EXPO BnF – Du côté de chez Proust, « La fabrique de l’œuvre »

La Fabrique de l’œuvre du 11 octobre au 22 janvier 2023 – BnF Galerie 2
Copyright BnF

Communiqué – À l’occasion du 100e anniversaire de la mort de Marcel Proust (1871-1922), la BnF présente une exposition qui réunit pour la première fois des pièces capitales et inédites récemment entrées dans l’exceptionnel fonds Proust de la Bibliothèque, ou issues d’autres institutions ainsi que de collections privées. S’adressant à un large public, l’exposition propose une traversée de l’œuvre À la recherche du temps perduorganisée selon la progression de ses tomes et donne à voir la fabrique du texte tout en s’arrêtant sur une sélection de personnages, lieux ou épisodes. Elle s’appuie sur la recherche proustienne depuis vingt ans et intègre les avancées permises par la numérisation des manuscrits dans l’étude de la genèse du roman.

Cette exposition sera gratuite le vendredi 18 novembre 2022, de 10 h à 19 h.
Entrée libre et gratuite, sans réservation préalable, dans la limite des places disponibles.

En savoir plus (lien ci-dessous)

https://www.bnf.fr/sites/default/files/2022-09/dp_Proust_la_fabrique_de_l_oeuvre.pdf

Copyright BnF

Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :
10 h – 19 h

Dimanche :
13 h – 19 h

Fermé le lundi et les jours fériés. Fermeture des caisses une heure avant la fermeture de l’exposition.

Tarif plein : 10 € // Tarif réduit : 8 €
Billet couplé 2 expositions : 13 € // 10 € valable pour les expositions des sites François-Mitterrand et Richelieu ou pour le musée de la BnF
Gratuit avec les Pass BnF Lecture/Culture ou Recherche.

Le Pass BnF Lecture/ Culture – Plein tarif : 24 euros/ tarif réduit : 15 euros

Visites guidées :
Tarif plein : 15 € // Tarif réduit : 13 €

Communiqué – Rosa Bonheur au Musée d’Orsay (18 ocT – 15 janv. 2023)

Le Roi de la forêt, 1878

Peintre animalier du XIXe siècle, Rosa Bonheur est certainement l’artiste peintre la plus célèbre et la plus vendue de son siècle, tant en France qu’en Angleterre et aux États-Unis. Sa carrière internationale est éblouissante : vivant de son art dès l’âge de 14 ans, elle est la première femme artiste à recevoir la Légion d’honneur de la main de l’impératrice Eugénie en 1865. Ne devant sa réussite qu’à elle-même et à son talent, elle force le respect de ses contemporains : Georges Bizet, Buffalo Bill, la Reine Victoria, Napoléon III, Victor Hugo… Première femme à s’acheter un bien immobilier grâce au fruit de son travail, Rosa acquiert le château de By en 1859. Elle y passera les 40 dernières années de sa vie. L’artiste touche aujourd’hui par son étonnante modernité. Cette petite femme d’ 1m50, s’est battue tout au long de sa vie pour « élever la femme » et montrer que « le génie n’avait pas de sexe ». Armée de ses pinceaux et de son pantalon (pour lequel elle avait dû demander une autorisation de port), elle arpentait les forêts et les foires aux bestiaux afin de croquer ses modèles. Amoureuse de la nature et des animaux, elle s’est battue aux côtés de Claude-François Denecourt afin de préserver la forêt de Fontainebleau et clamait haut et fort que les animaux avaient « une âme », pensée rarissime au XIXe siècle.

Du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux au Musée d’Orsay à Paris

Musée d’Orsay

1, rue de la Légion d’Honneur 75007 Paris – 01 40 49 48 14.

9h30 – 18h30. Fermé le lundi

Plein tarif 16 € / Tarif réduit 13 € /


Simone Veil, je vous écris – Irène Cohen Janca – Violette Vaisse- Ed. La Joie de lire

En librairie le 22 sept. 2022 – Copyright I. Cohen Janca (scénario) & V. Vaisse (dessin) / La Joie de lire. 120 p., 14,50 € – À partir de 13 ans

Face au chagrin de sa grand-mère adorée lors de la retransmission de l’hommage national rendu à Simone Veil aux Invalides le 5 juillet 2017, Mona, 16 ans, décide d’adresser une lettre posthume à celle qui n’est plus.

« Je suis donc partie à la recherche de Simone Veil pour comprendre pourquoi sa mort bouleversait ma Tita et faisait de la France un «pays orphelin».
Partout j’ai puisé : livres, journaux, photos, vidéos.
J’ai entendu sa voix, le rythme de sa voix, son souffle, ses silences aussi.
« 

Mona « rencontre » Simone lorsque celle-ci a 13 ans et que la vie lui sourit : famille bourgeoise, enfance protégée.

Elle lui parle, la tutoie. Après tout Simone n’est-elle pas comme elle une enfant ? Elles auraient même pu être amies si Mona avait vécu à Nice dans les années 1940. Elle reprendra le vouvoiement lorsque Simone aura dépassé sa seizième année.

Nous mettons tout naturellement pas dans ceux de Mona en entrons dans la vie de la jeune Simone Jacob. Nous sentons les rayons du soleil qui inonde la baie des Anges, rions avec elle, tremblons lorsque les nuages s’amoncellent au-dessus de la tête de celle qui ne peut imaginer que l’Enfer des camps ne tardera pas à brûler celles et ceux qui lui sont chers.

1927-2017

Nous découvrons ensuite une adolescente déterminée, brillante, qui sait tenir tête à son entourage et nous comprenons que sa voie était toute tracée, et qu’après avoir été capable de surmonter la tragédie que fut la Shoah pour six millions de Juifs, le parcours de celle qui a su par la suite démontrer aux femmes du monde entier qu’elles ont leur place dans les plus hautes sphères des institutions européennes, ne pouvait qu’être exceptionnel.

L’espoir face à la tragédie.

17 janvier 1975

Lumineux de simplicité.

Anne Calmat

Les Tompettes de la mort – Simon Bournel-Bosson – Ed. L’Agrume

Depuis le 13 oct. 2022 – © S. Bournel-Bosson (scénario et dessin) / Ed. L’Agrume – 240 p., 29 €

Suite aux démêlés conjugaux de ses parents, Antoine est confié pour un temps à ses grands-parents paternels. « Tu seras bien ici« , lui a dit son père pour se donner bonne conscience. Au vu des expériences antérieures, Antoine est loin d’en être convaincu.

Ils vivent dans une maison isolée au milieu de la forêt vosgienne. Coincé entre une mamie pleine de bonne volonté mais un peu vieux jeu, et un papy hostile à sa présence, le jeune garçon attend avec impatience que ses parents reviennent le chercher. Son cadre de vie lui semble sinistre, la nature environnante, hostile. Et ce ne sont pas les nombreux trophées de chasse qui ornent les murs de l’entrée qui risquent de le faire changer d’avis. Pour l’heure, Antoine se détend en visant des cibles avec une carabine à bouchon, à défaut de pouvoir regarder tranquillement ses émissions préférées. L’essentiel pour lui est de se tenir à distance de cet ours mal léché, maniaque du martinet, qu’est son grand-père (qu’il ne détesterait sans doute pas dégommer au passage).

(détail planche)

Un jour pourtant, il est contraint de le rejoindre dans la forêt pour une cueillette de champignons, et plus précisément une cueillette de trompettes de la mort.

Eu égard au titre de l’album, nous marquons ici une pause afin de rappeler qu’il ne faut pas les confondre avec les redoutables amanites phalloïdes, dont l’appellation évoque plutôt Eros et Thanatos ; les trompettes étant au contraire tout à fait comestibles, et même très appréciées des gourmets.

détail planche

À un certain moment, Antoine s’éloigne du sentier qu’ils venaient d’emprunter, et il se perd. Il tombe alors sur un champignon étrange, s’en empare, tout se met à tourner autour de lui, il s’évanouit. À son réveil, il n’est plus un enfant de dix ans, mais un chevreuil.

Le dessin que l’on découvre sur la première planche de l’album, et qui montre un chevreuil blessé – peut-être à mort – par une flèche, prend alors tout son sens.

Les très belles planches qui suivent ne sont pas sans renvoyer à des souvenirs d’enfance, et parmi eux, à Bambi, contraint désormais de se débrouiller seul, en évitant les dangers qui le menacent. À commencer par les chasseurs et leur meute de chiens…

Alors que sa grand-mère s’inquiète pour lui, son mari bat la campagne fusil au poing.

Cette course-poursuite va atteindre son paroxysme au moment où le vieil homme se retrouve face à sa proie. Quelle proie ? Tout reste possible.

© P. Bournel-Bosson

Une réussite absolue, un conte initiatique et fantastique captivant, doublé d’un coup de maître de la part de son auteur, dont c’est la première bande dessinée.

Anne Calmat

Communiqué – UNESCO : Accès gratuit à la Bibliothèque Numérique Mondiale sur Internet

Un beau cadeau à toute l’humanité !

Voici le lien : https://www.wdl.org/fr pour la France. 

Il rassemble des cartes, des textes, des photos, des enregistrements et des films de tous les temps et explique les joyaux et les reliques culturelles de toutes les bibliothèques de la planète, disponible en sept langues.

Profitez-en et faites-en profiter votre entourage.

– La Fnac a mis une sélection de 500 livres gratuits à télécharger, voir lien ci-dessous

https://livre.fnac.com/n309183/Tous-les-Ebooks-gratuits

Quelques lieux ou spectacles culturels que vous pouvez visiter depuis chez vous :

  • Le Metropolitan Opera de New York va diffuser gratuitement ses spectacles

https://bit.ly/2w2QXbP

  • La Cinémathèque Française propose ses 800 masterclass, essais & conférences en vidéo, 500 articles sur ses collections & ses programmations

https://lnkd.in/ghCcNKn

  • Le Forum des Images propose de visionner ses rencontres

https://lnkd.in/gFbzp5q

  • Centre Pompidou : Vous pouvez écouter les podcasts dédiés aux œuvres grâce au Centre Pompidou

https://lnkd.in/gGifD3r

  • Musées : 10 musées en ligne à visiter depuis son canapé

https://lnkd.in/gV_S_Gq

Une farouche liberté – Giselle Halimi, la cause des femmes – Ed. Steinkis

En librairie à partir du 6 octobre 2022 – Copyright Annick Cojean et Sophie Couturier (scénario), – Sandrine Revel (dessin) – Myriam Lavialle (couleur) / Steinkis Ed – 137 p., 22 €

Cette année, la France commémore les 50 ans du procès de Bobigny. Un procès, mené en novembre 1972 par l’avocate Gisèle Halimi, lequel est entré dans l’histoire pour avoir eu pour effet la relaxation d’une mineure, accusée de s’être rendue coupable d’une interruption volontaire de grossesse consécutive à un viol. Le retentissement sociétal et médiatique dudit procès a été tel que deux ans 1/2 plus tard, la loi Veil (janv. 1975) mettait fin à la pénalisation de l’IVG.

On ne naît pas femme, on le devient, écrivait en 1949 Simone de Beauvoir dans Le deuxième sexe.

On ne naît pas féministe, on le devient affirmera à son tour Gisèle Halimi quelque vingt ans plus tard. Mais nous allons voir que sa lutte en faveur de l’IVG et contre le viol, qui était au cœur du procès de Bobigny, n’ont pas été les seuls combats que cette guerrière a menés au cours de sa vie, mise au service de la justice.

Nous découvrons tout d’abord son enfance en Tunisie, puis, les prises de conscience précoces de la jeune Gisèle et son refus d’un destin assignée par son genre. Un refus qui la conduira à une vie de combats en faveur des femmes, de la parité et, dans un autre domaine, en faveur de la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Dès sa naissance, Gisèle est une source de déception pour son père. Une fille ! Inenvisageable !

Une fille donc, élevée comme une fille, dans la plus pure tradition judaïque. Avec certes quelques copains de jeux admis, qu’elle devra abandonner à la puberté pour se préparer à être une épouse attentive au bien-être de son conjoint – et aussi, en ce qui concerne son modèle familial, de ses fils à venir.

Mais la jeune fille ne suit pas la même voie que sa mère – qui par ailleurs savait porter la culotte et imposer ses vues à son époux, lorsqu’elle le jugeait nécessaire. Elle entre en résistance et, à la lueur de son ressenti, se forge un caractère d’airain. Elle se fixe des objectifs et ne ménage pas ses forces pour les atteindre.


p 30-32  » Perçue comme une extraterrestre par mes parents, je me suis jetée passionnément dans les livres. Ils étaient mon oxygène, ma bouée de sauvetage, mes meilleurs amis. 
Évidemment, toutes ces lectures éveillaient en moi un bouillonnement de questions et d’idées.
En même temps que je m’ouvrais sur l’histoire, la philosophie, la politique, je remettais peu à peu en cause tous les fondements de l’ordre régissant notre société. »

Désormais, plus rien ne peut plus arrêter Gisèle Halimi.

Août 2020

Une magnifique BD, composée à partir du roman autobiographique éponyme de Gisèle Halimi, co-écrit avec Annik Cojean, publié aux Ed. Grasset.

À l’approche des commémorations du soixantième anniversaire de la fin de la Guerre d’Algérie, le 18 octobre 2022, et au regard de la situation des femmes dans le monde, pour laquelle un long chemin reste à parcourir (y compris dans les pays où leurs droits semblent mieux reconnus), une panthéonisation aux côtés de Simone Veil, ou bien un hommage national rendu aux Invalides, seraient légitimes. Où en est le dossier ?

A. C.

La Synagogue – Joann Sfar – Ed. Dargaud

Copyright J. Sfar / Dargaud – Sortie le 30 septembre 2022 – 208 p., 25,50 €

Pas de félin philosophe et facétieux cette fois sur la planète Sfar, le scénariste-dessinateur a d’autres chats à fouetter. À commencer par cette saloperie de Covid qui vient de lui jouer un bien mauvais tour et lui laisse tout loisir de revenir sur sa propre histoire familiale, d’autant qu’il se donne peu de chances de survivre à la pandémie. Une histoire qui l’habite depuis des décennies,

C’est pour lui l’occasion de convoquer les figures tutélaires de son adolescence, à commencer, dès les premières planches de l’album, par Joseph Kessel, l’un de ses illustres prédécesseurs au lycée Masséna de Nice où le jeune Joann fit ses études dans les années 80. L’auteur de L’Armée des ombres (1898-1979) s’en veut encore de n’avoir pas tué Hitler, qu’il avait tout d’abord pris pour un bouffon inoffensif.

C’est pour l’hyper prolifique scénariste-dessinateur qu’est Joann Sfar l’occasion de rappeler au lecteur que le vrai danger vient autant des ceux qui véhiculent des idées nauséabondes que de la majorité silencieuse qui gobe son délire.

Puis Johann Sfar se souvient de ces années où, peu porté sur les rites et rituels religieux, il préférait rejoindre l’équipe, tout à fait officielle, des gardiens qui veillaient à la sécurité des lieux depuis les attentats qui avaient endeuillé la communauté juive à Paris. Le jeune Niçois va alors découvrir les joies des sports de combat, tout en se confrontant à l’absurdité des radicalités idéologiques et aux ambivalences de l’âme humaine.

Il sait que ces contradictions sont endémiques, et que l’Histoire a prouvé qu’elles sont destinées à ressurgir, aussi poursuit-il sa réflexion autour du deuil, de la religion et des extrêmes politiques. De nature plutôt pessimiste, mais admirateur de ceux qui se battent (au premier rang desquels son père, André Sfar, élu municipal vigilant, avocat engagé, défenseur avant l’heure de la cause des femmes et chasseur infatigable de néo-nazis), il met en scène cette courte mais déterminante période de sa vie, entre ses 17 et 21 ans, pour interroger le poids de l’héritage, la figure des héros et les menaces qui pèsent sur le monde. Un récit d’apprentissage agrémenté d’un cahier documentaire historique d’une trentaine de pages (docs , coupures de presse et photographies) particulièrement éloquent.

A. C.

Joann Sfar est né à Nice, le 28 août 1971, dans une famille juive ashkénaze d’origine ukrainienne, côté maternel et séfarade originaire d’Algérie, côté paternel. Orphelin de mère à l’âge de 3 ans, il prend le crayon pour refuge. Après des études de philosophie, il rejoint Paris pour y faire les Beaux-Arts où il anime des ateliers BD depuis plusieurs années. Figure de proue d’une génération de dessinateurs qui réinventa le langage de la bande dessinée dans les années 1990, il signe ses premiers projets aux Ed. L’Association, Delcourt et Dargaud. Seul ou en collaboration, il a signé plus de cent-cinquante albums, parmi lesquels, pour les plus célèbres, Petit Vampire (Delcourt/Rue de Sèvres) pour la jeunesse, la série des Chat du rabbin (Dargaud) ou encore ses Carnets, dont le dernier On s’en fout quand on est mort (Gallimard BD) paraîtra le 5 octobre.

 Si les carnets de Joann Sfar sont toujours des fenêtres ouvertes sur notre société, On s’en fout quand on est mort est largement ancré dans le quotidien de l’auteur. Avec la verve et l’humour qui caractérisent son œuvre, il raconte ses vies multiples : celles de l’artiste, du père, du guitariste amateur, mais aussi celle du professeur aux Beaux-Arts. Dans ce quinzième carnet autobiographique, il nourrit notamment une réflexion sur la transmission et interroge notre rapport à l’art et à la littérature.