Théâtre: Au galop ! (suivi de) Tempête au Haras

Écriture et interprétation Stéphanie Chêne – Mise en scène Pierre Guillois – du 14 au 18 novembre à la Maison des métallos* – À partir de 14 ans.

Communiqué de presse

S.C. « Il y a vingt ans, j’ai été victime d’un très grave accident. Phénomène aussi absurde qu’invraisemblable: un cheval s’est couché sur moi, m’écrasant le bassin. Immobilisée durant des mois, dépossédée de mon corps, de mon intimité, cette expérience a fortement conditionné ma danse et mon rapport au monde.

Ce texte est donc un voyage intime, une invitation à pousser la porte de l’hôpital, à plonger dans l’existence d’une personne dont l’univers s’est restreint à un lit. Ce monologue montre à quel point les codes sociaux (communication, séduction, jeux de pouvoir) se réinventent malgré les contraintes et les règles du monde hospitalier.

Au Galop est aussi une ode à la pulsion de vie. Le spectacle s’organise en une vingtaine de séquences autonomes qui alternent monologues intérieurs, dialogues, apostrophes, narrations dans un souhait de multiplier les points de vue. Cette forme fragmentée déploie une chronologie non linéaire allant de l’accident à la mobilité. Photographie sensible d’une vie qui s’organise en marge du monde.

Après avoir collaboré avec le metteur en scène Pierre Guillois sur le solo de Nouara Naghouche « Sacrifices », puis sur « Le Chant des soupirs », journal intime et musical d’Annie Ebrel, j’ai été fascinée par la question de l’autobiographie portée à la scène. C’est donc avec Pierre que j’ai voulu mettre en forme ce récit.

C’est sans doute parce que je viens du mouvement que j’ai éprouvé la nécessité de me diriger vers une écriture plurielle de Au Galop. C’est pourquoi il était impératif de m’entourer d’un plasticien et d’un créateur sonore. Laurent Pernot avait réalisé une série où des objets usuels, des animaux taxidermisés sont pris dans la glace* ; j’y ai vu une résonance avec ma propre expérience, celle d’une femme gelée en attente d’un réchauffement.

En tant que danseuse j’ai un rapport charnel à la musique, une véritable passion. Jérémie Kokot est un complice de longue date et je sais sa capacité à naviguer entre la chanson française à texte, la création sonore électronique et la composition musicale qui permettra d’évoquer l’imaginaire débordant de la personne alitée que je fus. »

C’est suspendue que Stéphanie Chêne incarne ce récit saisissant, à l’image de ces longues journées figées, de ces mois d’attente dans le centre de rééducation pour grands blessés qu’elle a fréquenté. Elle est harnachée, corsetée au milieu des poulies, des sangles et des poids : une femme emmêlée dans les guindes, totalement bloquée, perdue dans le vide. Le visage seul s’anime. Il est joyeux, gourmand, bourré d’envie de jouissance. Mais le corps infirme oppose un interdit sans appel. L’actrice glisse au milieu de ses liens, se couche, se pend. Pierre Guillois invente ainsi un dispositif scénique saisissant pour le spectateur où la mise en scène s’amuse du sol, point d’ancrage et d’équilibre. La comédienne-danseuse joue de cet espace et chaque moment devient une danse de résistance. Ainsi éclatent sous nos yeux la vie qui bouillonne sous l’entrave, la vigueur de la jeune prisonnière dont la sublime volonté rivalise avec le miracle.

  • Still Live
  • 94, rue Jean-Pierre Timbaud Paris 11e – 01 47 00 25 20  5 à 15 € 

    Coup d’oeil…

    Dans le même esprit, en BD jeunesse…

  • Tempête au Haras de Chris Donner (scénario) et Jérémie Moreau (dessin) – Ed. Rue de Sèvres 2015, adapté du roman éponyme de l’auteur.                                   Branle-bas de combat au haras de Saint-James que dirigent Philippe et Agnès Goasquin : Belle Intrigante est sur le point de mettre bas. Le couple l’assiste, mais voilà que la jeune femme, elle-même sur le point d’accoucher, ressent les premières contractions. Pas le temps d’appeler un médecin, Philippe va devoir gérer l’arrivée du bébé et celle du poulain. Si bien que le premier regard de l’un va se poser sur l’autre.Le haras est financé par un homme d’affaires allemand, M. Schmidt (pourquoi avoir traduit de façon aussi caricaturale son accent germanique ?). Il craint que l’arrivée du petit Jean-Philippe ne soit une entrave à la bonne marche du domaine et aux objectifs qu’il s’est fixés.C’est mal connaître la détermination des Goasquin, éleveurs et entraîneurs de chevaux depuis trois générations, à voir un jour l’un de leurs trotteurs franchir le premier la ligne d’arrivée d’une course prestigieuse. C’est aussi sans compter sur le patrimoine génétique de l’enfant et sur le rapport osmotique qu’il ne peut manquer d’entretenir avec les chevaux. Il sait à peine marcher qu’il a déjà l’étoffe d’un  » crack-jockey « … au caractère extrêmement affirmé !

    Mais un soir de tempête, dans l’affolement général des animaux, Jean-Philippe est piétiné par une pouliche qui vient de naître. Il ne peut se relever: il est condamné à vivre en fauteuil roulant.  Mais, il n’y a pas de fatalité, il n’y a que des hommes résignés, et celui qui rêvait de devenir joker et d’offrir à son père le plus beaux des trophées n’est pas du genre à baisser les bras.

    Cela tombe bien, celle qui a bouleversé sa vie, et qu’on a appelée Tempête, a l’étoffe d’une championne…

    Le récit, superbement illustré par les dessins et les aquarelles de Jérémie Moreau, nous permet d’entrer de plain-pied dans les disciplines équestres et le monde des courses sous toutes ses facettes. Il faut saluer en particulier son talent pour représenter les chevaux en action, dont les silhouettes déformées et aériennes évoquent la délicatesse des estampes japonaises. La palette des couleurs choisies, tantôt douces et lumineuses, tantôt sombres donne un supplément d’émotion à ce récit initiatique, né en 2012 sous la plume de Chris Donner.

    Anne Calmat

    72 p., 14 €

     

 

 

Views – 31