L’Odyssée d’Hakim (3/3) – Fabien Toulmé – Ed. Delcourt

Tome 3 – 256 p., 24,95 €

Initialement prévue le 18 mars, la parution du T. 3 de L’Odyssée d’Hakim a été reportée au 3 juin 2020. Copyright F. Toulmé / Delcourt

T. 1 & 2 : Coup d’œil dans le rétro

Aix-en-Provence, juillet 2017. Fabien Toulmé rencontre Hakim Kabdi (dont ce n’est pas le vrai nom). Quatre ans auparavant, le jeune homme a été contraint de quitter la Syrie parce que la guerre avait éclaté, qu’on l’avait arrêté sous un prétexte fallacieux, puis torturé. Et aussi parce que le pays voisin semblait pouvoir lui offrir la sécurité et un avenir.

Parution août 2018 –

Dans un premier temps, ce sera Beyrouth, en janvier 2013, puis, après un passage à Amman, Antalya en mars 2013, en Turquie. « Je me rends compte que n’importe qui peut devenir réfugié. Il suffit que ton pays s’écroule, soit tu t’écroules avec, sois tu pars. » confie-t-il à Fabien Toulmé.

À Antalya, sa tentative de faire prospérer une pâtisserie de spécialités syriennes tourne court. Mais il y rencontre l’amour en la personne de la jeune Najemh, qu’il épouse. Hadi naîtra de leur union. Petits boulots pour survivre : un jour vendeur de bouteilles d’eau à la sauvette, le lendemain, vendeur de parapluies ; un autre jour, guide touristique, puis ouvrier dans le bâtiment… Mais la vie est trop dure, la police trop prompte à confisquer son maigre outil de travail, et ses employeurs peu honnêtes. « On est partis avec la famille de Najemh à Istanbul. » Hakim ajoute avec humour « Il n’y a pas beaucoup d’avantages à être un réfugié, mais s’il y en a bien un, c’est qu’on n’a pas grand-chose à déménager ». 

Parution juin 2019

Cependant, la complexité politico-sociale qui règne dans le pays qui les a tous accueillis, associée, pour Hakim et son jeune fils à un ensemble de complications administratives, vont changer la donne pour eux, et c’est avec appréhension qu’il va monter à bord d’un canot pneumatique bondé, afin de traverser clandestinement la Méditerranée, pour un jour atteindre la France où Najemh et ses parents ont entretemps émigré.

Une quarantaine de planches couleur bleu nuit, particulièrement intenses, décrivent ce qu’a été leur traversée entre la Turquie et l’île de Samos, avec en prime une panne d’essence, un moteur qui refuse de redémarrer, et toujours la mort en embuscade…  

Le but c’était pas simplement de résumer une migration à la traversée de la Méditerranée. C’est beaucoup plus complexe, et en plus ça donne l’impression qu’ils sont tendus vers l’Europe parce qu’ils ont plus de chance là-bas. Alors que la traversée c’est juste une nuit sur des années ! Moi je voulais montrer que ce ne sont pas des gens qui partent de chez eux pour venir chez nous. Au début Hakim va au Liban, mais il va se rendre compte qu’il est accompagné de tas de semblables et ça ne l’aide pas, le pays a tendance à rejeter l’afflux. C’est le besoin de survie qui va le pousser de pays en pays jusqu’à l’Europe. J’aurais pu faire un bouquin en Europe, mais je me serais concentré sur les temps forts et ça aurait rejoint ce qu’on nous montre d’habitude, qui est un peu caricatural.« 

De la Macédoine à la France…

Suite et fin de cette trilogie acclamée par la critique et basée sur l’histoire vraie d’un réfugié syrien.

Hakim et son fils ont survécu à la Méditerranée. En traversant la mer. Ils pensaient avoir échappé au pire mais, entre centre de rétention et police des frontières, de nouvelles épreuves les attendaient, à commencer par le rejet et la xénophobie. Mais pas uniquement. Il reste heureusement dans ce monde quelques inconnus solidaires prêts à tendre la main…

Fabien Toulmé

Le grand talent de Fabien Toulmé tient à la fluidité de ses récits et sa capacité à faire partager son empathie. Nous sommes aux côtés de ses héros, ils font, et feront, longtemps partie de notre vie après que le mot fin a été inscrit sur la dernière planche de chacun de ses albums. Voir également « Ce n’est pas toi que j’attendais » (Archives mars 2017) et « Les deux vies de Baudoin » (idem)

Extrait d’une interview de Fabien Toulmé – © Delcourt

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans cette dernière partie du récit ?

Chaque étape, prise de façon individuelle, est déjà très forte et doit être très dure à vivre, mais ce qui m’a le plus marqué c’est justement l’enchaînement, sans répit, de toutes ces étapes. Comment Hakim, avec un enfant qui savait à peine marcher, a-t-il pu endurer tout ce voyage en ne dormant quasiment jamais et dans des conditions très rudes ? J’avoue que je suis admiratif de sa force et de son courage.

D’ailleurs globalement, qu’est-ce qui t’a le plus étonné chez Hakim ? Et dans son récit ?

En plus de ce que je viens de dire, je pense que c’est sa résilience. Sa capacité à faire de l’humour sur des moments durs de son parcours. Et je suis également impressionné par sa patience, le temps qu’il a pris pour me raconter, en détail, pendant plus d’un an et demi, toute son histoire.

A. C.