Archives de catégorie : BD 2019-2021 + archives

Retrouvez toutes nos chroniques journalistiques et nos coups de projecteur.

Bergen – Anja Dahle Øverbye – Ed. Ça et Là

À partir du 21 janvier 2021 – Copyright A. Dahle Øverbye / Ça et Là – 144 p., 17 €

Maria est une jeune et jolie norvégienne qui vient d’intégrer une fac à Bergen pour y étudier les beaux-arts. Avec une amie de lycée retrouvée à la rentrée, elle partage un appartement et un petit boulot dans une boutique de linge de maison. Tout pour commencer une belle année universitaire !

Sauf que Maria est dépressive, de ces déprimes qui saisissent les adolescents sans que les causes en soient clairement identifiées, et qui laissent l’entourage perplexe et démuni.

Les premières planches nous la présentent chez sa psy. En réponse à son désespoir, elle lui suggère de mener une vie saine et de faire un peu de sport : « Un esprit sain dans un corps sain ».

Évidemment, le message passe mal pour Maria, qui tente de distraire son angoisse en acceptant des sorties en boîtes. L’étendue de sa détresse et pas mal d’alcool la poussent dans les bras de Petter, un garçon au cœur tendre qui croit avoir trouvé en elle la « femme de sa vie ».

Maria peine à se rendre à ses cours, à se présenter dans la boutique où elle travaille. L’énergie lui fait défaut pour rejoindre un petit groupe d’études. La vaisselle sale s’entasse dans son évier, le quotidien devient problématique. 

Au fil du texte nous sommes entraînés dans la chute de Maria, qui se tend des pièges à elle-même, se retrouve dans des situations dégradantes, attente à sa santé, abîme sa réputation.

Dans cette descente aux enfers, son amie se trouve à ses côtés, constante et attentive, qui l’accompagne comme elle le peut, la conseille, la soutient.

Détail

Maria est touchante dans son abandon, sa difficulté à saisir ce qui lui arrive, ses tentatives de faire ce qu’il faut, en tombant à côté. L’amie, malgré ses maladresses, reste un repère fiable et de bonne volonté.

Ce pourrait être une triste histoire, si la dépression ne finissait par illustrer aussi une belle histoire d’amitié. De celles entières et généreuses qui, à cet âge, semblent indéfectibles.

À travers le récit de la dépression de Maria, c’est tout un pan de la vie adolescente qui se dévoile, avec ses excès, ses sentiments exacerbés, ses doutes aussi. Le mal-être de l’héroïne, que le lecteur finit par ressentir, nous parle de ces crises de jeunesse où la quête de soi expose à des épreuves pleines de risques.

L’ensemble des planches est sombre, en noir et blanc, parfois avec de larges lavis noirs. Il y a peu de texte, les échanges sont brefs, factuels émaillés d’expressions « jeunes ». 

De cette grisaille, ressort le petit visage aux joues pleines, presque enfantin, de Maria, et celui long, pâle et sage de son amie Johanna. Les dessins, très expressifs et variant les plans, rendent bien le réalisme des situations.

Le texte se clôt sur deux photographies de jeunes filles dont on se dit qu’elles doivent avoir à faire avec celles du livre.

Nicole Cortesi-Grou

A. Dahle Øverbye
Ed. Ça et Là

Anja Dahle Øverbye, née en 1981, vit à̀ Kongsberg. Après des études artistiques à l’Académie de Bergen (Norvège), elle a obtenu un diplôme en communication visuelle à l’UCA (University for the Creative Arts) en Angleterre. Elle a publié en Norvège un premier roman graphique : Sous le signe du grand chien en 2015, puis en Angleterre en 2017, et enfin en France en 2019. Bergen a été publié en 2018 en Norvège.

Un Travail comme un autre – Alex W. Inker – Ed. Sarbacane

Copyright A W. Inker / Sarbacane – Depuis le 27 mai 2020 – 184 p., 28 €

D’après le roman de Virginia Reeves

Le récit a pour cadre la grande crise économique des années1930 qui a vu les petits fermiers ruinés par l’appauvrissement du sol et la mécanisation de l’agriculture, contraints à l’exil, cependant que leurs créanciers, les banques, s’emparaient de leurs terres pour les exploiter. La première planche de l’album s’ouvre sur les prémices de cet exode forcé.

On pense au roman de John Steinbeck, Les Raisins de la colère, dont s’est vraisemblablement inspirée Virginia Reeves pour l’écriture de son roman – qui se déroule en Alabama (Stock, 2016) – fidèlement adapté et mis en images par Alex W. Inker.

Le personnage central, Roscoe T. Martin, est un garçon débrouillard qui n’hésite pas à flirter avec l’illégalité en cas de nécessité absolue. Il vit dans la ferme dont a hérité sa femme, Mary, avec leur fils. Elle est passionnée de lecture et se donne corps et âme aux travaux des champs, mais le revenu est maigre, les huissiers se profilent. Lui au contraire ne veut pas entendre parler de labour, il est électricien, point à la ligne.

Comment exercer son métier en ces temps de marasme économique ? Un jour, Roscoe a une idée qui devrait leur permettre à tous de s’en sortir…

Tout semble être rentré dans l’ordre, jusqu’à cet accident mortel, celui d’un employé de la compagnie chargée de l’électrification du comté.

La suite est une longue descente aux enfers. Roscoe va se retrouver en prison, totalement abandonné par les siens, exposé au sadisme des gardiens, à la violence des rapports sociaux, et témoin de la ségrégation raciale qui y règne en maître. Mais il est de la trempe de ceux qui s’en sortent. À moins que, neuf ans plus tard, il ne puisse toujours pas échapper moralement à la culpabilité de la « faute originelle » qu’il a commise en voulant sauver la ferme de Katy…

Le dessin d’Alex W. Inker – souvent en gros plan – participe beaucoup à la réussite de l’album. Son trait puissant aux couleurs fortes donne de l’expressivité aux personnages et traduit parfaitement l’atmosphère poisseuse du récit.

Anne Calmat

Les yeux du chat – Mœbius – Alejandro Jodorowsky – Ed. Les Humanoïdes associés

Depuis mars 2020 – Copyright Mœbius, A. Jodorowky / Humanoïdes associés. 59 p.

Les bandes dessinées de Mœbius, maître incontesté du rêve, ne se racontent pas, elles se voient et se regardent. Les ramener à leur histoire, revient a oublier l’essentiel: l’intelligence de ses images. (L’éditeur)

Tentons cependant de nous appuyer sur la force et l’intelligence incontestable des images pour comprendre les intentions des auteurs de cet album multi-réédité depuis son élaboration à la fin des années 1970.

Un enfant aveugle, vêtu d’un cafetan oriental – un petit prince ? ; un oiseau de proie qui semble être à son service ; un chat noir ; des immeubles à l’architecture médiévale et des rues parsemées de détritus forment le cadre de cette fable qui se déroule dans une atmosphère de fin du monde.

L’enfant à sa fenêtre, que l’on prend tout d’abord pour un adulte, ordonne au rapace de fondre sur le chat qui erre dans cette ville fantôme et de lui rapporter ses deux yeux. Tout semble se dérouler dans un silence quasi absolu, c’est à peine si l’on devine les ordres que le maître donne à son serviteur ailé. Il remplace alors les siens par ceux du chat. « C’est merveilleux, je vois ! » 

Qu’a-t-il vu ? Quel monde effrayant a-t-il découvert au travers des yeux du félin pour qu’il dise un peu plus tard à l’oiseau : « La prochaine fois tu me ramèneras les yeux d’un enfant » ? 

Cette histoire, à la fois ésotérique et glaçante, est la première création du couple Jodorowsky (scénario) / Mœbius (dessin). L’alchimie particulière qui l’anime, sans que l’on puisse en réalité déterminer qui a décidé de quoi, font des Yeux du chat un ouvrage à part dans l’œuvre de ce duo de génie*, qui laisse la porte ouverte à toutes les interprétations.

Anne Calmat

Jean Giraud (1838-2012)

Jean Giraud, alias Gir ou Mœbius publie ses premières BD en 1956-57 dans des magazines jeunesse, tels que Spirou. Dès 1963, il dessine Fort Navajo, la première histoire de Blueberry pour Pilote (sous le pseudo de Gir. Scénario Jean-Michel Charlier). Puis ce sera l’Écho des savanes, Métal Hurlant, de nouveau Pilote, Hara-Kiri, Les Humanoïdes Associés… Tel un Janus dans l’Histoire de la BD, Giraud, Gir et Mœbius vont se croiser partout dans le monde, dans la presse papier comme sur les écrans. Avec près d’une centaine d’ouvrages de bande dessinée, d’illustrations et même de peinture (Quatre-Vingt-Huit aux éditions Casterman…), Jean Giraud figure parmi les plus grands de la BD mondiale.

  • Voir aussi L’incal (Les Humanoïdes associés, 1981-1988)

« Moments extraordinaires »… suivis d’Une plongée dans l’univers de Gipi – Ed. Futuropolis

Moments extraordinaires sous faux applaudissements – Ed Futuropolis, depuis le 7 octobre 2020

Copyright Gipi / Futuropolis – 168 p., 23€

Boulevard de la BD n’avait pas tari d’éloges à propos de La Terre des fils imaginée en 2017 par le maestro assoluto de la BD transalpine, Gipi. Avec Moments extraordinaires sous faux applaudissements, il ne déroge pas à son habitude d’enthousiasmer son lectorat par la force de chacune des œuvres qu’il compose depuis une quinzaine d’années. (Voir en seconde partie une sélection de quelque-unes d’entre-elles)

Ici, Landi – que l’on avait déjà croisé dans Vois comme ton ombre s »allonge – est un humoriste, adepte du « stand-up ». Sa vieille mère est en train de mourir et il tente de concilier ses visites dans la journée à la clinique où elle est hospitalisée et ses prestations le soir sur scène.

À sa mère, il parle de l’enfant qu’il fut et qui l’accompagne depuis, lui renvoyant une image oubliée de lui-même. À son public, il raconte sa mère en train de mourir. Peut-on, doit-on faire rire dans de tels moments ? Gipi se pose et nous pose la question.

Plusieurs lignes narratives et autant de plans temporels et intemporels s’entremêlent dans un magnifique crescendo émotionnel pour saisir l’essence de la vie. On rencontre ainsi un groupe de cosmonautes en perdition dans un monde hostile, un homme des cavernes – l’alter ego de l’auteur ? – qui se bat avec ses armes pour survivre et transmettre cet acharnement aux générations futures. On s’y perd parfois mais on retrouve vite le fil du récit.

Avec en filigrane de ces Moments extraordinaires à portée universelle, le sentiment d’impuissance qui saisit chacun face à la disparition de celle qui vous a donné la vie, mais aussi la recherche d’une force mystérieuse qui, le moment venu, nous pousse à explorer nos propres mondes intérieurs afin d’y faire face.

Gipi s’abreuve à cette zone obscure où se cachent des images qu’il croyait à jamais perdues, ces fragments de mémoire qu’il inscrit au cœur de son récit. Avec cette présence récurrente et décisive de l’enfant, capable de forcer les adultes à affronter ce à quoi ils ne peuvent se résoudre.

Moments extraordinaires sous faux applaudissements est une œuvre intense, complexe et bouleversante. Mais n’a-t-on pas régulièrement ce sentiment à la lecture de tout nouvel album de Gian Alfonso Pacinotti, alias Gipi ?

A. C.

Coup d’œil dans le rétro…

Copyright Gipi / Futuropolis – 72p., 16 €

Bons baisers de la province – Ed. Futuropolis, 2014

L’album, dont la tonalité évoque le cinéma néo-réaliste des années 1950, réunit deux récits, écrits et illustrés par Gipi (Gian Alfonso Pacinotti) en 2005 et 2006 : Les Innocents et Ils ont retrouvé la voiture. 

 » Trainer dans la rue. Faire partie de la bande. Pendant des années, nous n’avons pas cherché autre chose. (…) Il y avait la rue, avec ses lois inconnues et ses figures menaçantes. Et il  avait nous qui étions encore innocents, jusqu’à preuve du contraire « , peut-on lire sur la 4ème de couverture.

bons_baisers_de_la_province-9_tel

Les personnages tentent de faire table rase d’un passé qui leur colle à la peau. Il y est question de violences policières, d’un forfait, d’amitiés trahies, sans que l’auteur en précise la nature exacte. Qu’est-il arrivé à Valerio, pour qu’à sa sortie de prison, il n’ait qu’un seul objectif : se venger de ceux qu’ils l’y ont envoyé ? Qu’y avait-il de compromettant dans cette voiture inopportunément retrouvée pour que les héros se sentent menacés au point de commettre l’irréparable ?

Si la vérité nous est en partie dévoilée, ou apparaît en filigrane, le lecteur a tout le loisir d’éclairer à sa convenance les zones d’ombres  » épaisses comme les parpaings d’un Enfer en construction  » de ces deux courts-métrages graphiques.

L’écriture distanciée de Gipi, la forte expressivité de ses dessins, son univers à la fois poétique et douloureux séduiront une nouvelle fois les admirateurs du maître, et probablement ceux qui le découvriront.

Anne Calmat

Copyright Gipi / Futuropolis – 213 p., 19 €

Vois comme ton ombre s’allonge Ed. Futuropolis, 2014

Landi est écrivain, un écrivain égaré dans le labyrinthe de son esprit peuplé d’obsessions qu’il ressasse (le vieillissement) et dessine (un arbre, une station service), et qui l’ont mené jusqu’au service psychiatrique d’un hôpital. Gipi alterne le trait noir sec et l’aquarelle vaporeuse pour décrire au mieux les états mentaux de ce personnage incapable de retrouver le sens de son histoire. Le puzzle mélange bribes de discours, de conversations avec ses proches, de légendes qu’il s’invente et de la vie de son grand-père, un soldat de la Grande Guerre dont les lettres le fascinent littéralement.
Gipi dilue son récit, son trait, pour mieux exprimer la folie mélancolique du personnage. On retrouve avec grand plaisir le ton et le dessin de cet auteur talentueux, qui de livre en livre construit une œuvre tout en nuances qui explore avec délicatesse nos failles.

Juliette Poullot

Copyright Gipi / Futuropolis – 128 p., 19 €

En descendant le fleuve et autres histoires – Ed. Futuropolis, 2015

L’album regroupe une douzaine de récits plus ou moins longs, qui pour beaucoup ont été publiés dans différentes revues italiennes à la fin des années 1990. La diversité des thèmes abordés – l’amitié, la perte d’un enfant, les fantasmes sexuels, la perversité, le respect de la dignité humaine -, celle des choix graphiques de l’auteur – aquarelles subtiles, dessins dépouillés en noir et blanc – vont une nouvelle fois faire mouche auprès des fans du maestro de la BD transalpine.

mep_en_descendant_le_fleuve-3_tel

Ici, tout semble vibrer au rythme d’une phrase musicale. L’adagio précède le vivace, lui-même suivi d’un allegro… ma non troppo.

Il y assez en effet peu d’allégresse dans ces pages plus amères que douces, qu’une exploration de nos failles semble habiter.

Le premier récit, intitulé En descendant le fleuve, est autobiographique. Les souvenirs de jeunesse de l’auteur riment avec son odyssée sur un canot pneumatique, en compagnie d’un ami, via la mer Tyrrhénienne. Tout est là : les méandres du fleuve, l’éclatante beauté des paysages, les nuits passées à sonder les bruits de la forêt, les surprises qui surgissent au détour d’un sentier… Le récit reprend et s’achève au douzième épisode sur une image effrontément scatologique. S’agit-il de la part de Gipi, devenu adulte, d’une allusion à cette maxime mi-figue, mi-raisin que l’on attribue à Boris Vian:  » La vie est une tartine de merde dont on croque un bout tous les jours  » ?

Entre les deux, des histoires souvent tragiques : un boxeur, que ses managers avides de profits ont sciemment envoyé au casse-pipe.  » Arbitre, sommes-nous des figurants dans la vie d’autrui ? « , se demande-il, avant d’entrer dans le long tunnel qui va le conduire vers l’oubli définitif de tout ce que fut sa vie.

Plus loin, un ouvrier un peu fleur bleue décide de meubler sa solitude avec une Bimbo gonflable plus vraie que nature. Une bande de flics graveleux ne vont tarder à salir cette relation hors norme.

Certaines scènes font écho à une actualité toujours plus prégnante:  » Ça peut paraître bête, tous ces gens, comme moi, qui continuellement apprennent qu’il y a eu cent, deux cents morts noyés dans un naufrage, mais qui partent quand même (…) quitte à mourir « , dit un jeune Ivoirien, abandonné avec ses compagnons d’exil au milieu du désert par ceux qui leur refusaient tout droit de transit sur la terre algérienne. Le texte a été publié en 2007 dans le collectif  Paroles sans papiers  (Ed. Delcourt).

Certains récits, plus oniriques ou plus fantastiques, ne se laissent pas aisément déchiffrer et donnent matière à cogitation. D’autres encore se présentent sous la forme d’un point d’interrogation.

Qu’est-ce que le génie ? 

À quoi tient la promesse d’une nuit d’amour ? Réponse (délibérément sibylline) : à un téléphone portable.

A. C.

Copyright Gipi / Futuropolis, 288 p., 28 €

La Terre des fils – Ed. Futuropolis, 2017

AprèsVois comme ton ombre s’allonge (2014) et En descendant le fleuve (2015) pour les plus récents, ce nouvel album marque un tournant dans l’itinéraire scénaristique et graphique de Gipi.

On y découvre un monde en ruines où des hommes, revenus pratiquement à l’état sauvage, s’entre-tuent pour survivre. On ne saura pas ce qui s’est passé, seules les usines abandonnées, les terres ravagées et les étendues d’eau où surnagent des cadavres d’humains et d’animaux témoignent de la violence des faits.

Ce monde post-apocalyptique, qui n’est pas sans évoquer celui que décrit Cormac McCarthy dans La Route, est-il aux yeux de l’auteur une projection de celui de demain ?

Un père et ses deux fils vivent dans un total dénuement dans une cabane de pêcheurs au bord d’un lac (on retrouve le thème de la filiation cher à Gipi). Chaque soir, l’homme griffonne des mots sur un carnet, que les adolescents sont bien incapables de déchiffrer. Ils voudraient pourtant en savoir plus sur leur mère et sur le monde d’avant, mais cet homme mutique et intraitable ne désire quant à lui qu’une seule chose : les endurcir face à ce qui les attend de l’autre côté du lac. Aucun lien affectif en apparence entre ses fils et lui, uniquement de la peur et du ressentiment de leur part. Peu avant sa mort, il a confié à une femme qu’on appelle la Sorcière :  » Pas de gestes tendres, ils doivent être durs, eux. Plus forts que nous. Invincibles à leur manière. »

Se trompe-t-il en agissant ainsi ? Quand la notion d’humanisme n’est plus qu’un lointain souvenir chez ceux qui ont survécu, que faut-il, au-delà du simple instinct de survie, inculquer aux plus jeunes, semble demander l’auteur de ce superbe roman graphique entre ténèbres et lumière. Et que ferions-nous en pareilles circonstances ?

Après sa disparition, les deux adolescents n’auront de cesse de trouver celui qui pourra les instruire sur le contenu du fameux carnet. Ils s’exposent alors à devenir la proie de manipulateurs et d’adorateurs d’un totem qu’ils nomment le dieu Trokool.

C’est aussi à une quête des origines à laquelle on assiste dans cet album fait de silences émaillés de très rares dialogues, qui racontent en noir et blanc l’errance de ceux pour qui les sentiments humains, et celui qu’on nomme empathie, restent à découvrir. Captivant.

Anne Calmat

Gipi est né en 1963 à Pise.
Après une carrière dans la publicité, il publie ses premiers strips dans la presse en 1994.
Sa première histoire longue, Notes pour une histoire de guerre (Actes Sud), publiée en 2004, reçoit le Prix du Meilleur Livre de l’École Italienne au Festival Romics 2005, le Prix du Meilleur Album du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême 2006 et le Prix Goscinny 2006.
En 2005, Il publie Les Innocents (Coconino Press). Ce récit a remporté le Prix Max und Moritz 2006 du Meilleur Livre Étranger au Festival de la Bande Dessinée d’Erlangen et a été nominé aux Eisner Awards 2006.
En 2009 Futuropolis publie Ma vie mal dessinée.
En 2014, Futuropolis publiera Vois comme ton ombre s’allonge et rééditera S. et Bons baisers de la province (parus en France sous les titres Les Innocents et On a retrouvé la voiture)
2017 : La terre des fils obtient le Grand Prix RTL 2017 et le Grand Prix de la Critique ACBD
Outre le cinéma (il a réalisé quelques courts métrages et des longs métrages), il est aussi aujourd’hui dessinateur pour le quotidien italien La Repubblica.

Patrick Dewaere « À part ça la vie est belle » – LF Bollée – Maran Hrachyan – Ed. Glénat

En librairie le 6 janvier 2021 – Copyright L.F Bollée, Maran Hrachyan (illustrations) / Glénat

« Moi je crois que plus on s’abîme, plus on est beau. »

Un après-midi d’été de l’année 1982, chez lui face à un miroir, Patrick Dewaere se saisit de son fusil .22 Long Rifle, l’enfonce dans sa bouche et tire. Une étoile filante vient de s’éteindre, il avait 35 ans.

Quelques heures auparavant, il répétait une scène du film Edith et Marcel mis en scène par Claude Lelouch (il sera remplacé par le propre fils de Marcel Cerdan). En moins de quinze ans et 37 films, Patrick Dewaere s’était imposé comme l’un des acteurs les plus brillants de sa génération, marquant de son empreinte les films dans lesquels il avait joué – allant peut-être jusqu’à s’identifier aux personnages qu’il incarnait et se fondre dans l’atmosphère du film qu’il portait.

Cher Patrick, je te le dis maintenant sans gêne et sans drame. J’ai toujours senti la mort en toi. Pire, je pensais que tu nous quitterais encore plus vite. C’était une certitude terrible que je gardais pour moi. Je ne pouvais rien faire. J’étais le spectateur forcé de ce compte à rebours. Ton suicide fut une longue et douloureuse maladie. »

Ces quelques mots, extraits d’une lettre posthume de Gérard Depardieu à celui qui déclarait « Moi je crois que plus on s’abîme, plus on est beau », éclairent avec force et justesse la fatalité d’une tragédie qui ébranla alors le cinéma français.

De son enfance complexe et douloureuse, à son ascension en tant qu’acteur, en passant par ses rencontres, ses amours et sa mort, ces planches content l’histoire d’un écorché vif, éternel enfant à la destinée rimbaldienne, où c’est ce « ça » qui faisait toute la différence…

22 €

LF Bolée

Né en 1967 à Orléans, LF Bollée se passionne très vite pour le journalisme et la bande dessinée, au point d’en faire ses deux métiers. Il signe son premier contrat de scénariste de bande dessinée à 21 ans et a déjà publié plus de soixante albums pour les plus grandes maisons d’éditions européennes. Il est le co-scénariste de La Bombe, paru en 2020, le roman graphique événement consacré à la « saga » de la bombe atomique et qui connait depuis sa sortie un immense succès critique et public. On lui doit d’autres œuvres marquantes comme Terra AustralisDeadline (avec Christian Rossi) ou le XIII Mystery Billy Stockton avec Steve Cuzor (Dargaud). Il est également le repreneur officiel du personnage de Bruno Brazil depuis 2019 (Le Lombard).

Une comète nommée Vernon Sullivan, alias Boris Vian – Ed. Glénat

Lorsque les fées se sont penchées sur le berceau de Boris Vian, elles n’ont pas fait les choses à moitié…

Copyright France info

Poète, musicien de jazz, compositeur-interprète, journaliste, dessinateur, Boris Vian a également écrit plusieurs romans noirs entre 1946 et 1950, sous le pseudonyme de Vernon Sullivan. Romans dans lesquels la sexualité, la xénophobie et la violence étaient omniprésentes. À commencer par J’irai cracher sur vos tombes (1946), ce best-seller qui mettait en scène la vengeance d’un héros noir à la peau blanche, et qui valut à son auteur bien de démêlés avec la justice. Viendront ensuite Les Morts ont tous la même peau (1947), Et on tuera tous les affreux (1948) et Elles ne se rendent pas compte (1950).

Ce qui n’a pas empêché Boris Vian de publier L’Écume des jours, L’Automne à Pékin et L’herbe rouge durant la même période. Ni d’enchaîner, à partir 1937, les concerts de jazz au Caveau de la Huchette.

Lors de la sortie de J’irai cracher sur vos tombes, l’auteur, démasqué, est propulsé sur le devant de la scène littéraire, avec pour conséquences une série de procès qui lui vaudront une condamnation à quinze jours de prison… bientôt amnistiée. L’histoire de la naissance du roman est connue : Jean d’Halluin cherchait un roman scandaleux pour lancer sa maison d’édition– Le Scorpion. Vian prend le pari d’écrire en un temps record un polar « à l’américaine ». Un moyen rapide pour lui « vendre sa salade » (selon ses propres mots) tout en pastichant les « hard-boiled » (durs à cuire) américains. Emporté pas la puissance du genre, il va se prendre au jeu et en écrire trois autres dans la foulée.

C’est à l’auteur de romans noirs que les éditions Glénat rendent ici hommage, à l’occasion du 100è anniversaire de la naissance de ce surdoué XXL, décédé le 23 juin 1959  à l’âge de 39 ans

A. C.

Et on tuera tous les affreux

Sortie le 06.01.2021

Elles se rendent pas compte

Depuis le 16.09.2020

J’irai cracher sur vos tombes

Depuis le 11.03.2020

Les morts ont tous la même peau

Depuis le 11.03.2020

Trois heures de Mana Neyestani – Traduit du persan par Massoumeh Lahidji – ED. ÇA ET LÀ & Arte éditions

Depuis le 8 octobre 2020 – Visuels © M. Neyestani – Arte Éditions / Éditions çà et là – 128 p., 16 €

Un matin, Belleville, 6h30.

Une valise remplie d’exemplaires d’un roman graphique.

Un voyage outre-Atlantique en vue.

Une tenue de voyage ad hoc.

Trois bagages nommés Harpo, Groucho et Chico, pour les compter plus facilement.

Des papiers en règle…

L’angoisse !

Il faut penser à tout, car on sait que des contrôles aléatoires touchent la plupart du temps, par hasard, des réfugiés ou des ressortissants du Moyen-Orient. Alors, quand on est les deux !

Trois heures d’avance par précaution et un livre de poèmes (du père) pour patienter.

Un selfie pour annoncer son départ aux « followers » d’Instagram et vogue la galère, départ en Uber pour Orly.

Angoisse des formalités, pourquoi ? Une fuite clandestine d’Iran pour échapper au tribunal révolutionnaire avec une arrestation à Canton qui aurait pu mal tourner.

Là, tout est en règle. Mais… Au bureau d’enregistrement : « Désolée, votre titre de voyage a un problème, le système ne le reconnait pas ».

détail

Trois heures vont s’écouler, passées debout, sur le côté des comptoirs, révélant chacune les nombreux rouages de la bureaucratie.

Le parcours du passeport de main en main, accompagné d’explications qui n’en sont pas, est entrecoupé de flash-backs sur la course d’obstacles qui a précédé l’obtention du passeport, des incidents qui ont émaillé les voyages précédents, le tout ouvrant la porte à des ruminations, un fond de culpabilité, des fantasmes, des peurs qui viennent en sarabande ponctuer l’attente.

Surtout ne rien dire, garder le silence, parler risquerait de déclencher des foudres de ce côté de l’Atlantique ou de l’autre, des mesures de rétorsions, et qui sait, des…

Surtout garder le silence, par habitude de se taire dans un pays où les éducateurs, relais d’un gouvernement autoritaire, mâtent les bavards, où l’habitude de se taire est apprise dès la plus jeune âge à la maison, où la parole est châtiée lors d’un séjour en prison.

Des personnages défilent qui chacun commente la situation : le père, le principal du collège, un réfugié yéménite en Norvège, écrivain, l’épouse, un gardien de la constitution, les « followers » d’Instagram, chacun ayant son mot à dire.

Et quand tout semble s’arranger, le vol est parti. Il faut donc rallier l’aéroport de Roissy pour avoir une chance de s’envoler quand même, sauf que là, c’est une autre aventure qui commence….

Ce récit kafkaïen, mené d’un bout à l’autre avec distance et humour, révèle de l’auteur ses inquiétudes, ses peurs, ses traumatismes. Il lui permet de s’interroger sur ses attitudes soumises, son extrême retenue, sa passivité apparente.  L’introspection englobe ses expériences d’enfant, celles traumatiques de la prison et bien sûr, de sa fuite. Il est un formidable révélateur de la condition des réfugiés et du sort que les pays d’accueil leur réservent.

Les dessins en noir et blanc, aux traits précis, sont d’une grande simplicité et pourtant extrêmement expressifs. Une série de planches de couleurs viennent s’interposer en cours de texte, exprimant dans cette aventure sans couleur, ce que doit être la joie de vivre dans la normalité pour le commun des mortels.

La lecture est d’un bout à l’autre jubilatoire, tant le petit personnage principal, qui n’est pas sans rappeler par certains traits le grand Duduche, est touchant et combien il sait nous entrainer dans ses aventures rocambolesques.

Nicole Cortesi-Grou

L’auteur

Mana Neyestani est un auteur dessinateur iranien qui a trouvé refuge en France depuis une dizaine d’années. Dès son statut de réfugié politique obtenu, il raconte son histoire à travers ses créations : Une métamorphose iranienne (2012),  Petit manuel du réfugié politique (2015), Un recueil de dessins, Tout va bien ! (2013) et une enquête sur un fait divers révélateur de la complexité de la situation iranienne, l’Araignée de Mashhad (2017, v. lien ci-dessous), en co-édition chez Arte et çà et là.

L’Araignée de Mashhad

Vernon Subutex (T. 1/2) – Luz – Virginie Despentes – Ed. Albin Michel

Copyright Luz / Albin Michel – Depuis le 12 novembre 2020 – 29,90 €

Après le succès triomphal du roman en trois parties de Virginie Despentes, voici sa version graphique.

Remettons les pendules à l’heure…

Vernon Subutex est un ancien disquaire qui, après avoir perdu son magasin, se voit expulsé de son appartement : l’ ami qui le dépannait financièrement vient de mourir d’une overdose.

« Avant d’y exploser, l’info bute dans sa tête comme un vieux diamant sur le sillon d’un vinyle rayé. Alex Bleach, ce pote percuté par le succès est mort. Une question bassement pragmatique taraude Vernon : qui va payer son loyer ? « 

Sans le sou, mais ne se voyant pas pour autant finir dans la rue, Vernon commence par battre le rappel auprès d’anciennes relations susceptibles de l’héberger une nuit ou plus.

Commence alors un défilé de personnages passablement rock n’ roll surgis du passé, et qui ont tendance à y être restés. En effet, si tous se sont côtoyés deux décennies auparavant dans un monde où une forme d’insouciance régnait, aucun ne se retrouve dans une société où la précarité, la peur de l’autre et celle des attentats ont pris plusieurs longueurs d’avance sur la légèreté.

Cependant, si un certain nombre est prêt à revoir le détenteur d’enregistrements devenus cultes, peu acceptent de l‘héberger.

On voit défiler toutes sortes de figures plus folklos les unes que les autres : Alex Bleach, le chanteur disparu ; Sylvie, l’ex du chanteur – la musique est au cœur de l’ouvrage ; La Hyène, « androgyne juste ce qu’il faut » ; Xavier,  « le connard de droite » qui a épousé une femme riche pour pouvoir satisfaire ses goûts de luxe…

Autant de rencontres et de styles de vie différents au travers lesquelles Vernon Subutex ne se retrouve plus. Son existence lui échappe alors, il glisse vers l’exclusion, vers une forme de « confinement extérieur ».

Qui est Vernon Subutex ? Une légende urbaine ? À moins qu’il ne soit tout simplement le symbole d’une comédie inhumaine qui se joue depuis plusieurs décades.



Un album magnétique, fruit d’une parfaite adéquation entre l’auteure et le dessinateur, entre l’écriture « à l’os » de Virginie Despentes et les illustrations tour à tour effusives et impressionnistes de Luz, entre la révolte de l’une et la colère de l’autre. Un très beau pavé de 304 pages… dans la mare. Vivement le T.2, prévu à l’automne 2021.

Anne Calmat

Luz

Fou de musique et de dessin, Luz s’impose rapidement comme une signature majeure de Charlie Hebdo. De cette période, il raconte les débuts (Indélébiles, 2018) et les suites de la conclusion tragique (Catharsis, 2015) dans des albums parus chez Futuropolis. Ô vous, frères humains (2016), Alive (2017) ou Hollywood menteur (2019) complèteront le portrait des mondes culturels puissants qu’il affectionne. En se plongeant dans l’univers littéraire et musical de Vernon Subutex, Luz réalise la convergence de ses passions… en bande dessinée.

Blanc autour – Wilfrid Lupano – Stéphane Fert – Ed. Dargaud

Copyright W. Lupano, S. Fert / Dargaud – 144 p, 19,99 €

Nous sommes en 1832, dans une bourgade du Connecticut. Une petite fille noire veut passionnément comprendre pourquoi un bâton a l’air de se casser quand il entre dans l’eau. Son entourage immédiat ne lui propose aucune réponse satisfaisante, et surtout pas Sauvage, ce jeune garçon qui apparait et disparait tout aussi brusquement en récitant des extraits des confessions de Nat Turner*. Elle décide de poser la question à Prudence Crandall, la directrice du pensionnat pour jeunes demoiselles blanches où elle aide au ménage.

La jeune Sarah Harris vient à son insu de donner le coup d’envoi à une aventure qui va perturber toute la communauté blanche de la petite ville de Canterbury, susciter des drames et poser un jalon qui ouvrira à l’instruction de la population noire des États-Unis.

En effet, devant cette appétence de savoir, mademoiselle Crandall propose à Sarah de rejoindre sa classe pour s’instruire. Ce n’est ni du goût des demoiselles blanches, ni surtout celui de leurs parents qui menacent de les retirer du pensionnat. Qu’à cela ne tienne, la directrice affirme alors sa volonté de transformer son pensionnat en établissement d’instruction pour jeunes filles noires.

Les auteurs nous permettent d’accompagner le courageux combat de Prudence Crandall. Dans cette petite ville tranquille, dans un contexte très marqué par le souvenir de Nat Turner, où éducation rime avec insurrection, la population blanche manifeste son hostilité à travers mille menaces, tracasseries et vexations. Et quand cela s’avère insuffisant pour entraver le projet qui prend de l’ampleur, le juge Judson porte l’affaire devant un tribunal, ce qui vaudra à l’institutrice de passer quelques jours en prison. Et même si la cour suprême la lave des accusations qui pesaient sur elle, les violences reprendront de plus belle, allant jusqu’au meurtre du jeune Sauvage et la mise à sac du pensionnat.

Cependant, des jeunes filles, qui ont gouté aux bienfaits de l’éducation, soutenues et encouragées par une vieille femme libre vivant dans une forêt, ont noué entre elles des solidarités. Le mouvement est lancé, arrêté ici, il reprendra ailleurs.

En introduction, les auteurs résument l’histoire originelle qui a présidé à leur ouvrage et nous renseignent, en fin de texte, agrémenté de photos, sur le destin de quelques-unes des protagonistes connues, car il était dangereux de donner son nom à l’époque.

Le dessin est dépouillé, parfois naïf  touchant aux limites du fantastique dans les planches évoquant la nature. Surtout, malgré la gravité du thème, comme pour y inscrire l’espoir, les couleurs, pastel ou vives, donnent à l’ensemble une douceur et une fantaisie joyeuses.

Les dialogues, peu nombreux, sont entrecoupés de longues périodes où les illustrations se suffisent à eux-mêmes.

L’ensemble est un beau livre d’images, révélateur des premiers pas du féminisme noir.

Les auteurs :

Wilfrid Lupano

Wilfrid Lupano est bien connu pour sa saga des « Vieux fourneaux » (Dargaud) – avec Paul Cauuet au dessin. Saluée par la critique, elle est récompensée par le Prix du Public, Cultura, à Angoulême en 2015. Avec « Ma révérence » (Delcourt), Lupano obtient le Fauve du meilleur polar. Il écrit le scénario muet de « Un océan d’Amour » pour Grégory Panaccione, qui reçoit le prix BD FNAC 2015. Il poursuit les aventures du « Loup en slip » (Dargaud) avec Mayana Itoïz au dessin, série destinée à la jeunesse dont les thématiques sociales fortes y sont abordées à hauteur d’enfant.

Stéphane Fert

Stéphane Fert dessine et écrit, accordant une large place à la peinture dans son inspiration. Il a écrit notamment « Morgane » (Delcourt),  où, renversant la Table ronde, il aborde le cycle arthurien du point de vue de la fée Morgane. Il met en image « Quand le cirque est venu », un conte de de Wilfrid Lupano sur la liberté d’expression. Seul, avec un « conte de sorcières : Peau de Mille bêtes (Delcourt), il questionne la représentation des genres dans les contes de fées.

Nicole Cortesi-Grou

Nathaniel dit Nat Turner, né probablement le 2 octobre 1800 et mort pendu le 11 novembre 1831, est un esclave et un prédicateur afro-américain. En 1831, il conduit une révolte dans le comté de Southampton en Virginie

La femme défigurée – Kanako Inuki – Ed. Delcourt / Coll. Obon

Coup d’œil dans le rétro

Copyright Inuki Kanako / Delcourt, 2004

Et si nous allions faire un tour au pays des mangas, ces bandes dessinées japonaises qui se lisent de droite à gauche et de haut en bas, et aux codes graphiques bien particuliers ?

En France, il faut attendre la saga d’Akira (1984-1993) et la sortie de Dragon Ball (1984-1995, 42 épisodes) ou encore le passionnant One Piece, dont le 97e volume est prévu pour janvier 2021, pour voir ce genre s’imposer. Pour celles et ceux qui ont envie de (re)découvrir cette discipline bénie des ados, sans pour autant s’embarquer dans une aventure au long cours, nous suggérons La Femme défigurée en deux volumes. On y découvre trois nouvelles qui dépotent, avec pour figure centrale celle qui donne son nom à la mini-série, et dont l’étrangeté, aux frontières de l’ésotérisme, risque de subjuguer bien des lectrices. (La Femme défigurée est un « shojo », donc un album plutôt réservé aux jeunes filles).

Copyright Inuki Kanako / Delcourt

Mais avant de dériver vers l’irrationnel. voyons de quoi il s’agit.

Nous sommes ici propulsé(e)s dans le quotidien d’une école où les enfants semblent être devenus la cible d’une étrange créature qui dissimule sa bouche derrière un foulard. Une légende transmise de génération en génération raconte qu’une femme à la bouche démesurément grande serait à la recherche de son enfant… Les esprits ne tardent pas à s’échauffer.

Qui est celle qui rôde ainsi ? Est-elle dangereuse ? Nous apprenons par la suite que cette femme a tenté de kidnapper deux fillettes.

Copyright Inuki Kanako / Delcourt

Mais tout cela ne serait-il pas que le fruit de superstitions ? À moins que l’on admette qu’une croyance peut se transformer en réalité par la seule force mentale de celles et ceux qui y adhèrent. À partir de là, tout devient possible.

Quoi qu’il en soit, La femme défigurée – le plus passionnant des trois récits – est un conte qui va au-delà du simple manga horrifique, dans lequel la frayeur des enfants et l’incapacité des adultes à les protéger interpelle tout autant que sa conclusion.

ACTU Mangas Delcourt https://www.editions-delcourt.fr/mangas/series/serie-le-jeu-de-la-mort/album-jeu-de-la-mort-t01

Depuis le 21 octobre 2020

A. C.

L’auteure-illustratrice de La Femme défigurée

Inuki Kanako, est l’une des créatrice du style horreur en manga. On l’appelle « La reine de l’horreur » à cause de son dessin original, tiré de diverses sources folkloriques. Elle excelle tout particulièrement dans l’écriture d’histoires angoissantes racontées par des enfants. Elle est par ailleurs l’auteur de Bukita Kun, la triste histoire d’un zombi à la recherche de l’amour et a également signé School Zone, un autre récit ayant pour cadre l’école, mais dans un genre graphique très différent.

Les Soldats de Salamine – Javier Cercas – José Pablo García – Ed. Actes Sud

TRADUIT DE L’ESPAGNOL PAR ALEKSANDAR GRUJICIC.

Depuis le 7 octobre 2020 – © J. Cercas, J.P. Garcia / Actes Sud – 160 p., 22 €

Le roman de Javier Cercas devient graphique sous l’égide de José Pablo Garcìa. Il aurait dû figurer en bonne place dans les vitrines des librairies, mais rien n’interdit de pratiquer le « Click and collect » dans celle de votre quartier. Au contraire.

Le livre, dont le thème central n’est pas la Guerre civile espagnole mais ses belligérants, parle essentiellement des héros et de la possibilité de l’héroïsme. Il parle des morts et du fait qu’ils ne nous quittent pas tout à fait tant que quelqu’un se souvient d’eux*. Il parle de la quête du père, de Télémaque à la recherche d’Ulysse. Il parle aussi de l’inutilité de la vertu et de la littérature comme seule forme de salut personnel. (Actes Sud)

  • Voir Le Silence est d’ombre, BdBD/Arts + 3 novembre 2020

On se souvient de la trame du roman éponyme de Javier Cercas : dans les derniers jours de la guerre civile espagnole, l’écrivain idéologue de la Phalange espagnole, Rafael Sánchez Mazas, “le premier fasciste d’Espagne”, un des fondateurs de la Phalange avec José Antonio Primo de Rivera (1933), échappe au peloton d’exécution des troupes républicaines et parvient à s’enfuir dans la forêt. Un milicien républicain, à ses trousses, le retrouve caché dans un trou mais le laisse en vie après avoir croisé son regard pendant quelques secondes. Sánchez Mazas est ensuite aidé par des paysans catalans et parvient à survivre jusqu’à l’arrivée des troupes franquistes.

Soixante ans plus tard, un journaliste s’attache au destin des deux adversaires, qui ont joué leur vie dans un seul regard.

Ce roman-document est porté par une réflexion profonde sur l’essence même de l’héroïsme et l’inéluctable devoir de réconciliation après les horreurs d’une guerre civile fratricide. Ce chef-d’œuvre est devenu, grâce au talent de José Pablo García et à la complicité de Javier Cercas, un roman graphique à part entière. Une gageure, car la structure labyrinthique qui est le dispositif essentiel du livre, devait être sauvegardée très fidèlement.

Javier Cercas (Ibahernando, 1962) enseigne la littérature à l’université de Gérone. Il est l’auteur de romans, de recueils de chroniques et de récits. Ses romans, traduits dans une trentaine de langues, ont tous connu un large succès international. Son œuvre est publiée en France chez Actes Sud. 

En 2019, il a remporté le prestigieux Prix Planeta pour son roman Terra Alta (à paraître chez Actes Sud). Javier Cercas est né en 1962 à Cáceres et enseigne la littérature à l’université de Gérone. Il est l’auteur de romans, de recueils de chroniques et de récits. Ses romans, traduits dans une trentaine de langues, ont tous connu un large succès international. Anatomie d’un instant a été consacré Livre de l’année 2009 par El Pais

José Pablo García (Málaga, 1982) est dessinateur de bandes dessinées. Après avoir gagné plusieurs concours nationaux, il a publié Orbita 76, d’après le scénario de Gabriel Noguera. Il est auteur de Las aventuras de Joselito et Vidas ocupadas, deux bandes dessinées de non-fiction qui abordent respectivement la vie du chanteur célèbre surnommé “le petit rossignol” et la chronique du voyage de l’auteur dans les territoires palestiniens occupés. Il a adapté des essais de Paul Preston : La guerra civil española et La muerte de GuernicaC

Virus – Sylvain Ricard – Rica T. 1&2/3 – Ed. Delcourt

T. I Incubation (depuis le 09/01/2019) – T. 2 Ségrégation (depuis le 10/06/2020)

Copyright S; Ricard, Rica / Delcourt –
T.1, p.3

L’achèvement d’impression du tome 1 date du mois d’août 2018, ce qui revient à dire que compte tenu du temps nécessaire à sa conception l’auteur et illustrateur de ce « thriller pandémique » se sont révélés clairvoyants en imaginant un virus, génétiquement modifié et hautement pathogène, échappé d’un laboratoire français, suite à un différent entre le chef du labo et son assistant, Guillaume Roblès. On en connaîtra la raison dans le second tome de cette trilogie. Le directeur de recherches meurt en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, l’assistant, lui même contaminé lors de cet échange musclé, récupère ses notes – classées secret défense – et file.

Les agents des services secrets sont sur les dents : il faut retrouver le fugitif avant que « l’incident » ne filtre dans les médias, d’autant que lesdites notes contiennent les protocoles expérimentaux tout ce qu’il y a de plus officieux.

Or il se trouve qu’une « monstrueuse teuf » se prépare à bord du Babylon of the Seas, afin de célébrer le solstice d’été : deux mille cinq-cents teufeurs et autant de passagers embarqués pour une croisière de rêve. Un tel événement va nécessairement être relayé par la presse, les caméras tourneront à plein régime puisque le ministre de la culture a été annoncé.

Ajoutez à cela le personnel nécessaire pour contenter tout ce beau monde. Imaginez maintenant les dégâts que cela risquerait d’entraîner si d’aventure le virus en question venait à se mêler à la population. Or, c’est précisément sur le Babylon of the Seas que le héros, qui avait réservé sa place pour cette folle nuit disco, est venu se réfugier.

T.1, p.19

La croisière risque de virer au cauchemar pour les passagers… et devenir un véritable un casse-tête pour les hautes instances de l’Etat : il faut contenir l’épidémie, quitte à sacrifier plusieurs milliers de personnes en mettant le paquebot en quarantaine…

T.2 , p. 101

Avec tout ce que nous savons désormais sur la pandémie et son évolution, le troisième tome de cette série captivante (sortie prévue en janvier 2021) risque d’être surprenant. BdBD/Arts + ne manquera ce rendez-vous pour rien au monde.

Anne Calmat

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une – Lylian – Sophie Ruffieux – Ed. Soleil

Depuis le 21 octobre 2020 – Copyright Lylian, S. Ruffieux / Soleil – 204 p.,21,50 €

D’après le roman de Raphaëlle Giordano

Camille a tout pour être heureuse – enfin presque : un cadre de vie agréable, un job plutôt stable (encore que…), un époux soucieux de son confort… à lui, un fils sympa mais un brin tyrannique.

Pour tout maintenir à flot, elle doit en permanence jongler avec les attentes de l’un et de l’autre et celles de son boss, qui est loin d’être accommodant. Camille est corvéable à merci, sans que pour autant elle en soit remerciée ; la plupart du temps, elle se sent niée par ceux pour qui elle n’a de cesse de se décarcasser. Son moral est atteint et l’estime qu’elle a d’elle-même, au plus bas, mais elle n’a pas encore eu le temps de s’en apercevoir.

Jusqu’au jour où, à la faveur d’une panne de voiture en rase campagne, la nuit, sous une pluie battante et sans possibilité de prévenir qui que ce soit par téléphone, elle finit par trouver aide et assistance auprès des habitants du premier pavillon qu’elle trouve sur son chemin. Cerise sur le gâteau, pendant qu’ils attendent un dépanneur, le maître de maison, qui a perçu son épuisement psychique et l’a identifié, lui indique qu’elle souffre d’une forme de « routinite aiguë ». Il connaît la musique, il est « routinologue » de profession. « Des chercheurs ont découvert que de plus en plus de gens étaient touchés par une sensation de vide, un vague à l’âme, et trainaient la désagréable impression d’avoir tout pour être heureux, mais pas la clé pour en profiter (…) Bientôt le sourire sera en voie de disparition », explique-t-il. Et il lui propose dans la foulée d’être son coach pour une thérapie tout en douceur, à son rythme et sans engagement. Comment résister à une pareille offre ?

Une évidence, un album miroir qu’on s’approprie dès les premières planches et qui devient rapidement un livre de chevet, un compagnon de route qui mène à ce que l’on est véritablement au fond de soi. Un grand bravo aux trois auteures !

Anne Calmat

Le Silence est d’ombre – Loïc Clément – Sanoe – Ed. Delcourt Jeunesse

Depuis le 7 octobre 2020 – Copyright L. Clément, Sanoe / Delcourt – 40 p., 10,95 €

Le jeune Amun vit dans un orphelinat en Afrique. Pendant que la maîtresse d’école enseigne à ses élèves que Paris est la capitale de la France, il regarde par la fenêtre et rêve d’évasion à tire-d’ailes en compagnie du corbeau qui semble l’attendre, perché sur la branche d’un arbre.

La nuit suivante, un incendie se déclare et Amun reste prisonnier des flammes. Aurait-il seulement eu envie de survivre, lui qui a déjà tant souffert ? L’oiseau l’emporte alors dans le monde sombre, qui n’est « en réalité » qu’une escale, avant que le défunt ne décide de repartir pour un nouveau cycle de vie.

À l’instar des autres âmes du monde sombre, Amun sait comment retrouver celui des vivants, mais il s’y refuse et décide de se tenir à distance d’une nouvelle existence qui pourrait ressembler à la précédente. Il préfère demeurer invisible aux yeux de tous, aller, venir, observer…

Mais un jour Amun rencontre Yaël, en transit comme lui dans cet entre-deux, et c’est tout à coup comme si un soleil radieux venait d’investir le cocon douillet que l’enfant s’était construit. À eux deux, ils vont vivre des expériences qui vont bouleverser leur vision des choses.

Beaucoup de poésie dans cette fable qui laisse rêveur. Le sujet est à la fois perturbant et séduisant (comment en effet ne pas rêver que celles ou ceux qui nous ont quittés demeurent à nos côtés autant de temps qu’ils ou elles le souhaitent). Le message final est lumineux, comme le sont les dessins de Sanoe. Un véritable coup de cœur.

Anne Calmat

En attendant Bojangles -Ingrid Chabert – Carole Maurel – Ed. Steinkis

Copyright I. Chabert, C. Maurel – Steinkis, 2017

Il y a d’abord eu l’immense succès du roman d’Olivier Bourdeaut, puis son adaptation pour le théâtre suivie la parution de la BD en 2017… Coup d’œil dans le rétro.

Le scénario ? Un jeune garçon, son père et sa mère, figure centrale du récit, vivent en osmose dans le monde chimérique qu’elle a construit pour eux. Il y a aussi mademoiselle Superfétatoire, un échassier qu’ils ont ramené d’un voyage en Afrique, ainsi que le grand ami de la famille, qu’ils appellent affectueusement « l’Ordure ». Et enfin, tous ceux qui gravitent en permanence autour du couple, un verre de champagne à la main. Elle est excessive, fantasque, imprévisible, à la recherche d’une extase perpétuelle dont toute contingence matérielle doit être bannie. et n’a de cesse d’entraîner les deux hommes de sa vie dans un tourbillon perpétuel d’insouciance. C’est ainsi que parmi la tonne de courrier accumulé, sans qu’il ait jamais été question d’en décacheter un seul, se trouve celui qui risque de peser lourd dans leur existence. L’enfant n’est pas dupe, mais par amour filial, il joue le jeu et fait tout ce qu’il peut pour que l’incandescence de leur vie ne connaisse aucune éclipse. Il est le narrateur pétri d’humour et de bon sens de cette histoire douce-amère ; mais on peut en lire çà et là une version contrastée au travers du journal que le père tient régulièrement.

On pense bien entendu à l’univers de l’écrivain américain Francis Scott Fitzgerald, mais aussi à la légèreté d’un Boris Vian, qui a su conjuguer pureté des sentiments, féérie du langage et insolence de l’humour.

Mais dans En attendant Bojangles, qui emprunte son titre à celui interprété par Nina Simone, les éclats de rire vont au fur et à mesure du récit se faire assourdissants et les excès ressembler à une fuite en avant. Jusqu’au jour où elle va trop loin. Dès lors, ce qui avait le charme – trompeur – de la folie douce va prendre un tout autre relief…

Le père, fou d’amour pour sa femme, et fils feront tout pour éviter l’inéluctable pour que la fête continue coûte que coûte.

Une adaptation totalement réussie, servie par un graphisme tendre et délicat.

A.C.

104 p., 18 €

Olivier Bourdeaut

Des mêmes auteures…

Elles s’aiment et après des années d’attente, d’espoir et de désespoir, un bébé est annoncé. Mais la grossesse est compliquée et le pire arrive. Elles vont devoir se reconstruire et lutter contre la douleur. L’amour, l’évasion sur les terres de leur enfant disparu et les carnets qui se remplissent vont les aider à sortir la tête hors de l’eau, loin des Ecumes. Steinkis éditions, février 2017

88 p., 18 €

Wake up America (T. 1 à 3) – John Lewis, Andrew Aydin, Nate Powel – Ed. Rue de Sèvres

images

« America first » avait martelé Donald Trump lors de son investiture. Mais ce slogan en forme d’oukase concernait-il tous ses habitants ?

On aurait aimé ne voir dans ces albums que le témoignage d’un passé révolu, mais l’Histoire a une fâcheuse tendance à bégayer et il est bon de se souvenir de ceux de se sont battus pour que cesse la ségrégation raciale institutionnalisée aux USA.. Et que beaucoup continuent de le faire…

Le premier et le second volume de cette série graphique et autobiographique paraissent en France en 2014 et 2015. Ils retracent l’itinéraire de John Lewis, défenseur pendant des décennies des droits civiques des populations noires. Il était depuis 1980 le représentant parlementaire du cinquième district de l’État de Géorgie, sous la bannière du Parti Démocrate.

Moins connu en Europe que Martin Luther King, Lewis est le dernier des « Big six » à être encore en vie. Son témoignage n’en est que plus précieux.

Vol. 3

Vol. 3

Le troisième volume de la série est sorti le 22 février 2017.

Il couvre notamment la période durant laquelle John Lewis fut le président du Student Nonviolent Coodinating Commitee (1963-1966).

À l’automne 1963, le mouvement pour les droits civiques semble s’être imposé aux Etats-Unis, mais Lewis reste vigilant : les arrêtés ségrégationnistes promulgués par Jim Crow sont toujours appliqués dans les Etats du sud. Son seul espoir est de faire valoir et appliquer le principe du vote pour tous, y compris pour les Noirs. « Un homme, une voix ».

1541-2

Avec cette nouvelle bataille, viendront de nouveaux alliés, mais aussi de redoutables  ennemis, comme George Wallace, gouverneur de l’Alabama jusqu’en 1967, et membre de l’American Indépendant Party d’extrême-droite jusqu’en 1970.

Cette nouvelle page s’ouvre sur un acte terroriste perpétré dans l’église baptiste d’une petite ville emblématique des luttes pour l’égalité des droits civiques : Birmingham en Alabama. « Vingt-et-un blessés et quatre enfants assassinés dans la maison du Seigneur (…) Nous comprenions tous ce que voulait dire le docteur King. Le gouverneur George Wallace avait débuté son mandat en disant « La ségrégation à jamais », et deux semaines avant l’attentat, il disait dans un journal : « Ce dont ce pays a besoin, ce sont quelques funérailles de première classe.« 

Au-delà des faits qui sont décrits tout au long des trois albums, c’est la pérennité des crimes racistes – souvent impunis – dans certaines parties des États-Unis qui revient immanquablement en mémoire. On ne peut qu’être admiratifs face à la détermination sans faille de celles et ceux qui ont érigé la non-violence comme fondement de leur action, sans jamais déroger à cette règle, malgré les brutalités dont ils étaient victimes.

A. C.

256 p., 15 €

Rappel des volumes précédents :

vol. 1

vol. 1

Ici, les souvenirs d’enfance de John Lewis (né en 1940 en Alabama) alternent avec l’évocation des événements survenus dans les années 50-60, et avec celle des luttes que lui et ses camarades ont menées en faveur de leurs frères de couleur : le refus de Rosa Parks de céder sa place à un passager blanc (déc. 1955), la répression brutale du Bloody Sunday (mars 1965), les sit-in non-violents de Nashville pour en finir avec l’apartheid dont les Noirs étaient les victimes (février-mai 1960)…

wake 1

Les dessins de Nate Powel, exécutés à l’encre de chine et au fusain, illustrent  avec la sobriété qui convient le combat pacifiste de ceux qui ont ouvert la voie au premier président afro-américain des Etats-Unis. A. C.

Vol. 2

Vol. 2

L’album se concentre sur le mouvement baptisé Freedom Rides (voyages de la liberté)créé par des étudiants et des militants en faveur de l’évolution du statut des Noirs aux États-Unis. Leur objectif : mettre un terme à la ségrégation et faire respecter une décision rendue par la Cour Suprême en juillet 1964, le Civil Rights Act.

wu 2

Une quête désespérée, si l’on en juge par l’accueil qui leur est réservé par les autorités locales. Battus, humiliés, emprisonnés pour « troubles à l’ordre public », les militants poursuivent cependant leur action, en dépit du climat de terreur instauré par une frange de la population blanche.

On constate que leur détermination s’est malgré tout avérée payante, puiqu’elle a permis une avancée importante dans la lutte pour les droits civiques.

Ce second opus s’achève le jour de la célèbre marche sur Washington, le 28 août 1963. Elle a réuni entre 200 000 et 300 000 personnes et s’est clôturée par l’immortel « I had a dream » de Martin Luther King, immédiatement après que John Lewis se soit exprimé lors de ce fameux rassemblement devant le Capitole.

A. C.

Dans la même vaine, quelque trente ans auparavant…

scottsboro

Scottsboro de l’esclavage à la révolution
de Andrew H. Lee, Robin D.G. Kelly, Michael Gold (textes) et Lin Shi KanTony Perez (dessins) – Traduction Franck Veyron – Ed. L’Echappée, nov. 2014

L’album était à l’origine, en 1935, un recueil de cent-dix-huit linogravures qui dépeignaient les atrocités commises envers les Noirs dans le sud des Etats-Unis. Il avait eu pour point de départ, un « incident » survenu quatre ans auparavant, en Alabama.

Scottsboro-Khan-Perez-3

Le 25 mars 1931, un train de marchandises est stoppé à Selma, près de la petite ville de Scottsboro, suite à une bagarre entre un groupe de hobos blancs et des passagers noirs. Tous les protagonistes de la rixe sont interpellés, seuls les Blancs seront aussitôt relâchés. Rapidement, deux jeunes femmes blanches, Ruby Bates et Victoria Price, manipulées par les policiers, accusent neuf jeunes Noirs de les avoir violées. Ils ont entre treize et dix-neuf ans. Quelques jours plus tard, huit d’entre-eux sont condamnés à mort.
Les irrégularités flagrantes qui ont entouré la procédure vont toutefois obliger la Cour suprême de l’Alabama à ordonner la tenue d’un second procès, « plus équitable ».L’International Labor Defense, la National Association for the Advencement of Colored People et plusieurs comités de soutien, tous d’obédience communiste, entrent alors en action. Ils vont donner à cette « tragédie sudiste ordinaire », un retentissement international.
Plusieurs vagues procès suivront. Deux condamnations à la chaise électrique seront à nouveau prononcées, puis commuées en peines de prison à vie. Pour finir, une seule condamnation à mort, celle de Clarence Norris, sera confirmée en 1939. Libéré sur parole en 1944, puis déclaré « not guilty » en 1976, le dernier des  Scottsboro Boys  s’éteindra en 1989, à l’âge de 76 ans.
Des années de captivité illégale, puisque dès janvier 1932, l’une des deux jeunes femmes avait avoué à l’avocat des garçons que leur mensonge n’avait eu d’autre but que celui de leur éviter une peine de prison pour vagabondage ou prostitution.
Lin Shi Kan et Tony Perez (dont on ne sait pratiquement rien) ont voulu inscrire cet épisode édifiant dans le long terme de l’histoire des Noirs afro-américains ; depuis leur rapt sur le continent africain, jusqu’au combat qu’ils menaient dans les années 30 pour une société plus égalitaire. Des études récentes d’historiens et de journalistes viennent parfaire cette œuvre de mémoire, impeccablement mise en pages.
Les dessins sont simples, immédiatement identifiables, les légendes, concises et percutantes. Ici, des esclaves sont conduits enchaînés dans les plantations de coton et de tabac. Là, l’arrestation musclée des neuf garçons. Plus loin, les notables locaux préparent une corde pour le lynchage de ceux qui auraient bénéficié d’une peine trop clémente.

A. C.

192 p., 20 €

Black in White America de Leonard Freed – Ed. Steinkis (oct. 2018)

Leonard Freed (1929 – 2006) est un photographe américain issu d’une famille juive originaire d’Europe de l’Est. Il nait à Brooklyn et se tourne vers la photographie grâce à son apprentissage auprès du directeur de Harper’s Bazaar, Alex Brodovitch.

En 1967, Cornell Capa le sélectionne avec cinq autres photographes pour participer à son exposition « Concerned Photography »

Leonard Freed fut membre de l’agence Magnum à partir de 1972 et fut publié dans les grands magazines à travers le monde (LifeLookParis-Match, Der Spiegel…)

USA. Baltimore, Maryland. 1964. Supporters try to shake the hand of Martin Luther KING.

La carrière de Freed prend son envol au cours du mouvement pour les Droits Civiques, alors qu’il voyage à travers l’Amérique en compagnie de Martin Luther King. Il en tire l’ouvrage Black In White America que les éditions Steinkis publieront à la rentrée 2018-2019.

Et toujours disponible aux éditions Steinkis : I Have a Dream de Kadir Nelson.

L’Inversion de la courbe des sentiments – Jean-Philippe Peyraud – Ed. Futuropolis

Coup d’œil dans le rétro (mai 2016)

Copyright JP Peyraud / Futuropolis

On se croirait presque dans un vaudeville, avec portes qui claquent, quiproquos, évanouissements, filatures et fausses pistes.

mep_inversion_de_la_courbe_l_-6_tel

Le synopsis ? Un jeune homme, Robinson, tente de quitter, chaussures à la main, l’appartement de la jeune femme qu’il a « pêcho » la veille sur un site de rencontres – à moins que ce ne soit l’inverse.  Mais cette dernière se réveille… Pas de bol.

On le retrouve quelques planches plus loin en bas de chez lui, un sac de croissants à la main, au moment où sa copine lui apprend qu’elle le quitte. Puis c’est au tour de son propre père de débouler dans le vidéo-club qu’il tient avec son pote Mano : sa femme vient de le foutre à la porte.

mep_inversion_de_la_courbe_l_-7_tel

Ajoutez à cela deux jeunes adultes à la recherche de leur géniteur (Robinson ?) et un braqueur amoureux particulièrement attentionné, et vous aurez une petite idée de ce qu’il se passe dans cette histoire romantico-cruelle, dans laquelle une douzaine de personnages vont se croiser, s’enlacer, se quitter, s’affronter.

L’action est menée tambour-battant, le scénario est précis comme une montre suisse, tout s’emboîte à merveille. Pour rester dans le parallèle du début avec un vaudeville, on n’est jamais très loin du tragi-comique de vérité des géniaux Labiche et Feydeau.

Une BD revigorante en ces temps troublés.

A. C.

Sur les ailes du monde, Audubon – Fabien Grolleau – Jérémy Royer – Ed. Dargaud

Coup d’œil dans le rétro (2016)

Couverture
Copyright F. Grolleau, J. Royer ( / Dargaud – 184 p., 21 €

Quoi d’étonnant à ce que que Fabien Grolleau se soit emparé de la vie peu ordinaire de John-James Audubon (1785-1851), premier peintre-ornithologue du Nouveau Monde ?

Il fait l’impasse sur son enfance à Saint-Domingue puis à Nantes, et débute son récit au moment où le jeune homme s’embarque en 1820 pour les Etats-Unis, après avoir étudié le dessin durant deux ans à Paris.

Page 15

Conçu comme une succession d’épisodes, Sur les ailes du monde retrace les principaux moments de l’existence bouillonnante de cet infatigable voyageur.
On le voit tout d’abord qui descend la Mississippi river avec deux compagnons. Un gros orage les oblige à s’abriter dans une grotte, qui se trouve être un refuge de chouettes. Audubon sort ses fusains et passe une partie de la nuit à les dessiner. Au matin, apercevant une nuée d’oiseaux autour de leur bateau, il lâche ses comparses pour aller observer les volatiles.Une vingtaine de planches plus loin, le voici dans le Kentucky. « Le Français » donne des cours de danse au voisinage et reçoit en retour nombre d’informations sur les lieux de rassemblement des oiseaux. Contremaître dans une ferme, il s’intéresse à leur migration, qu’il commence à dessiner et à peindre. On comprend rapidement que John-James Audubon (pseudo de Jean-Jacques) n’est ni bon contremaître ni bon gestionnaire, car le voilà emprisonné pour dettes…

Réalisant que sa cellule n’est pas sa seule prison, Lucy, son épouse, l’incite à faire ce grand voyage dont il rêve.

Le scénario nous conduit tantôt sur les traces de John-James et de son équipe (Joseph, un aspirant naturaliste et Shogan, un guide indien, navigateur et pisteur), tantôt il nous ramène auprès de Lucy, devenue préceptrice dans une famille du Mississippi, et dépositaire des dessins qu’Audubon lui envoie.
John-James se livre désormais tout entier à sa passion : observer, dessiner, peindre, écrire. Il a peaufiné une technique qui consiste à chasser l’oiseau aux petits plombs, pour ne pas l’endommager, à l’éviscérer, puis à lui redonner son maintien initial à l’aide d’un fil de fer.

page145image256

Une suite de péripéties jalonnent son itinéraire passionné : il déjoue une embuscade, survit à une fièvre paludique, partage le gîte avec des esclaves fugitifs. Et lorsque Joseph et Shogan l’abandonnent, Audubon poursuit seul ses observations. On le retrouve plus tard devant un aréopage de scientifiques londoniens, qui l’apprécient plus pour ses talents de peintre et les aventures qu’il relate que pour sa recherche. Seul, un étudiant admire ses planches d’oiseaux, partage son amour de la nature et lui soumet quelques hypothèses sur sa théorie encore balbutiante. Audubon l’engage vivement à voyager, conseil que ne manquera pas de suivre le jeune Darwin.

Mais déjà, un nouveau projet le possède : recenser, avec ses fils et quelques amis naturalistes, tous les mammifères d’Amérique…

C’est au travers de son journal que l’on découvre ses chasses aux bisons, ses rencontres avec les trappeurs et les pionniers de la conquête de l’Ouest, avant que ne sonne l’heure de son envol ultime pour le pays où les aigles sont rois : John-James Audubon a soixante-six ans.

Des dialogues brefs et rares qui reflètent bien les échanges entre ceux qui parlent peu, mais toujours à bon escient. La dynamique du récit est figurée par une alternance de plans larges, qui dévoilent les décors grandioses du Nouveau Monde, et de plans plus serrés, en fonction du déroulement de l’action. Les couleurs, plutôt éteintes, privilégient les tons beige, vert pâle, bleu nuit, créant un effet d’aquarelle, qu’un rouge vif vient ici et là brusquement éclairer.

Le trait est précis, vif, les dessins sont expressifs. Le tout met parfaitement en lumière cet extraordinaire et captivant parcours de vie.

Nicole Cortesi-Grou

Le repas des hyènes – Aurélien Ducoudray – Mélanie Allag – Ed. Delcourt

Depuis le 2 septembre 2020 – Copyright A. Ducoudray – M. Allag / Ed. Delcourt, coll. Mirages – 112 p., 17,50 €

Branle-bas de combat : une chèvre manque à l’appel dans le troupeau. Elle est finalement repérée par un gamin, mais il apparaît qu’un yéban en a pris l’apparence…

Il convient ici de faire une pause pour préciser qu’un yéban est un génie de la brousse, coincé entre le monde des vivants et celui des esprits, et qu’il peut prendre l’apparence qu’il veut pour se fondre dans le paysage. Celui qui nous occupe va être l’un des deux héros de ce très beau conte initiatique.

Le second, Kana, est un garçon d’une dizaine d’années, né une poignée de secondes après son jumeau, Kubé. Kubé doit justement être initié aux rites de son peuple, les Dogons, qui ont pour mission de veiller à ce que leurs ancêtres reposent en paix. Ainsi, lors des funérailles d’une défunte ou d’un défunt, les vivants procèdent au rite du Repas des hyènes, leur offrant à manger afin que leurs rires ne troublent pas son repos.

Kana est quant à lui doté d’un caractère bien trempé, et c’est sans doute ce qui a plu au yéban qui vient de l’enlever pour, prétend-t-il, que l’enfant le mène en un lieu qu’il ne précise pas, mais qui, on s’en doute, ressemble au royaume d’Hadès.

Au début, la relation est houleuse entre celui qui, pour la circonstance, a pris l’apparence d’une gigantesque hyène et l’insolent Kana. Puis peu à peu elle fait place à une forme de complicité qui ressemble presque à une relation filiale…

C’est à cet étrange voyage initiatique aux accents fantasmagoriques, voire psychédéliques, brillamment illustré par Mélanie Allag, que nous sommes convié(e)s. Ne nous en privons pas.

Anne Calmat

Le blog de l’auteur : http://boulamatari.blogspot.com/

Le blog de l’auteure : http://moufle.canalblog.com/

Love Corp – J. Personne – Lilas Cognet – Ed. Delcourt

Copyright J; Personne, L; Cognet / Delcourt – Sortie initialement prévue en juin, reportée à septembre – 112 p., 17, 50 €
Détail planche p. 3

Les temps changent… Côté cœur, fini les bracelets magiques et les pierres semi-précieuses que l’on portait en guise de talisman, fini les marabouts-de-ficelle qui pratiquaient l’envoûtement à distance ou vendaient à prix d’or de la poudre de perlimpinpin censée assurer le retour d’affection de l’être aimé. Fini également les sites de rencontres. Il n’y a désormais plus qu’à ouvrir l’œil et tendre l’oreille pour trouver l’âme sœur. Car, miracle ! voici le bracelet qui détecte dans un rayon de 7 mètres les personnes qui vous sont compatibles à 97%.

L’équipe du professeur L’église exulte. Champagne à tous les étages. Succès planétaire garanti.

Détail planche p. 5

Reste à faire la preuve de l’infaillibilité de l’invention de celui que l’on s’est rapidement empressé d’évincer pour mieux récolter les fruits juteux de sa mirifique trouvaille… Mais le professeur Léglise n’a pas dit son dernier mot.

La BD débute par le constat peu optimiste de ce qui attend les futurs tourtereaux : incompréhension, disputes, rupture…

Mais le succès commercial du Love Corp l’emporte sur ces prévisions dissuasives, si bien que désormais tous ou presque ont leur bracelet « renifleur » au poignet. Nous faisons par exemple la connaissance de Manu, étudiant timoré, amoureux de sa prof, elle même lasse des relations qui ne mènent à rien. Il y a aussi Titi, son collègue à l’université. Lui ne veut pas entrer dans la combine et refuse que son parcours amoureux soit tributaire d’un algorithme. Ils vont être confrontés à la question qui taraude les humains depuis des temps immémoriaux  : qu’est-ce que l’amour ? Comment voir clair dans son coeur et sur qui l’emporte de la raison ou de l’émotion. La réponse est peut-être plus simple qu’ils ne l’ont imaginée…

Acidulé et jubilatoire.

Anne Calmat