Expo :  » Monet collectionneur « 

Baigneuse assise – A. Renoir (NY)

Musée Marmottan Monet* (Paris) jusqu’au 14 janvier 2018

Claude Monet, de qui le critique d’art John Ruskin disait «  Il vint et descella les portes de la lumière », fut le plus secret des collectionneurs. Pour la première fois, le musée Marmottan Monet lève le voile sur cette passion privée, en organisant une exposition inédite.

Légataire universel du peintre de Giverny et dépositaire du premier fonds mondial de son œuvre, le musée Marmottan Monet a reconstitué cette collection grâce au soutien des plus grands musées et de prestigieuses collections particulières. Il offre l’occasion unique de découvrir ce qui fut le panthéon sentimental et artistique du chef de file des impressionnistes. 

Paysanes plantant des rames – C. Pissarro

On retrouve Delacroix, Corot, Boudin, Jongkind, Manet, Renoir, Caillebotte, Cézanne, Morisot, Pissarro, Rodin, Signac, Toulouse-Lautrec… Au-delà de ces grands noms, l’exposition nous permet de découvrir d’autres peintres de talent : Paul Baudry, Carolus-Duran, Jules Chéret, Henri Fantin-Latour, Jean-Louis Forain, Constantin Guys, Jean-Jacques Henner, Charles Lhullier, Georges Manzana et Lucien Pissarro (deux des fils de Camille Pissarro), Gilbert de Séverac.

Paysanes plantant des rames – C. Pissarro

L’exposition présente une centaine d’œuvres provenant du musée Marmottan Monet, mais aussi des Etats-Unis, d’Amérique latine, du Japon et d’Europe. Le Metropolitan Museum de New York, la National Gallery de Washington, les musées de Houston, de San Francisco, de Saint-Louis, le musée de Sao Paulo, le Musée National d’art occidental et le Sompo Museum à Tokyo, le Staatsgalerie de Stuttgart, le musée de Langmatt à Baden, le musée d’Orsay et le musée Rodin à Paris, ainsi que plusieurs collections particulières, ont prêté certains de leurs fleurons.

Le parcours retrace l’histoire inconnue de la collection et les différentes phases de sa constitution.

La Promenade – C. Monet
Neige fondante à Fontainebleau – P. Cézanne

Durant sa jeunesse, Claude Monet, sans le sou, ne peut acquérir une œuvre d’art. Les toiles qu’il réunit sont avant tout des cadeaux : des portraits de lui et de sa première épouse, Camille, peints par ses proches durant leurs années de compagnonnage.

Puis vient  le temps des échanges et de la reconnaissance mutuelle.

Monet peignant dans son atelier – E. Manet

Témoin, cette imposante toile peinte par Edouard Manet, représentant le couple dans le bateau-atelier, connu sous le titre Monet peignant dans son atelier (Stuttgart, Staatsgalerie). Elle est au cœur de cette section qui compte par ailleurs de nombreuses toiles de Renoir, dont Madame Monet et son fils au jardin).

P.A. Renoir

Une place est également accordée à la collection d’estampes japonaises du maitre. Considérées comme ayant peu de valeur à sa mort – comme c’est aussi le cas des Nymphéas exposées dans leur continuité – ces œuvres restent dans la demeure du peintre pendant de nombreuses années, cependant que les Corot, Cézanne, Manet et autre Renoir sont vendus à grand prix des 1927 par le fils du peintre, Michel.

Pour la première fois depuis lors, la collection dispersée de Claude Monet renaît en son musée, le musée Marmottan Monet.

* 2, rue Louis-Boilly Paris 16e – 01 44 96 50 33

11 € , 7,50 €, Gratuit s/conditions.

www.marmottan.fr

Views – 26