Théâtre : You-You

Un spectacle de la Cie L’Œil des Cariatides

Texte Jovan Atchine – Mise en scène Elodie Chanut – Interprète Mina PoeStudio Hébertot* – 

À partir du 7 septembre 2017

Ce texte écrit en 1983 a été créé en 1993 par Philippe Adrien au Petit Théâtre de l’Odéon, Mina Poe y interprétait le rôle de You-You.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE (extraits)

« Chaque succès de l’entreprise était un succès pour moi, et je ressentais ses difficultés comme des ennuis personnels. »

Mina Poe

Une femme, s’adressant directement au public, fait un discours lors de son pot de départ en retraite devant les employés de l’entreprise où elle a travaillé toute sa vie. Abandonnant le document qu’elle avait préparé, de digression en digression, avec une chaleur naïve, elle parle enfin et raconte ce qu’a été sa vie.  

C’est pour l’auteur de double culture franco-serbe, Jovan Atchine, le point d’appui pour dresser le portrait d’une immigrée Yougoslave arrivée en France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Née le jour de la création de la Yougoslavie, symbole de l’espérance d’une nouvelle Europe, You-You se voit forcée de la quitter pour la France, pays sur lequel elle porte un regard tendre, et plein d’espoir. Cet idéalisme résistera-t-il à la réalité d’une société française qui à la fois bénéficie largement d’une main-d’œuvre venue des quatre coins du monde et conserve les rigidités. L’atelier de confection où elle travaille est le microcosme ironique de cette société cosmopolite rêvée.

Atchine livre ici une peinture douce-amère, faussement naïve, et pleine d’humanité d’une femme de courage et de sacrifices, confrontée aux évènements de son siècle.

Née le jour de la création de la Yougoslavie, symbole de l’espérance d’une nouvelle Europe, You-You se voit forcée de la quitter pour la France, sur laquelle elle porte un regard tendre et plein d’espoir.

Elodie Chanut

« Soixante ans de la vie d’une femme…
Lorsque Mina m’a demandé de remettre en scène vingt ans après cette pièce, j’ai été subjuguée par l’énergie du personnage de You-You, portée par son interprète.
Une génération passée, ce texte nous touche par son actualité ; des guerres éclatent encore aux quatre coins du monde et des hommes et des femmes sont forcés à l’exil.
Cette femme secouée par la vie, reste toujours à flot, déployant une énergie cachée. Elle a toujours su saisir ce qu’elle pouvait d’optimisme et de beauté dans ce qu’elle vivait, pour y puiser ses forces.
Aujourd’hui, You-You nous invite à un voyage intérieur empreint de cet optimisme et de cette force de vie.

Je veux vous parler de ces femmes que nous croisons chaque jour sans jamais prendre le temps de connaître qui elles sont.

Chassée par les exactions des troupes russes qui envahissent son pays, You-You découvre le Paris de l’après-guerre, le Paris des beaux-arts et de sa fanfare ; en passant de mai 68 aux années 80, elle nous révèle notre histoire commune.
You-You, par sa position d’étrangère, porte un regard neuf sur notre société et nous la dépeint avec humour, lucidité critique et fraternité.
Dans mon précédent spectacle, Volatiles, je m’intéressais déjà à la figure de Dionysos, ce dieu passeur de frontière, changeant de masque afin d’être toujours dans la position de celui qui vient, l’étranger.
Je souhaite vous parler ici de celui qui vient nous voir.
Cette femme qui nous parle, à l’aube de la retraite, a toujours avancé en soutenant les autres. Aujourd’hui, alors que personne n’a plus besoin de son aide, quel chemin va-t-elle prendre ?
Vous parler, avec force et tendresse, de la solitude, de la condition de femme et de l’isolement dans lequel nos sociétés plongent les personnes vieillissantes.
Et faire de ce spectacle, un hymne à la vie, tout en rendant hommage à ceux venus des quatre coins du monde pour œuvrer à nos côtés ».

« Ce jour-là, mon père a planté un noyer. Pour que nous soyons, la Yougoslavie et moi, durs, solides, et que nous ayons longue vie, comme le noyer. »  You-You

  • 78, boulevard des Batignolles Paris 17e – 01 42 93 13 04  

Views – 24