et il foula la terre avec légèreté

de Mathilde Ramadier (texte) et Laurent Bonneau – Ed. Futuropolis

Scènes muettes mais explicites de la vie conjugale d’un jeune couple, Ethan et Gaëlle, lorsque tout n’est encore qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté.

On retrouve le jeune homme en Norvège quelques planches plus loin, à l’aéroport de Bodø, puis sur l’archipel des îles Lofoten, au centre du cercle polaire arctique. Ethan, ingénieur forage, s’est vu proposer un job sur une plateforme pétrolière multinationale. Un gisement  aurait été découvert et une autre plateforme pourrait être érigée. Gaëlle est restée à Paris. Cette première mission d’exploration, qui lui avait fait dire à son arrivée ” Être là, ce n’était pas simplement chercher ses repères et reconstruire le connu. Il fallait se rendre disponible… Être à l’affut des moindres choses pour comprendre ce nouvel environnement, l’expérimenter”, ajoutée à la proximité qui va s’instaurer entre Ethan et les autochtones, vont mettre à mal ses convictions… Il va dès lors mesurer les conséquences possibles d’un tel projet pour l’environnement, au risque pour lui de quitter ses cadres acquis.Le délicat roman graphique de Mathilde Ramadier et Laurent Bonneau, inspiré de leur propre expérience*, nous conduit dans ce pays aride, fort heureusement baigné par le Gulf Stream qui le préserve des grands froids, dans lequel ses habitants, bercés par des mythologies ancestrales, guettent les aurores boréales, se fondent en elles, pratiquent la convivialité, croient encore au pouvoir de la Nature, et apprennent aux plus jeunes à s’y épanouir.
Et puis, comment n’être pas intrigué par l’intitulé de cette bd, proche du psaume, qui décline avec tant d’éloquence les préceptes du philosophe norvégien Arne Næss, fondateur du courant de l’écologie profonde : ne pas être pas arrogant face la nature et la respecter.

Les aquarelles épurées et poétiques de Laurent Bonneau servent à merveille la dialectique de l’album : quiétude des maisonnettes en bois, étrangeté des paysages aux montagnes escarpées, beauté des fjords et des aurores boréales, qui laissent une empreinte indélébile sur ceux qui les ont contemplées…

À découvrir à partir du 9 février 2017.

Anne Calmat

176 p., 27

  • Tous deux sont partis en Norvège en juin 2015, aux Îles Lofoten, pour comprendre et mettre à jour la problématique liée aux énergies fossiles. Ils ont écrit ce voyage poétique et contemplatif, composé d’après la philosophie d’Arne Næss (1912-2009), fondateur, très populaire en Scandinavie, du mouvement de l’écologie profonde.