : Nous n’irons pas voir Auschwitz (Cam­bourakis, 2011), Dispersés dans Babylone (Gallimard BD, 2014) et Si je t’oublie Alexandrie (Steinkis, 2018). Parallèlement, il réalise des reportages BD courts pour la presse dans des revues comme XXI, Neon, Phosphore ou Muze. Profession solidaire, est le premier ouvrage qu’il scénarise sans le dessiner.

Née en banlieue parisienne en 1990, Marie-Ange Rousseau a toujours aimé dessiner et raconter des his­toires. Attirée par les histoires de vie et les récits historiques et engagés, elle a reçu avec Jessica Oublié le Prix de la BD politique France Culture 2018 pour leur roman graphique Péyi an nou (Steinkis, 2017).

128 p., 18 €

Livre audio : Femmes sans merci – Camilla Läckberg – Odile Cohen – Actes Sud

Sortie du livre et du livre audio le 3 juin 2020 –
Archives sept. 2019

Où l’on retrouve Camilla Läckberg et son interprète, Odile Cohen.

Ici la violence qui s’exprimait dans La cage dorée a monté de plusieurs crans. Les héroïnes de Femmes sans merci vont peut-être mettre un peu de temps avant de décider que leurs bourreaux ne méritent pas de vivre, mais aucune ne faiblira le moment venu.

Odile Cohen
Camilla Läckberg

Le livre est construit comme un puzzle dont les pièces dévoilent peu à peu des moment vie de trois femmes : Viktoria, Birgitta et Ingrid. Elles ont en commun d’être à la merci d’un époux qui les maltraite. Si deux d’entre-elles se côtoient, chacune ignore ce que l’autre subit. Il y a le malotru, l’obscène revendiqué qui prend celle qui partage sa vie pour une esclave sexuelle doublée d’un paillasson ; il y le sadique qui veille à ne pas frapper là où les ecchymoses pourraient se remarquer ; il y a aussi l’arriviste, celui qui « se sert », qui exploite, puis trahit sans le moindre état d’âme celle qui lui a tout donné.

Sûrs d’eux-mêmes et dominateurs, ces trois-là ne verront rien venir…

Qui a écrit La vengeance est un plat qui se mange froid ?

A.C. – 3 h17 d’écoute, 15,99 €

Le Dictateur – Ximo Abadia (suivi de) Papi Gaga & Tu te souviens… – Ed. La Joie de lire

Copyright X. Abadia / La Joie de lire

Comme il devient simple en parcourant cet album d’expliquer le concept de dictature aux jeunes enfants ! Il suffit dans un premier temps de savoir dessiner un carré, un rectangle, un cercle, un triangle et un général haut comme trois pommes et fluet comme un roseau (tout le monde connaît la fable de La Fontaine,Le chêne et le Roseau). Ajoutez au tableau des couleurs pétantes et lancez-vous.

Le héros de cette histoire a fait une fixation sur les carrés, au point de considérer que tous ceux qui aiment les autres figures géométriques sont des ennemis du peuple, c’est à dire ses ennemis.

« Il interdit ce qui n’était pas carré. » – « Et les autres finirent sous terre. »

Donnez-lui une once de pouvoir et il leur volera dans les plumes, donnez-lui le pouvoir absolu et ses sbires les enverront au cachot ou les aligneront face à un peloton d’exécution. Ceux qui n’auront pas eu la force de protester regarderont ailleurs, d’autres préfèreront l’exil dans un pays où les rectangles et leur clique ne sont pas regardés de travers. Du moins, espèrent-ils.

Dans le cas présent, celui qui nous occupe, un dénommé Franco – dont on a hélas un peu trop oublié qu’il fût l’égal de ses deux copains, Hitler et Mussolini, et non un général d’opérette – a fait édifier une statue monumentale à sa gloire afin que chacun sache qu’il est le seul Maître à bord. Il le restera pendant trente-neuf ans, sans qu’aucun État n’intervienne, et s’accrochera comme un damné à la vie pour ne pas quitter la scène.

« Il existe une sorte de « pacte de l’oubli », qui est en fait une récompense pour ceux qui ont participé à la dictature et un manque de respect pour toutes les personnes décédées. Cette période importante de notre histoire est à peine enseignée, dans certains livres universitaires, elle n’occupe que dix lignes », s’insurge Ximo Abadia. « Il est important que les jeunes sachent qui était le dictateur, sa mentalité et les exactions qui ont eu lieu pendant cette période. Nous ne pouvons pas grandir sans connaître notre passé. » (itv radiophonique)

Important aussi de savoir repérer les mécanismes de la dictature, ce livre ne pointant pas uniquement l’Espagne du passé mais bien tous les pays qui la subissent aujourd’hui, ou bien qu’elle menace.

Simple, efficace : tout est dit en très peu de mots. 56 p., 16,90

Anne Calmat

Parutions récentes

Roman illustré de Márcia Abreu, illustrations Lalimola / La joie de lire Copyright- 112. p.,9,90 €

Papi Gaga a peut-être un peu perdu la tête – un peu seulement ! – mais il a conservé l’essentiel : l’enthousiasme, la fantaisie et le goût de l’improvisation. De quoi ravir son petit-fils bien-aimé et nous entraîner à leur suite dans un voyage qui restera sûrement un de ses plus beaux souvenirs d’enfance pour Jéjé.

Papi et Jéjé

Délicieux ! A.C.

Album illustré de Zoran Drvenkar et Julia Bauer : La Joie de lire Copyright – 40 p., 22,90 €

« Tu te souviens quand nous sommes partis à l’aventure et que la route n’en finissait plus ? » « Tu te souviens quand les nuages ont rapproché leur tête et que tout à coup, il a fait sombre et que la pluie s’est mise à tomber ? Alors nous avons cherché un abri et vu un arbre qui écartait largement ses bras, comme un gardien de but guettant le ballon. » « Tu te souviens quand les vaches ont couru vers nous (…) quand les chiens ont débouché au coin de la rue et n’ont pas voulu nous laisser passer ? »

Ceux qui ici se souviennent sont en âge d’être grands-parents. Mais quel que soit l’âge de celle ou celui qui découvrira cet album, ces moments de partage, faits de petites frayeurs et de grands bonheurs, vécus avec l’ami(e) du moment ou peut-être celle ou celui de toujours, lui reviendront en mémoire. A.C.

Livres lus : Olivier Py – Elisabeth Mazev – Actes Sud audio

Parution simultanée de la nouvelle édition des Mille et Une définitions du théâtre, chez Actes Sud-Papiers. audio, mai 2020 – Copyright Actes Sud

Notre rencontre audio avec l’auteur et son interprète débute par ces mots :

Pour écouter ce livre, il faut accepter qu’il n’a pas de chronologie et qu’il peut être lu dans tous les sens, que ce qui est appelé ici théâtre n’est pas entièrement circonscrit à l’art dramatique, qu’il formule obstinément les potentialités révolutionnaires ultimes, qu’il s’agit d’un livre sur la vérité comme expérience, que les dialogues présentés ici sont des exercices pratiques, qu’il n’appartient à aucune forme littéraire, qu’il est pour la jeunesse un poison mortel (…)

Enivrons-nous donc – sans distinction d’âge – de ce « poison mortel », jusqu’à nous retrouver 210 minutes plus tard face à un ultime aphorisme, le mille et unième, qui dit : Le théâtre est le piège où je prendrai la conscience du roi.

Les Mille et une définitions du théâtre est donc tout à la fois un recueil d’aphorismes, une anthologie poétique et une suite de réflexions dramaturgiques, au cours desquelles les deux complices se donnent la réplique avec une jubilation évidente.

http://boulevarddelabd.com/wp-content/uploads/2020/05/2012.11.11_02.09_01.mp3

Elle et lui nous font voyager à travers les siècles et, tels d’habiles jongleurs, ils manient l’envolée lyrique, le persiflage, la métaphore, ou bien sèment à tous vents références littéraires et historiques. On ressort comblé de cette immersion dans ce puits (presque) sans fond de méditations et de souvenirs propres à nous offrir de beaux moments d’évasion.

Le théâtre est ce qui permettra à d’aucuns de dire au dernier soir : J’ai vécu ! Et ils le diront certainement avec une sorte de rage endiablée, de sourire vainqueur. Et la mort y verra une suprême impolitesse.

Anne Calmat

Durée d’écoute : 3h34 / Prix : 14,99€


Lecture dans la maison Jean Vilar de quelques unes des « Mille et une définitions du théâtre » par Olivier Py et Elizabeth Mazev, festival d’Avignon 2013.

Écrivain, metteur en scène et comédien, Olivier Py crée ses propres textes depuis 1988 avec sa compagnie, L’Inconvénient des boutures. Directeur du CDN d’Orléans/Loiret/Centre de 1988 à 2007, directeur de l’Odéon-Théâtre de l’Europe à Paris de 2007 à 2012, il dirige le Festival d’Avignon depuis septembre 2013. Olivier Py a publié quatre romans chez Actes Sud. L’essentiel de son œuvre théâtrale est éditée chez Actes Sud-Papiers.

“Montée” à Paris à vingt ans avec son ami d’enfance Olivier Py, Élizabeth Mazev participe durant vingt ans à ses créations. Son chemin croise également celui de Jean-Luc Lagarce, Valère Novarina, David Lescot, Caterina Gozzi, François Berreur… Ses textes sont édités aux Solitaires Intempestifs.

L’Anxiété Quelle chose étrange – Steve Haines – Sophie Standing – Ed. Çà et Là

Coup d’œil dans le rétro
En librairie le 15 mars 2019 – 32 p.,12 € – Illustrations  © S. Standing/ Ed. çà et là

L’anxiété est non seulement étrange, elle est aussi fort désagréable à ressentir. Mais qui un jour n’a pas été anxieux ? 

Mal d’un siècle ou accélération du temps qui semble nous laisser sur le talus ? Insécurité face à un environnement perçu comme menaçant ? Inquiétude face à une paix devenue incertaine ? Ou destin de l’homme confronté au mystère et à l’absurde ?

L’anxiété doit se distinguer des troubles obsessionnels compulsifs (TOC), de la crise de panique, des phobies et de l’anxiété généralisée. Il est aussi curieux d’apprendre que « L’anxiété est une bonne chose que les psychopathes ne connaissent pas ». (Jon Ronson), et qui plus est, qu’elle nous préparerait à ne pas verser dans l’excès de confiance. La limitation de l’hubris est en effet une préoccupation qui nous vient de la Grèce antique.

Steve Haines nous propose une synthèse du phénomène, remontant aux causes, explorant les différents troubles et proposant des remèdes au quotidien. 

Nous apprenons ainsi que l’anxiété est « une réaction naturelle à la perception d’une menace qui se manifeste aux plans cognitif (les pensées se bousculent), physiologique (activation du système nerveux autonome) et comportemental (fuite) ». Reste à savoir pourquoi certains sont plus anxieux que d’autres, et pourquoi même, il en est qui ne le sont jamais… C’est à confronter à nombre de causes qui peuvent avoir à faire avec un passé tourmenté, un présent peu sécurisant, un mauvais état physique ou des habitudes de vie malsaines.

Après avoir vu ce qu’en disent les philosophes, comme Kierkegaard qui y voyait un vertige de la liberté, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, une angoisse existentielle, on apprend aussi que les neuroscientifiques, plus optimistes, proposent de dépasser notre biologie pour embrasser une « liberté radicale » via une connaissance des émotions. 

L’auteur brosse un tableau très complet de la construction émotionnelle, en montrant les différents mécanismes en jeu et la complexité de l’ensemble. On pourrait se sentir découragés, il n’en n’est rien. Quelques techniques peuvent nous aident à gérer cette interaction complexe de réflexes physiologiques, de déclencheurs familiaux et d’oppression culturelle. L’ancrage corporel par exemble, l’H.A.L.T. (Hunger, Anger, Loneliness, Tiderness), la contemplation, de préférence dans la nature, la restructuration de la pensée…

L’ouvrage se termine sur une invitation à modifier notre regard sur l’anxiété, afin d’en discerner les effets positifs, ainsi que sur une série de recommandations simples pour mieux la surmonter.

 » Essayez de ne pas vous embourber dans la rumination et l’autocritique. »

Sophie Standing illustre cet ouvrage de manière très originale, tant par ses dessins et la composition des planches que par la vivacité des couleurs. Elle facilite la compréhension d’un texte rigoureux et sérieux au moyen d’images concrètes et pleines de fantaisie.

Steve Haines exerce en tant que chiropracteur et enseigne la thérapie craniosacrale. Il vit et travaille entre Londres et Genève. Il est l’auteur, avec Sophie Standing au dessin, des trois albums de la série « Quelle chose étrange » : La Douleur (oct. 2018), L’Anxiété (mars 2019) et Le Trauma  (juin 2019). Il est également co-auteur avec Ged Sumner de « Cranial Intelligence : A Pratical Guide to Biodynamic Craniosacral Therapy ». (2011, Ed. Singing Dragon).

Nicole Cortesi-Grou

L’Odyssée d’Hakim – Fabien Toulmé – Ed. Delcourt

Tome 3 – 256 p., 24,95 €

Initialement prévue le 18 mars, la parution du T. 3 de L’Odyssée d’Hakim a été reportée au 3 juin 2020. Copyright F. Toulmé / Delcourt

T. 1 & 2 : Coup d’œil dans le rétro

Aix-en-Provence, juillet 2017. Fabien Toulmé rencontre Hakim Kabdi (dont ce n’est pas le vrai nom). Quatre ans auparavant, le jeune homme a été contraint de quitter la Syrie parce que la guerre avait éclaté, qu’on l’avait arrêté sous un prétexte fallacieux, puis torturé. Et aussi parce que le pays voisin semblait pouvoir lui offrir la sécurité et un avenir.

Parution août 2018 –

Dans un premier temps, ce sera Beyrouth, en janvier 2013, puis, après un passage à Amman, Antalya en mars 2013, en Turquie. « Je me rends compte que n’importe qui peut devenir réfugié. Il suffit que ton pays s’écroule, soit tu t’écroules avec, sois tu pars. » confie-t-il à Fabien Toulmé.

À Antalya, sa tentative de faire prospérer une pâtisserie de spécialités syriennes tourne court. Mais il y rencontre l’amour en la personne de la jeune Najemh, qu’il épouse. Hadi naîtra de leur union. Petits boulots pour survivre : un jour vendeur de bouteilles d’eau à la sauvette, le lendemain, vendeur de parapluies ; un autre jour, guide touristique, puis ouvrier dans le bâtiment… Mais la vie est trop dure, la police trop prompte à confisquer son maigre outil de travail, et ses employeurs peu honnêtes. « On est partis avec la famille de Najemh à Istanbul. » Hakim ajoute avec humour « Il n’y a pas beaucoup d’avantages à être un réfugié, mais s’il y en a bien un, c’est qu’on n’a pas grand-chose à déménager ». 

Parution juin 2019

Cependant, la complexité politico-sociale qui règne dans le pays qui les a tous accueillis, associée, pour Hakim et son jeune fils à un ensemble de complications administratives, vont changer la donne pour eux, et c’est avec appréhension qu’il va monter à bord d’un canot pneumatique bondé, afin de traverser clandestinement la Méditerranée, pour un jour atteindre la France où Najemh et ses parents ont entretemps émigré.

Une quarantaine de planches couleur bleu nuit, particulièrement intenses, décrivent ce qu’a été leur traversée entre la Turquie et l’île de Samos, avec en prime une panne d’essence, un moteur qui refuse de redémarrer, et toujours la mort en embuscade…  

Le but c’était pas simplement de résumer une migration à la traversée de la Méditerranée. C’est beaucoup plus complexe, et en plus ça donne l’impression qu’ils sont tendus vers l’Europe parce qu’ils ont plus de chance là-bas. Alors que la traversée c’est juste une nuit sur des années ! Moi je voulais montrer que ce ne sont pas des gens qui partent de chez eux pour venir chez nous. Au début Hakim va au Liban, mais il va se rendre compte qu’il est accompagné de tas de semblables et ça ne l’aide pas, le pays a tendance à rejeter l’afflux. C’est le besoin de survie qui va le pousser de pays en pays jusqu’à l’Europe. J’aurais pu faire un bouquin en Europe, mais je me serais concentré sur les temps forts et ça aurait rejoint ce qu’on nous montre d’habitude, qui est un peu caricatural.« 

De la Macédoine à la France…

Suite et fin de cette trilogie acclamée par la critique et basée sur l’histoire vraie d’un réfugié syrien. Article à venir.

Hakim et son fils ont survécu à la Méditerranée. En traversant la mer. Ils pensaient avoir échappé au pire mais, entre centre de rétention et police des frontières, de nouvelles épreuves les attendaient, à commencer par le rejet et la xénophobie. Mais pas uniquement. Il reste heureusement dans ce monde quelques inconnus solidaires prêts à tendre la main…

Fabien Toulmé

Le grand talent de Fabien Toulmé tient à la fluidité de ses récits et sa capacité à faire partager son empathie. Nous sommes aux côtés de ses héros, ils font, et feront, longtemps partie de notre vie après que le mot fin a été inscrit sur la dernière planche de chacun de ses albums. Voir également « Ce n’est pas toi que j’attendais » (Archives mars 2017) et « Les deux vies de Baudoin » (idem)

Extrait d’une interview de Fabien Toulmé – © Delcourt

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans cette dernière partie du récit ?

Chaque étape, prise de façon individuelle, est déjà très forte et doit être très dure à vivre, mais ce qui m’a le plus marqué c’est justement l’enchaînement, sans répit, de toutes ces étapes. Comment Hakim, avec un enfant qui savait à peine marcher, a-t-il pu endurer tout ce voyage en ne dormant quasiment jamais et dans des conditions très rudes ? J’avoue que je suis admiratif de sa force et de son courage.

D’ailleurs globalement, qu’est-ce qui t’a le plus étonné chez Hakim ? Et dans son récit ?

En plus de ce que je viens de dire, je pense que c’est sa résilience. Sa capacité à faire de l’humour sur des moments durs de son parcours. Et je suis également impressionné par sa patience, le temps qu’il a pris pour me raconter, en détail, pendant plus d’un an et demi, toute son histoire.

A. C.

Vingt ans ferme – Sylvain Ricard – Nocoby – Ed. Futuropolis

Coup d’œil dans le rétro…

Copyright S. Ricard, Nicoby / Futuropolis 2012

Inspiré du vécu de Milko Paris, 20 ans ferme interpelle sur l’état des prisons en France et sur leur rôle dévastateur auprès des détenus.

Alpes maritimes 1985 

Soleil de plomb, mer d’huile, immeubles safranés, volets clos. Milko et son complice sont prêts pour un nouveau braquage, mais l’opération tourne court. 

Interrogatoire, Milko sera le seul à payer la note. Ce soir, il dormira dans une cellule pour trois. La promenade du lendemain laisse entrevoir un carré de ciel bleu, mais Milko s’est déjà mis en mode révolte. Les couleurs se sont assombries, elles sont devenues maronnasses. Découpage en neuf cases par planche, de format identique.

Tentative d’évasion durement réprimée, Milko passe par la case mitard. Couleurs ocre-brun.

– « Ecoute Milan, je suis là depuis presque deux ans, j’en ai vu des gars comme toi qui voulaient tout péter…

– Et ?

– Et rien du tout. Il ne s’est rien passé, à part le mitard pour ceux qui ont une grande gueule. On ne peut rien faire, c’est eux les patrons… »  lui dit un co-détenu.

On peut toujours essayer…

Milko essaiera pendant des années. Transferts de prison en prison,  mitard, re-mitard. Surpopulation, sur-violence. Survie. Couleurs éteintes.

« Un mois et demi pour se réfugier sur soi, pour se renfermer, pour s’isoler su monde (…) trop de temps pour entretenir sa rage… » Et manifester son indignation face à un système qui, au mépris des règles pénitentiaires européennes, ne laisse pratiquement aucune chance de salut à celui qui est « tombé ».

Car ce que Milko Paris ne supporte pas, c’est la façon dont la République traite ses prisonniers : à commencer par abus, aussi bien physiques que psychologiques, manquements aux droits élémentaires à l’intérieur des murs des prisons…

Il comprend qu’il n’a rien à attendre du système pénitentiaire et que sa reconstruction dépendra d’abord et avant tout de lui.

À sa sortie de prison, en 1995, il fonde l’association « Ban Public », une plateforme internet qui assure l’interface entre la vie carcérale et la vie à l’air libre…

Ce récit est suivi d’un dossier réalisé avec l’association Ban Public, mettant en regard les articles de la loi et les principaux événements intervenant dans le livre, tels que la fouille au corps, les soins médicaux ou encore l’accès à l’éducation.

Anne Calmat

104 p., 17 €

« How dare you ! » Greta change le monde – Gabriella cinque – Vamille – Ed. Sarbacane

Copyright G. Cinque – Vamille / Sarbacane – Communiqué

« Vous avez volé mon enfance ! »

Les auteures s’expriment.

« Il y a deux grands protagonistes dans cette histoire. Le premier est le changement : changer soi-même, pour changer ce qui ne va pas. La réflexion sur nous-mêmes, l’interaction avec les autres, la curiosité sont par exemple des moteurs positifs de changement. C’est malheureux mais parfois, les catastrophes le sont elles aussi, nous le voyons bien avec la crise sanitaire actuelle, ou avec les urgences climatiques très graves qui obligent des communautés entières à changer leurs modes de vie.

C’est là qu’entre en jeu le deuxième protagoniste de cette histoire : la communauté. Des plus petites, comme l’école, où un enfant aujourd’hui doit être capable de trouver les outils pour comprendre ce qui doit être changé, jusqu’aux plus grandes communautés, les grands mouvements de personnes qui protestent partout dans le monde pour le bien de tous, en mettant de côté la paresse individuelle.

Mon album Greta change le monde parle de tout cela, montrant l’exemple d’une jeune fille courageuse et le processus de prise de conscience que j’imagine qu’elle a pu traverser. » G. C.

En librairie depuis le mois de mars. Mais hier c’est aujourd’hui, et c’est aussi demain…

48 p., 14,90 €

Gabrielle Cinque

Gabriella Cinque est née à Naples en 1988 et a suivi des études de bande dessinée et de cinéma. Elle travaille depuis treize ans dans la communication digitale et la direction artistique. Autrice et artiste touche-à- tout, elle anime des ateliers d’écriture, réalise des projets de street art ou de body art et a publié un album pour la jeunesse en Italie. Greta change le monde est son premier album en France. Elle vit à Paris.

Vamille

Née en 1991, Vamille (de son vrai nom Camille Vallotton), diplômée de la HEAD-Genève en communication visuelle, est aujourd’hui dessinatrice, surtout en bande dessinée, et vit à Fribourg. Avec tout juste trois livres à son actif, elle a déjà été lauréate de plusieurs récompenses, dont le prix Töpffer de la Jeune bande-dessinée à Genève en 2016. Greta change le monde est son premier album jeunesse.

Ama – Le souffle des femmes – Franck Manguin – Cécile Beck – Ed. Sarbacane

Copyright F. Manguin – C. Becq / Sarbacane – En librairie le 27 mai 2020

Ama n’est pas le prénom de celle que l’on voit évoluer torse nu dans les fonds sous-marins, mais bien le nom que l’on donne à celles, de moins en moins nombreuses, qui plongent à plusieurs centaines de mètres de profondeur, en apnée, pour en récolter les fruits : crustacés, mollusques… Une simple corde nouée autour de la taille les relie à celui qui attend dans une barque, prêt à les remonter au moindre signal. Ces stakhanovistes de la pêche sont bien souvent des femmes d’âge mûr, fortes en gueule, qui, à la criée, savent, le cas échéant, défendre le fruit de leurs efforts face à celui qui veut les exploiter ou les gruger.

Dans cette société qui navigue à part égale entre traditions et modernité, la coutume veut que chacune ait son « tomoé », un époux, un frère, un ami, qui veille sur elles. Gageons que c’est plutôt l’inverse qui se produit. C’est aussi la condition de la femme japonaise qui est ici montrée.

Côté traditions précisément, le Japon est loin d’en être dépourvu. Il n’est que de découvrir toutes celles qui – bien souvent en hommage aux ancêtres – émaillent cette histoire.

Ces maîtresses-femmes ne sont pas à l’abri de chagrins intimes ou d’une histoire familiale douloureuse, à commencer par Isoé, la cheffe de la communauté des Ama qui figure sur la couverture de l’album. Elle a une cinquantaine d’années et elle aime son métier. Sa nièce doit arriver de Tokyo. Nagisa est, semble-t-il, désireuse de revenir aux sources des traditions ancestrales de l’île qui a vu naître sa mère. Ella y restera11 ans. Nous sommes en 1962.

Ce roman graphique, qui rime à la perfection avec magnifique, s’achève au début des années 2000.

Cette jeune fille, prude, respectueuse et timorée cache un lourd secret. Elle va devoir s’intégrer à cette société traditionaliste et faire face aux réticences de ces « guerrières des océans » qui n’oublient pas que jadis, l’une des leurs, la meilleure sans doute, a déserté la communauté des Ama sans plus jamais donner aucun signe de vie.

Nagisa parviendra-t-elle à leur prouver qu’elle peut être une plus grande Ama que ne l’était sa propre mère ? Et comment va-t-elle réagir lorsqu’il sera question de lui attribuer un tomoé ?

Quand émouvant rime avec captivant.

Anne Calmat

112 p., 21,50 €

Franck Manguin est né en 1986 à Ajaccio. Après une enfance entre la Méditerranée et les Alpes. Il entreprend des études de Japonais après avoir lu «pays de neige» de Yasunari Kawabata. Diplôme de langues, littérature et civilisations Japonaises en poche, il s’exile durant trois ans au pays du soleil levant. Il y écrit un mémoire sur l’art traditionnel d’Okinawa, fabrique des animations pour machines «pachinko» et enseigne l’anglais. Franck est actuellement bibliothécaire et traducteur/interprète de japonais dans le milieu culturel.

Cécile Becq est née dans le sud de la France, près de la mer, en 1979. Après une licence d’arts plastiques, elle sort diplômée de l’école Emile Cohl à Lyon. Installée à Grenoble depuis 2005, elle commence à travailler comme illustratrice dans divers domaines, principalement pour l’édition. Son univers est tendre, sensible, poétique et coloré. Dans son travail, elle aime aussi bien réaliser des illustrations numériques que des illustrations peintes à la gouache ou à l’acrylique.

Le poisson-clown – David Chauvel – Fred Simon – Ed. Delcourt

Coup d’œil dans le rétro…

Imaginez la situation suivante : deux bandes rivales de mafieux, un hold-up calamiteux, un flic ripou, une femme fatale, des Cadillac rutilantes fonçant sur les routes du Colorado. Vous aurez là les ingrédients d’un polar qui semble tout droit sorti de la prestigieuse Collection Série Noire des années 1950. Ajoutez-y maintenant un gamin prénommé Happy. fraîchement débarqué de son Oklahoma natal. Il est naïf, sentimental et particulièrement étourdi. Le polar perd alors beaucoup de sa noirceur et gagne en fantaisie.

Les principaux protagonistes de ce roman graphique à suspense vont dès lors s’engager dans une course échevelée pour récupérer une mallette remplie de diamants, que l’un des gangsters a, dans la panique qui a suivi le braquage, été obligé de confier au jeune écervelé. Quand les Pieds nickelés se réinventent, tous les paris sont ouverts…

Les dessins, colorés-mais-pas-trop de Fred Simon, en adéquation avec ceux qui avaient cours dans les comics de l’immédiate après-guerre, ajoutent au charme indéniable de ce vrai-faux polar, dont les quatre épisodes ont été réunis en un seul volume il y a déjà quelques temps, mais qu’il est toujours bon de (re)découvrir en ces temps moroses.

Anne Calmat

186 p., 29,90 €

Le Rituel – Nicolas Mahler – Ed. L’Association

Copyright N. Malher – L’association – En librairie le 11 mai 2020
1901-1970

Le Rituel est librement inspiré de la vie du véritable maître des effets spéciaux japonais, Eiji Tsuburaya, qui jouit du statut de héros au Japon en raison des prouesses technique qu’il a réalisées pour la série des Godzilla. « Je n’ai jamais pris soin des histoires, j’avais d’autres tâches », explique-t-il dans la BD de Nicolas Mahler, tout énumérant ses « faits d’armes » passés. On comprend qu’il a plus de mal qu’auparavant avec les hommes en costumes de caoutchouc et les monstres géants sur cordes, et surtout que les moyens techniques mis à sa disposition sont en dessous  de ses attentes.

Il n’empêche qu’au cours de sa carrière, Eiji Tsuburaya a allègrement détruit plusieurs fois Tokyo, donné vie à des papillons géant et fait se combattre les monstres des profondeurs. Entre autres Joyeusetés.

Dans sa nouvelle bande dessinée, Nicolas Mahler décrit par le biais de dessins minimalistes le travail fastidieux de l’art des films dits « trash » et entraîne ses lecteurs dans les coulisses d’une industrie cinématographique qui, depuis le Voyage dans la lune que proposa Gorges Méliès jusqu’à Gravity réalisé par Alfonso Cuarón, garde sa toute puissance évocatrice.

64 p., 16 €

Livres lus : L’accompagnatrice – Nina Berberova – Jeanne Moreau – Actes Sud audio

La lecture à haute voix, par les auteurs ou par les comédiens, fait depuis longtemps partie de la culture d’Actes Sud.  Au-delà du livre imprimé, il s’agit de continuer à servir les textes, de les faire découvrir sous une autre forme, celle de l’oralité. 

La collection de livres audio d’Actes Sud se propose de rendre accessibles les livres de son catalogue aux lecteurs, de plus en plus nombreux, désireux de faire l’expérience de l’écoute d’une œuvre. La lecture en est confiée à des comédiens confirmés et de renom. Chaque titre de la collection est conçu de façon spécifique par une direction artistique, et en étroite collaboration avec les auteurs français – certains d’ailleurs lisent eux-mêmes leur texte. Des bonus peuvent aussi proposés, comme par exemple l’interview de Laurent Gaudé, menée par Guillaume Gallienne. (voir Archives*)

En quelques scènes où l’économie des moyens renforce l’efficacité du trait, Nina Berberova raconte ici les relations d’une soprano issue de la haute société pétersbourgeoise, avec Sonetchka, son accompagnatrice, bâtarde et pauvre ; elle décrit leur exil dans les années qui suivent la révolution d’Octobre, et leur installation à Paris où leur liaison se termine dans le silencieux paroxysme de l’amour et de la haine. Virtuose de l’implicite, Nina Berberova sait tour à tour faire peser sur les rapports de ses personnages l’antagonisme sournois des classes sociales et l’envoûtement de la musique (il y a sur la voix quelques notations inoubliables). Par ce roman serré, violent, subtil, elle fut, en 1985, reçue en France, où elle avait passé plus de vingt ans avant de s’exiler définitivement aux Etats-Unis.

Née à Saint-Pétersbourg en 1901, Nina Berberova est morte à Philadelphie en 1993. Son oeuvre de fiction lui a valu une réputation internationale peu de temps après sa découverte par Actes Sud en 1985 et la publication de L’Accompagnatrice. Nina Berberova a également écrit des ouvrages biographiques dont le plus connu est à coup sûr C’est moi qui souligne, son autobiographie. Toute son oeuvre a été publiée par Actes Sud.

Jeanne Moreau (1928-2017) a accompagné les plus grands réalisateurs de cinéma et metteurs en scène de théâtre. Guidée par son immense curiosité, elle mène une riche carrière, qui la conduira à être chanteuse, auteure et réalisatrice. Comédienne reconnue, elle obtient de nombreux prix, dont le César de la meilleure actrice pour La Vieille qui marchait dans la mer de Laurent Heynemann. Présidente du Festival de Cannes et officier de la Légion d’honneur, elle n’a eu de cesse de transmettre son énergie et son savoir.

14 € – 2’55 » (depuis le 1er avril)

  • Salina de Laurent Gaudé, lu par Guillaume Gallienne
  • La cage dorée de Camilla Lãckberg, lu par Odile Cohen
  • Le Mur invisible de Marlen Haushofer, lu par Marie-Ève Dufresne

La gigantesque barbe du mal – Stephen collins – Ed. Cambourakis

Faut-il se raser la barbe pour éviter la contamination au Covid-19 ? (L’Obs, 24 mars)

Coup d’œil dans le rétro

L’histoire repose, du moins au début, sur une composante narrative assez simple. L’action se déroule sur une île appelée « Ici ». Sur Ici, les arbres sont taillés à l’identique, les maisons, alignées au cordeau, leurs occupants semblent tous avoir été coulés dans le même moule.

Ce n’est de toute évidence pas le cas dans cet « ailleurs » situé au delà des mers, que les habitants désignent sous le nom de « Là ». « Là était le désordre. Là était le chaos. Là était le mal », apprend-t-on dès les premières pages du récit. 

Il va donc de soi que la vie du héros de cette étrange aventure ne peut être que réglée comme du papier à musique. Chaque jour, Dave met au point des courbes statistiques pour une entreprise, dont les objectifs réels lui semblent assez nébuleux. Chaque soir, il écoute en boucle le hit sentimental d’un groupe de rock féminin des années 80, tout en dessinant ce qu’il aperçoit de ses fenêtres. 

Il n’est pas inutile de préciser que Dave dissimule une totale calvitie sous un postiche. Seul, un poil en forme de virgule orne son visage glabre. 

Dans le monde uniforme et lénifiant d’Ici, le temps s’écoule sans qu’aucun événement majeur ne vienne en perturber le cours. Seule la présence impalpable de Là jette une ombre sur ce tableau « paradisiaque ». « L’idée de Là était tout simplement toujours quelque part, comme une mauvaise herbe qui se faufilait dans les fissures invisibles qui séparent un moment d’un autre. »

Mais un beau matin, alors Dave tente péniblement d’expliquer à son supérieur le sens d’un tracé informatique devenu mystérieusement indéchiffrable, son système pileux se met, lui aussi, à « buguer ». Ce poil orphelin, rebelle à toute coupe, commence à se démultiplier ; si bien que Dave se retrouve rapidement affublé d’une barbe exponentielle et incontrôlable. 

Dès lors, cette fable surréaliste, mâtinée d’un humour « so british », va prendre des allures de satire sociale et politique.

Comment les habitants d’Ici vont-ils réagir à l’irruption de l’irrationnel dans leur vie ? Cette barbe insolente va-t-elle être perçue comme une invitation à larguer les amarres de l’immobilisme, ou au contraire, comme une mise en garde contre tout désir de s’affranchir des règles établies ? 

Et que va faire l’intéressé ? 

« Là », métaphore de tout qui est inconnu, donc potentiellement dangereux, peut être une réponse à bien des questions, mais c’est loin d’être la seule.

Tout participe au charme indéniable de cette bande dessinée : un scénario diablement original ; un découpage inusité du texte minimaliste de Stephen Collins ; un graphisme au fusain, dépouillé et puissant.

Anne Calmat

248 p., 26 eurosCopyright S. Collins / Ed. Cambourakis