Kobané calling

 

couv provisoire Kobanéde Zerocalcare (texte et dessin) – Ed. Cambourakis – En librairie le 7 septembre (chronique bilingue).

Depuis quelques années, l’info à jet continu dont nous abreuvent nombre de médias TV, soumis à la dérisoire guerre du scoop, n’aide pas toujours à cerner une situation donnée. Le conflit syrien en est une parfaite illustration.

Parti fin 2014 avec un groupe de huit humanitaires à la rencontre de l’armée des femmes kurdes en lutte contre l’avancée du groupe État islamique sur la ville de Kobané, l’auteur a rendu compte à son retour de ce qu’il y avait vu et entendu. Son reportage graphique d’une quarantaine de pages, publié dans un premier temps dans l’hebdomadaire italien Internazionale, a par la suite été enrichi, au point de composer cet album qui en compte maintenant 288.

Le jeune dessinateur romain y décrit la vie dans cette partie du Kurdistan syrien, qu’on appelle le Rojova (constitué de trois cantons, dont Kobané). Il met l’accent sur les enjeux majeurs d’un conflit, dont les médias ont eu manifestement tendance à ne rendre compte que de façon parcellaire.Kobané p3Bien que dix-huit mois se soient écoulés depuis ses trois séjours au Rojava, son témoignage, aux antipodes de tout sensationnalisme, n’en demeure pas moins précieux. Il permet de mesurer le chemin parcouru, ou non, en faveur de la paix, dans cette zone dévastée où s’entassent, dans des camps de fortune, des dizaines de milliers de réfugiés Kurdes. L’image de la Maison, celle qui a été détruite et celle qui hante leurs rêves et leurs cauchemars est du reste omniprésente dans le récit.

Passées les premières planches dévolues aux réactions de la mamma lorsque Zerocalcare lui annonce son départ, on le retrouve avec ses compagnons dans le village de Mehser, à quelques encablures de Kobané. Les habitants doivent en effet faire face aux assauts incessants du groupe Etat islamique.
Ce qui est en jeu, c’est précisément l’autonomie du Rojava, cette utopie proche-orientale, régulée par un contrat social fondé, en particulier, sur la cohabitation ethnique et religieuse et sur l’émancipation des femmes. Impensable pour beaucoup, et pas seulement pour le GEI !

La première partie de l’album s’achève avec le retour à Rome de ZC, et sur une déclaration en flash-back de « l’Homme au Chai* » (le pilier central du village) : C’est notre bataille décisive. Pas seulement des Kurdes, de l’humanité. Tous les hommes et les femmes qui ont à coeur la liberté et l’humanité devraient être aujourd’hui à Kobané (le conflit a tourné à l’avantage des Kurdes en janvier 2015). Ce à quoi ZC répond, en s’adressant directement au lecteur : Et tout ce qui a modelé le tien, ce que l’on t’a appris, ce qu’on t’a transmis, ce qui t’a fait pleurer, ce qui t’a fait rire, le sang qui n’a fait qu’un tour et celui qu’on vous a fait cracher, tout ça est aujourd’hui à Kobané.Kobané p9Deux voyages vont suivre. ZC et ses compagnons sont conscients des risques encourus – une résistante kurde ne les a-t-elle pas prévenus que celui qui vient combattre ici, ne peut en ressortir que mort ou vainqueur ? Mais pour eux, tout est en effet une affaire de coeur.
Ce qui se passe ensuite dans la BD appartient à ceux qui la découvriront en septembre prochain.
L’auteur excelle dans le second le second degré, le ton est facétieux et désinvolte. Le dessin, faussement caricatural, est expressif et vigoureux.

taDu grand Zerocalcare, qu’on a découvert en France en 2014 avec La Prophétie du Tatou – Ed. Paquet.

Anne Calmat
288 p., 24 €

• Thé épicé

Kobane calling – Ed. Bao Publishing e Feltrinelli edizioni (uscita, aprile 2016)

Da qualche anno, le informazioni a flusso continuo che alimentano molti notiziari TV, sottomessi a una derisoria guerra allo « scoop », non ci aiutano a capire une situazione data. Il conflitto siriano ne è il perfetto esempio.

Partito alla fine del 2014 con otto operatori umanitari per incontrare un gruppo di donne che resistevano all’offensiva dello Stato islamico contro Kobane, il fumettista romano ha riferito al suo ritorno da quello che aveva visto e sentito. Il suo rapporto grafico di 40 pagine, che è stato pubblicato inizialmente nel’Internazionale. Arricchito da una lunga seconda parte inedita, è diventato un album di 288 pagine.
Il giovane designatore descrive la vita in questa parte del Medio Oriente chiamata Rojava, e mette in evidenza gli aspetti maggiori del conflitto.
Anche se sono ormai trascorsi  diciotto mesi da quando  ZC e’ tornato dalla zona di Rojeva, la sua testimonianza è preziosa. Permette di misurare la distanza percorsa – o no – a favore della pace in questa zona, adesso stipata di campi di fortuna per i profughi curdi. L’immagine della casa, quella che é stata distrutta, quella che assilla i sogni e gli incubi di molti, è assai presente nella narrazione.
Dopo le prime pagine, dedicate alle reazioni della mamma quando Zerocalcare le annuncia la sua partenza, lo ritroviamo con i suoi compagni nel villaggio di Mehser, vicino a Kobane. La città deve affrontare l’assalto incessante del ISIS.
Si tratta per gli abitanti di resecare l’autonomia del Rojova, questa utopia medio orientale, regolata da un contratto sociale basato, in particolare, sulla coesistenza etnica e religiosa e sull’emancipazione della donne*. Impensabile per molti, e non soltanto per ISIS

p. 58

La prima parte del album si conclude con il ritorno a Roma di ZC e una dichiarazione del “l’Uomo del Chai**” (il perno centrale di Mesher) : Questa è la  nostra battaglia decisiva e non solo di Kurdi, ma per tutta l’ umanità. Tutti  gli uomini e le donne, che hanno a cuore libertà e umanità, oggi dovrebbero essere a Kobane.

Zerocalcare, rivolgendosi direttamente al suo lettore, aggiunge : E tutto quello che ha toccato, gli insegnamenti, le cose trasmesse, quelle che ti hanno fatto piangere, quelle che ti hanno fatto ridere, il sangue che ti ribolliva dentro e quello che ti hanno fatto sputare fuori : ogni cosa, ogni sentimento è presente a Kobane.
Seguiranno, poi, altri due viaggi. ZC e i suoi compagni sono consapevoli dei rischi – una combattente curda le ha avvertiti : Chi viene a combattere qui può uscire in due modi : o da morto o da vincitore.
Ma per loro è effettivamente un affare di cuore e di umanità.
Adesso, tss ! Quello che succede nelle parte seguente dell’album appartiene ai suoi futuri lettori. I livelli narrativi sono vari, il tono è leggero ed impertinente. Il disegno, falsamente caricaturale, è molto espressivo e vigoroso.
A. C.


* Nel gennaio 2015, il conflitto si è trasformato in favore dei Kurdi

**Una specie di té pepato.

 

Les Beaux Étés – La Calanque (T.2)

Couverturede Zidrou (scénario) et Jordi Lafebre (dessin) – Ed. Dargaud

Dans le tome 1, on est en juillet 1973, Mado et ses quatre enfants sont fin prêts pour les vacances, direction le Lubéron. Comme d’habitude, Pierre doit terminer une BD pour la revue à laquelle il collabore. Après trois jours d’attente, tout finit par rentrer dans l’ordre. En apparence seulement. Pour le lecteur, il semble évident que les relations entre les époux sont loin d’être au beau fixe. C’est peut-être la dernière fois que la famille passera l’été ensemble, même si les plus jeunes n’en ont pas encore conscience.P1D2831064G_px_640_
Pas d’événements extraordinaires dans ce premier volet, juste une histoire en demi-teinte particulièrement bien troussée, avec des personnages attachants et, cerise sur le gâteau, la présence essentielle de l’ami imaginaire de Louis, Tchuki l’écureuil. Et, côté auteurs, un art consommé de faire naître l’émotion avec des petits riens. Page 9

Page 11Le second tome, plus nostalgique, nous renvoie contre toute attente quatre ans en arrière. On est en juillet 1969, les Faldérault s’apprêtent à partir en vacances dans une bicoque, rikiki mais mimi, située dans la Calanque marseillaise. Même scénario que dans le tome précédent : Pierre est (déjà) à la bourre. La BD sur laquelle il planche n’est pas terminée, ce qui fait dire à Mado, sur un ton aussi indulgent qu’énamouré : J’aurais dû épouser un fonctionnaire ! 

Page 15Le voyage en 4L – 100 000 bornes au compteur, ça s’arrose ! – va être ludique et animé.  Page 20Un auto-stoppeur en partance pour Katmandou est venu pour un temps s’agréger à la « bande des cinq »… qui, sous le regard impavide du hippie, chante à tue-tête « Je vais et je viens entre tes reins… et je me retiens… », avant d’assister médusée, quelques planches plus loin, aux premiers pas de l’Homme sur la lune.

En 1969, tous les espoirs sont permis, « La Maladie d’Amour« , au Hit-Parade des meilleures ventes de disques dans le tome 1, ne court pas encore.

Et Mado attend son quatrième enfant…Page 19Les dialogues percutants de Zidrou (le père de Ducobu) et le trait doux et rond de Jordi Lafebre servent à merveille cette histoire aussi poétique qu’attachante, avec, en ce qui me concerne, un battement de coeur supplémentaire pour le personnage de Pépé Buelo (le père de Pierre),  opposant irréductible au vieux Caudillo, qui n’a toujours pas cassé sa pipe.

Anne Calmat

56 p., 13,99 €

T.1 : voir  « Zoom des libraires », sept. 2015

 

 

Au cœur de Fukushima (T.2)

Couverturede Kasuto Tatsuta (scénario et dessin) – Ed. Kana

Nous retrouvons Fukushima, Tatsuta, les collègues, le travail en salle de repos, la pension. Mais tout va changer et la pression va encore monter d’un cran !

Lassés de la promiscuité de la pension, Tastuta et trois de ses collègues vont intriguer pour obtenir un nouveau logement, une denrée plus que rare dans la région.

La maison trouvée, l’auteur se lance à la recherche d’un nouvel emploi. La complexité du réseau de sous-traitants, qui empêche les travailleurs de passer d’un employeur à l’autre, le contraint à démissionner pour se faire embaucher là vers quoi tendaient tous ses souhaits : un chantier exposé, au cœur de la centrale 1 F. Le salaire est plus élevé, il peut en dessiner un témoignage de première main et le taux d’adrénaline convient peut-être mieux à son tempérament.

Nous pouvons ainsi suivre l’ensemble des séquences de réparation des canalisations du système de refroidissement de l’eau et de la piscine de stockage du combustible. Aux mesures de sécurité drastiques – entraînement préalable à tous les travaux, afin qu’ils se déroulent rapidement et soient parfaitement conformes – s’ajoutent les maux et malaises dus aux équipements et le stress de la notation des doses de radiations journalières qui, en cas d’un taux trop élevé sur une moyenne annuelle, entraîne l’arrêt immédiat du travail.
imagesNouveauté : l’auteur s’y révèle chanteur d’Enka* pour ses collègues, mais surtout pour des personnes âgées de la région, logées dans des habitats provisoires. Un flash-back lui permet d’évoquer l’écriture de son premier manga et sa publication top-secret, les interviews de journalistes pleins de préjugés, puis finalement sa crainte de ne pas être réemployé lorsque son activité de mangaka est découverte.

Nous partageons les anecdotes, les soirées entre collègues, et bien sûr, le clin d’œil sur l’usage de toilettes. Des planches intercalées présentent un lieu particulier, le quartier commerçant d’Hamakaze, la gare de Tatsuta, le bar Queen
Au hasard de ses déplacements, parfois non-autorisés, l’auteur nous donne à voir les espaces dévastés où s’entassent encore des monceaux de débris, et d’autres lieux, que la végétation luxuriante fait paraître enchanteurs.

Comme pour le précédent tome, la nécessité des longues séances d’équipement, le déclenchement des bips de radioactivité, les coups de chaleur, les ruines impressionnantes, l’alternance de planches presque noires et d’autres d’un blanc-gris sans nuance, entretiennent une teneur émotionnelle intense et fascinante.

Le message qui ressort de l’ensemble entend contrer les idées fausses, les rumeurs et préjugés : oui, les travaux progressent à Fukushima, non, les ouvriers ne sont ni des victimes ni des héros, ils font du bon travail, qui pour eux a du sens.

La région retrouve peu à peu son aspect avenant, l’autoroute a été reconstruite à 1 km de la centrale. Une virée sur la nationale 6 lui fait d’ailleurs se proposer pour y porter la flamme olympique entre Minamisöma et Narha, zone interdite lors de son premier travail en 2012.ichiefu_t.800
Déjà un merveilleux champ de cosmos rouge pâle est apparu sur un terrain laissé en jachère, comme pour consoler le cœur des hommes, écrit Tatsuta. Certains habitants s’apprêtent à rentrer, des commerces provisoires ouvrent et des terrains sont à vendre. Mieux, la production de riz dans la préfecture de Fukushima ne révèle aucune substance radioactive supérieure à la normale. Enfin, signe indiscutable d’amélioration, des jeunes femmes reviennent travailler dans le bâtiment anti-sismique.
Partagerons-nous la vision optimiste de l’auteur ?
N’empêche, ce voyage au cœur de l’enfer nous dévoile des scènes singulièrement chaleureuses et une foi en l’homme qu’on se prend à envier.

Nicole Cortesi-Grou

192 p., 12,70 €

* Chansons populaires japonaises

Bd de la BD, 2 mars 2016
see Bd de la BD, 2 mars 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Nuit de la Saint-Jean

arton2266

Coup d’oeil dans le rétro…

La Nuit de la Saint-Jean de Reetta Niemensivu (scénario et dessin) – Ed. Cambourakis –

Il y a des images ou des sensations qui renvoient instantanément à des épisodes à jamais inscrits dans notre mémoire. Un air de musique ou le parfum entêtant d’une fleur et c’est tout un pan de notre vie qui ressurgit.

Dans cette BD autobiographique écrite sous la forme d’un long flash-back, un gros orage est venu troubler la quiétude d’une soirée familiale. La grand-mère de l’auteure se souvient de celui, plus terrible encore, qui changea le cours de son existence, alors qu’elle sortait à peine de l’enfance.

Autrefois, raconte-t-elle, le solstice d’été était – et demeure – une source de fantasmes pour beaucoup de filles et de garçons. Fantasmes réalisables, croyaient-ils, par la pratique de rites d’envoûtement, issus de traditions païennes.image_suhde_tammikuu
Sur les premières planches de l’album, deux groupes d’adolescents s’observent en catimini. Ils font leur choix, élaborent des stratégies d’attaque, elles font mine de regarder dans une autre direction.

Le souvenir de rites ancestraux, censés attirer les faveurs de l’élu(e), vient alors en renfort : cueillir une fleur de fougère la nuit de la Saint-Jean apportera richesse, amour et bonheur éternel à celui ou celle qui l’a dénichée. Enfouir son corsage dans une fourmilière pendant trois nuits consécutives donnera un pouvoir de séduction à nul autre pareil. Se rouler nue dans un champ de seigle conduira immanquablement à l’être aimé. Certaines jeunes filles y croient, d’autres non. Les garçons optent en général pour des « travaux d’approche » plus expéditifs.

La Saint-Jean coïncide ici avec la Confirmation des adolescentes, (l’équivalent chez les luthériens de la Communion solennelle des catholiques).  Presque tous les villageois sont réunis dans la paroisse pour assister à la cérémonie, qui selon la tradition s’achèvera par un immense feu de joie sous le soleil de minuit. L’arrivée d’un nouveau pasteur, dont ce sera le premier prêche, ajoute encore à l’exaltation générale.

Mais il va en être tout autrement.

L’auteur finnoise livre un album étrange et décalé, qui ne manque pas charme. Le trait, tout en rondeurs, et les dessins à dominantes brun clair, sépia et blanc servent particulièrement bien cette histoire, dont l’issue déroutera probablement plus d’un lecteur, quant au sens à lui donner.
A. C.
94 p., 18 euros

 

ÉtunwAn Celui Qui Regarde

celuiquiregarde-couve-hdRoman graphique de Thierry Murat (récit et dessin) – Ed. Futuropolis.

On a déjà beaucoup écrit, beaucoup filmé sur le sort qui fut celui des premières nations d’Amérique, ceux qu’on a appelés tour à tour les Indiens, les Amérindiens, les Américains natifs, les peuples autochtones, les Premières Nations, chez les Canadiens…
Du western caricatural et historiquement mensonger à la prise de conscience du génocide des premiers Américains, films et livres ont retracé le long cheminement de la conscience occidentale. Il faut évoquer aussi les  auteurs amérindiens, de Tony Hillerman avec ses polars navajos à Louise Erdrich et Scott Momaday, en passant par Joseph Boyden, écrivain majeur de notre siècle.

Nous avons entre les mains un objet singulier et intéressant, un roman graphique qui imagine le parcours de Joseph Wallace, personnage de fiction, photographe à Pittsburgh. Parti en 1867 avec ce qu’il croit être une expédition d’exploration, il va découvrir peu à peu les territoires de l’Ouest et consigner ses réflexions dans un petit carnet, que l’auteur nous montre dans sa langue originale.

La première rencontre emblématique du héros est celle d’un tueur de buffles qui travaille pour la Transcontinentale, la ligne de chemin de fer qui traverse les terres autochtones. Joseph apprend ainsi le massacre des animaux.
Il débarque du train à Saint-Louis, Missouri, et découvre ceux qui vont être ses compagnons lors de l’expédition Walker & Johnson, financée par le gouvernement fédéral. Elle comprend nombre de scientifiques, mais aussi des chercheurs d’or et quelques repris de justice. Le convoi de chariots traverse les étendues sauvages, comme dans les bons vieux westerns.mep_celui_qui_regarde-1_telTout en s’interrogeant sur les raisons qui l’ont poussé à quitter la quiétude de son studio de Pittsburgh, où il portraiturait sans enthousiasme les bourgeois du cru, Joseph consigne ses impressions dans son carnet. Il va apprendre que cette expédition a en fait pour but la découverte de nouvelles terres à coloniser.
Ne risque-t-il pas d’y perdre son innocence ?

Nous allons assister, au cours d’une scène très filmique, à une première rencontre avec les « Indiens ». Un membre de l’expédition tire à vue et sans sommation sur les cavaliers, et un ornithologue reçoit une flèche en retour. On apprend qu’ils expriment ainsi leur colère face au massacre des bisons, source de vie.

Le ton est donné.mep_celui_qui_regarde-4_telLe héros va faire des rencontres déterminantes, comme celle de ce jeune Indien, qui après avoir vu comment il capture la lumière, lui permet de vivre quelques jours dans son campement, et de découvrir le quotidien de sa tribu, ainsi que sa langue. À la fin de l’expédition dont l’aspect brutal et dominateur ne lui a pas échappé, Joseph rentre à Pittsburgh avec ses clichés précieux. Il ne rêve que de repartir – ce qu’il fera quelques années plus tard – pour prolonger seul cette découverte des terres indiennes et des peuples qui y vivent.

Joseph a bien conscience déjà, à la fin des années 1860, qu’il assiste à l’anéantissement d’une civilisation riche, pacifique, proche de la terre, mais incapable de se défendre contre le monstre.
Il passera quelques jours chez le trappeur Isaac, sorte d’alter ego, qui, lui, serait allé au bout de ses idées. Cet épisode rappellera aux cinéphiles le personnage de Jeremiah Johnson ou celui de Danse avec les loups.

Après une histoire d’amour avec une belle autochtone, dont le nom signifie  « papillon », on retrouvera notre photographe trois décennies plus tard, toujours tiraillé entre deux mondes et étreint par une nostalgie inextinguible.
On suivra sa correspondance avec Herman Greenstone, professeur et compagnon de la première expédition. On y lira son engouement pour les Fleurs du Mal – Baudelaire embarqué au Far-West.

C’est son ami qui lui apprendra le massacre à grande échelle des Indiens, chronique d’une mort annoncée…

Ce qui fait l’originalité de ce roman graphique, c’est d’abord le traitement de l’image. C’est à travers l’objectif de Joseph que nous découvrons lieux et gens. La gamme des sépias, des bleus dans les scènes de nuit, le traitement de la lumière sont ceux de la prise de vue photographique et de la nouvelle technique du collodion sur plaque. Cela nous permet un coup d’œil sur l’évolution de cet art ; le dessinateur nous donne à voir des clichés autant que des dessins, y compris les négatifs des photos de Joseph avant qu’il ne les développe. Par ailleurs l’auteur, très bien documenté, donne à lire aussi bien l’anglais de Wallace dans son carnet que les langues orales des Amérindiens, transcrites en phonétique. Et même si nous n’avons pas les clés pour déchiffrer ces paroles en Lakota, on y croit, effet de réel garanti.

Le récit n’est certes pas exempt d’un certain manichéisme, les Indiens n’y apparaissent que sous leur jour le plus flatteur, mais sans doute n’est-ce que justice…

Plus profondément, la BD nous mène à une interrogation sur le statut de la photo et du photographe, « celui qui regarde »… Comme s’il fallait choisir entre photographier et agir.
Joseph Wallace a rêvé de faire un livre de ses clichés, mais suffit-il de témoigner avec des photos de la beauté d’un monde englouti, de la violence qui est faite aux peuples et aux animaux pour agir sur le monde ? Brûlante question d’actualité.

Thierry Murat a fort bien réussi son coup, on est en empathie avec son personnage, on est à même de saisir ses interrogations et l’on garde sur la rétine ces clichés d’un monde disparu.

Danielle Trotzky

160 p., 23 €

Du même auteur (Boulevard de la BD, 15 nov. 2015)

http://boulevarddelabd.com/au-vent-mauvais/

To-day

Une vie – Winston Smith, la biographie retrouvée T.1 & 2/6

de Guillaume Martinez (dessin) et Christian Perrissin (scénario)  – Ed. Futuropolis – D’après le roman autobiographique de l’écrivain et reporter anglais Dover W. Smith (1903-1984)
9782754808897couve_une_vie-t2_telT.1 : 1903-1984, Land Priors
T.2 : 1917-1921, King’s scholar

En librairie le 15 juin

Juin 1984, un hôtelier de Saint-Véran dans les Hautes-Alpes appelle une jeune femme, Anna Laurens, pour l’informer qu’il doit remettre à sa mère une enveloppe qui lui a été confiée par un certain Dover Smith, au cas où… Or, Smith vient de mourir accidentellement.

Anna informe son interlocuteur du décès de sa mère quatre ans auparavant, puis elle se rend à Saint-Véran. Dans l’enveloppe destinée à la défunte, elle découvre une lettre, un passeport et la clé d’une malle, qui contient des reliques du passé, quelques photographies de sa mère et d’elle et un manuscrit intitulé « Confessions d’un imposteur ». C’est ainsi que débute le premier tome de cette histoire aux multiples rebondissements.

L’imposteur, c’est Winston Smith, élève au collège de Land Priors du fait que sa mère, Fraülein Kiki, y tient un emploi de cuisinière. Eperdument amoureux de Julia, l’épouse du directeur, Smith parvient, à la suite d’un incident grave qui met en jeu la naissance de l’enfant du couple, à tirer son épingle du jeu et à devenir le protégé de celui-là même qu’il espérait tromper. Il y gagne la possibilité de préparer son examen d’entrée au prestigieux collège d’Eton.

Alternant récit de la jeune femme et témoignage de l’auteur du manuscrit, le second tome retrace ses années à Eton.mep_une_vie-t2-6_telCe séjour inattendu à la montagne réserve bien des surprises à Anna. Outre la découverte des secrets de famille, les routes trop enneigées l’obligent à le prolonger. Cela n’arrange pas les histoires sentimentales qu’elle a laissées en suspens à Nice, mais l’hôtelier se montre si accueillant et la montagne, tellement apaisante…

Et la vie de Winston Smith, plus mystérieuse que prévu.

Ami d’Aldous Huxley, de Katharine Hepburn, d’Humphrey Bogart et de George Orwell – à qui il a inspiré le héros de 1984 – Dover W. Smith était également un grand voyageur, doublé d’un aventurier.

La vie à Eton est rude, les impétrants sont livrés à un directeur d’études et à un élève de dernière année qui ont tout pouvoir sur eux et en abusent fréquemment. Les nouveaux venus doivent rapidement intégrer les codes qui prévalent et subir la coutume des coups de cane. La cruauté de l’environnement est d’autant plus féroce que la différence d’origine sociale est patente. À cette rudesse de formation s’ajoute un isolement familial. Fraülein Kiki, chassée du collège pour avoir giflé un élève, a trouvé refuge chez un comte qu’elle avait servi dans sa jeunesse.

La mort dans ces années de guerre fait non seulement des ravages dans les rangs des élèves et des professeurs, mais enlève également Fraülein Kiki à Winston. Invité à séjourner quelques jours dans le château du comte, il tombe en arrêt devant le portrait du fils de ce dernier, qui lui ressemble comme un frère.

Souffrant d’une commotion à la suite de cette découverte, le jeune homme est soigné à Land Priors par Julia. Une brève idylle s’en suit, mais sa fille disparait…mep_une_vie-t2-7_telLe manuscrit devient passionnant et  la simplicité chaleureuse de l’hôtelier donne envie de prolonger le séjour. Mêler enquête et romance ne serait pas désagréable…
Mais laissons Anna Laurens à ses découvertes… jusqu’à la publication du troisième tome, en 2007, de cette saga captivante.

Nicole Cortesi-Grou

72 p., 15 € x 2

Visuels © Futuropolis

To-day

Le jardin de Minuit

484329a0442431ebd2ff5614606e6475d’après le roman de Philippa PearceTom et le jardin de minuit, adaptation Edith – Ed. Soleil –

Pépite de la BD, Salon du Livre et de la Presse Jeunesse, Montreuil 2015 –

Le frère de Tom a attrapé la rougeole et le petit garçon est contraint d’aller passer ses vacances chez son oncle et sa tante. Ils habitent un appartement sans charme, situé dans un immeuble qui donne sur une cour tout ce qu’il y a de plus banale. Dans le hall d’entrée, Tom remarque une vieille horloge sur pied qui, lui précise son oncle, n’indique jamais l’heure exacte. Elle est là depuis toujours, interdiction formelle d’y toucher. On suppose qu’elle appartient à la vieille dame un peu revêche qui vit à l’étage supérieur. Interdiction également de sortir avant que l’on ne soit certain qu’il n’est plus contagieux.le_jardin_de_minuit_image2

Une nuit, Tom entend l’horloge sonner. Il compte un deux, trois, quatre… treize coups ! Il descend, ouvre une porte qui laisse filtrer un rai de lumière… et se retrouve dans un immense jardin.648x415_jardin-minuit-extrait

Jour après jour, Tom va consigner par écrit ce qu’il vit la nuit lorsqu’il rejoint cet espace d’éternité, hors de toute réalité et où le temps s’écoule à un rythme très inhabituel.58-JardinMinuit_case1

Il y rencontre des enfants qui semblent ne pas le voir, à l’exception de Hatty, une fillette de son âge.

On pense bien entendu au Monde de Narnia, mais aussi à l’univers de Hayao Miyasaki, et en particulier à Arriety, dont il a signé le scénario.

Le découpage en courts chapitres permet aux plus jeunes lecteurs d’entrer de plain-pied dans cette histoire à plusieurs niveaux de lecture et il y a fort à parier qu’ils seront conquis par cette fable entre réalité et fantastique, superbement illustrée par Edith. Quant aux adultes, ils percevront sans peine son ouverture sur ce qu’Einstein a appelé « la relativité restreinte ».
Les dernières planches – la clé de l’énigme – sont particulièrement émouvantes.
À (re) découvrir !
A. C.
96 p., 17 €

To-day