Scènes : Marionnettes sur eau du Vietnam (Hanoï)

À l’Espace Chapiteaux de la Villette* du 22 au 26 novembre 2017 

Communiqué de presse

Découvert par la Maison des Cultures du Monde qui lui faisait quitter pour la première fois le Vietnam en 1984, le mua roi nûoc, littéralement « danse des marionnettes sur l’eau », est une forme d’expression millénaire, attestée dès l’an 1121.

Né pour les fêtes saisonnières ponctuant les cycles agricoles au nord du Vietnam, régions où l’eau est au centre de la vie quotidienne, ce spectacle populaire représente les travaux et les jeux des villageois.

Les danses des marionnettes ont failli disparaître, car elles étaient auparavant exclusivement pratiquées par des corporations d’artisans, paysans et pêcheurs qui gardaient jalousement les secrets de leur manipulation. Depuis une trentaine d’années, néanmoins, les marionnettistes traditionnels ont accepté de former de jeunes artistes qui enseignent aujourd’hui à l’Institut des Marionnettes de Hanoï. Cet art continue ainsi d’être pratiqué d’un côté par les villageois lors de divertissements populaires, et de l’autre par des troupes professionnelles dans les théâtres en ville. Autour de l’étang du village, des scènes pleines de poésie et d’humour racontent la vie quotidienne, les croyances, les amours et les déconvenues, les disputes familiales et les compétitions, des batailles militaires aux parties de pêche, de la récolte du riz à la danse des immortelles…

Les marionnettes sur eau ne peuvent être classées dans aucune des catégories classiques, telles que marionnettes à fils, à gaine ou à tige. Elles sont fixées sur des perches, simples ou complexes. Les premières, destinées à déplacer les marionnettes, sont munies d’un gouvernail. Les deuxièmes sont reliées aux poupées par des tiges et des fils, actionnés par les doigts des marionnettistes. Les danses des marionnettes ont failli disparaître, car elles étaient auparavant exclusivement pratiquées par des corporations d’artisans, paysans et pêcheurs qui gardaient jalousement les secrets de leur manipulation. On raconte même que deux jeunes gens n’ont pu se marier parce que le garçon était le fils aîné du trùm (chef) d’une troupe, mais sa bien-aimée était malheureusement membre d’une troupe rivale.

Présenté par Têu, beau jeune homme et personnage central qui commente les travers des habitants et taquine les villageoises, le mua roi nûoc est un spectacle rare et magique à ne manquer sous aucun prétexte.

  • Quai de la Charente Paris 19è, M° Porte de la Villette – Réservations / Renseignements 01 40 03 75 75 www.

22, 23, 24 novembre à 20h


25 novembre à 16h et 20h

26 novembre à 16h

Views – 51