Angoulême : Prix Konishi – expo Yoshiharu Tsuge

Le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême continue de mettre à l’honneur le manga japonais, avec notamment deux expositions consacrées à Yoshiharu Tsuge et Yukito Kishiro. Inio Asano, auteur de DeadDead Demon’s Dededede Destruction, Grand Prix Konishi 2019 pour la traduction de mangas, sera également présent. Cette année encore la cérémonie se déroulera le vendredi 31 janvier à partir de 17 h 15 sur la scène du Manga City, situé à proximité de la gare. Le nom du ou de la lauréate de cette troisième édition y sera dévoilé.

Pleins feux sur Yoshiharu Tsuge

Cette toute première exposition consacrée à Yoshiharu Tsuge, s’appuyant sur un grand nombre d’originaux, proposera une exploration de la poétique, mais aussi des thèmes et du rôle historique de cette figure majeure de la bande dessinée mondiale.

À 17h40, la cérémonie sera suivie, toujours sur la scène du Manga City, d’une rencontre exceptionnelle autour de l’œuvre du mangaka, avec Léopold Dahan, à la fois traducteur et commissaire de l’exposition qui lui est dédiée. Léopold Dahan y présentera son travail de traduction sur Les fleurs rouges et La vis, les difficultés rencontrées sur ces traductions, les solutions trouvées, les particularités de l’écriture de Yoshiharu Tsuge. Autant d’anecdotes savoureuses qui permettront à un public non-japonisant de découvrir les problématiques concrètes et quotidiennes auxquelles est confronté un traducteur de manga. Cette rencontre, placée sous la houlette de Xavier Guilbert, membre du Grand Jury du Prix Konishi Manga 2020 et commissaire de l’exposition Yoshiharu Tsuge, reviendra aussi plus largement sur l’œuvre du maître, son charme et son originalité.

Où l’on (re)découvre L’Homme sans talent

Ce qu’en dit l’éditeur. « Chef-d’œuvre : voilà un mot bien galvaudé, mais amplement mérité par ce magnifique joyau noir qu’est L’Homme sans talent. Initialement publiée dans les années 80 au Japon, puis traduite en français en 2004, cette œuvre emblématique du watakushi manga («bande dessinée du Moi») n’était plus disponible depuis de nombreuses années ; les éditions Atrabile sont incroyablement fières et heureuses de pouvoir donner une nouvelle vie à ce livre qui mérite d’être lu et relu. Ed. Atrabile, nov. 2018

Copitright Y. Tsuge/ Ed. Atrabile – Traduction de Kaoru Sekizumi et Frédéric Boilet. Adaptation graphique de Frédéric Boilet.
Préface de Stéphane Beaujean.et Léopold Dahan.
Copyright Y. T./ Ed. Atrabile
Copyright Y. T./ Ed. Atrabile

Le personnage central en est un auteur de manga, intègre et jusqu’au-boutiste, qui refuse les compromis et les travaux de commande. Face aux vicissitudes de l’existence, il paraît décidé à faire de sa vie une étrange ode à l’échec en vendant des cailloux piochés dans la rivière, dont personne ne semble vouloir. Lentement mais sûrement, il se met lui-même au ban d’une société qui ne l’intéresse plus, comme un laissé-pour-compte volontaire. Ne répondant que mollement aux injonctions répétées de sa femme, qui le conjure de trouver une solution à leur situation et donner enfin une vie digne à sa petite famille, cet «homme sans talent» persévère, bricole et s’enfonce lentement dans la précarité et une certaine misère sociale… Au fil des pages, Yoshiharu Tsuge transforme ce ratage annoncé en un poème lancinant, un véritable éloge de la fuite et une belle invitation à célébrer l’immanence des choses, le tout porté par une touche d’humour et d’ironie salvatrice. Figure emblématique du manga d’auteur, malgré tout peu connu chez nous, Yoshiharu Tsuge est un des auteurs les plus respectés, révérés et étudiés au Japon.

Copyright Y. T./ Ed. Atrabile

L’Homme sans talent, dans sa précédente édition, avait été nommé en 2005 au 32e Festival d’Angoulême pour le prix du Meilleur album de l’année. Il avait également remporté un succès aussi bien public que critique. Pas loin de quinze ans après sa première publication en France, gageons que ce titre mythique devrait à nouveau conquérir bien des lecteurs…

224 p., 22€