L’étrange

étrangede Jérôme Ruillier (scénario et dessin) – Ed. L’Agrume, 168 p., 20 € –

Après Les Mohamed où Jérôme Ruillier nous faisait (re)découvrir l’histoire de l’immigration maghrébine à travers des témoignages qui rendaient compte de la quête d’identité et des effets au quotidien du racisme, voici celle d’un homme qui a quitté sa terre natale dans l’espoir d’une vie meilleure.

L’auteur l’a représenté sous les traits d’un ours. Un gros ours qui semble en permanence accablé par le poids d’une vie sur laquelle il n’a plus aucune prise. Il ne parle pas la langue du pays, il est sans papiers, son apparence et sa tenue vestimentaire dérangent. Il est ce qu’on appelle « un étrange ».ETRANGE2Comme dans la tragédie grecque, un chœur commente les faits et gestes de cet être crédule et vulnérable, dont nous connaitrons ni le nom ni le pays d’origine. Il est, pour l’essentiel, composé du Major chargé de veiller au respect des quotas de reconductions à la frontière des étrangers illégaux (il finira par douter du bien-fondé de sa fonction), du Réseau d’entraide aux réfugiés, du gardien de la Jungle (le patriarche) et d’une corneille perspicace au grand coeur. « Il pensait qu’il avait fait le plus dur, qu’il avait réussi. En réalité, c’est une autre vie qui commençait, mais pas celle dont il avait rêvé. C’est à cet instant que je me suis attachée à lui ».

Chaque chapitre est précédé d’une citation facilement identifiable : « Vous en avez assez de cette bande de racailles ? Eh bien, je vais vous en débarrasser. » « Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres. Donc cela veut dire que les étrangers ont vocation à retourner dans leur pays. » ETRANGEPostée aux premières loges, la corneille assiste impuissante au combat sans cesse renouvelé du pot de terre contre le pot de fer. L’isolement, l’impossibilité de s’exprimer, la peur, le racisme, et pour finir, la délation auront raison du mirage « France terre d’accueil » qui avait conduit cet homme à quitter son « patelin ». Bientôt il fera venir sa famille. Quel mal y a-t-il à le dénoncer ? La loi l’autorise, a décrété sa voisine de palier. 

Puis il y aura le Réseau et ses bénévoles, les portes qui s’ouvrent, les mains qui se tendent, mais aussi celles qui se dérobent et deviennent menaçantes. Le précipice et le retour à la case départ seront évités de justesse, mais pour combien de temps ?

Une « fiction » tout lectorat d’une grande profondeur et d’une force narrative et graphique absolues.

Anne Calmat

mohamed

À lire également :

Les Mohamed de Jérôme Ruillier

Ed. Sarbacane, 2011

 

 

 

51dyd67GauL._SX195_

Alpha, Abidjan – Gare du Nord de Bessora et Barroux – Ed. Gallimard, 2014

(extrait de l’article) Alpha Coulibaly, dont le nom signifie « sans pirogue », a remis les clés de son ébénisterie et de son appartement à un réseau de passeurs, en échange d’un aller simple pour Paris où sa femme et son fils doivent l’attendre. Il sait qu’il lui faudra beaucoup de chance et de détermination pour atteindre son but. Il n’ignore pas non plus que le voyage sera long, périlleux, entrecoupé de haltes dans les ghettos pour clandestins, le temps de « se remplumer les poches » pour satisfaire aux exigences de tous les margoulins qui s’engageront à le mener à bon port.
S’il le faut, il se fera passeur lui aussi, « mais honnêtement ! ».
Et quand, après dix-huit mois d’épreuves, Alpha aperçoit enfin les côtes des Canaries, lui qui sait à peine nager monte à bord de la pirogue bondée qui va le conduire vers son destin.
L’épilogue de ce récit, magnifiquement illustré de dessins qui ne sont pas sans rappeler l’Art singulier d’un Len Jessome, nous laisse interdits. Alpha est-il réel ou bien le symbole de tous les sans-papiers qui hantent nos villes en quête de régularisation ?
A.C. (in Témoignage Chrétien, 2014)

 

 

 

Plutôt plus tard

Numériser 1de Jean-Claude Denis (scénario et dessin) – Ed. Futuropolis, 64 p., 14 €

Le temps ne serait-il qu’une construction de notre mental ? Question à la fois philosophique et physique, qu’aborde de manière plaisante cette bande dessinée.
Depuis Wells et sa Machine à remonter le temps, la littérature, le cinéma et les arts graphiques se sont emparés de ce fantasme : retourner dans le passé avec tout ce que nous savons du présent.

Luc Leroi, le héros de l’histoire, est une vieille connaissance, puisqu’on le rencontre déjà en 1980 dans la revue À suivre. Depuis, Jean-Claude Denis l’a embarqué dans de nombreuses aventures, souvent à son corps défendant. Car il est plutôt tranquille ce petit bonhomme roux et mal peigné, qui s’habille sans se soucier de la mode et roule dans une Vespa 400, authentique modèle de 1957.plutot_plus_tard-2_telplutot_plus_tard-1_tel

L’histoire (si elle a un début…) commence de nos jours. Alinéa, l’amoureuse tahitienne de Luc,  s’apprête à regagner la Polynésie, parce qu’à Paris, il fait gris et froid, qu’ils ne voient personne et mangent des pâtes tous les jours. Luc aurait bien envie de la suivre…
Pour la consoler un peu, il lui fait visiter le musée d’Orsay et admire avec elle les toiles de Paul Gauguin. Voici donc le peintre qui fait son entrée dans ce roman graphique. Mais les tableaux ne suffisent pas et Alinéa a le mal du pays. L’antique voiture est vendue pour payer le voyage, ils arrivent à Tahiti, dans l’accueillante famille de la jeune femme, pour une douzaine de jours.

C’est au retour que l’histoire prend une tout autre orientation : Luc, veste sans âge à parements de velours sur le dos, ukulélé en main, se trouve projeté en plein 19eplutot_plus_tard-3_telplutot_plus_tard-4_tel siècle.

Il va rencontrer Paul Gauguin et ses amis, ce qui permet au lecteur de faire une plongée dans le Paris des rapins miséreux, des cabarets où personne ne veut acheter un Van Gogh, et où Gauguin, ne voyant pas d’issue pour ses toiles (le musée du Luxembourg vient de lui refuser un tableau, qu’il avait pourtant offert ! ) est contraint de les racheter. Il décide alors de retourner vivre à Tahiti. On croise d’autres célébrités de l’époque, dont Paco Durrio, sculpteur et dessinateur, ami du peintre.

Très bien documenté, l’auteur joue aussi avec des clins d’œil aux lecteurs de tous âges : une lointaine allusion au mythique Bons baisers de Partout de Pierre Dac et à l’un des faux Gauguin peints sur l’île, signé Guerelasse, qui a pour titre Plutôt plus tard (en maori)…

Souvenirs, souvenirs aussi, avec ce saut dans les années 50 ou 60, quand Orsay n’était encore qu’une gare.

Comment Luc Leroi a-t-il été projeté dans le Paris de la fin du 19e ? Va-t-il retrouver Alinéa ? C’est ce que l’auteur nous invite à découvrir.

Luc Leroi, ce monsieur Tout-le-monde, juste un peu différent en ce qu’il est attiré par les objets du passé, traverse toutes ces péripéties avec bonhommie.
Jean-Claude Denis a un talent étendu, il est également l’auteur de Zone Blanche, roman graphique assez sombre qui évoque la question de l’électro-sensibilité dans un thriller passionnant. Ici, le ton est beaucoup plus léger, le dessin est simple et la facture générale, classique. On se laisse prendre à cette intrigue improbable, qui nous permet de revisiter l’œuvre de Gauguin et de la replacer dans son contexte de luttes entre académisme et modernité.

D.T.

Couv_170133

Zone blanche – Grand Prix 2012 du Festival d’Angoulême

 

 

To-day

L’Esprit rouge (suivi de) Le Grand Combat

artaud1de Maximilien Le Roy (scénario) et Zéphyr (dessin) – Ed. Futuropolis, 160 p., 21,90 €

Janvier 1944, Antonin Artaud (1896-1948) est interné depuis un an à l’hôpital de Rodez, après plusieurs séjours dans différents établissements psychiatriques. Entre deux séances d’électro-chocs, il réécrit quelques chapitres des Tarahumaras (l’ouvrage sera publié l’année suivante). L’époque où les femmes se seraient damnées pour un regard de cet homme fiévreux, sombre et exalté, qui s’était illustré dans les films de Carl Dreyer, Abel Gance, etc., est bel et bien révolue. Il a quarante-huit ans et en paraît soixante-dix (photographie ci-dessus).

esprit_rouge_l_-2_webArtaud écrit et dessine sur les murs de sa chambre monacale des fresques enchevêtrées, sombres et morbides. Il se revoit à bord du paquebot qui l’emportait huit ans plus tôt vers le Mexique.

Il fait une escale à La Havane, où un « sorcier », fils d’esclaves, lui offre une petite  épée, à laquelle il fera allusion la même année dans Les Nouvelles révélations de l’Être.ESPRIT-ROUGE-2planche

Tu en auras plus besoin que moi à l’avenir, ne la perds jamais, lui dit l’homme.

page46image384Le voilà maintenant à Veracruz, puis à Mexico. Un journaliste lui propose de faire, pour le quotidien El Nacional, une série d’articles à teneur politique sur son ressenti du Mexique. Ce n’est pas la culture européenne que je suis venu chercher ici, mais la civilisation originelle mexicaine, lui précise Artaud, pour qui l’Europe est symbole de décadence.

Vous fantasmez lui répond son interlocuteur.

Artaud découvre en effet une tout autre réalité du pays : celle de la condition qui est faite au peuple indien, dont il loue la Culture et les immenses potentialités. Depuis la Révolution, l’Indien a cessé d’être un paria, mais c’est tout (…) On continue même à le prendre pour un sauvage (…) On veut l’élever à la notion occidentale de la culture…
Le théoricien du Théâtre de la cruauté est également invité à faire trois conférences à l’Université de Mexico, dont l’une s’intitulera Surréalisme et Révolution.

36887477xdESPRIT-ROUGE-1planchePuis Artaud se rend à cheval sur les terres de la sierra mexicaine, gorgées du sang des victimes de la Conquête, pour y rencontrer les Tarahumaras et atteindre au secret des principes qui régissent la vie et la mort. Le pays des Indiens Tarahumaras est plein de signes, de formes, d’effigies naturelles qui ne semblent point nées du hasard, comme si les dieux que l’on sent partout ici, avaient voulu signifier leurs pouvoirs dans ces étranges signatures, écrira-t-il plus tard.

Il y trouvera un substitut au laudanum, que son organisme réclame de plus en plus douloureusement. Le peyotl, drogue sacrée hallucinogène, deviendra un temps son nouveau paradis artificiel.

À Rodez, les phases d’écriture et de dessin sont ponctuées par les visites régulières du docteur Ferdière, adepte de l’art-thérapie. Le médecin l’a fait transférer dans son unité psychiatrique, où les conditions de détention sont meilleures et semblent marquer un coup d’arrêt dans la dégradation psychique de l’écrivain. Mais bien que le temps soit venu pour Artaud de recouvrer un semblant de liberté avant de mourir pour la seconde fois (à moins que ce ne soit pour la troisième), on pressent que la quête de vérité qui a irrigué toute son oeuvre, sera bientôt relayée par d’autres.

ESPRIT-ROUGE-650px

Les dessins couleurs ocre ou pourpre de Zéphir, souvent proches des arts primitifs, illustrent parfaitement le cheminement de cet être insurrectionnel, en lutte permanente avec les obsessions, les angoisses et le mal qui l’ont habité depuis son enfance.

Anne Calmat172full

 

 

Antonin Artaud, 1930

 

9782754810418À lire également : 

Le Grand Combat de Zéphyr – Ed. Futuropolis

Le vieux Noé passe ses journées à construire ce qu’il appelle sa  « cité en évolution« , à sculpter et à confier ses pensées aux arbres, aux ruisseaux et aux vents qui balaient la forêt de Fontainebleau. Il est presque devenu une légende locale et chacun le respecte. D’où vient-il ? De quoi vit-il ? Nul ne le sait.

mep_grand_combat_3_webLes gamins s’amusent parfois à le provoquer en dessinant une femme nue sur son «mur à paroles». Peine perdue, Noé s’extasie sur leur talent et les encourage à poursuivre dans cette voie. Pourtant, il sait aussi protéger les lieux des intrus qui s’apprêtent à troubler leur quiétude. À l’image de son héros, cette bande dessinée est économe en paroles, mais d’une créativité flamboyante. Chaque planche est une œuvre d’art. On y découvre des fresques à mi-chemin entre fauvisme et peintures rupestres, mais aussi des statues proches de l’art brut et de l’art africain.

A.C. (in Témoignage Chrétien, mars 2014)

 

Au cœur de Fukushima

au_coeur_de_fukushima_3– Journal d’un travailleur dans la centrale nucléaire 1F de Kasuto Tatsuta (scénario et dessin) – Ed. Kana, 192 p., 12,70 € (T. 1/2)

Le prologue s’ouvre sur cette injonction :  Soyez prudents !

Nous nous retrouvons devant un bâtiment destiné à l’origine aux footballeurs locaux, que la compagnie d’électricité Tepco avait offert à la circonscription avant la catastrophe. Il sert aujourd’hui de centre de liaison pour les travailleurs de la centrale.

Nous sommes à Fukushima en 2012, parmi ceux qui viennent œuvrer à la décontamination du complexe atomique.

imagesKasuto Tatsuta, ouvrier pendant six mois sur ce site ravagé par un tremblement de terre suivi d’un tsunami en 2011, nous propose un témoignage de première main, précis, circonstancié, rigoureux, qui va conduire le lecteur à partager toutes les étapes de cette aventure peu banale.

Ainsi, nous suivons les difficultés du recrutement, compliqué par la bataille des sous-traitants, chacun cherchant à emporter le contrat.839722

Après les péripéties de l’attente d’embauche, nous passons par les premiers travaux périphériques qui précèdent l’entrée dans le cœur de la centrale 1 F. Nous croisons des travailleurs motivés par les salaires mais aussi par le sens du devoir, qui s’organisent en colocation, se distraient avec des jeux d’argent, se montrent solidaires dans ces conditions extrêmes. Nous visitons le site, grâce à des plans, des schémas, des dessins détaillés. Nous découvrons les équipements, les règles, l’intendance. Nous partageons les tracas, qui vont de la peur de la première fois aux démangeaisons irrépressibles, du coup de chaleur à l’épuisement total. Nous entrons dans l’intimité quotidienne des ouvriers, jusqu’à cet usage des toilettes qui, sans eau courante, se révèle problématique.

Au hasard des déplacements – visions de fin du monde – nous voyons défiler des pans de paysages d’une région à l’abandon, où s’ébattent des animaux retournés à l’état sauvage.
Le message de l’auteur contredit le discours des médias : oui, des choses se font à Fukushima, qui échapperont à chacun des individus que leur taux de radiations finira par éloigner, mais leur travail de fourmi, ni vain, ni insensé, est révélateur de courage et source de fierté.

Le noir et blanc sied parfaitement au sentiment de danger latent présent à chacune des pages. Les dessins au crayon, nets, fouillés, éloquents, s’accordent avec la forme  » documentaire  » de la BD. La variabilité des prises de vue suscite l’impression de découverte, comme le ferait un reportage photographique. L’alternance de plans resserrés et larges crée une dynamique propre au mouvement du parcours que nous sommes invités à effectuer.
L’ensemble exerce une fascination qui amène la question inquiète : avec quoi jouons-nous ?

Nicole Cortesi-Grou

To-day

 

L’Écume des jours

ECUME DES JOURS - C1C4.inddd’après le roman de Boris Vian, scénario  Jean-David MorvanFrédérique Voulyzé, dessin Marion Mousse – Ed. Decourt, coll. Mirages, 17,95 €

Visuels © Delcourt, 2012, Morvan, Voulzy, Mousse

Boris Vian qui, depuis les années 50, a inspiré plusieurs générations, garde au fil du temps ses admirateurs et s’en fait de nouveaux, ainsi qu’en témoignent les multiples rééditions de L’Écume des jours* et ses adaptations pour le cinéma, le théâtre et la bande dessinée.

ECUMEDESJOURS_02-page-001Celle-ci fait revivre avec fidélité le texte pétillant et protéiforme de celui que d’aucuns considèrent comme l’une des personnalités artistiques et littéraires les plus remarquables de l’après-guerre.

Tout commence dans une atmosphère d’une incroyable légèreté. Colin, jeune homme fortuné (son coffre-fort contient la coquette somme de cent mille doublezons), vit dans son bel appartement équipé d’une machine à faire la cuisine et d’un « pianocktail ». À chaque note, je fais correspondre un alcool, une liqueur ou un aromate. La pédale forte correspond à l’œuf battu et la pédale faible à la glace (…).

Et si l’on joue un peu trop « hot », en appuyant sur pédale forte, il tombe des morceaux d’omelette, et c’est dur à avaler…

ECUMEDESJOURS_03-page-001Son confort est assuré au quotidien par Nicolas, son cuisinier-maître d’hôtel au parler alambiqué, comme les plats qu’il élabore.

Colin court les patinoires, les conférences et les réceptions où s’gitent ses amis : Chick son double, jeune ingénieur sans le sou, Alise la nièce de Nicolas, et la honte de sa famille car elle a délaissé la philosophie pour l’art culinaire. Et déjà, on s’interroge : Alise-Sainte-Reine, Alésia ?

Et surtout, Isis Ponteauzane, avec ses lunettes noires et son patronyme transparent, elle nous prévient, par le biais du classique pont aux ânes, que la solution du mystère, nous l’avons sous le nez.

Nous verrons que ce virtuose du travestissement verbal aime à multiplier les signaux et les pistes.

ECUMEDESJOURS_04-page-001Chez les parents d’Isis, Colin rencontre la jeune et ravissante Chloé. Subitement, le zazou décontracté aux vêtements trop larges se mue en amoureux transi. Chloé, c’est aussi le titre d’un enregistrement du prestigieux Duke Ellington, que Vian, lui-même trompettiste de talent, admirait tant et dont il est devenu l’ami.

Chick est lui à la lisière entre deux mondes : il a rencontré Alise à une conférence de Jean-Sol Partre – on reconnaît dans cette contrepétrie le nom du pape de l’existentialisme, Jean-Paul Sartre. Depuis, le jeune homme collectionne les éditions les plus saugrenues des oeuvres du Maître, comme Le Vomi, imprimé sur un papier réservé généralement à un autre usage. On reconnaîtra là encore La Nausée, un titre de Sartre qui surnage dans les mémoires. Chick achète à prix d’or des « reliques » de Jean-Sol : pipes portant SES empreintes digitales, pantalons élimés, chaussures trouées. Il ne tarde pas à se retrouver sur la paille.ECUMEDESJOURS_05-page-001

L’écrivain-musicien, qui semblait condamné à l’insuccès auprès du grand public, par le succès même de son double littéraire, Vernon Sullivan, s’était peu à peu intégré à l’entourage de Sartre, qui avait su discerner l’inspiration et le talent derrière la caricature. Le philosophe n’avait pas hésité à le soutenir pour le prix de la Pléiade, dont le jury avait finalement préféré un ouvrage moins original**.

Tout va bien jusqu’au mariage de Chloé et Colin mais, lorsqu’ils partent en voyage de noces, l’histoire s’ouvre sur un extérieur qui n’est plus aussi joli que leur petit aquarium parisien. La route, trop endommagée, est impraticable, il leur faut traverser des mines de cuivre et toutes leurs horreurs. Tout au long du voyage, la nature s’asphyxie lentement, Chloé est prise de douleurs à la poitrine de plus en plus violentes – Chloé est aussi une des épithètes de Déméter, la déesse de la végétation, de la nature.

ECUMEDESJOURS_13-page-001Boris Vian n’y va pas de main morte. Peut-être vivait-il à l’époque charnière où tout a commencé à basculer. Il aura annoncé à sa manière la destruction de l’environnement plusieurs décennies avant la prise de conscience mondiale.

Retour précipité chez Colin. On appelle des médecins, tous plus farfelus les uns que les autres. Diaforus, le médicastre inventé par Molière, semble revenu d’entre les ombres du XVIIIe siècle, de même que Toinette, servante déguisée en médecin, diagnostiquant le poumon, le poumon !

Un traitement par les fleurs a été suggéré, les amis de Chloé lui en apportent, Colin également, par brassées. Ses doublezons fondent comme neige au soleil…

vi

La suite est à découvrir (ou à retrouver) dans l’album de Voulyzé, Morvan et Mousse. Tous trois ont parfaitement mis en valeur les trouvailles extravagantes et les nombreux effets comiques de ce conte cruel aux tonalités surréalistes, ce qui fait que le rire nous secoue au milieu du drame, dont les comparses ne sont, somme toute, que l’écume des jours.

Jeanne Marcuse

  • Le roman, paru en 1947,  s’est vendu à deux millions d’exemplaires, en France et à l’étranger.
  • Terres d’exil**, recueil de poèmes de Jean Grosjean

To-day

Les vieux fourneaux (T. 1 à 3)

Couverture Couverture-2 Couverture-3

 

 

 

 

 

de Wilfrid Lupano (scénario) et Paul Cauuet (dessin) – Ed. Dargaud, 60 p. en moy, 12 € ch. vol.

Au secours Carmen Cru a fait des petits !

Lupano et Cauuet, déjà couverts de prix divers, n’ont certes pas besoin de cette chronique pour connaître un succès mérité, mais il faut y insister : une plongée dans l’univers de ces trois vieux mal élevés, indociles et furibards est toujours un véritable bonheur et une thérapie de choc contre la morosité, les désillusions, le pessimisme ambiant.

Page 3 Page 4Le trait est précis et sans concession pour les corps arthritiques et les crânes déplumés, les textes sont drôles, la langue, imagée.

On devient vite accros à cette bande de vieux insoumis dont l’amitié remonte à une enfance qui n’est jamais très loin. Ils ont décidé de ne pas finir comme des végétaux, mais au contraire de vivre la vie intensément jusqu’au bout, même si c’est en faisant braire leur prochain, surtout s’il est PDG d’un grand groupe ou représentant de la loi et de l’ordre.

Le dessin de Cauuet nous fait voyager dans le temps, et c’est merveille de retrouver dans ces septuagénaires tordus et décrépits, les silhouettes des gamins qu’ils furent, toujours prêts à faire les quatre-cents coups, pas toujours glorieux d’ailleurs

Les sauts dans le passé sont en nuances de gris, comme comme de vieilles photos.

Page 7Ça commence par l’enterrement de Lucette, qui laisse son Antoine inconsolable. Il faut dire qu’elle a du caractère la Lucette, et du cran dans son camion rouge transformé en petit théâtre de marionnettes ambulant, délicatement baptisé « Le loup en slip ».

Il est souvent question des usines pharmaceutiques Garan-Servier, qui ont tour à tour embauché puis viré nos protagonistes, sur fond de luttes syndicales et de contestation sociale.

Page 5Page 3Et puis il y a Sophie. La petite-fille de Lucette et d’Antoine s’apprête à mettre au monde un enfant, elle reprend aussi le théâtre ambulant de sa grand-mère… et le flambeau de la subversion.

Une chose à faire donc : se jeter sans plus attendre sur ces trois tomes, dont le dernier est paru en novembre.

Si le vieux rebelle fait vendre au ciné, en littérature et dans la BD, c’est que les anciens soixante-huitards commencent à avoir de la bouteille.

Mais il n’est pas seulement question de nostalgie et de luttes passées, cette trilogie s’ancre aussi dans le présent, celui des squats, des scandales, des grands groupes pharmaceutiques, de l’évasion fiscale et de l’état désastreux de la planète.

Les vieux fourneaux offrent aussi un regard sans concession, mais terriblement drôle, sur notre beau pays et le succès de la série indique bien qu’il s’agit d’une oeuvre authentiquement intergénérationnelle.

Danielle Trotzky

1 – Ceux qui restent (avril 2014)

2 – Bonny and Pierrot (oct. 2014)

3 – Celui qui part (nov. 2015)

Copyright Dargaud

To-day

 

 

Points de chute – Living Arrangements

41R3TYKPsbL._SX351_BO1,204,203,200_d’Andi Watson (scénario et dessin) – Ed. çà et là, 152 p., 18 € (22 février) –

Chris, chroniqueur de films pour un site web et cinéaste en devenir, vit en colocation avec James, son ancien ami de fac. L’appartement est le lieu de passage de leur bande de copains, qui pour certains se sont connus sur les bancs d’une High School londonienne. L’ambiance est au farniente, aux soirées passées dans les pubs, aux pique-niques sur les pelouses de Regent’s Park ou aux escapades dans les Cornouailles.
À l’occasion des funérailles d’un certain George, Chris rencontre Una, qui se révèle être la jeune veuve du défunt. Attiré par elle, il la revoie à plusieurs reprises. Au fur et à mesure qu’ils se rapprochent l’un de l’autre, les liens entre Chris, sa copine et ses amis se distendent…Points-de-chute-35On retrouve dans cette chronique douce-amère des relations encore adolescentes qu’entretiennent ces jeunes adultes, le monde décrit par Cédric Klapisch dans ses films. Les dialogues – de simples propos du quotidien – sont laconiques, voire inexistants. Ils en disent long sur la complexité des relations qu’entretiennent ces hommes et ces femmes, souvent pris dans leurs contradictions. On est ici pleinement dans la sous-conversation, telle que l’a définie l’écrivaine Nathalie Sarraute. Les dessins sont assez sommaires, proches de l’esquisse. Cela donne un charme indéfinissable à cette valse hésitation entre amour, désamour, élan et dérobade, qui semble emporter les héros de cette histoire somme toute universelle.

Anne Calmat

Living Arrangements by Andi Watson

Chris who is a film columnist for a website and a future film maker shares his flat with James, an old friend from university. The place is the meeting point for their group of friends. Some of them met when they were studying in a London’s school. Now, they have good times at nights in bars, they have picnics on the Regent’s Park lawns or weekends to Jame’s cottage.

On the occasion of the funerals of a person named George, Christ meets Una, who is George’s widow. Attracted by her, he sees the young woman on several occasions. They get to know each other, links between Chris and his girl friend, Alex, and the others are becoming weaker…

This chronicle, about complex relationships between young people, is bitter-sweet and not so far from what Cedric Klapisch shows in his films.
The dialogs are like everyday life : laconic, even non-existent. We are facing a sous-conversation, as defined by the french writer Nathalie Sarraute.
There is a lot to be said about these men and women, often contradictory to themselves.

Drawings are rather sketchy, they are more like drafts than well developed and can be nondescript.

It conveys an indefinable charm in this « waltz hesitation » between love and disenchantment, and takes the heroes in an universal story.

Traduction de la chronique Merewyn Lord

413PWAN1TQL._SX210_arton11-a2612Chez le même éditeur (2005-2007)arton1-d5e82

« Ruptures« ,

« Slow News Day« ,

« Little Star »

To-day

 

 

Points de chute-couv

Points de chute-couv

Sur les ailes du monde, AUDUBON

Couverturede Fabien Grolleau (scénario) et Jérémie Royer (dessin) – Ed. Dargaud, 184 p., 21 €

Quoi d’étonnant à ce que que Fabien Grolleau se soit emparé de la vie peu ordinaire de John-James Audubon (1785-1851), premier peintre-ornithologue du Nouveau Monde ?

Il fait l’impasse sur son enfance à Saint-Domingue puis à Nantes, et débute son récit au moment où le jeune homme s’embarque en 1820 pour les Etats-Unis, après avoir étudié le dessin durant deux ans à Paris.

Conçu comme une succession d’épisodes, Sur les ailes du monde retrace les principaux moments de l’existence bouillonnante de cet infatigable voyageur.
On le voit tout d’abord qui descend la Mississippi river avec deux compagnons. Un gros orage les oblige à s’abriter dans une grotte, qui se trouve être un refuge de chouettes. Audubon sort ses fusains et passe une partie de la nuit à les dessiner. Au matin, apercevant une nuée d’oiseaux autour de leur bateau, il lâche ses comparses pour aller observer les volatiles.Page 15Une vingtaine de planches plus loin, le voici dans le Kentucky. « Le Français » donne des cours de danse au voisinage et reçoit en retour nombre d’informations sur les lieux de rassemblement des oiseaux. Contremaître dans une ferme, il s’intéresse à leur migration, qu’il commence à dessiner et à peindre. On comprend rapidement que John-James Audubon (pseudo de Jean-Jacques) n’est ni bon contremaître ni bon gestionnaire, car le voilà emprisonné pour dettes…

Réalisant que sa cellule n’est pas sa seule prison, Lucy, son épouse, l’incite à faire ce grand voyage dont il rêve.

Le scénario nous conduit tantôt sur les traces de John-James et de son équipe (Joseph, un aspirant naturaliste et Shogan, un guide indien, navigateur et pisteur), tantôt il nous ramène auprès de Lucy, devenue préceptrice dans une famille du Mississippi, et dépositaire des dessins qu’Audubon lui envoie.
John-James se livre désormais tout entier à sa passion : observer, dessiner, peindre, écrire. Il a peaufiné une technique qui consiste à chasser l’oiseau aux petits plombs, pour ne pas l’endommager, à l’éviscérer, puis à lui redonner son maintien initial à l’aide d’un fil de fer.

Une suite de péripéties jalonnent son itinéraire passionné : il déjoue une embuscade, survit à une fièvre paludique, partage le gîte avec des esclaves fugitifs. Et lorsque Joseph et Shogan l’abandonnent, Audubon poursuit seul ses observations.page145image256On le retrouve plus tard devant un aréopage de scientifiques londoniens qui l’apprécient plus pour ses talents de peintre et les aventures qu’il relate, que pour sa recherche. Seul, un étudiant admire ses planches d’oiseaux, partage son amour de la nature et lui soumet quelques hypothèses sur sa théorie encore balbutiante. Audubon l’engage vivement à voyager, conseil que ne manquera pas de suivre le jeune Darwin.

Mais déjà, un nouveau projet le possède : recenser, avec ses fils et quelques amis naturalistes, tous les mammifères d’Amérique…

C’est au travers de son journal que l’on découvre ses chasses aux bisons, ses rencontres avec les trappeurs et les pionniers de la conquête de l’Ouest, avant que ne sonne l’heure de son envol ultime pour le pays où les aigles sont rois : John-James Audubon a soixante-six ans.

Des dialogues brefs et rares qui reflètent bien les échanges entre ceux qui parlent peu, mais toujours à bon escient. La dynamique du récit est figurée par une alternance de plans larges, qui dévoilent les décors grandioses du Nouveau Monde, et de plans plus serrés, en fonction du déroulement de l’action. Les couleurs, plutôt éteintes, privilégient les tons beige, vert pâle, bleu nuit, créant un effet d’aquarelle, qu’un rouge vif vient ici et là brusquement éclairer.

Le trait est précis, vif, les dessins sont expressifs. Le tout met parfaitement en lumière cet extraordinaire et captivant parcours de vie.

Nicole Cortesi-Grou

To-day

Dures à cuire

Dures a- cuire couv50 femmes hors du commun qui ont marqué l’Histoire de Till Lukat – Ed. Cambourakis,

Elles ont été samouraï, cosmonaute, résistante, agent secret, conductrice de chiens de traîneaux, gangster, toréro… Elles ont brûlé la vie par les deux bouts et se sont parfois brûlé les ailes. Leurs noms ? Tomoe Gozen, Cléopâtre, Marie Curie, Rosa Parks, Simone de Beauvoir, Linda Lovelace, Tina Turner…Postillon

Till Lukat les a croquées en deux temps trois mouvements – et manifestement savourées : une effigie de l’élue sur la page de gauche, et sur celle de droite, un épisode emblématique de sa vie, en quatre cases et quelques bulles.

simone de beauvoir2

reine des bandits2Cinquante portraits de femmes, entrecoupés de planches didactiques, qui prolongent les informations données précédemment.

On apprend par exemple que Anne Mc Cormac-Bonny, maîtresse du célèbre pirate Jack Rackham, pouvait le dépasser en intrépidité, ou bien que la pilote allemande de haute-voltige, Beate Ushe, est à l’origine de l’ouverture du premier sex-shop au monde dans les années 50.

reine des bandits 3

On passe allègrement d’un millénaire à l’autre, on côtoie Anne Nzinga, reine des royaumes de Ndongo et de Mataba, Mary Norris sauvée des griffes des redoutables « Magdelene Sisters », ou bien encore, Belle Starr, amie de coeur des célèbres frères James, devenue elle-même une redoutable hors-la-loi.

D’autres noms plus familiers surgissent des plis de notre mémoire : Marie Curie, Christine de Suède, Ulrike Meinhof, Valentina Tereshkova… Avec en point d’orgue, Malala Yousafzai, Prix Nobel de la Paix en 2014 à l’âge de dix-sept ans.

simone de beauvoirIl manque bien sûr nombre de figures incontournables du patrimoine de l’humanité – à chacun son panthéon  – mais ce premier « catalogue », dont on peut raisonnablement penser qu’il sera suivi par d’autres, est là pour nous rappeler, parfois avec humour et effronterie (la reine Beauvoir sur son « trône » !), que ces femmes ont toutes voulu être actrices de leur propre vie.

A. C.

128 p., 15 € 

Tuff_Ladies_short00-640x873

http://www.lukat-land.de

 

 

 

 

 

Berlin 2.0

couve_berlin_telde Mathilde Ramadier (scénario) et Alberto Madrigal (dessin et couleur) – Ed. Futuropolis, 96 p., 18 € (11 février) –

Être un jeune Français qui a fini ses études et rêve d’un ailleurs, voici une expérience dans laquelle beaucoup se retrouveront…

C’est en l’occurrence le cas de Margot, qui a étudié la philo, veut quitter Paris où elle étouffe et souhaite poursuivre dans la capitale allemande une réflexion sur la question de  » la liberté face au temps  » : vaste et ambitieux programme, sans doute destiné à tomber dans les oubliettes.

Elle arrive à Berlin en 2012. Du temps, elle n’en manquera pas dans sa découverte de cette ville écolo et festive, devenue mythique pour la jeunesse européenne. Tout lui semble possible et agréable : le grand appartement, les piques-niques dans les parcs, la facilité des rencontres…mep_berlin-8_tel

Mais bien sûr (elle l’annonce dès les premières planches), le principe de plaisir va infailliblement rencontrer celui de la réalité. Les difficultés résident dans la recherche d’un emploi. Il y a bien une foule de « jobs », mais, revers du « miracle économique » tel qu’il est perçu d’ici, ce sont des petits boulots, très prenants et très mal payés. Les start-up fleurissent, cependant les jeunes font les frais de ce système où l’humain est finalement de peu poids, et les employeurs de Margot brillent par leur cynisme et leur cupidité – on attend beaucoup d’elle sans qu’elle reçoive grand chose en retour.

Les remarques, avec exemples à l’appui, qui émaillent ce récit personnel sur le manque de curiosité des jeunes Français à l’étranger sont pertinentes ; mais Margot n’emprunte pas ce chemin-là, elle découvre Berlin et ses quartiers, le monde de l’art et ses galeries. Les us et coutumes locales sont finement observés :  la « Wegbier », la bouteille de bière que l’on consomme en pleine rue, les fêtes en chaussettes… Et aussi, les quarante heures par semaine, payées six-cents euros, la couverture médicale, très nettement défaillante.

mep_berlin-9_tel

La jeune femme pose un oeil particulièrement aiguisé sur le statut de la femme berlinoise.

À Berlin, on peut s’habiller comme on veut, les hommes ne sont pas machos, mais la contraception n’est guère encouragée, et les conditions de vie des jeunes mères de famille laissent grandement à désirer. Paradoxalement, une association féministe peut parrainer un festival de films pornos indépendant, sans que quiconque y trouve à redire.

mep_berlin-5_telEn dépit de ses déboires professionnels, Margot décide de rester dans cette ville, à laquelle elle a pris goût et où elle a rencontré de nombreux amis… et même un amoureux.

Berlin 2.0 est, dans son propos, assez didactique et linéaire. On n’échappe pas à un certain nombrilisme dans ce parcours somme toute assez banal. Un bémol encore : la préface du jeune écrivain Clément Bénech est inutilement longue et complaisante, elle ne s’imposait pas.

Les dessins sont toniques et leurs couleurs, agréables. Une carte et des explications viennent compléter le récit.

Danielle Trotzky

To-day

 

 

L’Homme qui ne disait jamais non

couve_homme_qui_ne_disait_l__telde Didier Tronchet (scénario) et Olivier Balez (dessin) – Ed. Futuropolis, 144 p., 21 € (12 février) –

Que peut faire une jeune hôtesse de l’air préparant une thèse de psychologie pour devenir  » profiler « (physionomiste), lorsqu’elle rencontre, sur un vol Madrid-Lyon, un amnésique en détresse ? L’intégrer dans ses recherches comme  » cas d’étude  » et l’accompagner dans sa quête d’identité.

C’est ainsi que commence ce thriller psychologique de Didier Tronchet, rondement mené par la dynamique hôtesse, Violette. Car, outre prendre note des comportements et des émotions de son  » cas « , celle-ci est bien déterminée à aider Etienne à recouvrer ses souvenirs.

Pour imaginer des stratégies qui susciteraient en lui un déclic salvateur, elle fait appel à ses connaissances littéraires et cinématographiques et à son bon sens. Elle en profite au passage pour le guérir de sa fâcheuse inaptitude à dire non. Ce qui les entraîne dans moult péripéties, lyonnaises, puis équatoriennes, toutes révélatrices d’un pan de vérité.

Ce faisant, ils se découvrent des attraits communs qui les amènent à partager leurs recherches et …leur chambre.

Dans un ultime effort pour connaître la vérité, ils se retrouveront à Quito, au coeur d’une révolution, et là…mep_homme_qui_ne_disait_l_-7_tel

Mais, craignant d’en avoir déjà trop dit, laissons au lecteur le soin de découvrir la suite.

Tout au long du récit, on baigne dans des couleurs chaudes de brun, ocre, jaune, oranger, ou au contraire, de rose, bleu ou vert pastel.

Les héros sont figurés par des traits simples et expressifs. Olivier Balez privilégie la plupart du temps les plans rapprochés pour les personnages et le cadre urbain dans lequel les scènes se déroulent. Il opte pour des plans larges sur Lyon, Quito ou la pampa.

De quoi associer suspense et exotisme.

Nicole Cortesi-Grou

To-day

 

Gabo, mémoires d’une vie magique

couv gabod’Óscar Pantoja, Miguel Bustos, Felipe Camargo et Tatiana Córdoba – Ed. Sarbacane, 128 p., 19,90 € (3 février)

Quatre auteurs, quatre couleurs et quatre dessins différents pour cette version française du texte d’Óscar Pantoja (2013), dont on peut avancer qu’elle ne fera probablement pas date dans l’histoire du 9e Art.

Ce roman graphique, assez complet, sur la vie géant de la littérature latino-américaine, Gabriel García Márquez, surnommé Gabo par ses amis et admirateurs, est parfois un peu difficile à suivre pour le lecteur, constamment balloté d’une époque à une autre, d’un lieu à un autre, au détriment d’une meilleure lisibilité. Il faut ajouter que la traduction de Rudy Ortis n’est pas exempte de certaines pesanteurs.

Mais on doit cependant reconnaître que les auteurs maîtrisent leur sujet, aidés en cela, sans doute, par l’autobiographie intitulée Vivir para contarla*, que Gabo a publiée en 2003, et dont l’exergue fixe assez clairement les limites de l’exercice : « La vie n’est pas ce que l’on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s’en souvient. »

Gabo naît en 1927 à Aratacata, petit village isolé de Colombie, où sa famille maternelle est arrivée en 1910, suite à une sombre histoire de jalousie, de commérages, et pour finir, de meurtre. Il y a son père, toujours absent et frustré dans sa vie professionnelle, sa mère qui revient chez ses parents pour accoucher, son grand-père orfèvre – figure récurrente du livre, figure centrale dans la vie de Gabo, devenu colonel pendant la guerre des Mille jours, et une grand-mère fantasque aux dons divinatoires, qui donnera naissance au personnage d’Úrsula.61DvgHwt0tL._SX325_BO1,204,203,200_

Tout est en place pour que s’élabore lentement, mais avec force, l’œuvre majeure de García Márquez, Cent ans de solitude, qui fut un véritable choc littéraire à sa sortie en 1967.

Au fil des quatre parties, nous voyons comment elle s’est construite, avec ses influences : Kafka, Rubén Dario et bien d’autres – Gabo est un fou de lecture, et ses rencontres capitales : Juan Rulfo, Alvaro Mutis.

Gabo_p64-65

Nous découvrons ses souvenirs d’enfance au milieu de fantômes et de femmes au bord de la folie, ses amitiés indéfectibles, comme celle qui le lia à Fidel Castro, qui fera de García Márquez une sorte d’ambassadeur.

Son rôle dans la création de l’agence de presse Prensa Latina et dans la critique de l’impérialisme américain, incarné en Colombie par la United Fruit Company, est également souligné…

51LEFlHKqiL._SX302_BO1,204,203,200_Dans Cent ans de solitude, Aracataca deviendra le Macondo des Buendia : «  Macondo était alors un village d’une vingtaine de maisons en glaise et en roseau, construites au bord d’une rivière dont les eaux diaphanes roulaient sur un lit de pierres polies, blanches, énormes comme des oeufs préhistoriques. »

Nous voyons défiler des titres, devenus désormais des classiques : Les Funérailles de la grande Mémé, Chronique d’une mort annoncée, Pas de lettre pour le colonel, L’Amour en temps de choléra… Beaucoup sont marqués par ce qu’on a appelé « le réalisme magique », ou la vérité transfigurée par l’imaginaire…

Nous le suivons dans ses très nombreux voyages, qui le mèneront, avec Mercedes, la femme de sa vie qu’il rencontre alors qu’elle n’a que quatorze ans, et ses enfants, de la Colombie au Mexique, en passant par les États-Unis. Et, dans les années 60, jusqu’aux pays « socialistes » où il va connaître le désenchantement.

Puis en 1982, il y aura l’obtention du Nobel de Littérature, consécration justifiée d’une œuvre immense.

En conclusion, malgré la faiblesse de l’entreprise et de sérieuses réserves sur les choix graphiques très atones de la BD, on peut inciter les lecteurs à partir à la découverte d’un homme et d’un auteur d’exception, et à celle d’une oeuvre qui figure au sommet de la création littéraire du 20e siècle.

Danielle Trotzky

9782246653110-g

 

 

* Ed. Grasset, 550 p., 22,50 €

 

 

 

To-day

 

L’ile

9782848658391_1_75Thriller de Lorenzo Palloni (scénario et dessin) – Ed. Sarbacane, 128 p., 21,50 € (3 février) –

Un court prologue nous apprend que, dans le passé, en temps de guerre, l’île Modeio a servi de prison pour des déserteurs, et qu’à la faveur d’un accident de fourgon, ces derniers ont abattu leurs geôliers, puis délivré les autres détenus.
Quarante ans ont passé, la sérénité et la concorde règnent sur Modeio, le bruit de l’éternel conflit qui oppose depuis des décennies les armées du Nord à celles du Sud ne parvient pas jusqu’à ses habitants.

Qui aurait pu croire qu’un tel Eden puisse naître de tant de douleur ?, dit l’un des pères fondateurs du village qu’ils ont construit une fois la liberté retrouvée.

Cette quiétude va être mise à mal par l’irruption d’un mystérieux soldat, échoué sur une plage. Qui est-il ? Dit-il la vérité quant à son passé de déserteur ? Pourquoi dans ce cas est-il arrivé à bord d’une embarcation militaire ? Ne présente-t-il pas un danger pour la sécurité des insulaires, dont les belligérants semblent curieusement ignorer l’existence ?L'ile p50-51

Malgré les réticences des Anciens, Kabé est « adopté » à la majorité des voix. En apparence. Mais chacun sait que les apparences peuvent être trompeuses.

Si le suspense et les rebondissements courent tout au long de cette fiction graphique, sa dimension psycho-sociologique en est une composante non négligeable. On comprend rapidement que la défiance n’a pas sa place au sein de cette communauté osmotique, et que la liberté a un prix.

Bientôt, le rejet sans appel de l’Etranger, attisé par la découverte de son journal intime, va l’emporter sur l’altruisme. La vie de Kabé ne tiendra plus qu’à un fil. Les raisons profondes de sa présence sur l’île vont être mises à nu, ainsi que celles qui ont fait que Modeio a si longtemps été épargnée.

On prend beaucoup de plaisir à lire cet album, qui n’est pas sans évoquer des séries américaines du type « Lost ». Lorenzo Palloni, connu pour son art de cueillir ses lecteurs au détour d’un simple dessin, ne nous réserve-t-il pas une nouvelle fois bien des surprises ?

Anne Calmat

couv-The-Corner-620x835

 

Chez le même éditeur, The corner (2014), 152 p., 23,50 €

 

 

 

To-day

Entre ici et ailleurs

Couverturede Vanyda (scénario et dessin) – Ed. Dargaud – 192 p., 14,99 € (29 janv.)

Les premières planches de l’album laissent présager une BD sympathique, mais très girly. Mais en poursuivant…

Coralie, jeune femme de vingt-huit ans, accomplit son parcours du combattant quotidien : trouver quoi se mettre le matin, laver ses jeans le soir, cuire des pâtes sans qu’elles attachent, arroser les plantes, arriver en forme au bureau, faire renouveler son ordonnance de pilules, éviter de trop penser à son ex, lâché cinq mois auparavant…

Au fil des pages l’attention s’aiguise, en particulier lorsque Coralie rencontre dans un cours de capoeira, Kamel, un jeune Franco-Algérien qui la reconnecte avec ses origines asiatiques. La saveur de certains plats laotiens, des questions posées au père, un rêve qui coïncide avec la perte d’un cousin réactivent en elle des attaches jusqu’ici négligées et éclairent sous un jour nouveau son voyage au Laos, cinq ans auparavant.

Au fur et à mesure que le récit progresse, nous devenons partie prenante de leur quête respective. Elle va les mener en Algérie : retour aux sources pour lui, appropriation de sa double culture pour elle, et libération intérieure pour les deux.

L’auteure installe une réelle proximité entre le lecteur et ses personnages. Elle propose la vision idéalisée d’une jeunesse métissée qui échange, partage, navigue entre les aléas et les difficultés de l’existence, et creuse son sillon pour se construire un avenir. On aimerait qu’il en soit toujours ainsi dans la vraie vie et que, comme dans la BD, tout finisse par un happy end.Il n’empêche que l’on est sensible à la fraîcheur et à la générosité bienfaisante qui se dégagent de l’ensemble.

Le graphisme est sobre, vif, expressif, et en parfaite adéquation avec le scénario.

Nicole Cortesi-Grou

9782505063636-couv-M216x300

 

 

Chez le même éditeur : Celle que…

Intégrale (2015), 576 p., 29 €

 

 

To-day

Fred autour de Philémon

 

CouvertureFred autour de Philémon, paru fin 2015, réunit toutes les créations du dessinateur-scénariste autour de son personnage mythique, Philémon, ainsi  que des documents inédits et plusieurs témoignages de personnalités.

Mais entrons de plain-pied dans son univers…

« Fred est pour nous un écrivain surréaliste, un peintre naïf, un chantre populaire, un conteur, un graphiste, un continuateur de l’esthétique du merveilleux« , écrivait à son propos Bernard Toussaint.

 

Une fois franchie la paroi virtuelle, le trait est simplifié, de larges courbes fortement tracées séparent les couleurs franches. Finis le ciel incertain, les paysages pluvieux de la terne « réalité ». Philémon se tient plus droit, même Monsieur Barthélémy, ce mystérieux petit bonhomme qui joue à son corps défendant le rôle de passeur, y gagne en netteté.

9782205055122FSOn comprend d’ailleurs son importance en voyant la réaction de Philémon lorsque le puisatier s’est égaré, a disparu dans les abysses de ce monde singulier où le temps a des soubresauts oniriques. Dans L’Arche du « A », Barthélémy a été emporté par une vague. Philémon part à sa recherche avec l’aide de Vendredi, centaure rescapé du Déluge. Il leur faudra pomper la mer et la mettre dans le tonneau magique. Malgré cela, l’homme reste introuvable. Une standardiste de l’éternité, extraordinaire jeune Parque en robe vert bouteille 1880, n’a pas de fiche à son nom. Selon la Licorne, le mieux est de chercher sous l’arc-en-ciel, dans le monde des lettres de l’océan Atlantique…

phil-mon-tome-12-chat-neuf-queues-le

Les monstres de Fred, souvent issus de notre civilisation matérielle, pullulent. Dans Le Chat à neuf queues, le personnage du cinéaste-réalisateur friand d’effets spéciaux ne s’y trompe pas : quelle aubaine, quelle occasion unique de renvoyer à la figure de ceux qui verront ses futurs films, les boyaux et autres artifices sous-jacents de notre vie urbaine !

Page 17Dans Le Secret de Félicien, Philémon suit à la trace une feuille morte qui contient la promesse d’un printemps à venir. Il rencontre des phénomènes atmosphériques de toutes sortes, il croise même le « car de ramassage solaire ».

Le paysage chimérique de Fred est immense : galions à transformations voguant sur cet Atlantique qui brasse toute l’absurdité du subconscient, ou bien, amalgames saugrenus de morceaux de constructions diverses.

Page 25Cela vaut vraiment la peine de s’immerger dans l’univers surprenant de Frédéric Othon Aristidès, le grand, l’immense Fred. Fred le magnifique.

PS. Où sont mes lunettes ? Elles ont dû passer par-dessus bord. Philémon, pourrais-tu m’aider à les repêcher parmi les lettres de l’Atlantique ?

Jeanne Marcuse

To-day

 

 

Love story à l’iranienne

love-story-a-l-iraniennede Jane Deuxard (scénario) et Deloupy (dessin et couleur) – Ed. Delcourt, 144 p., 17,95 € –

Jane Deuxard est  le pseudonyme d’un couple de journalistes qui a sillonné l’Iran à la rencontre de sa jeunesse.

On découvre leur reportage, dont on mesure, à la lueur de petites scènes introductives et transitoires, les conditions particulièrement périlleuses. Pour mener à bien leur projet, les auteurs en effet ont dû braver les sbires de Mahmoud Ahmadinejad, puis d’Assam Rohani, dépasser leur peur des bassidjis (les anges gardiens du régime), de la police et des contrôles incessants.

Les entretiens ont eu lieu dans des parcs, des cimetières ou des hôtels désaffectés. Celles et ceux qui s’expriment ici vivent à Théhéran, Shiraz, Ispahan, Yazd… Ils se prénomment Gila, Mila, Saviosh, Vahid, Zeinab, Kimia, Omid, Nima et ont entre 20 et 30 ans. Ils sont étudiant, médecin, enseignant, infirmière, femme d’affaires, serveur ou sans emploi. Tous ont pris le risque de se confier. Leur parole les révèle à eux-mêmes, tant les occasions de s’épancher sont rares. Ils parlent pour se libérer, se connaître, faire connaissance avec leur partenaire. Ils expriment leurs désillusions face à un régime que l’arrivée d’Hassan Rohani en 2013 n’a en rien libéralisé.LOVE STORY_INTcs6_C.indd

Les tout-puissants ont l’œil sur tout, ce qui n’empêche ni la corruption ni les petits arrangements avec les interdits, comme par exemple enchaîner les « mariages temporaires » ou filer à Dubaï pour y rencontrer de jolies prostituées.

Au fil des pages, ceux qui ont désappris à rêver déclinent leurs pauvres stratagèmes pour tenter de vivre leur jeunesse malgré tout, s’enlacer, flirter, s’aimer. Mais le prix à payer est élevé : un couple non marié se voit contraint de  régulariser ou de payer une forte amende. Les amoureux en sont réduits à trouver des « cachettes », à s’embrasser à la sauvette et à se contenter de rapports « incomplets », puisqu’un test de virginité peut être réclamé par la belle-famille. Le feu vert pour le mariage passant par les parents, les conditions sont draconiennes : possession d’un diplôme, d’un appartement, d’une voiture. Les fiançailles peuvent ainsi se prolonger pendant plusieurs années.

Le régime n’admet aucun écart : écouter de la musique, danser, jouer d’un instrument, boire, même en privé, exposent à la prison, au passage à tabac ou, dans le meilleur des cas, au pot-de-vin. Fumer en public est interdit aux femmes, le voile ajusté est bien entendu obligatoire.

LOVE STORY_INTcs6_C.inddCertains rêvent de partir, conscients malgré tout qu’ils exposent leur famille, qui sera lourdement pénalisée. D’autres trouvent la force de jouir de la transgression et du risque, qui sont autant de parades contre l’ennui profond qui mine la société iranienne.

page46image14248L’ensemble est d’autant plus saisissant que les émotions et les ressentis sont exprimés au travers de représentations fantasmagoriques particulièrement éloquentes : mère récriminatrice à neuf têtes, « mollah-ogre » s’apprêtant à ne faire qu’une bouchée du peuple iranien…

La simplicité et l’authenticité des témoignages satisfont en tous points notre désir d’en savoir plus sur la vie en République islamique d’Iran, mais laissent l’impression d’un gâchis irrémédiable. On ne peut que compatir à cette jeunesse, qui dit d’elle-même qu’elle est sacrifiée.

Nicole Cortesi-Grou

To-day