Le culte de Mars – Mobidic – Ed. Delcourt

Copyright Mobidic / Delcourt – Depuis le 17 juin 2020

Mars, planète de tous les fantasmes. Il est vrai que le nom guerrier que lui a attribué l’astronome qui l’a découverte invite à sa conquête. Mais qui va la conquérir ? Ou plutôt, qui a conquis l’autre la première ? Dans les années 1960, les scientifiques américains s’interrogeaient sur l’origine des phénomènes étranges observés à de multiples reprises dans le ciel. Ils furent suivis un peu plus tard de témoignages d’atterrissages d’objets en forme de soucoupes inversées, puis de contacts avec leurs occupants. Les astrophysiciens n’excluaient pas que ces « unidentified flying objects » puissent venir de Mars. Des commissions furent créées un peu partout dans le monde, dont les conclusions s’accordaient sur le fait que dans un certain nombre de cas, rien n’indiquait qu’il puisse s’agir de témoignages subjectifs, nés d’esprits dérangés.

Voilà qui nous ramène au Culte de Mars, dont la couverture représente une fusée faite de bric et de broc, sur les performances de laquelle il serait difficile de parier un kopeck. Un homme, Hermès, collecteur et gardien des savoirs anciens tient serré contre lui un épais volume, que l’on imagine être précieux. Où sommes-nous ? De toute évidence sur la Terre. Mais à quelle époque ? La société que dépeint l’auteure dans un style flamboyant semble passablement divisée et chaotique ; on pense plutôt à des temps reculés.

Mobidic remet rapidement les pendules à l’heure…

Plusieurs décennies ont passé depuis le départ des colons, la vie sur Terre a repris ses droits, mais parmi ceux qui sont restés, un grand nombre s’accroche à l’idée que « Mars est le paradis et qu’ils ont été oubliés en enfer ». Ils n’ont en outre pas oublié la trahison de leurs semblables, c’est pourquoi ils ont construit cette fusée qui devrait, le moment venu, leur permettre de rejoindre la planète rouge.

Mais en quoi ce potentiel exode se justifie-t-il ? Ne serait-il pas plus sage, maintenant que sont cicatrisées les blessures infligées à la planète bleue par les générations précédentes, de miser sur cette bonne vieille Terre, tout en veillant à ne jamais reproduire les erreurs du passé ? De plus, qu’est-ce qui prouve que les pionniers d’antan sont arrivés à bon port ?

Pour la petite et probablement la grande Histoire, l’été 2020 verra partir trois missions robotiques vers Mars. Des étapes nécessaires avant que l’Homme ne puisse, peut-être, se rendre un jour sur la planète rouge. Si certains prétendent que cela pourrait arriver très vite, d’autres assurent qu’il faudra encore être patients. La NASA se serait déjà attelée au projet, tout comme l’Agence Spatiale Européenne.

Anne Calmat

112 p. 18,95 €

Depuis mai 2015 aux éditions Delcourt

De la même auteure

Roi Ours : un conte au graphisme soigné et vivant, aux couleurs éclatantes et généreuses, une ode à la tolérance, au partage et au respect d’autrui, pour narrer le destin sombre et hors norme d’une jeune fille, appartenant à une tribu polythéiste de la forêt.

L’odyssée d’Hakim (T.3) – De la Macédoine à la France – Fabien Toulmé – Ed. Delcourt

Depuis le 3 juin 2020 – Copyright F. Toulmé / Delcourt

Ce troisième et dernier volume débute par une rencontre entre Fabien Toulmé et les élèves d’un lycée du sud de la France. Le T. 3 de L’Odyssée d’Hakim n’a pas encore été publié, l’auteur leur fait un résumé des deux précédents, répond à leurs questions, met un certain nombre d’éléments en perspective, puis rejoint Hakim, afin de poursuivre et clore une longue conversation entamée en octobre 2016. (v. Archives, mai 2020)

Hakim décrit alors les dernières étapes d’un périple qui a duré quatre ans, jusqu’à cet ultime et éprouvant voyage à travers plusieurs pays de transit, qui va les mener, son tout jeune fils Hadi et lui, de la Macédoine à la France. Il évoque les longues marches de nuit avec d’autres réfugiés : ne pas se faire repérer, rester groupés pour faire échec aux brigands venus les dépouiller, ne pas oublier de se faire enregistrer dans les pays traversés, mais sans se tromper sur la nature de l’attestation de passage – demande d’asile ou simple laisser-passer ? Trouver où se laver, où se restaurer, pourvoir aux besoins du petit Hadi dont la vie lui est plus chère que la sienne, faire une halte chez l’habitant pour une nuit que l’on espère paisible. Et voir le maigre pécule qu’il avait emporté fondre comme neige au soleil.

Il y a eu des rencontres heureuses et celles qui l’étaient moins, des policiers bienveillants prêts à tendre la main, et les autres. Il y a eu des pays qu’il aurait fallu éviter, et ceux qui facilitaient la vie des migrants. « En Autriche, on avait l’impression d’être traités comme des personnes qui avaient une valeur, par opposition à la Hongrie où on se sentait comme des animaux, des criminels.» Il y a eu de grandes peines, des fausses joies, puis l’ineffable bonheur d’être tous réunis. Ensuite, le principe de réalité a eu beau rattraper Hakim, il saurait faire face.

Fabien Toulmé

Un sans faute comme d’habitude de la part de Fabien Toulmé, dont l’immense talent tient à la justesse de son écriture et à sa capacité nous faire partager son empathie. Nous sommes aux côtés de ses héros, nous les suivons pas à pas, partageons leurs attentes et leurs déceptions. Un témoignage puissant sur ce que c’est qu’être humain dans un monde qui parfois oublie de l’être.

Anne Calmat

304 p., 24,95 €

Extrait d’interview de Fabien Toulmé (© Delcourt).

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans cette dernière partie du récit ?

Chaque étape, prise de façon individuelle, est déjà très forte et doit être très dure à vivre, mais ce qui m’a le plus marqué c’est justement l’enchaînement, sans répit, de toutes ces étapes. Comment Hakim, avec un enfant qui savait à peine marcher, a-t-il pu endurer tout ce voyage en ne dormant quasiment jamais et dans des conditions très rudes ? J’avoue que je suis admiratif de sa force et de son courage.

D’ailleurs globalement, qu’est-ce qui t’a le plus étonné chez Hakim ? Et dans son récit ?

En plus de ce que je viens de dire, je pense que c’est sa résilience. Sa capacité à faire de l’humour sur des moments durs de son parcours. Et je suis également impressionné par sa patience, le temps qu’il a pris pour me raconter, en détail, pendant plus d’un an et demi, toute son histoire.

Voir aussi « Ce n’est pas toi que j’attendais » (Archives mars 2017) et « Les deux vies de Baudoin » (idem)

The Nobody – Jeff Lemire – Ed. Futuropolis

Depuis le 22 juin 2020 – Copyright J. Lemire / Futuropolis

Pour l’écriture de cet album, Jeff Lemire s’est inspiré du roman de G.H. Welles, Homme invisible (publié en 1897). Fasciné par les conquêtes de la science au 19è siècle, Wells y décrivait la destinée d’un homme, le physicien Griffin, qui avait découvert un moyen de rendre transparents les tissus, y compris les cellules vivantes. Après avoir expérimenté le procédé sur lui, il s’était aperçu que ses vêtements et la nourriture qu’il absorbait demeuraient visibles. Une solution s’était alors offerte à lui, le temps de trouver la formule qui lui rendrait son apparence : des bandelettes sur tout le corps, des lunettes noires et un chapeau.

La bande dessinée – captivante de la première à la dernière planche – met ici l’accent sur la quête d’identité et la destruction toujours possible d’une communauté, jusque-là paisible.

Dans The Nobody, un dénommé John Griffen débarque dans une petite bourgade et se rend à l’unique motel du coin. Il ne passe pas inaperçu. La nouvelle de l’irruption de cette « momie ambulante » au sein du paisible Large Mouth se répand comme une trainée de poudre et les difficultés ne tardent à fondre sur lui. Conscient de l’hostilité que sa présence suscite, l’homme sans nom opte pour un confinement quasi permanent dans ledit motel. Pour Vickie (la narratrice), une ado solitaire qui rêve d’un ailleurs, l’inconnu symbolise à lui seul le mystère fantasmé du monde extérieur. Un soir elle frappe à sa porte, John laisse entrer celle qui lui a sauvé la mise en lui permettant de venir chercher quotidiennement ses repas au restau de Large Mouth. Il lui confie qu’il est là dans l’unique but de poursuivre en toute tranquillité des travaux scientifiques, dont il lui livre la teneur.

Vérité ? Mensonges ? L’homme est-il ce qu’il prétend ? Beaucoup en doutent. Que fuit-il ? Jeff Lemire lève les voiles les uns après les autres, cependant que le pouvoir de nuisance des idées reçues fait lentement son œuvre et que la paranoïa gagne les esprits. Dans un monde où la différence n’a pas sa place, la disparition d’une serveuse va suffire pour que Griffen soit tout naturellement désigné comme le seul coupable possible, et traqué comme tel. Son sort sera-t-il aussi dramatique que celui subi par son « prédécesseur », le physicien Griffin ?

Anne Calmat

Jeff Lemire

Jeff Lemire (né le 21 mars 1976 dans le Comté d’Essex) est un auteur de bande dessinée canadien. Il publie à la fois pour la scène alternative et pour le grand groupe DC Comics, où il est principalement scénariste. Jeff Lemire est né et a été élevé dans le comté d’Essex (Canada), près du Lac Saint-Claire. Il a étudié le cinéma, puis décidé de poursuivre dans le comics quand il a réalisé que sa personnalité solitaire ne collait pas avec le métier de réalisateur. The Nobody, sorti en 2009, est une réédition.
144 p., 20 €

Roberto & Gélatine Cache-cache – Germano Zullo – Albertine – Ed. La Joie de lire

Depuis le 9 juin – Copyright G. Zullo, Albertine / Joie de lire

Les temps changent. Autrefois on aurait dit d’un tel album qu’il s’adresse aux jeunes de 7 à 77 ans, aujourd’hui, on peut affirmer qu’il parlera aux lectrices et lecteurs de 4 à 88 ans. Un sacré vol-plané ! Les plus jeunes, qui adorent qu’on leur raconte encore et encore la même histoire, se reconnaîtront dans celle-ci ; il n’est en outre pas exclu que les plus anciens essuient une larmichette en la partageant avec leurs petits démons (et merveilles).

Les souvenirs remonteront alors à la surface…

Comme Roberto, vous êtes plongé(e) dans un roman passionnant, au plus fort de l’action, et voilà que votre petit-fils ou votre petite-fille vous réquisitionne pour une partie de cache-cache. « Je n’ai pas le temps de jouer » lui dites-vous. Mon œil ! Vous avez beau protester, rien n’y fait. Vous capitulez, tout en tentant de ne pas perdre la face : « Alors juste une fois, après tu me laisses tranquille !» Vous faites alors semblant de chercher, en vous parlant à vous-même : « Ça ne peut pas être là, l’espace est trop petit ! » « Peut-être dans ce coffre… Non… Alors derrière la porte de la salle de bains… Tiens, c’est bizarre, tous les vêtements qui étaient dans le panier en osier sont maintenant éparpillés par terre… »

Vous entendez un rire étouffé, vous faites la sourde oreille, vous apercevez l’extrémité d’un pied qui dépasse d’un énorme coussin, vous passez votre chemin. Tout cela fait partie d’un rituel auquel grands et petits se plient avec un égal bonheur.

L’album concocté par Germano Zullo et Albertine – un enchantement ! – perpétue avec élégance et espièglerie ce moment de partage, dont on a eu un jour ou l’autre la nostalgie. C’est tout simple, plein de poésie et de vitalité ; le duo Germano Zullo & Albertine fonctionne cette fois encore à la perfection. (v. aussi Archives BdBD : Le Président du monde, Les Oiseaux et le premier opus de Alberto et Gélatine).

Délicieux comme une pomme d’amour.

Anne Calmat

88 p., 14,90 €

Nous étions les ennemis – George Takei – Steven Scott- Justin Eisinger – Harmony Becker – Ed. Futuropolis

Depuis fin mai 2020 – Copyright Futuropolis

Suite de l’attaque surprise du Japon contre la base américaine de Pearl Harbor, qui aura pour effet de décider les USA à participer à la Seconde Guerre mondiale, 120 000 Américains d’origine japonaise seront emprisonnés dans des camps par le gouvernement de F.D. Roosevelt. C’est cet épisode historique, vécu par un jeune enfant, Georges Takei, qui nous est ici donné de découvrir.

Après avoir fait connaissance de la famille Takei, nous assistons dans un premier temps à la mise à l’écart des soi-disant « ennemis des Etats-Unis » et à leur installation dans des stalles d’écurie « qui sentent le crottin ». Une expérience aussi humiliante que dégradante, se souvient George. Nous assistons ensuite à leur transfert, en octobre 1942, avec des milliers d’autres familles, dans un camp d’internement appelé « centre de relogement », situé dans l’Arkansas.

Il faut prendre ses marques, positiver, les parents des trois enfants savaient faire : « On part en vacances » a dit Norman Takei à ses petits. On pense au film de Roberto Benigni, La vie est belle (1997).

Au camp Rohwer, la population est hétérogène, Norman est convaincu de la nécessité de former une communauté soudée, avec un porte-parole. Ce sera chose faite. Les enfants s’adaptent à leur nouvelle vie, se font des copains, accueillent les premières neiges avec joie. Noël est là. Un faux père Noël japonais fait son apparition, le petit George n’est pas dupe, mais il ne laisse rien paraître.

Puis vient le temps où les « assignés à résidence » doivent prendre position, remplir un questionnaire, prouver leur loyauté envers un pays qui les a traités de « sales japs », enfermés dans des camps entourés de barbelés et ne leur a ‘accordé la nationalité américaine qu’avec parcimonie et suspicion.

Le faire reviendrait à reconnaître le bien-fondé du traitement qu’ils subissent, et le cas échéant accepter d’aller trucider ceux dont ils sont issus. Certains cocheront la case « yes », pas les Takei. Tous les objecteurs de conscience seront envoyés au camp Tule Lake en Californie, plus dur que le précédent. Mais, au détour d’une projection, le petit George découvrira cette chose inouïe qu’est le cinéma…

George Takei, alias le capitaine Hikaru Sulu dans la série « Star Trek »

La suite de ce roman introspectif, tout en sobriété, est à découvrir. Absolument.

George Takei n’est plus acteur, mais il reste un infatigable militant en faveur de la justice sociale, de l’égalité devant le mariage des LGBTQ… et contre la personne de Donald Trump. Avec cette autobiographie dessinée, dans laquelle il revient sur ses années passées dans les camps d’internement, c’est une autre facette de sa personnalité qui nous est ainsi livrée..

Anne Calmat

206 p., 25 €

Falloujah Ma campagne perdue – Feurat Alani – Halim – Ed. Steinkis, Coll. Témoins du monde

Falloujah Ma campagne perdue inaugure la nouvelle collection des éditions Steinkis : « Témoins du monde ».

Sortie en mars 2020 – Copyright F. Alani, Halim / Steinkis

2004, quelques semaines après la bataille de Falloujah, le journaliste franco-irakien, Feurat Alani, arrive clandestinement en Irak, où il retrouve ses oncles paternels. Les autorités irakiennes ne souhaitent pas que la presse étrangère vienne « fourrer son nez » dans leurs affaires, c’est à dire constater de visu ce qu’est devenue la Cité des mosquées au lendemain de l’opération Phantom Fury menée par l’armée américaine et appuyée par le gouvernement intérimaire irakien. Ce que précisément, il est venu faire.

Des milliers de soldats ont alors encerclé la ville, en représailles à une révolte sanglante de la population, liée à leur non-respect des traditions religieuses du pays occupé.

p. 53

Feurat Alani va recueillir les témoignages de civils et de combattants irakiens. Cette succession de récits, entrecoupée de souvenirs de nuits passées à compter les étoiles filantes sur le toit de la maison familiale lorsque, enfant, il venait de France passer ses vacances à Falloujah, nous mène progressivement à l’objet de ce roman graphique : les forces armées envoyées par Gorges W. Bush (celui-là même qui en octobre 2002 avait accusé Saddam Hussein de posséder des armes de destruction massive) ont-elles largué des bombes au phosphore blanc et à l’uranium appauvri sur la cité des mosquées en 2004, comme l’apparition presque concomitante de cancers, de leucémies et de bébés mal formés à la naissance, semble l’attester ? Alani en aura par la suite la confirmation en poursuivant ses investigations auprès d’anciens Marines.

p. 69

Il va de soi que ce manquement à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques de 1992 participera à l’émergence l’État islamique quelques années plus tard, les hautes instances irakiennes s’étant refusé à endosser une quelconque responsabilité dans ce qui est advenu après le départ de l’armée US, laissant alors les dissensions s’installer entre les tribus, et des groupes plus ou moins extrémistes, s’imposer.

« Des manifestations ont démarré à la sortie de Falloujah. Cet endroit a été surnommé « la Place de la Dignité ». Tout le monde, ici, proteste contre le gouvernement de Bagdad. Détruite puis délaissée et ostracisée depuis des années, Falloujah implose et malheureusement des drapeaux noirs apparaissent dans la foule. » p. 126 ©

p. 81

Un album bouleversant, pour lequel la force indéniable du récit-reportage de Feurat Alani, associée au montage graphique dense et expressif, presque cinématographique d’Halim – beaucoup de gros plans, qui sont comme autant de zooms sur une population qui a vu l’enfer s’abattre sur elle – donnent d’emblée ses lettres de noblesse à la nouvelle collection des éditions Steinkis.

Anne Calmat

126 p.,18 €

Profession Solidaire -Jean-François Corty – Jérémie Dres -Marie-Ange Rousseau – Ed. Steinkis

Copyright J-F Corty, J.D, M-A R /Ed. Steinkis – En librairie depuis le 4 juin 2020

La question migratoire est au cœur du discours politique et médiatique en France et en Europe, souvent traitée sous un angle sécuritaire où se côtoient fantasme, peur et données erronées…
Au cours de son expérience au sein de diverses ONG, Jean-François Corty a sillonné le monde (Erythrée, Afghanistan, Niger, Iran…) et la France qui est aussi, aujourd’hui, un terrain d’actions humanitaires. Souvent interrogé en tant qu’expert de la question, ce roman graphique lui permet de livrer différemment son témoignage. Sa parole est plus libre que sur les plateaux télévisés… et la déconstruction des clichés d’autant plus efficace.


Les auteurs :
Médecin et diplômé en anthro­pologie politique, Jean-François Corty est engagé depuis près de vingt ans au sein d’ONG hu­manitaires et médico-sociales en France et à l’international. Cofon­dateur du label indépendant Lelia Productions, il a publié en 2018, avec Dominique Chivot, La France qui accueille (Les Éditions de l’Atelier) et avec Didier Tabuteau, Pratique et éthique médicales à l’épreuve des politiques sécuri­taires (Sciences Po Les Presses, 2010).

Jérémie Dres vit et travaille à Pa­ris. Diplômé des Arts Décoratifs de Strasbourg, il est l’auteur de trois romans graphiques : Nous n’irons pas voir Auschwitz (Cam­bourakis, 2011), Dispersés dans Babylone (Gallimard BD, 2014) et Si je t’oublie Alexandrie (Steinkis, 2018). Parallèlement, il réalise des reportages BD courts pour la presse dans des revues comme XXI, Neon, Phosphore ou Muze. Profession solidaire, est le premier ouvrage qu’il scénarise sans le dessiner.

Née en banlieue parisienne en 1990, Marie-Ange Rousseau a toujours aimé dessiner et raconter des his­toires. Attirée par les histoires de vie et les récits historiques et engagés, elle a reçu avec Jessica Oublié le Prix de la BD politique France Culture 2018 pour leur roman graphique Péyi an nou (Steinkis, 2017).

128 p., 18 €

Livre audio : Femmes sans merci – Camilla Läckberg – Odile Cohen – Actes Sud

Sortie du livre et du livre audio le 3 juin 2020 –
Archives sept. 2019

Où l’on retrouve Camilla Läckberg et son interprète, Odile Cohen.

Ici la violence qui s’exprimait dans La cage dorée a monté de plusieurs crans. Les héroïnes de Femmes sans merci vont peut-être mettre un peu de temps avant de décider que leurs bourreaux ne méritent pas de vivre, mais aucune ne faiblira le moment venu.

Odile Cohen
Camilla Läckberg

Le livre est construit comme un puzzle dont les pièces dévoilent peu à peu des moment vie de trois femmes : Viktoria, Birgitta et Ingrid. Elles ont en commun d’être à la merci d’un époux qui les maltraite. Si deux d’entre-elles se côtoient, chacune ignore ce que l’autre subit. Il y a le malotru, l’obscène revendiqué qui prend celle qui partage sa vie pour une esclave sexuelle doublée d’un paillasson ; il y le sadique qui veille à ne pas frapper là où les ecchymoses pourraient se remarquer ; il y a aussi l’arriviste, celui qui « se sert », qui exploite, puis trahit sans le moindre état d’âme celle qui lui a tout donné.

Sûrs d’eux-mêmes et dominateurs, ces trois-là ne verront rien venir…

Qui a écrit La vengeance est un plat qui se mange froid ?

A.C. – 3 h17 d’écoute, 15,99 €

Le Dictateur – Ximo Abadia (suivi de) Papi Gaga & Tu te souviens… – Ed. La Joie de lire

Copyright X. Abadia / La Joie de lire

Comme il devient simple en parcourant cet album d’expliquer le concept de dictature aux jeunes enfants ! Il suffit dans un premier temps de savoir dessiner un carré, un rectangle, un cercle, un triangle et un général haut comme trois pommes et fluet comme un roseau (tout le monde connaît la fable de La Fontaine,Le chêne et le Roseau). Ajoutez au tableau des couleurs pétantes et lancez-vous.

Le héros de cette histoire a fait une fixation sur les carrés, au point de considérer que tous ceux qui aiment les autres figures géométriques sont des ennemis du peuple, c’est à dire ses ennemis.

« Il interdit ce qui n’était pas carré. » – « Et les autres finirent sous terre. »

Donnez-lui une once de pouvoir et il leur volera dans les plumes, donnez-lui le pouvoir absolu et ses sbires les enverront au cachot ou les aligneront face à un peloton d’exécution. Ceux qui n’auront pas eu la force de protester regarderont ailleurs, d’autres préfèreront l’exil dans un pays où les rectangles et leur clique ne sont pas regardés de travers. Du moins, espèrent-ils.

Dans le cas présent, celui qui nous occupe, un dénommé Franco – dont on a hélas un peu trop oublié qu’il fût l’égal de ses deux copains, Hitler et Mussolini, et non un général d’opérette – a fait édifier une statue monumentale à sa gloire afin que chacun sache qu’il est le seul Maître à bord. Il le restera pendant trente-neuf ans, sans qu’aucun État n’intervienne, et s’accrochera comme un damné à la vie pour ne pas quitter la scène.

« Il existe une sorte de « pacte de l’oubli », qui est en fait une récompense pour ceux qui ont participé à la dictature et un manque de respect pour toutes les personnes décédées. Cette période importante de notre histoire est à peine enseignée, dans certains livres universitaires, elle n’occupe que dix lignes », s’insurge Ximo Abadia. « Il est important que les jeunes sachent qui était le dictateur, sa mentalité et les exactions qui ont eu lieu pendant cette période. Nous ne pouvons pas grandir sans connaître notre passé. » (itv radiophonique)

Important aussi de savoir repérer les mécanismes de la dictature, ce livre ne pointant pas uniquement l’Espagne du passé mais bien tous les pays qui la subissent aujourd’hui, ou bien qu’elle menace.

Simple, efficace : tout est dit en très peu de mots. 56 p., 16,90

Anne Calmat

Parutions récentes

Roman illustré de Márcia Abreu, illustrations Lalimola / La joie de lire Copyright- 112. p.,9,90 €

Papi Gaga a peut-être un peu perdu la tête – un peu seulement ! – mais il a conservé l’essentiel : l’enthousiasme, la fantaisie et le goût de l’improvisation. De quoi ravir son petit-fils bien-aimé et nous entraîner à leur suite dans un voyage qui restera sûrement un de ses plus beaux souvenirs d’enfance pour Jéjé.

Papi et Jéjé

Délicieux ! A.C.

Album illustré de Zoran Drvenkar et Julia Bauer : La Joie de lire Copyright – 40 p., 22,90 €

« Tu te souviens quand nous sommes partis à l’aventure et que la route n’en finissait plus ? » « Tu te souviens quand les nuages ont rapproché leur tête et que tout à coup, il a fait sombre et que la pluie s’est mise à tomber ? Alors nous avons cherché un abri et vu un arbre qui écartait largement ses bras, comme un gardien de but guettant le ballon. » « Tu te souviens quand les vaches ont couru vers nous (…) quand les chiens ont débouché au coin de la rue et n’ont pas voulu nous laisser passer ? »

Ceux qui ici se souviennent sont en âge d’être grands-parents. Mais quel que soit l’âge de celle ou celui qui découvrira cet album, ces moments de partage, faits de petites frayeurs et de grands bonheurs, vécus avec l’ami(e) du moment ou peut-être celle ou celui de toujours, lui reviendront en mémoire. A.C.