Irving Penn au Grand Palais

du 21 septembre 2017 au 28 janvier

Communiqué de presse

L’année 2017 marque le centenaire de la naissance d’Irving Penn, et cette exposition, la première grande rétrospective consacrée en France depuis le décès de l’artiste américain en 2009, retrace soixante-dix années de sa carrière. 

Avec plus de 240 tirages photographiques entièrement réalisés de son vivant et de sa main, elle offre une vision complète de l’ensemble des sujets majeurs de son œuvre : la mode, les natures mortes, les portraits, les nus, les scènes de rue, la guerre, la beauté, les cigarettes et les débris, ainsi que les « petits métiers », photographiés au début des années 50 à Paris, Londres et New York.

Al Pacino

Certaines séries cultes, (les nus, les mégots, les petits métiers) seront présentées dans leur intégralité.

Issu d’une formation aux beaux-arts, Irving Penn développe un corpus d’images, marqué par une élégante simplicité, un certain goût pour le minimalisme et une rigueur remarquable dans le suivi de son travail photographique.

Les visiteurs découvriront la production de l’artiste depuis ses débuts à la fin des années trente, jusqu’à son travail autour de la mode et des natures mortes, des années 1990-2000.

L’exposition s’ouvre sur des scènes de rue à Philadelphie et New York, puis viennent des vues du sud des Etats-Unis, du Mexique, de l’Europe dévastée par la guerre. Son travail se déplace ensuite de la rue au studio, qui deviendra le lieu exclusif de ses prises de vue. On découvre aussi ses premières natures mortes en couleurs. 

Salvador Dali
Alfred Hitchcock

En 1947-1948, il réalise pour le magazine Vogue des portraits d’artistes, écrivains, couturiers et autres personnalités du monde de la culture : Charles James et Salvador Dali à Jérôme Robbins, Spencer Tracy, Igor Stravinsky, Alfred Hitchcock…

Spencer Tracy

Rapidement considéré comme un maître du portrait de mode, il est l’auteur de quelques-unes des plus grandes icônes photographiques du XXe siècle. Beaucoup sont des études de Lisa Fonssagrives-Penn – la femme et muse de l’artiste – portant des modèles haute-couture. 

Lisa Fonssagrives-Penn

En décembre 1948, il voyage jusqu’à Cuzco au Pérou. Il photographie alors des familles des régions montagneuses incas venues en ville pour assister aux festivités de fin d’année, ainsi que des travailleurs de Cuzco.

On trouve ensuite la série des « petits métiers », réalisée à Paris, Londres et New York entre 1950 et 1951.

Infos pratiques :

Grand Palais (Paris 8e)

Tous les jours de 10h à 20h
Nocturne le mercredi jusqu’à 22h

Fermé le mardi
Fermé à 18h les dimanches 24 et 31 décembre
Fermé le lundi 25 décembre 2017

Plein tarif : 13 € / Tarif réduit : 9 €
 www.grandpalais.fr 

Views – 26