Le Voleur de Souhaits (suivi de) Chaussette

Le Voleur de Souhaits de Loïc Clément (scénario) et Bertrand Gatignol (dessin) – Ed. Delcourt Jeunesse 

« Depuis son son plus jeune âge, en dépit des apparences, Félix n’était pas un enfant comme les autres… », peut-on lire sur la première vignette. 

On apprend que pour lui, chaque éternuement, d’où qu’il vienne, était une aubaine.  » À mes souhaits « , disait-il invariablement, en misant sur la distraction de   » l’éternueur  » (ou de l’éternueuse). Et pour peu qu’il en soit remercié, le voeu émis in-petto se retrouvait comme par enchantement emprisonné dans un bocal, que Félix entreposait sur l’un des rayonnages de sa Bibliothèque aux souhaits.

Ce chapardeur de rêves ne savait pas encore que sa vie n’allait pas tarder à être bouleversée…

Le voici maintenant à la tête de plusieurs centaines de bocaux.

Un jour, il croise Calliope, une enfant aux grands yeux tristes, et c’est tout naturellement qu’il projette de lui chiper un souhait à la première occasion – au printemps, le pollen est un allié précieux !

Mais en vain. Se peut-il que, si jeune, elle soit déjà désabusée ? Et qu’en est-il de lui, toujours si prompt à priver les autres de leurs désirs ? Ne serait-ce pas pour éviter d’avoir à s’interroger sur les siens ?

Les deux ados, dont on ne saura rien de leur vie de famille (où sont leurs parents ?), décident alors de partir à la découverte d’eux-mêmes.

Un conte original destiné aux enfants, mais que ses différents niveaux de lecture ouvrent à un plus large lectorat.

A. C.

32 p., 10, 95 €

 

Chaussette de Loïc Clément (scénario) et Anne Montel (dessin) – Ed. Delcourt Jeunesse

La vie de Josette, que son jeune voisin appelle Chaussette depuis toujours, est réglée comme du papier à musique. Chaque matin, elle se rend chez son boucher, son boulanger, puis elle fait un crochet par la Maison de la presse. Dagobert, son compagnon aimé, la suit pas à pas.

Mais un jour la vieille dame se comporte d’une façon  très étrange. Elle chaparde dans les boutiques et rapporte chez elle toutes sortes d’objets parfaitement inutiles. M. Alzheimer serait-il en train de l’attirer dans ses filets ? Pas du tout. Les raisons qu’elle finit par invoquer donnent malgré tout à réfléchir…

Une jolie fable, délicieusement illustrée par Anne Montel, qui développe avec finesse le thème du rapport que peuvent avoir les personnes âgées à leurs souvenirs,  et les stratégies qu’elles développent pour les garder vivaces le plus longtemps possible.

A. C.

32 p., 10,95 €

Views – 16