Archives de catégorie : BD 2019-2020 + archives

Retrouvez toutes nos chroniques journalistiques et nos coups de projecteur.

La tournée – Andi Watson – Ed. çà et là

Titre original : The book tour (Angleterre) – Traduction Hélène Duhamel – Copyright A. Watson / Çà et Là – 212 p., 22 €

Comment ne pas faire un parallèle avec deux personnages que l’on rencontre dans au moins deux romans inachevés et posthumes de Franz Kafka (1883-1924) : Joseph K (Le Procès, 1924) et K l’Arpenteur (Le Château, 1926) ? On peut raisonnablement se dire que, s’il en avait eu le temps, l’auteur les aurait désignés autrement que par cette simple consonne… On pense également à Ionesco (Tueur sans gages).

Ici , G.H. Fretwell, un petit auteur de romans, qui pour la plupart finissent probablement au au pilon, vit dans une petite ville anglaise, avec sa femme, Rebecca, qui ne lui prête guère d’attention, et leur enfant. Son nouveau roman, Sans K, vient de sortir et Fretwell se lance dans une tournée de promotion programmée par son éditeur. Ladite tournée débute mal : à peine arrivé, un faux porteur de bagages lui dérobe sa valise contenant les exemplaires de son roman. Ensuite, il est plus ou moins bien accueilli dans les librairies et ne parvient jamais à dédicacer le moindre livre. Délaissé par son éditeur, qui a manifestement d’autres chats à fouetter, il attend avec impatience la parution d’une critique de Sans K dans la rubrique littéraire d’un grand quotidien, chronique qui ne viendra jamais.

Mais tout se corse encore lorsqu’il est interrogé par la police, car son circuit est étrangement similaire à celui du « Tueur à la valise », un tueur en série qui sévit dans les lieux qu’il a lui-même parcourus. Pour Fretwell, le cauchemar kafkaïen ne fait alors que commencer…

Une délicieuse comédie noire so british, avec la connotation satirique et politique qui va avec, dans laquelle le personnage un peu falot et constamment dépassé par les événements – mais qui oppose une résistance passive qui, sait-on jamais, pourrait s’avérer efficace – est un formidable anti-héros.

Anna K.

Andi Watson est né en 1969 à Wakefield (Angleterre). Après des débuts dans le jeu vidéo, puis un passage par le dessin animé, il se consacre à la bande dessinée à partir de 1993 avec « Samouraï Jam » . Il crée ensuite la série « Skeleton Key » puis « Geisha », qui lui vaudra une nomination aux prestigieux Eisner Awards en 2000.

Il est également l’auteur de plusieurs romans graphiques abordant avec finesse les relations entre hommes et femmes, dont « Breakfast After Noon » (nominé aux Eisner Awards en 2001), « Slow News Day », « Ruptures » et « Little Star ». Dans un registre moins intimiste, il a également collaboré avec Marvel, DC et Dark Horse Comics, puis a réalisé plusieurs bandes dessinées pour enfants. Andi Watson vit à Worcester (Angleterre) avec sa femme et sa fille.

Voir Archives : Points de chute (février 2016) et Breakfast After Noon (décembre 2017), Ed. çà et là.

Quimby the Mouse – Chris Ware – Ed. L’Association

Coup d’œil dans le rétro (janv. 2010)

Quimby the Mouse est un album kaléidoscopique constitué de travaux que Chris Ware publia au début des années 1990 dans The Acme Novelty Library, une revue qu’il avait lui-même créée.

En France, son terrain d’exploration graphique hors normes attire rapidement l’attention des éditions L’Association, qui à leur tour s’en emparent.

Album inclassable parmi les inclassables, au contenu éclectique, loufoque, complexe, Quimby The Mouse est, au gré de l’humeur de son auteur, composé de bandes dessinées animalières (Larry le chat), de héros masqués (type Superman), d’anti-héros (Jimmy Corrigan), de fac-similés de The Acme, d’encarts publicitaires détournés, de conseils « scientifiques » déjantés et de mille autres choses encore.

Chris Ware ©
Chris Ware ©

Les planches, majoritairement en noir et blanc, alternent avec celles aux couleurs fortes ou bien tirant sur le pastel. Les unes sont d’une densité foisonnante – 40 à 70 cases par planche, voire plus (prévoyez une bonne loupe !), les autres sont plus minimalistes, comme si Chris Ware avait voulu laisser au lecteur le temps de reprendre son souffle. Avec ou sans loupe, la surprise est au détour de chaque page : scènes potaches, impertinence, pertinence, autodérision, amertume, réminiscences…

En résumé, que vous soyez ou non familier de l’univers baroque de Chris Ware, équipez-vous et partez le nez au vent à l’aventure ! 68 p., 33 € – 30×40 cm

Anne Calmat

JPEG - 174.7 ko
Chris Ware ©
Extrait de {Quimby the Mouse}, Chris Ware
Chris Ware ©



Google Play

Le culte de Mars – Mobidic – Ed. Delcourt

Copyright Mobidic / Delcourt – Depuis le 17 juin 2020

Mars, planète de tous les fantasmes. Il est vrai que le nom guerrier que lui a attribué l’astronome qui l’a découverte invite à sa conquête. Mais qui va la conquérir ? Ou plutôt, qui a conquis l’autre la première ? Dans les années 1960, les scientifiques américains s’interrogeaient sur l’origine des phénomènes étranges observés à de multiples reprises dans le ciel. Ils furent suivis un peu plus tard de témoignages d’atterrissages d’objets en forme de soucoupes inversées, puis de contacts avec leurs occupants. Les astrophysiciens n’excluaient pas que ces « unidentified flying objects » puissent venir de Mars. Des commissions furent créées un peu partout dans le monde, dont les conclusions s’accordaient sur le fait que dans un certain nombre de cas, rien n’indiquait qu’il puisse s’agir de témoignages subjectifs, nés d’esprits dérangés.

Voilà qui nous ramène au Culte de Mars, dont la couverture représente une fusée faite de bric et de broc, sur les performances de laquelle il serait difficile de parier un kopeck. Un homme, Hermès, collecteur et gardien des savoirs anciens tient serré contre lui un épais volume, que l’on imagine être précieux. Où sommes-nous ? De toute évidence sur la Terre. Mais à quelle époque ? La société que dépeint l’auteure dans un style flamboyant semble passablement divisée et chaotique ; on pense plutôt à des temps reculés.

Mobidic remet rapidement les pendules à l’heure…

Plusieurs décennies ont passé depuis le départ des colons, la vie sur Terre a repris ses droits, mais parmi ceux qui sont restés, un grand nombre s’accroche à l’idée que « Mars est le paradis et qu’ils ont été oubliés en enfer ». Ils n’ont en outre pas oublié la trahison de leurs semblables, c’est pourquoi ils ont construit cette fusée qui devrait, le moment venu, leur permettre de rejoindre la planète rouge.

Mais en quoi ce potentiel exode se justifie-t-il ? Ne serait-il pas plus sage, maintenant que sont cicatrisées les blessures infligées à la planète bleue par les générations précédentes, de miser sur cette bonne vieille Terre, tout en veillant à ne jamais reproduire les erreurs du passé ? De plus, qu’est-ce qui prouve que les pionniers d’antan sont arrivés à bon port ?

Pour la petite et probablement la grande Histoire, l’été 2020 verra partir trois missions robotiques vers Mars. Des étapes nécessaires avant que l’Homme ne puisse, peut-être, se rendre un jour sur la planète rouge. Si certains prétendent que cela pourrait arriver très vite, d’autres assurent qu’il faudra encore être patients. La NASA se serait déjà attelée au projet, tout comme l’Agence Spatiale Européenne.

Anne Calmat

112 p. 18,95 €

Depuis mai 2015 aux éditions Delcourt

De la même auteure

Roi Ours : un conte au graphisme soigné et vivant, aux couleurs éclatantes et généreuses, une ode à la tolérance, au partage et au respect d’autrui, pour narrer le destin sombre et hors norme d’une jeune fille, appartenant à une tribu polythéiste de la forêt.

L’odyssée d’Hakim (T.3) – De la Macédoine à la France – Fabien Toulmé – Ed. Delcourt

Depuis le 3 juin 2020 – Copyright F. Toulmé / Delcourt

Ce troisième et dernier volume débute par une rencontre entre Fabien Toulmé et les élèves d’un lycée du sud de la France. Le T. 3 de L’Odyssée d’Hakim n’a pas encore été publié, l’auteur leur fait un résumé des deux précédents, répond à leurs questions, met un certain nombre d’éléments en perspective, puis rejoint Hakim, afin de poursuivre et clore une longue conversation entamée en octobre 2016. (v. Archives, mai 2020)

Hakim décrit alors les dernières étapes d’un périple qui a duré quatre ans, jusqu’à cet ultime et éprouvant voyage à travers plusieurs pays de transit, qui va les mener, son tout jeune fils Hadi et lui, de la Macédoine à la France. Il évoque les longues marches de nuit avec d’autres réfugiés : ne pas se faire repérer, rester groupés pour faire échec aux brigands venus les dépouiller, ne pas oublier de se faire enregistrer dans les pays traversés, mais sans se tromper sur la nature de l’attestation de passage – demande d’asile ou simple laisser-passer ? Trouver où se laver, où se restaurer, pourvoir aux besoins du petit Hadi dont la vie lui est plus chère que la sienne, faire une halte chez l’habitant pour une nuit que l’on espère paisible. Et voir le maigre pécule qu’il avait emporté fondre comme neige au soleil.

Il y a eu des rencontres heureuses et celles qui l’étaient moins, des policiers bienveillants prêts à tendre la main, et les autres. Il y a eu des pays qu’il aurait fallu éviter, et ceux qui facilitaient la vie des migrants. « En Autriche, on avait l’impression d’être traités comme des personnes qui avaient une valeur, par opposition à la Hongrie où on se sentait comme des animaux, des criminels.» Il y a eu de grandes peines, des fausses joies, puis l’ineffable bonheur d’être tous réunis. Ensuite, le principe de réalité a eu beau rattraper Hakim, il saurait faire face.

Fabien Toulmé

Un sans faute comme d’habitude de la part de Fabien Toulmé, dont l’immense talent tient à la justesse de son écriture et à sa capacité nous faire partager son empathie. Nous sommes aux côtés de ses héros, nous les suivons pas à pas, partageons leurs attentes et leurs déceptions. Un témoignage puissant sur ce que c’est qu’être humain dans un monde qui parfois oublie de l’être.

Anne Calmat

304 p., 24,95 €

Extrait d’interview de Fabien Toulmé (© Delcourt).

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans cette dernière partie du récit ?

Chaque étape, prise de façon individuelle, est déjà très forte et doit être très dure à vivre, mais ce qui m’a le plus marqué c’est justement l’enchaînement, sans répit, de toutes ces étapes. Comment Hakim, avec un enfant qui savait à peine marcher, a-t-il pu endurer tout ce voyage en ne dormant quasiment jamais et dans des conditions très rudes ? J’avoue que je suis admiratif de sa force et de son courage.

D’ailleurs globalement, qu’est-ce qui t’a le plus étonné chez Hakim ? Et dans son récit ?

En plus de ce que je viens de dire, je pense que c’est sa résilience. Sa capacité à faire de l’humour sur des moments durs de son parcours. Et je suis également impressionné par sa patience, le temps qu’il a pris pour me raconter, en détail, pendant plus d’un an et demi, toute son histoire.

Voir aussi « Ce n’est pas toi que j’attendais » (Archives mars 2017) et « Les deux vies de Baudoin » (idem)

The Nobody – Jeff Lemire – Ed. Futuropolis

Depuis le 22 juin 2020 – Copyright J. Lemire / Futuropolis

Pour l’écriture de cet album, Jeff Lemire s’est inspiré du roman de G.H. Welles, Homme invisible (publié en 1897). Fasciné par les conquêtes de la science au 19è siècle, Wells y décrivait la destinée d’un homme, le physicien Griffin, qui avait découvert un moyen de rendre transparents les tissus, y compris les cellules vivantes. Après avoir expérimenté le procédé sur lui, il s’était aperçu que ses vêtements et la nourriture qu’il absorbait demeuraient visibles. Une solution s’était alors offerte à lui, le temps de trouver la formule qui lui rendrait son apparence : des bandelettes sur tout le corps, des lunettes noires et un chapeau.

La bande dessinée – captivante de la première à la dernière planche – met ici l’accent sur la quête d’identité et la destruction toujours possible d’une communauté, jusque-là paisible.

Dans The Nobody, un dénommé John Griffen débarque dans une petite bourgade et se rend à l’unique motel du coin. Il ne passe pas inaperçu. La nouvelle de l’irruption de cette « momie ambulante » au sein du paisible Large Mouth se répand comme une trainée de poudre et les difficultés ne tardent à fondre sur lui. Conscient de l’hostilité que sa présence suscite, l’homme sans nom opte pour un confinement quasi permanent dans ledit motel. Pour Vickie (la narratrice), une ado solitaire qui rêve d’un ailleurs, l’inconnu symbolise à lui seul le mystère fantasmé du monde extérieur. Un soir elle frappe à sa porte, John laisse entrer celle qui lui a sauvé la mise en lui permettant de venir chercher quotidiennement ses repas au restau de Large Mouth. Il lui confie qu’il est là dans l’unique but de poursuivre en toute tranquillité des travaux scientifiques, dont il lui livre la teneur.

Vérité ? Mensonges ? L’homme est-il ce qu’il prétend ? Beaucoup en doutent. Que fuit-il ? Jeff Lemire lève les voiles les uns après les autres, cependant que le pouvoir de nuisance des idées reçues fait lentement son œuvre et que la paranoïa gagne les esprits. Dans un monde où la différence n’a pas sa place, la disparition d’une serveuse va suffire pour que Griffen soit tout naturellement désigné comme le seul coupable possible, et traqué comme tel. Son sort sera-t-il aussi dramatique que celui subi par son « prédécesseur », le physicien Griffin ?

Anne Calmat

Jeff Lemire

Jeff Lemire (né le 21 mars 1976 dans le Comté d’Essex) est un auteur de bande dessinée canadien. Il publie à la fois pour la scène alternative et pour le grand groupe DC Comics, où il est principalement scénariste. Jeff Lemire est né et a été élevé dans le comté d’Essex (Canada), près du Lac Saint-Claire. Il a étudié le cinéma, puis décidé de poursuivre dans le comics quand il a réalisé que sa personnalité solitaire ne collait pas avec le métier de réalisateur. The Nobody, sorti en 2009, est une réédition.
144 p., 20 €

Roberto & Gélatine Cache-cache – Germano Zullo – Albertine – Ed. La Joie de lire

Depuis le 9 juin – Copyright G. Zullo, Albertine / Joie de lire

Les temps changent. Autrefois on aurait dit d’un tel album qu’il s’adresse aux jeunes de 7 à 77 ans, aujourd’hui, on peut affirmer qu’il parlera aux lectrices et lecteurs de 4 à 88 ans. Un sacré vol-plané ! Les plus jeunes, qui adorent qu’on leur raconte encore et encore la même histoire, se reconnaîtront dans celle-ci ; il n’est en outre pas exclu que les plus anciens essuient une larmichette en la partageant avec leurs petits démons (et merveilles).

Les souvenirs remonteront alors à la surface…

Comme Roberto, vous êtes plongé(e) dans un roman passionnant, au plus fort de l’action, et voilà que votre petit-fils ou votre petite-fille vous réquisitionne pour une partie de cache-cache. « Je n’ai pas le temps de jouer » lui dites-vous. Mon œil ! Vous avez beau protester, rien n’y fait. Vous capitulez, tout en tentant de ne pas perdre la face : « Alors juste une fois, après tu me laisses tranquille !» Vous faites alors semblant de chercher, en vous parlant à vous-même : « Ça ne peut pas être là, l’espace est trop petit ! » « Peut-être dans ce coffre… Non… Alors derrière la porte de la salle de bains… Tiens, c’est bizarre, tous les vêtements qui étaient dans le panier en osier sont maintenant éparpillés par terre… »

Vous entendez un rire étouffé, vous faites la sourde oreille, vous apercevez l’extrémité d’un pied qui dépasse d’un énorme coussin, vous passez votre chemin. Tout cela fait partie d’un rituel auquel grands et petits se plient avec un égal bonheur.

L’album concocté par Germano Zullo et Albertine – un enchantement ! – perpétue avec élégance et espièglerie ce moment de partage, dont on a eu un jour ou l’autre la nostalgie. C’est tout simple, plein de poésie et de vitalité ; le duo Germano Zullo & Albertine fonctionne cette fois encore à la perfection. (v. aussi Archives BdBD : Le Président du monde, Les Oiseaux et le premier opus de Alberto et Gélatine).

Délicieux comme une pomme d’amour.

Anne Calmat

88 p., 14,90 €

Nous étions les ennemis – George Takei – Steven Scott- Justin Eisinger – Harmony Becker – Ed. Futuropolis

Depuis fin mai 2020 – Copyright Futuropolis

Suite de l’attaque surprise du Japon contre la base américaine de Pearl Harbor, qui aura pour effet de décider les USA à participer à la Seconde Guerre mondiale, 120 000 Américains d’origine japonaise seront emprisonnés dans des camps par le gouvernement de F.D. Roosevelt. C’est cet épisode historique, vécu par un jeune enfant, Georges Takei, qui nous est ici donné de découvrir.

Après avoir fait connaissance de la famille Takei, nous assistons dans un premier temps à la mise à l’écart des soi-disant « ennemis des Etats-Unis » et à leur installation dans des stalles d’écurie « qui sentent le crottin ». Une expérience aussi humiliante que dégradante, se souvient George. Nous assistons ensuite à leur transfert, en octobre 1942, avec des milliers d’autres familles, dans un camp d’internement appelé « centre de relogement », situé dans l’Arkansas.

Il faut prendre ses marques, positiver, les parents des trois enfants savaient faire : « On part en vacances » a dit Norman Takei à ses petits. On pense au film de Roberto Benigni, La vie est belle (1997).

Au camp Rohwer, la population est hétérogène, Norman est convaincu de la nécessité de former une communauté soudée, avec un porte-parole. Ce sera chose faite. Les enfants s’adaptent à leur nouvelle vie, se font des copains, accueillent les premières neiges avec joie. Noël est là. Un faux père Noël japonais fait son apparition, le petit George n’est pas dupe, mais il ne laisse rien paraître.

Puis vient le temps où les « assignés à résidence » doivent prendre position, remplir un questionnaire, prouver leur loyauté envers un pays qui les a traités de « sales japs », enfermés dans des camps entourés de barbelés et ne leur a ‘accordé la nationalité américaine qu’avec parcimonie et suspicion.

Le faire reviendrait à reconnaître le bien-fondé du traitement qu’ils subissent, et le cas échéant accepter d’aller trucider ceux dont ils sont issus. Certains cocheront la case « yes », pas les Takei. Tous les objecteurs de conscience seront envoyés au camp Tule Lake en Californie, plus dur que le précédent. Mais, au détour d’une projection, le petit George découvrira cette chose inouïe qu’est le cinéma…

George Takei, alias le capitaine Hikaru Sulu dans la série « Star Trek »

La suite de ce roman introspectif, tout en sobriété, est à découvrir. Absolument.

George Takei n’est plus acteur, mais il reste un infatigable militant en faveur de la justice sociale, de l’égalité devant le mariage des LGBTQ… et contre la personne de Donald Trump. Avec cette autobiographie dessinée, dans laquelle il revient sur ses années passées dans les camps d’internement, c’est une autre facette de sa personnalité qui nous est ainsi livrée..

Anne Calmat

206 p., 25 €

Falloujah Ma campagne perdue – Feurat Alani – Halim – Ed. Steinkis, Coll. Témoins du monde

Falloujah Ma campagne perdue inaugure la nouvelle collection des éditions Steinkis : « Témoins du monde ».

Sortie en mars 2020 – Copyright F. Alani, Halim / Steinkis

2004, quelques semaines après la bataille de Falloujah, le journaliste franco-irakien, Feurat Alani, arrive clandestinement en Irak, où il retrouve ses oncles paternels. Les autorités irakiennes ne souhaitent pas que la presse étrangère vienne « fourrer son nez » dans leurs affaires, c’est à dire constater de visu ce qu’est devenue la Cité des mosquées au lendemain de l’opération Phantom Fury menée par l’armée américaine et appuyée par le gouvernement intérimaire irakien. Ce que précisément, il est venu faire.

Des milliers de soldats ont alors encerclé la ville, en représailles à une révolte sanglante de la population, liée à leur non-respect des traditions religieuses du pays occupé.

p. 53

Feurat Alani va recueillir les témoignages de civils et de combattants irakiens. Cette succession de récits, entrecoupée de souvenirs de nuits passées à compter les étoiles filantes sur le toit de la maison familiale lorsque, enfant, il venait de France passer ses vacances à Falloujah, nous mène progressivement à l’objet de ce roman graphique : les forces armées envoyées par Gorges W. Bush (celui-là même qui en octobre 2002 avait accusé Saddam Hussein de posséder des armes de destruction massive) ont-elles largué des bombes au phosphore blanc et à l’uranium appauvri sur la cité des mosquées en 2004, comme l’apparition presque concomitante de cancers, de leucémies et de bébés mal formés à la naissance, semble l’attester ? Alani en aura par la suite la confirmation en poursuivant ses investigations auprès d’anciens Marines.

p. 69

Il va de soi que ce manquement à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques de 1992 participera à l’émergence l’État islamique quelques années plus tard, les hautes instances irakiennes s’étant refusé à endosser une quelconque responsabilité dans ce qui est advenu après le départ de l’armée US, laissant alors les dissensions s’installer entre les tribus, et des groupes plus ou moins extrémistes, s’imposer.

« Des manifestations ont démarré à la sortie de Falloujah. Cet endroit a été surnommé « la Place de la Dignité ». Tout le monde, ici, proteste contre le gouvernement de Bagdad. Détruite puis délaissée et ostracisée depuis des années, Falloujah implose et malheureusement des drapeaux noirs apparaissent dans la foule. » p. 126 ©

p. 81

Un album bouleversant, pour lequel la force indéniable du récit-reportage de Feurat Alani, associée au montage graphique dense et expressif, presque cinématographique d’Halim – beaucoup de gros plans, qui sont comme autant de zooms sur une population qui a vu l’enfer s’abattre sur elle – donnent d’emblée ses lettres de noblesse à la nouvelle collection des éditions Steinkis.

Anne Calmat

126 p.,18 €

Profession Solidaire -Jean-François Corty – Jérémie Dres -Marie-Ange Rousseau – Ed. Steinkis

Copyright J-F Corty, J.D, M-A R /Ed. Steinkis – En librairie depuis le 4 juin 2020

La question migratoire est au cœur du discours politique et médiatique en France et en Europe, souvent traitée sous un angle sécuritaire où se côtoient fantasme, peur et données erronées…
Au cours de son expérience au sein de diverses ONG, Jean-François Corty a sillonné le monde (Erythrée, Afghanistan, Niger, Iran…) et la France qui est aussi, aujourd’hui, un terrain d’actions humanitaires. Souvent interrogé en tant qu’expert de la question, ce roman graphique lui permet de livrer différemment son témoignage. Sa parole est plus libre que sur les plateaux télévisés… et la déconstruction des clichés d’autant plus efficace.


Les auteurs :
Médecin et diplômé en anthro­pologie politique, Jean-François Corty est engagé depuis près de vingt ans au sein d’ONG hu­manitaires et médico-sociales en France et à l’international. Cofon­dateur du label indépendant Lelia Productions, il a publié en 2018, avec Dominique Chivot, La France qui accueille (Les Éditions de l’Atelier) et avec Didier Tabuteau, Pratique et éthique médicales à l’épreuve des politiques sécuri­taires (Sciences Po Les Presses, 2010).

Jérémie Dres vit et travaille à Pa­ris. Diplômé des Arts Décoratifs de Strasbourg, il est l’auteur de trois romans graphiques : Nous n’irons pas voir Auschwitz (Cam­bourakis, 2011), Dispersés dans Babylone (Gallimard BD, 2014) et Si je t’oublie Alexandrie (Steinkis, 2018). Parallèlement, il réalise des reportages BD courts pour la presse dans des revues comme XXI, Neon, Phosphore ou Muze. Profession solidaire, est le premier ouvrage qu’il scénarise sans le dessiner.

Née en banlieue parisienne en 1990, Marie-Ange Rousseau a toujours aimé dessiner et raconter des his­toires. Attirée par les histoires de vie et les récits historiques et engagés, elle a reçu avec Jessica Oublié le Prix de la BD politique France Culture 2018 pour leur roman graphique Péyi an nou (Steinkis, 2017).

128 p., 18 €

L’Anxiété Quelle chose étrange – Steve Haines – Sophie Standing – Ed. Çà et Là

Coup d’œil dans le rétro
En librairie le 15 mars 2019 – 32 p.,12 € – Illustrations  © S. Standing/ Ed. çà et là

L’anxiété est non seulement étrange, elle est aussi fort désagréable à ressentir. Mais qui un jour n’a pas été anxieux ? 

Mal d’un siècle ou accélération du temps qui semble nous laisser sur le talus ? Insécurité face à un environnement perçu comme menaçant ? Inquiétude face à une paix devenue incertaine ? Ou destin de l’homme confronté au mystère et à l’absurde ?

L’anxiété doit se distinguer des troubles obsessionnels compulsifs (TOC), de la crise de panique, des phobies et de l’anxiété généralisée. Il est aussi curieux d’apprendre que « L’anxiété est une bonne chose que les psychopathes ne connaissent pas ». (Jon Ronson), et qui plus est, qu’elle nous préparerait à ne pas verser dans l’excès de confiance. La limitation de l’hubris est en effet une préoccupation qui nous vient de la Grèce antique.

Steve Haines nous propose une synthèse du phénomène, remontant aux causes, explorant les différents troubles et proposant des remèdes au quotidien. 

Nous apprenons ainsi que l’anxiété est « une réaction naturelle à la perception d’une menace qui se manifeste aux plans cognitif (les pensées se bousculent), physiologique (activation du système nerveux autonome) et comportemental (fuite) ». Reste à savoir pourquoi certains sont plus anxieux que d’autres, et pourquoi même, il en est qui ne le sont jamais… C’est à confronter à nombre de causes qui peuvent avoir à faire avec un passé tourmenté, un présent peu sécurisant, un mauvais état physique ou des habitudes de vie malsaines.

Après avoir vu ce qu’en disent les philosophes, comme Kierkegaard qui y voyait un vertige de la liberté, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, une angoisse existentielle, on apprend aussi que les neuroscientifiques, plus optimistes, proposent de dépasser notre biologie pour embrasser une « liberté radicale » via une connaissance des émotions. 

L’auteur brosse un tableau très complet de la construction émotionnelle, en montrant les différents mécanismes en jeu et la complexité de l’ensemble. On pourrait se sentir découragés, il n’en n’est rien. Quelques techniques peuvent nous aident à gérer cette interaction complexe de réflexes physiologiques, de déclencheurs familiaux et d’oppression culturelle. L’ancrage corporel par exemble, l’H.A.L.T. (Hunger, Anger, Loneliness, Tiderness), la contemplation, de préférence dans la nature, la restructuration de la pensée…

L’ouvrage se termine sur une invitation à modifier notre regard sur l’anxiété, afin d’en discerner les effets positifs, ainsi que sur une série de recommandations simples pour mieux la surmonter.

 » Essayez de ne pas vous embourber dans la rumination et l’autocritique. »

Sophie Standing illustre cet ouvrage de manière très originale, tant par ses dessins et la composition des planches que par la vivacité des couleurs. Elle facilite la compréhension d’un texte rigoureux et sérieux au moyen d’images concrètes et pleines de fantaisie.

Steve Haines exerce en tant que chiropracteur et enseigne la thérapie craniosacrale. Il vit et travaille entre Londres et Genève. Il est l’auteur, avec Sophie Standing au dessin, des trois albums de la série « Quelle chose étrange » : La Douleur (oct. 2018), L’Anxiété (mars 2019) et Le Trauma  (juin 2019). Il est également co-auteur avec Ged Sumner de « Cranial Intelligence : A Pratical Guide to Biodynamic Craniosacral Therapy ». (2011, Ed. Singing Dragon).

Nicole Cortesi-Grou

L’Odyssée d’Hakim – Fabien Toulmé – Ed. Delcourt

Tome 3 – 256 p., 24,95 €

Initialement prévue le 18 mars, la parution du T. 3 de L’Odyssée d’Hakim a été reportée au 3 juin 2020. Copyright F. Toulmé / Delcourt

T. 1 & 2 : Coup d’œil dans le rétro

Aix-en-Provence, juillet 2017. Fabien Toulmé rencontre Hakim Kabdi (dont ce n’est pas le vrai nom). Quatre ans auparavant, le jeune homme a été contraint de quitter la Syrie parce que la guerre avait éclaté, qu’on l’avait arrêté sous un prétexte fallacieux, puis torturé. Et aussi parce que le pays voisin semblait pouvoir lui offrir la sécurité et un avenir.

Parution août 2018 –

Dans un premier temps, ce sera Beyrouth, en janvier 2013, puis, après un passage à Amman, Antalya en mars 2013, en Turquie. « Je me rends compte que n’importe qui peut devenir réfugié. Il suffit que ton pays s’écroule, soit tu t’écroules avec, sois tu pars. » confie-t-il à Fabien Toulmé.

À Antalya, sa tentative de faire prospérer une pâtisserie de spécialités syriennes tourne court. Mais il y rencontre l’amour en la personne de la jeune Najemh, qu’il épouse. Hadi naîtra de leur union. Petits boulots pour survivre : un jour vendeur de bouteilles d’eau à la sauvette, le lendemain, vendeur de parapluies ; un autre jour, guide touristique, puis ouvrier dans le bâtiment… Mais la vie est trop dure, la police trop prompte à confisquer son maigre outil de travail, et ses employeurs peu honnêtes. « On est partis avec la famille de Najemh à Istanbul. » Hakim ajoute avec humour « Il n’y a pas beaucoup d’avantages à être un réfugié, mais s’il y en a bien un, c’est qu’on n’a pas grand-chose à déménager ». 

Parution juin 2019

Cependant, la complexité politico-sociale qui règne dans le pays qui les a tous accueillis, associée, pour Hakim et son jeune fils à un ensemble de complications administratives, vont changer la donne pour eux, et c’est avec appréhension qu’il va monter à bord d’un canot pneumatique bondé, afin de traverser clandestinement la Méditerranée, pour un jour atteindre la France où Najemh et ses parents ont entretemps émigré.

Une quarantaine de planches couleur bleu nuit, particulièrement intenses, décrivent ce qu’a été leur traversée entre la Turquie et l’île de Samos, avec en prime une panne d’essence, un moteur qui refuse de redémarrer, et toujours la mort en embuscade…  

Le but c’était pas simplement de résumer une migration à la traversée de la Méditerranée. C’est beaucoup plus complexe, et en plus ça donne l’impression qu’ils sont tendus vers l’Europe parce qu’ils ont plus de chance là-bas. Alors que la traversée c’est juste une nuit sur des années ! Moi je voulais montrer que ce ne sont pas des gens qui partent de chez eux pour venir chez nous. Au début Hakim va au Liban, mais il va se rendre compte qu’il est accompagné de tas de semblables et ça ne l’aide pas, le pays a tendance à rejeter l’afflux. C’est le besoin de survie qui va le pousser de pays en pays jusqu’à l’Europe. J’aurais pu faire un bouquin en Europe, mais je me serais concentré sur les temps forts et ça aurait rejoint ce qu’on nous montre d’habitude, qui est un peu caricatural.« 

De la Macédoine à la France…

Suite et fin de cette trilogie acclamée par la critique et basée sur l’histoire vraie d’un réfugié syrien. Article à venir.

Hakim et son fils ont survécu à la Méditerranée. En traversant la mer. Ils pensaient avoir échappé au pire mais, entre centre de rétention et police des frontières, de nouvelles épreuves les attendaient, à commencer par le rejet et la xénophobie. Mais pas uniquement. Il reste heureusement dans ce monde quelques inconnus solidaires prêts à tendre la main…

Fabien Toulmé

Le grand talent de Fabien Toulmé tient à la fluidité de ses récits et sa capacité à faire partager son empathie. Nous sommes aux côtés de ses héros, ils font, et feront, longtemps partie de notre vie après que le mot fin a été inscrit sur la dernière planche de chacun de ses albums. Voir également « Ce n’est pas toi que j’attendais » (Archives mars 2017) et « Les deux vies de Baudoin » (idem)

Extrait d’une interview de Fabien Toulmé – © Delcourt

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans cette dernière partie du récit ?

Chaque étape, prise de façon individuelle, est déjà très forte et doit être très dure à vivre, mais ce qui m’a le plus marqué c’est justement l’enchaînement, sans répit, de toutes ces étapes. Comment Hakim, avec un enfant qui savait à peine marcher, a-t-il pu endurer tout ce voyage en ne dormant quasiment jamais et dans des conditions très rudes ? J’avoue que je suis admiratif de sa force et de son courage.

D’ailleurs globalement, qu’est-ce qui t’a le plus étonné chez Hakim ? Et dans son récit ?

En plus de ce que je viens de dire, je pense que c’est sa résilience. Sa capacité à faire de l’humour sur des moments durs de son parcours. Et je suis également impressionné par sa patience, le temps qu’il a pris pour me raconter, en détail, pendant plus d’un an et demi, toute son histoire.

A. C.

Vingt ans ferme – Sylvain Ricard – Nocoby – Ed. Futuropolis

Coup d’œil dans le rétro…

Copyright S. Ricard, Nicoby / Futuropolis 2012

Inspiré du vécu de Milko Paris, 20 ans ferme interpelle sur l’état des prisons en France et sur leur rôle dévastateur auprès des détenus.

Alpes maritimes 1985 

Soleil de plomb, mer d’huile, immeubles safranés, volets clos. Milko et son complice sont prêts pour un nouveau braquage, mais l’opération tourne court. 

Interrogatoire, Milko sera le seul à payer la note. Ce soir, il dormira dans une cellule pour trois. La promenade du lendemain laisse entrevoir un carré de ciel bleu, mais Milko s’est déjà mis en mode révolte. Les couleurs se sont assombries, elles sont devenues maronnasses. Découpage en neuf cases par planche, de format identique.

Tentative d’évasion durement réprimée, Milko passe par la case mitard. Couleurs ocre-brun.

– « Ecoute Milan, je suis là depuis presque deux ans, j’en ai vu des gars comme toi qui voulaient tout péter…

– Et ?

– Et rien du tout. Il ne s’est rien passé, à part le mitard pour ceux qui ont une grande gueule. On ne peut rien faire, c’est eux les patrons… »  lui dit un co-détenu.

On peut toujours essayer…

Milko essaiera pendant des années. Transferts de prison en prison,  mitard, re-mitard. Surpopulation, sur-violence. Survie. Couleurs éteintes.

« Un mois et demi pour se réfugier sur soi, pour se renfermer, pour s’isoler su monde (…) trop de temps pour entretenir sa rage… » Et manifester son indignation face à un système qui, au mépris des règles pénitentiaires européennes, ne laisse pratiquement aucune chance de salut à celui qui est « tombé ».

Car ce que Milko Paris ne supporte pas, c’est la façon dont la République traite ses prisonniers : à commencer par abus, aussi bien physiques que psychologiques, manquements aux droits élémentaires à l’intérieur des murs des prisons…

Il comprend qu’il n’a rien à attendre du système pénitentiaire et que sa reconstruction dépendra d’abord et avant tout de lui.

À sa sortie de prison, en 1995, il fonde l’association « Ban Public », une plateforme internet qui assure l’interface entre la vie carcérale et la vie à l’air libre…

Ce récit est suivi d’un dossier réalisé avec l’association Ban Public, mettant en regard les articles de la loi et les principaux événements intervenant dans le livre, tels que la fouille au corps, les soins médicaux ou encore l’accès à l’éducation.

Anne Calmat

104 p., 17 €

Ama – Le souffle des femmes – Franck Manguin – Cécile Beck – Ed. Sarbacane

Copyright F. Manguin – C. Becq / Sarbacane – En librairie le 27 mai 2020

Ama n’est pas le prénom de celle que l’on voit évoluer torse nu dans les fonds sous-marins, mais bien le nom que l’on donne à celles, de moins en moins nombreuses, qui plongent à plusieurs centaines de mètres de profondeur, en apnée, pour en récolter les fruits : crustacés, mollusques… Une simple corde nouée autour de la taille les relie à celui qui attend dans une barque, prêt à les remonter au moindre signal. Ces stakhanovistes de la pêche sont bien souvent des femmes d’âge mûr, fortes en gueule, qui, à la criée, savent, le cas échéant, défendre le fruit de leurs efforts face à celui qui veut les exploiter ou les gruger.

Dans cette société qui navigue à part égale entre traditions et modernité, la coutume veut que chacune ait son « tomoé », un époux, un frère, un ami, qui veille sur elles. Gageons que c’est plutôt l’inverse qui se produit. C’est aussi la condition de la femme japonaise qui est ici montrée.

Côté traditions précisément, le Japon est loin d’en être dépourvu. Il n’est que de découvrir toutes celles qui – bien souvent en hommage aux ancêtres – émaillent cette histoire.

Ces maîtresses-femmes ne sont pas à l’abri de chagrins intimes ou d’une histoire familiale douloureuse, à commencer par Isoé, la cheffe de la communauté des Ama qui figure sur la couverture de l’album. Elle a une cinquantaine d’années et elle aime son métier. Sa nièce doit arriver de Tokyo. Nagisa est, semble-t-il, désireuse de revenir aux sources des traditions ancestrales de l’île qui a vu naître sa mère. Ella y restera11 ans. Nous sommes en 1962.

Ce roman graphique, qui rime à la perfection avec magnifique, s’achève au début des années 2000.

Cette jeune fille, prude, respectueuse et timorée cache un lourd secret. Elle va devoir s’intégrer à cette société traditionaliste et faire face aux réticences de ces « guerrières des océans » qui n’oublient pas que jadis, l’une des leurs, la meilleure sans doute, a déserté la communauté des Ama sans plus jamais donner aucun signe de vie.

Nagisa parviendra-t-elle à leur prouver qu’elle peut être une plus grande Ama que ne l’était sa propre mère ? Et comment va-t-elle réagir lorsqu’il sera question de lui attribuer un tomoé ?

Quand émouvant rime avec captivant.

Anne Calmat

112 p., 21,50 €

Franck Manguin est né en 1986 à Ajaccio. Après une enfance entre la Méditerranée et les Alpes. Il entreprend des études de Japonais après avoir lu «pays de neige» de Yasunari Kawabata. Diplôme de langues, littérature et civilisations Japonaises en poche, il s’exile durant trois ans au pays du soleil levant. Il y écrit un mémoire sur l’art traditionnel d’Okinawa, fabrique des animations pour machines «pachinko» et enseigne l’anglais. Franck est actuellement bibliothécaire et traducteur/interprète de japonais dans le milieu culturel.

Cécile Becq est née dans le sud de la France, près de la mer, en 1979. Après une licence d’arts plastiques, elle sort diplômée de l’école Emile Cohl à Lyon. Installée à Grenoble depuis 2005, elle commence à travailler comme illustratrice dans divers domaines, principalement pour l’édition. Son univers est tendre, sensible, poétique et coloré. Dans son travail, elle aime aussi bien réaliser des illustrations numériques que des illustrations peintes à la gouache ou à l’acrylique.

Le poisson-clown – David Chauvel – Fred Simon – Ed. Delcourt

Coup d’œil dans le rétro…

Imaginez la situation suivante : deux bandes rivales de mafieux, un hold-up calamiteux, un flic ripou, une femme fatale, des Cadillac rutilantes fonçant sur les routes du Colorado. Vous aurez là les ingrédients d’un polar qui semble tout droit sorti de la prestigieuse Collection Série Noire des années 1950. Ajoutez-y maintenant un gamin prénommé Happy. fraîchement débarqué de son Oklahoma natal. Il est naïf, sentimental et particulièrement étourdi. Le polar perd alors beaucoup de sa noirceur et gagne en fantaisie.

Les principaux protagonistes de ce roman graphique à suspense vont dès lors s’engager dans une course échevelée pour récupérer une mallette remplie de diamants, que l’un des gangsters a, dans la panique qui a suivi le braquage, été obligé de confier au jeune écervelé. Quand les Pieds nickelés se réinventent, tous les paris sont ouverts…

Les dessins, colorés-mais-pas-trop de Fred Simon, en adéquation avec ceux qui avaient cours dans les comics de l’immédiate après-guerre, ajoutent au charme indéniable de ce vrai-faux polar, dont les quatre épisodes ont été réunis en un seul volume il y a déjà quelques temps, mais qu’il est toujours bon de (re)découvrir en ces temps moroses.

Anne Calmat

186 p., 29,90 €

Le Rituel – Nicolas Mahler – Ed. L’Association

Copyright N. Malher – L’association – En librairie le 11 mai 2020
1901-1970

Le Rituel est librement inspiré de la vie du véritable maître des effets spéciaux japonais, Eiji Tsuburaya, qui jouit du statut de héros au Japon en raison des prouesses technique qu’il a réalisées pour la série des Godzilla. « Je n’ai jamais pris soin des histoires, j’avais d’autres tâches », explique-t-il dans la BD de Nicolas Mahler, tout énumérant ses « faits d’armes » passés. On comprend qu’il a plus de mal qu’auparavant avec les hommes en costumes de caoutchouc et les monstres géants sur cordes, et surtout que les moyens techniques mis à sa disposition sont en dessous  de ses attentes.

Il n’empêche qu’au cours de sa carrière, Eiji Tsuburaya a allègrement détruit plusieurs fois Tokyo, donné vie à des papillons géant et fait se combattre les monstres des profondeurs. Entre autres Joyeusetés.

Dans sa nouvelle bande dessinée, Nicolas Mahler décrit par le biais de dessins minimalistes le travail fastidieux de l’art des films dits « trash » et entraîne ses lecteurs dans les coulisses d’une industrie cinématographique qui, depuis le Voyage dans la lune que proposa Gorges Méliès jusqu’à Gravity réalisé par Alfonso Cuarón, garde sa toute puissance évocatrice.

64 p., 16 €

La gigantesque barbe du mal – Stephen collins – Ed. Cambourakis

Faut-il se raser la barbe pour éviter la contamination au Covid-19 ? (L’Obs, 24 mars)

Coup d’œil dans le rétro

L’histoire repose, du moins au début, sur une composante narrative assez simple. L’action se déroule sur une île appelée « Ici ». Sur Ici, les arbres sont taillés à l’identique, les maisons, alignées au cordeau, leurs occupants semblent tous avoir été coulés dans le même moule.

Ce n’est de toute évidence pas le cas dans cet « ailleurs » situé au delà des mers, que les habitants désignent sous le nom de « Là ». « Là était le désordre. Là était le chaos. Là était le mal », apprend-t-on dès les premières pages du récit. 

Il va donc de soi que la vie du héros de cette étrange aventure ne peut être que réglée comme du papier à musique. Chaque jour, Dave met au point des courbes statistiques pour une entreprise, dont les objectifs réels lui semblent assez nébuleux. Chaque soir, il écoute en boucle le hit sentimental d’un groupe de rock féminin des années 80, tout en dessinant ce qu’il aperçoit de ses fenêtres. 

Il n’est pas inutile de préciser que Dave dissimule une totale calvitie sous un postiche. Seul, un poil en forme de virgule orne son visage glabre. 

Dans le monde uniforme et lénifiant d’Ici, le temps s’écoule sans qu’aucun événement majeur ne vienne en perturber le cours. Seule la présence impalpable de Là jette une ombre sur ce tableau « paradisiaque ». « L’idée de Là était tout simplement toujours quelque part, comme une mauvaise herbe qui se faufilait dans les fissures invisibles qui séparent un moment d’un autre. »

Mais un beau matin, alors Dave tente péniblement d’expliquer à son supérieur le sens d’un tracé informatique devenu mystérieusement indéchiffrable, son système pileux se met, lui aussi, à « buguer ». Ce poil orphelin, rebelle à toute coupe, commence à se démultiplier ; si bien que Dave se retrouve rapidement affublé d’une barbe exponentielle et incontrôlable. 

Dès lors, cette fable surréaliste, mâtinée d’un humour « so british », va prendre des allures de satire sociale et politique.

Comment les habitants d’Ici vont-ils réagir à l’irruption de l’irrationnel dans leur vie ? Cette barbe insolente va-t-elle être perçue comme une invitation à larguer les amarres de l’immobilisme, ou au contraire, comme une mise en garde contre tout désir de s’affranchir des règles établies ? 

Et que va faire l’intéressé ? 

« Là », métaphore de tout qui est inconnu, donc potentiellement dangereux, peut être une réponse à bien des questions, mais c’est loin d’être la seule.

Tout participe au charme indéniable de cette bande dessinée : un scénario diablement original ; un découpage inusité du texte minimaliste de Stephen Collins ; un graphisme au fusain, dépouillé et puissant.

Anne Calmat

248 p., 26 eurosCopyright S. Collins / Ed. Cambourakis

Incroyable ! – Zabus – Hyppolyte – Ed. DArgaud

À partir du 17 avril 2020 – Copyright Zabus & Hippolythe / Dargaud

Cette histoire nous fait entrer un court moment dans la vie de Jean-Loup, un petit garçon timide et solitaire. Suite à sa rencontre fortuite avec une peau de banane placée sur sa route – incident qui va prendre tout son sens, comme dans le théâtre de Tchekhov – il sera amené, à son corps défendant, à renoncer progressivement à son monde imaginaire, à ses stratégies magiques, à ses tocs et talismans, afin que s’impose ce qu’un vieux monsieur nommé Sigmund Freud appela au siècle dernier « le principe de réalité ». 

L’action se déroule en Belgique. Le roi des Belges y joue un rôle réel et imaginaire important. C’est grâce à lui que s’ouvriront les opportunités qui feront sortir Jean-Loup de son isolement : celles de se présenter aux différents concours des Exposés, régional, général et national, d’y dépasser sa timidité, et mieux, d’y remporter un franc succès.

Agé de 11 ans, doté d’une mère adorée, absente mais très présente, d’un père présent mais très absent, sans frère ni sœur, Jean-Loup met en place des stratégies de survie : endosser l’habit de « mister nobody » à l’école, pour se protéger ; résister opiniâtrement à ses deux lignées d’ancêtres aux exigences redoutables ; tenir le réel à bonne distance par l’usage de fiches classant rigoureusement toutes informations en provenance du monde extérieur, et pour finir, donner forme à son quotidien en se distribuant ou s’ôtant des points, au gré de ses actions. 

Dans cet univers ingrat, deux objets constituent d’essentiels points d’appui : l’urne avec les cendres supposées de sa mère, auprès de quoi il puise conseils et confiance, ainsi qu’une petite figurine du roi des Belges qui, comme le faisait Jimini le cricket pour Pinocchio, lui sert de guide et de bonne conscience. 

Deux personnages vont s’associer pour lui offrir une chance de faire briller sa grande intelligence assortie d’une curiosité hors norme : un oncle maternel/ parrain, Johny Gala, improbable barbu-chevelu, et mademoiselle Ophélie, sa très charmante institutrice. Avec en toile de fond, le théâtre de Tchekhov qui au fil des évènements lui fournira ses références.

Les dimensions de son environnement font que le petit personnage blond apparaît bien fragile, engoncé dans son grand duffle-coat, camouflé derrière son gros cache-nez rouge ou vêtu d’un pull marin rayé rouge et blanc.

Les autres personnages stylisés mais extrêmement dynamiques et expressifs, s’animent comme un court métrage ou passent, comme tirés tout droit du cinéma de Fellini, des créatures comme cette Saraghina, secrétaire du roi.

Le Cosmos figure lui le destin qui, outre proposer un vaste champ d’exploration pour les exposés, fera au final se rencontrer le personnage-titre avec le passage de la comète 1983X58, ce qui déterminera l’issue de l’histoire, riche en surprises, que nous ne dévoilerons pas.

Le texte déroule le fil des dialogues intérieurs de Jean-Loup, entrecoupés de quelques échanges avec le monde extérieur. Il est émaillé de trouvailles poétiques, comme celle où il évoque son père, qu’il surnomme  monsieur « attends une minute Jean-Loup, j’arrive » et qu’il compare à une étoile : « quand il est là, il n’est pas vraiment là, et quand tu le vois, ce n’est pas vraiment lui que tu vois, j’ai l’impression qu’il est à des années lumières de moi ». 

On découvre, insérées entre les planches, quelques fiches issues des tiroirs de Jean-Loup ou part de ses lectures pour l’élaboration de son exposé. D’imposants dessins en noir et blanc séparent les différents chapitres (sept). 

Les images tracées en couleurs noir ou marron se détachent d’un fond qui va de l’abricot clair au marron sombre. Les touches de jaune et de rouge sont réservées au personnage principal, sauf lorsque de grandes tâches d’un rouge profond le mettent en valeur à travers la figuration d’un rideau de scène. 

L’ensemble, plein de charme et très finement observé, représente un antidote parfait au confinement.

Nicole Cortesi-Grou

200 p., 21 € – À partir de 12 ans – Copyright Ed. Dargaud

Vincent Zabus est dramaturge et scénariste de bandes dessinées. Né en 1971 à Namur, licencié de philologie romane il a enseigné le français, la littérature et le théâtre avant de se consacrer à l’écriture de pièces de théâtre et de scénarios de bandes dessinées. Sa pièce Les ombres obtint le prix Sony-Labou-Tansi en 2010, et le présent album, réalisé avec le dessinateur Hippolyte, a reçu plusieurs distinctions : Prix Laurence Tran, Prix des libraires Lucioles, prix des Lycéens de l’Ile-de-France. 

Hippolyte est illustrateur et auteur de bandes dessinées et l’un des principaux auteurs de bd-reportage. Installé dans l’ile de la Réunion, il est l’auteur de plusieurs séries, dont les adaptations de Dracula et du Maitre de Ballantrae de Robert L. Stevenson, et dans le domaine bd reportage, notamment L’Afrique de papa et Les Enfants de Kinshasa, nominé pour le prix Albert Londres. 

.

Géante – Jean-Christophe devenEy – Nuria Tamarit – Ed. Delcourt

Depuis le 1er avril 2000 – Copyright J-C Devenez et Nuria Tamarit/ Ed. Delcourt

Histoire de celle qui parcourut le monde à la recherche de la liberté.

Cette histoire débute comme un conte de Grimm. Un bûcheron, harassé après une journée de labeur, rentre chez lui où l’attendent sa femme et leurs six garçons. Soudain il entend un appel venu d’une ravine ; il en extrait un bébé, une petite fille, qu’il ramène au logis, où elle trouvera aussitôt sa place. 

Or il se trouve que cette enfant a la particularité d’être une géante, qui au fil du temps atteindra plus ou moins la hauteur d’un clocher d’église. Ses parents adoptifs l’ont prénommée Céleste, tant sa venue semblait être pour eux un bienfait des dieux. Céleste finira cependant par s’éloigner de Jean et Ana, après que ses six frères sont partis travailler au village.

Et c’est là que réside le richesse et la profondeur de cette histoire, qui aborde – souvent avec un humour émaillé de références littéraires– les grandes thèmes de l’existence. 

Ignorante des réactions auxquels sa différence et sa condition de femme l’exposent, Céleste ne va pas tarder à se heurter à la duplicité, illustrée ici par un colporteur qu’elle croise peu après avoir quitté le nid familial.

Ce sera sa première déconvenue et sa première prise de conscience qu’elle aura doublement à batailler pour trouver sa place. Exhibée comme un animal de foire, saoulée, elle sera emprisonné pour avoir, bien involontairement, saccagé la place d’un village. Elle apprendra alors ce que la haine des femmes, poussée à son paroxysme, peut engendrer. L’amitié et solidarité féminine deviendront alors pour elle primordiales.

Son mentor (le mot n’existe pas au féminin) lui enseignera combien tout ce qui nous entoure peut devenir source d’observation et de Savoir. Elle sera aimée par trois hommes, aimera, épousera… sans jamais pour autant renoncer à bouleverser l’ordre des choses et à trouver son identité propre.

Mille vies pour un personnage hors-nomes et une histoire aussi passionnante qu’attachante.

Anne Calmat

196 p., 27, 95 €

La Chute – Jared Muralt – Ed. Futuropolis

© Jared Mulralt/Futuropolis, depuis mars 2020

Liam vient de perdre son épouse emportée par le virus de la grippe et va devoir affronter seul avec ses deux enfants, Sophia et Max, un monde en chute libre secoué par une crise économique, sociale, politique, sanitaire puis sécuritaire sans précédent.

Les records de chaleur et la pénurie d’eau posant de graves problèmes, il faut s’attendre à de mauvaises récoltes. La récession persistante et la crise économique mondiale qui l’accompagne ont pris une ampleur catastrophique. Plusieurs des pays sont en train de sombrer dans le chaos ; aussi pour garantir la sécurité intérieure, le gouvernement maintient-il sa décision de mobiliser une partie des forces armées. Pour finir, une bonne nouvelle : la grippe estivale semble désormais en phase de décroissance…

Dans cette BD conçue bien avant la crise qui sévit aujourd’hui dans le monde, Jared Muralt s’interroge aussi sur les raisons qui ont amenés les hommes à cette apocalypse…

« il y a quatre ans », confie le dessinateur au quotidien Le Monde  « je voulais faire une bande dessinée post-apocalyptique, un genre dont je suis un grand fan. Mes recherches, afin de savoir quelle serait la menace la plus importante et la plus probable pour notre société, m’ont amené à conclure qu’il s’agirait d’une pandémie. » Jared Muralt explique avoir collecté « des tonnes d’informations, jusqu’à ce que le scénario devienne, dans [satête, presque réel ». Voire « un peu trop réel à mon goût aujourd’hui », ajoute-t-il. © Le Monde

L’auteur

Jared Muralt est né en 1982 à Berne en Suisse. Il suit des cours dans une école d’art mais développe surtout des qualités de dessin anatomique de manière autodidacte au travers des livres. Il est aussi le co fondateur des studios Backyard, une agence de design graphique qui à reçu un prix de la ville de Berne. La chute est sa seconde BD. © Paquet

72 p., 15 €

Ce qui nous sépare – Hélène Aldeguer – Ed. Futuropolis

Sortie le 8 avril 2020 – © Futuropolis, H. Aldegueur
COMMUNIQUÉ

Janvier 2016. Bilal, jeune Tunisien, est arrivé à Paris grâce à une bourse au mérite pour poursuivre son master d’histoire contemporaine. Il s’est lié d’amitié avec Ahmed, un autre Tunisien, et avec Yann, un Antillais arrivé aussi en métropole pour des études supérieures.

Il rencontre Léa, une jeune parisienne, avec laquelle il se met en couple. Il découvre une nouvelle vie pleine de possibilités : une réussite universitaire, des projections professionnelles, une liberté personnelle et intime, une ville-musée… Mais son statut d’homme arabe le rattrape dans une société française en crise identitaire.
Ses fantasmes d’une « Europe de tous les possibles » se heurtent rapidement au racisme et aux préjugés. Lorsque le corps noyé de son cousin, resté en Tunisie, est identifié, il est rappelé à sa condition « d’immigré » qui brise la jeunesse « du sud ».
Face à de jeunes européens libres de parcourir le monde, il regarde de loin sa jeune sœur, restée en Tunisie, qui manifeste et survit entre désillusion et enfermement.
Sa rancœur atteint ses relations avec ses amis : accusant d’un côté Ahmed d’être un bourgeois incapable de comprendre les Tunisiens qui galèrent, il déverse sur Léa sa colère et sa solitude en la chargeant des travers racistes de la société française. Lorsque sa tristesse éclate, il lui livre ce qu’elle n’avait pu voir ni comprendre.

« Un récit très actuel et nécessaire sur notre société et sur le déracinement intérieur de ces jeunes venus en France et qui sont accueillis bien différemment selon leurs origines… » © Futuropolis

104 p., 18 €

L’auteure

Hélène Aldeguer étudie à l’École Estienne en section illustration, dont elle sort diplômée en 2015. Elle exerce comme illustratrice dans des médias en ligne spécialistes du Moyen-Orient.

Elle participe en 2016 au concours jeunes talents à Angoulême avec Souvenir de la révolution, entre fiction et reportage, qui est retenu dans la sélection. 

En 2017, elle remporte le concours du prix Raymond Leblanc de la jeune création avec son projet Saïf, qui deux ans plus tard est publié sous le titre Après le Printemps : une jeunesse tunisienne ; l’ouvrage reçoit le Prix étudiant de la BD politique.

Entretemps, en 2017, elle créé avec Alain Gresh, ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, une bande dessinée intitulée Un chant d’amour : Israël-Palestine, une histoire française.