La cape de Pierre – Ed. La Joie de lire

Depuis janvier 2020 – © I M Kjølstadmyr, Ø. Torseter/La Joie de lire – Tout public

Paris, au début du 20è siècle.

L’homme à la tête d’éléphant qui figure sur la couverture de ce nouvel opus imaginé par la Norvégienne Inger Marie Kjølstadmyr et son compatriote Øyvin Torseter n’est pas un inconnu pour les lecteurs de la rubrique Littérature Jeunesse de Bd/BD. Pas plus qu’il ne l’est pour leurs parents. Tous l’ont découvert précédemment dans le « rôle » d’un riche collectionneur d’objets insolites, à la recherche de l’aventurier qui l’aidera à dénicher l’œil le plus gros du monde*. Cet homme ne portait alors pas de chapeau melon riquiqui, mais une casquette de marinier. L’histoire était insolite, et, comme celle qui l’avait précédée** et celle qui nous occupe aujourd’hui, avait pour ingrédients un zeste de mythologie saupoudré d’une bonne dose de dépassement de soi.

Ici, c’est l’ami fidèle de Pierre qui raconte à son jeune client ce qu’il est advenu de ce singulier personnage dont le portrait trône en bonne place dans son salon de coiffure.

Pierre avait réalisé son rêve le plus accessible : il était à force de travail devenu un tailleur célèbre dont le nom courait sur les lèvres de celles et ceux qui attendaient patiemment leur tour avant de pénêtrer dans le « saint des saints » afin d’y commander ou de se procurer le vêtement convoité.

Les jours d’accalmie, Pierre créait de nouveaux modèles… et rêvait.

Il rêvait d’accomplir une action d’éclat qui inscrirait à jamais son nom dans le Grand livre des Exploits. Certains s’y étaient essayé dans le passé, mais ils s’étaient brûlé les ailes. D’autres y étaient parvenus, mais avec des moyens trop visibles qui, pensait Pierre, avaient eu pour effet de minorer la magie de l’instant. Qu’en serait-il de lui ?

Une réussite et de nouveau une très belle surprise. L’originalité de la fable, qui comme toujours comporte plusieurs niveaux de lecture, est accentuée par l’étrangeté physique de ses nombreux personnages et son dessin artistiquement inclassable.

Mais s’agit-il vraiment d’une surprise pour celles et ceux qui ont précédemment lu les albums illustrés par l’un des artistes les plus originaux du moment ?

Anne Calmat

56 p., 16,90 €

  • Tête de mule, oct. 2016 (voir Archives)
  • Mulysse prend le large, nov. 2018 (voir Archives)

Angoulême : Prix Konishi – expo Yoshiharu Tsuge

Le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême continue de mettre à l’honneur le manga japonais, avec notamment deux expositions consacrées à Yoshiharu Tsuge et Yukito Kishiro. Inio Asano, auteur de DeadDead Demon’s Dededede Destruction, Grand Prix Konishi 2019 pour la traduction de mangas, sera également présent. Cette année encore la cérémonie se déroulera le vendredi 31 janvier à partir de 17 h 15 sur la scène du Manga City, situé à proximité de la gare. Le nom du ou de la lauréate de cette troisième édition y sera dévoilé.

Pleins feux sur Yoshiharu Tsuge

Cette toute première exposition consacrée à Yoshiharu Tsuge, s’appuyant sur un grand nombre d’originaux, proposera une exploration de la poétique, mais aussi des thèmes et du rôle historique de cette figure majeure de la bande dessinée mondiale.

À 17h40, la cérémonie sera suivie, toujours sur la scène du Manga City, d’une rencontre exceptionnelle autour de l’œuvre du mangaka, avec Léopold Dahan, à la fois traducteur et commissaire de l’exposition qui lui est dédiée. Léopold Dahan y présentera son travail de traduction sur Les fleurs rouges et La vis, les difficultés rencontrées sur ces traductions, les solutions trouvées, les particularités de l’écriture de Yoshiharu Tsuge. Autant d’anecdotes savoureuses qui permettront à un public non-japonisant de découvrir les problématiques concrètes et quotidiennes auxquelles est confronté un traducteur de manga. Cette rencontre, placée sous la houlette de Xavier Guilbert, membre du Grand Jury du Prix Konishi Manga 2020 et commissaire de l’exposition Yoshiharu Tsuge, reviendra aussi plus largement sur l’œuvre du maître, son charme et son originalité.

Où l’on (re)découvre L’Homme sans talent

Ce qu’en dit l’éditeur. « Chef-d’œuvre : voilà un mot bien galvaudé, mais amplement mérité par ce magnifique joyau noir qu’est L’Homme sans talent. Initialement publiée dans les années 80 au Japon, puis traduite en français en 2004, cette œuvre emblématique du watakushi manga («bande dessinée du Moi») n’était plus disponible depuis de nombreuses années ; les éditions Atrabile sont incroyablement fières et heureuses de pouvoir donner une nouvelle vie à ce livre qui mérite d’être lu et relu. Ed. Atrabile, nov. 2018

Copitright Y. Tsuge/ Ed. Atrabile – Traduction de Kaoru Sekizumi et Frédéric Boilet. Adaptation graphique de Frédéric Boilet.
Préface de Stéphane Beaujean.et Léopold Dahan.
Copyright Y. T./ Ed. Atrabile
Copyright Y. T./ Ed. Atrabile

Le personnage central en est un auteur de manga, intègre et jusqu’au-boutiste, qui refuse les compromis et les travaux de commande. Face aux vicissitudes de l’existence, il paraît décidé à faire de sa vie une étrange ode à l’échec en vendant des cailloux piochés dans la rivière, dont personne ne semble vouloir. Lentement mais sûrement, il se met lui-même au ban d’une société qui ne l’intéresse plus, comme un laissé-pour-compte volontaire. Ne répondant que mollement aux injonctions répétées de sa femme, qui le conjure de trouver une solution à leur situation et donner enfin une vie digne à sa petite famille, cet «homme sans talent» persévère, bricole et s’enfonce lentement dans la précarité et une certaine misère sociale… Au fil des pages, Yoshiharu Tsuge transforme ce ratage annoncé en un poème lancinant, un véritable éloge de la fuite et une belle invitation à célébrer l’immanence des choses, le tout porté par une touche d’humour et d’ironie salvatrice. Figure emblématique du manga d’auteur, malgré tout peu connu chez nous, Yoshiharu Tsuge est un des auteurs les plus respectés, révérés et étudiés au Japon.

Copyright Y. T./ Ed. Atrabile

L’Homme sans talent, dans sa précédente édition, avait été nommé en 2005 au 32e Festival d’Angoulême pour le prix du Meilleur album de l’année. Il avait également remporté un succès aussi bien public que critique. Pas loin de quinze ans après sa première publication en France, gageons que ce titre mythique devrait à nouveau conquérir bien des lecteurs…

224 p., 22€

Benalla & Moi


Editions SEUIL – Depuis le 9 janvier 2020 –
96 p.,18,90 € – © A. Chemin, F. Krug, J. Solé / Seuil

Benalla & Moi ou Les dessous de l’affaire par ceux qui l’ont révélée : Ariane Chemin, grand reporter au Monde, et François Krug, journaliste politique et d’investigation (Le Monde, M, Rue 89). Les dessins sont signés Julien Solé.

« Moi », c’est Lui…

Détail planche p. 9

Sur les premières planches, Emmanuel Macon apparaît en majesté le 7 mai 2017 à 22h15, cependant que les premières mesures de L’Hymne à la joie emplissent la cour du Louvre. À peine aperçoit-on Alexandre Benalla qui veille dans l’ombre, il n’existe pas encore aux yeux du public, mais ça ne va pas durer.

Puis nous remontons le temps et nous nous retrouvons à la permanence du candidat Macron, dans le 15è arrondissement de Paris. Nous croisons Alexis Kohler, Ismaël Emelien, Ludovic Chaker, Sibeth Ndiaye… tous acquis à la cause de cet homme brillant, rompu à l’art de la rhétorique et à celui de se mettre en scène. Combien sont-ils encore aujourd’hui dans les mêmes dispositions d’esprit à son égard ? Beaucoup ont pris leurs distances, ont été virés ou ont démissionné.

Benalla est là, à l’aise comme un poisson dans l’eau. Salut Ludo. Salut Alex. N’est-il pas le seul autorisé à accéder à l’étage occupé par « le patron » et ses poches conseillers ?

A 26 ans, ce fils d’enseignants d’origine marocaine va être chargé de coordonner la sécurité du futur Président de la République. Il a de son côté pris soin de constituer sa propre équipe de gros bras, parmi lesquels on trouve un certain Vincent Crase. Emmanuel Macron peut dormir sur ses deux oreilles.

Nous découvrons ensuite la trajectoire de ce jeune homme qui, gamin, se rêvait garde du corps au service des plus hautes personnalités. Il a déjà un beau CV dans le secteur politique lorsqu’il se rapproche d’Emmanuel Macron. Il est sympathique, intelligent, débrouillard, pragmatique et n’a pas froid aux yeux. L’admiration sans bornes qu’il voue à l’ex-ministre de François Hollande va en retour lui valoir un rapport privilégié avec le futur couple présidentiel.

Dès lors, tout va très vite. Le passionné de super-héros hollywoodiens qu’il était à l’âge de 10 ans se retrouve Adjoint au Chef de cabinet de la Présidence de la République ; mais le 1er Mai 2018, la machine si parfaitement huilée s’enraye : Benalla veut faire du zèle et se prend pour Superman.

On connaît la suite : la tentative d’étouffer « l’incident de la Contrescarpe », les vidéos bidouillées, la curée médiatique, la commission parlementaire, la conférence hors-sol de Macron à la Maison de l’Amérique, dont après coup on comprend mieux le mea culpa de celui qui a donné un pouvoir démesuré à son protégé sans lui en fournir le mode d’emploi. La phrase suivante, « Qu’ils viennent me chercher », fiche tout par terre et va lui coller à la peau comme le sparadrap du capitaine Hadock. Viennent alors la révélation de contrats juteux passés avec des oligarques russes, la dérogation aux règles du contôle judiciaire, les mises sur écoutes, les voyages d’affaires, le passeport diplomatique, avec pour conséquence la prise de distance contrainte et forcée de l’Elysée.

Fini l’état de grâce, l’ancien monde a rejoint le nouveau, celui où tout finit par se savoir. Emmanuel Macron va y laisser pas mal de plumes, sans pour autant perdre sa fâcheuse propension aux déclarations à l’emporte-pièce, qui seront dès lors systématiquement relayées via les réseaux sociaux. Cependant que Alexandre Benalla est bien décidé à profiter de sa notoriété pour devenir l’un de ces hommes d’affaires qu’enfant il rêvait de protéger…

Ce récit, qui pourrait avoir été inspiré d’une fable de La Fontaine (ou qui l’aurait inspiré), repose sur les enquêtes publiées depuis 2018 par Ariane Chemin et François Krug dans Le Monde, sur celles du Canard enchaîné, Médiapart et France 2, ainsi que sur l’essai de Sophie Coignard, auteure de Benalla la vraie histoire (Ed. De l’Observatoire, 2019), auxquels ont été ajoutés les témoignages recueillis auprès de nombeux acteurs et témoins directs de « l’affaire » et la retranscription d’interviews accordées à la presse par Alexandre Benalla himself.

A.C.

C’est comme ça que je disparais – Mirion Malle – Ed. La ville brûle


En librairie le 17 Janvier 2020
© M. Malle/La ville brûle – 208 p., 19€

Mirion Malle, que Boulevard de la BD avait découverte en janvier 2019 avec La ligue des super féministes (v. Archives), nous revient avec ce roman graphique particulièrement attachant, tout en demi-teintes et en finesse. C’est comme ça que je disparais traite du Secret – avec un S majuscule, au regard des petits secrets dont chacun est porteur ou dépositaire – qui opresse et dont on ne se libère que sous certaines conditions.

Sur les premières planches de l’album, une jeune femme, Clara, que l’on prend tout d’abord pour une adolescente, se confie à sa psy. La nonchalance de sa posture contraste avec le propos qu’elle a tenu précédemment, et qui ne nous sera révélé qu’à la toute fin du livre. La thérapeute est mutique, ou dans le meilleur des cas consent à lâcher un Mm… Pourquoi ? Clara évoque, entre autres choses, le fantasme qui l’habite régulièrement de mettre fin à ses jours, comme par jeu, pour voir. Les termes qu’elle emploie nous semblent d’abord insolites, puis on apprend que l’action se déroule au Québec. Ne percevant aucune once d’empathie chez son interlocutrice, Clara décide qu’elle ira chercher ailleurs une oreille plus récéptive.

Fin de l’épisode, cependant que son mal de vivre lui laisse peu de répit.

Clara est attachée de presse dans une maison d’édition. Un nouveau titre est sur le point de paraître, elle est submergée de boulot, épuisée. Elle a elle-même écrit un roman, au grand désintérêt de la plupart de ses collègues, et en attaque un second : une lutte avec les mots qui sans cesse se dérobent. Clara ne manque pas d’amies, mais leur sollicitude semble lui peser, elle préfère être seule, se réfugier sous sa couette dès qu’elle le peut, son téléphone à portée de main.

Nous la retrouvons en compagnie de trois de ses amies à l’occasion de l’anniversaire de l’une de leurs copines. Arrivées à bon port, les conversations tournent autour des mecs un peu lourds, très lourds même. Clara intervient peu. Elle sait cependant se montrer attentive aux autres et même être une conseillère avisée lorsqu’il le faut…

Bien que le titre de ce roman graphique d’une actualité brûlante ait été inspiré à Miron Malle par celui d’un album du groupe de rock-punk américain, MCR, on pense plutôt au « Mal de vivre, qu’il faut bien vivre, vaille que vivre » de la chanteuse Barbara ; et on se dit une fois encore que toute situation porteuse de destruction psychologique renferme en elle tous les possibles, pour peu que l’on saisisse la main qui se tend (la gauche, celle du cœur) et que viennent les mots trop longtemps retenus.

Anne Calmat

Mirion Malle est une autrice et dessinatrice de bande dessinée française, qui vit aujourd’hui à Montréal. Elle s’est formée à l’ESA Saint-Luc (Bruxelles). Elles est également titulaire d’un master de sociologie, spécialité Études féministes.

Mirion Malle

Bien connue pour ses BD didactiques, elle a publié en 2016 Commando Culotte (Ed. Ankama), en 2017, elle illustre Les règles, quelle aventure ! d’Elise Thiébaut (Ed. La ville brûle), un livre destiné aux pré-ados et aux ados. En janvier 2019, elle publie La Ligue des super-féministes (Ed. La ville brûle).

Amy Winehouse for ever

Editions Taschen – Copyright Blake Wood / Taschen

«Ce n’est en rien une histoire sombre ou tragique comme les médias l’ont faussement rapporté. Elle était une âme exceptionnelle et aimante qui remporta des victoires personnelles incroyables, et c’est ce que je vois dans ces images.» 

Blake Wood

Quand en 2007, au lendemain d’une rupture, le photographe américain de 22 ans, Blake Wood, arrive à Londres, un ami commun lui présente Amy Winehouse. La chanteuse à la voix brute et sensuelle, qui vient de remporter cinq Grammy Awards pour son album de 2006, Back to Black, est alors au sommet de sa gloire, mais elle se débat dans une relation sentimentale compliquée et vit difficilement l’attention permanente que lui portent les médias. Unis par une même créativité et des histoires personnelles similaires, Wood et Winehouse bâtissent rapidement une amitié profonde, et ne se quitteront plus pendant deux ans.

Les images de Winehouse en concert à Paris ou jouant de la batterie dans le studio aménagé chez elle à Camden Town, à Londres, côtoient les portraits tendres de la jeune femme insouciante et détendue à Sainte-Lucie, ou charmeuse devant l’appareil photo, pour composer ce journal intime de la diva de la soul au moment où elle était l’une des voix les plus célèbres sur la planète.

L’histoire de cette étroite collaboration émotionnelle se raconte à travers l’objectif de son confident, au fil de 85 photos couleur et noir et blanc, la plupart inédites, qui révèlent l’amour, la confiance et le respect qu’ils se vouaient l’un à l’autre. Guidé par un texte de la célèbre critique de la culture pop, Nancy Jo Sales, découvrez une facette rare et plus légère de cette icône regrettée, totalement elle-même sous le regard de son ami, une fille de Londres, qui profitait à fond de la vie.

176 p., 30€

La Légèreté

de Catherine Meurisse (scénario, dessin, couleurs) – Ed. Dargaud – Préface Philippe Lançon

Couverture
copyright C. Meurisse / Dargaud – Parution le 29 avril 2016

Dans La Légèreté, l’auteure pose cette question : suite à un grand traumatisme, le syndrome de Stendhal (ressentir des troubles physiques à la vue d’une œuvre d’art) peut-il soulager de celui du 7 janvier, quand de surcroît ses effets ont été redoublées par le choc du 13 novembre ?

La légèreté peut-elle être reconquise, lorsqu’on se sent plombée par une mémoire qui vous renvoie en boucle des scènes du passé et qu’on a perdu d’un coup, son amant, ses collègues, son journal, son travail et l’inspiration ?

Page 7

Les premières planches de l’album montrent un paysage maritime peint aux couleurs de Turner, dans lequel un minuscule personnage féminin aux cheveux raides et aux yeux fixes, camouflés sous une capuche de duffle-coat, promène sa tristesse.
L’océan est toujours là, le monde est le même qu’avant, mais rien n’est plus pareil.

Page 12
Page 13

Une plongée dans une page colorée comme une toile de Rothko, couleur brasier, et nous voici ramenés au petit matin du 7 janvier 2015.

L’héroïne rumine sous sa couette sa rupture de la veille avec son amant marié, décidé à retrouver son épouse. Suivent toutes sortes de fantasmes qui cautérisent pour un temps les plaies du cœur, mais occasionnent ce qu’on appelle « une panne de réveil ». Son bus manqué, elle se rend à pied à la conférence de rédaction du journal où elle est dessinatrice : Charlie Hebdo.

À l’entrée de l’immeuble des cris l’arrêtent : « Ne pas monter », « des types ont emmené Coco », « une prise d’otages ».

Vite, se réfugier dans un bureau voisin avec Luz, croisé devant la porte, une galette des rois à la main ! De là, entendre Tak, tak, tak, tak, tak, puis… « Allez voir. »

Page 17

Après, tout fait problème. Il faut affronter l’impuissance à retrouver la main et l’esprit Charlie, pour que la vie continue malgré tout. Mais non, le passé s’invite sans cesse, l’équipe revit, les tueurs aussi. Les fantasmes tentent de transfigurer la réalité, les cauchemars la ramènent inexorablement. Rien n’empêche la paralysie qui gagne. Alors mieux vaut prendre du champ, retrouver Proust à Cabourg, son lieu d’enfance préféré, son ancien amoureux, la pureté des montagnes, oui les montagnes, ça fait du bien. Et tenter même l’exorcisme du retour sur le lieu du massacre. Mais voilà qu’au Bataclan, le 13 novembre… Alors ?

Retrouver Dostoïevski, qui écrivait  « La beauté sauvera le monde ». Se souvenir que Serge Boulgakov a repris cette déclaration à son compte, en y ajoutant : « …et l’Art en est un instrument. »

Il faut aller trouver la beauté là où elle est, et s’y immerger.

La beauté attend Catherine à Rome, dans le refuge de la Villa Médicis. Stendhal lui servira de guide occasionnel, mais il n’empêchera pas, qu’involontairement les statues martyrisées par le temps paraîtront des victimes et que les tragédies évoquées par les ruines antiques feront écho à celle, intérieure.

C’est finalement à Paris, au musée Louvre, que le plomb cédera. L’abréaction commencera devant Le Radeau de la Méduse, image parfaite d’une salle de rédaction après le passage des tueurs et avant l’arrivée des secours. Elle se parachèvera dans la pénombre annonciatrice de la fermeture du musée, par le surgissement de la beauté, à travers La Diseuse de bonne aventure du Caravage.
L’océan, achèvera le processus thérapeutique. Alors, et alors seulement, les choses pourront se dire, et mieux se dessiner.

Page 9

Au début de l’album, les dessins en noir et blanc sont éclairés de-ci de-là par une tache de couleur. Au fur et à mesure du retour de la pulsion de vie, de grandes pages polychromes figurent des lieux, et plus loin des personnages. Ça et là, des planches à la manière de… évoquent les deux peintres de référence : Turner et Rothko. La dernière mêle les tonalités de l’océan au tracé de Rothko.
Cette narration bouleversante privilégie un graphisme au trait simple, enfantin dans le meilleur sens du terme, et un ton qui s’accorde parfaitement au parcours de résilience de l’héroïne.

Nicole Cortesi-Grou

136 p., 19,99 €

7 janvier 2020, cinq ans après l’attentat, Charlie hebdo sort un numéro spécial.