Tous les articles par AnnaK

Tsar par accident « Mythes et Mensonges de Vladimir Poutine » – Andrew S. Weiss – Brian Brown / Ed. Rue de Sèvres

Depuis le 12 novembre – Copyright A. S. Weiss (scénario), B. Brown (dessin) /Rue de Sèvres. 272 p., 22€

Poutine dans tous ses états, de sa naissance à Leningrad (1952) jusqu’à aujourd’hui, en passant par ses années d’activité au sein du KGB.

Les auteurs de la BD, aux yeux de qui l’actuel maître du Kremlin est un autocrate retors, complotant constamment pour détruire ses ennemis dans le monde entier, évoquent l’image d’homme puissant et intraitable qu’il s’est méthodiquement construite dès son arrivée aux Affaires en 2008. et comment le reste du monde a interagi avec lui en le reconnaissant comme tel.

En effet, comment un officier intermédiaire du KGB sans distinction aurait-il pu, sans cette avidité irrépressible de pouvoir qui le caractérise, devenir l’un des dirigeants les plus puissants de l’histoire russe ? Et dans quelle mesure sa posture de leader intraitable et opaque n’est-elle pas une fuite en avant, à laquelle il lui est impossible de renoncer.

Le récit mêle chronologie des événements qui ont jalonné la vie de Poutine et flash-back. Avec quelques retours en arrière, qui sont autant de rappels de l’histoire de la Russie avant qu’elle ne devienne – et après qu’elle ne soit devenue l’U.R.S.S : l’Union des républiques socialistes soviétiques (1922-1991), avec ses 15 républiques, dont l’Ukraine. Un empire que souhaite depuis toujours recréer l’actuel maître du Kremlin, quel qu’en soit le prix à payer par ses sujets,

Le dessin à tonalité caricaturale de Brian Brown apporte une respiration à ce récit édifiant et totalement convaincant.

Un exercice brillant sur le fond comme sur la forme.

A. S. Weiss

Andrew S. Weiss est vice-président des études au Carnegie Endowment for International Peace, où il supervise les recherches à Washington et à Moscou sur la Russie et l’Eurasie. Il a occupé divers postes politiques au Conseil de sécurité nationale, au Département d’État et au Pentagone.

B. Brown

Brian Brown est un dessinateur, illustrateur et éditeur de bandes dessinées de Philadelphie, lauréat du prix Ignatz. Ses livres incluent notamment le best-seller Andre the Giant: Life and Legend. Il est l’illustrateur de Accidental Czar : The Life and Lies of Vladimir Putin édité en France sous le nom de Tsar par accident.

Etienne Daho « A Secret Book » – Sylvie Coma – Ed. La Martinière

Depuis le 24 novembre 2022 – Copyright S. Coma / La Martinière. 984 p., 49, 90 €

Il y a du Dorian Gray chez Etienne Daho. Les années qui passent semblent n’avoir aucune prise sur lui. Le dandy élégant au déhanché à la fois sage et sexy de Mythomane (1981) et de La Notte, la notte (1984) poursuit son chemin depuis une quarantaine d’années, l’œil rivé sur sa propre ligne d’horizon intérieure.

Il a su, au fil de temps, prouver son épaisseur artistique et intellectuelle. Est-il pour autant un chanteur engagé ? La réponse se trouve bien souvent dans ses choix artistiques. Daho avance masqué, il dit mais n’assène pas.

ETienne Daho par Pierre et Gilles, 1989 copyright

En 2001, il interprète, par exemple, Sur mon cou et Le condamné à mort de Jean Genet ; en 2017, son nouvel opus appelle à la fois à la résistance et à cette forme de légèreté indispensable à la survie. Son onzième album, Blitz (2017), parle tout autant de djihad et que femmes qui tuent au nom de Dieu. Et dans L’hôtel des Infidèles (2017), il rend hommage à ceux qui accueillaient des Insurgés dans le Paris des années 40.

À l’occasion de ses quarante ans de carrière, Étienne Daho ouvre pour la première fois ses archives pour un livre riche de documents intimes et inédits..

A secret book retrace le parcours hors norme et la prodigieuse carrière d’un gamin né à Oran. Confiant en ses intuitions et en sa bonne étoile, il est devenu un auteur, compositeur, interprète, producteur exigeant, et un artiste iconique aimé et respecté. Sans compromis, Daho a depuis quatre décennies publié une quinzaine d’albums marquants et une flopée de tubes inoxydables. Il a survécu à la Dahomania et a imposé sa singularité artistique au point de devenir le parrain de la pop française. Casseur de codes, précurseur et passeur, il a réussi l’exploit de faire sauter les lignes de démarcation entre l’underground et la pop. Plus de quarante ans après la sortie de son premier album Mythomane, ce récit tout en anecdotes et confidences revient sur le tourbillon d’une vie artistique prolifique consacrée à sa passion pour la musique. À l’occasion de cette rétrospective inédite préfacée par Elli Medeiros, le secret Daho a pour la première fois accepté de partager ses archives et de confier courriers personnels, photographies intimes, télégrammes, affiches, coupures de journaux, manuscrits… et même ses carnets de notes de collégien. En bonus, ce livre nous offre une Paper Doll avec ses tenues les plus emblématiques. EditoLa Martinière

Extrait  » Nous nous sommes connus à Rennes, dans les années 1970. Je le vois encore débouler dans la cour du bahut au moment de la récré. Il devait avoir seize ans. De loin, sa silhouette semble un peu flottante. Encombrée, disons. On a l’impression que sa tête est piquée au-dessus d’une veste dix fois trop large, avec tout un tas de fringues empilées dessous. Juste deux guiboles en jean qui dépassent et au bout, des boots en daim. Autour du cou, une écharpe violet et rose tricotée par sa mère souligne une pomme d’Adam qui fait le yoyo dès qu’il a un fou rire. Sur la pommette droite, un grain de beauté. Il n’est pas du tout dans le look, la sape, l’image. Il s’habille n’importe comment. (…) Toutes les filles adorent : il a une gueule, il est à part. Sous sa carapace de vêtements, il y a ce type cordial, doux, joyeux, et très marrant. Un champion de l’autodérision, avec son petit sourire en coin. Et puis derrière, et derrière encore, un petit quelque chose d’insaisissable, une ombre qui vous aimante autant qu’elle vous échappe. Une part manquante, intrigante. Rien ne filtre de sa vie antérieure, comme s’il n’en avait gardé aucun souvenir. C’est un personnage à éclipses au passé évanoui. Il vit le présent, et puis voilà. Personne ne pige d’où il vient, ni où il va, mais on sent qu’il est relié à une histoire forte qui s’inscrit dans le temps long. Un truc qui vient de très loin et qui vous file entre les doigts comme de l’eau vive dès qu’on tente de l’emprisonner avec des questions. » (p. 7)

Avec Françoise Hardy – Expo DahO l’aime POp – Grande Halle de Villette (décembre 2017 – avril 2018). Copyright A. Giacomini, 1985

Cache-cache bâton – Emmanuel lepage – Ed. Futuropolis

COMMUNIQUÉ
Depuis le 16 novembre – Copyright E. Lepage / Futuropolis – 304 p., 29,90 €

Le mot de l’éditeur À vous, je peux bien le dire : Cache-cache bâton restera l’un des livres majeurs que j’ai publiés depuis, disons, quelques décennies. Dans mon panthéon, où il fait moins froid que dans celui de la montagne Sainte-Geneviève, je compte déjà lui donner une place de choix, aux côtés de Déogratias (J-P Stassen), de L’Aigle sans orteils (C. Lax), du Sursis (J-P Gibrat), du Photographe (Guibert – Lefèvre), des Ignorants (E. Davodeau), de La Terreur des hauteurs (J-C Denis, si injustement ignoré), de Bella ciao (Baru), pour ne parler que de ceux-là. Lisez Cache-cache bâton, et je vous fiche mon billet que vous en serez tout remués par l’émotion et par la beauté.

Emmanuel LepageDe 5 ans à 9 ans, j’ai vécu en communauté. J’ai toujours su que je le raconterai un jour. Pour mes parents, il s’agissait d’une démarche intellectuelle, spirituelle et philosophique. Je me suis rendu compte que dans tous mes livres la vie en communauté transparait. Il m’a fallu du temps pour trouver la forme narrative pour raconter cette histoire-là.

Ton projet me donne des sueurs froides… Tu aurais pu attendre qu’on soit morts… À la sortie de ton livre, on prendra de longues vacances, loin de tout, de nos amis, de nos voisins ! », dit Jean-Paul à son fils.
J’ai besoin de savoir d’où vous venez, vous et les autres. J’ai besoin de comprendre ce qui vous a poussé à créer une vie communautaire », lui répond Emmanuel.

Il s’agit pour l’auteur de comprendre pourquoi ses parents et cinq autres couples, tous « chrétiens de gauche », venus de milieux différents, se connaissant à peine, ont un jour décidé de vivre pleinement cette utopie.

Pour cela, il lui a fallu interroger, écouter, plonger dans ses souvenirs.

En partant de son récit familial, Emmanuel Lepage retrace finalement une histoire sociale de la France des années 1960 et 1970, comme il interroge les tentatives d’aujourd’hui de « tout remettre à plat  » et d’autres façons d’être ensemble.

Ce récit, où la couleur est un élément narratif puissant, se termine par Je suis de là . Emmanuel Lepage signe ainsi un livre intime sur la transmission et vient toucher à cet universel constat : on est de son enfance.

Emmanuel Lepage est né en 1966. Il vit dans les Côtes-d’Armor. Jean-Claude Fournier, Pierre Joubert, Christian Rossi. Trois auteurs, trois dessinateurs qui ont concouru, chacun à leur manière, à faire d’Emmanuel Lepage ce qu’il est aujourd’hui : l’un des plus grands auteurs de la bande dessinée contemporaine. 

Il a reçu de nombreux prix, parmi lesquels le Grand Prix du festival Quai des bulles de Saint-Malo (2012) et le Grand Boum de la ville de Blois (2018). 

En septembre 2021, il a été nommé peintre officiel de la Marine. Il est le premier auteur de bande dessinée à recevoir cette distinction.

Voir Archives : Les Voyages de Jules

Aux éditions La Joie de lire : « Dans le Noir de l’ascenseur » de Constance Ørbeck-Nilssen et Øyvind Torseter, suivi de « Bisbille » de Nani Brunini

Depuis le 20 octobre – copyright Ørbeck-Nilssen (texte) et ØyvindTorseter (illustrations) / La Joie de lire – Traduit du norvégien par Aude Pasquier – 48 p., 14,90 € À partir de 5 ans
Constance Ørbeck-Nilssen
Øyvind Torseter

Il nous avait manqué*, mais Grâce au ciel, ou plus exactement, grâce à la Joie de lire – une Joie sans cesse renouvelée, le revoilà. Øyvind Torseter* s’est associé cette fois à la scénariste Constance Ørbeck-Nilssen, qui s’est glissée dans la peau d’un jeune garçon coincé dans un ascenseur, toutes lumières éteintes.

  • Voir archives, 6 titres

Un scénario qui pourrait bien faire écho chez pas mal de lectrices ou de lecteurs, jeunes ou moins jeunes.

Ne prends pas l’ascenseur tout seul, lui avait pourtant dit sa maman. Mais il a lambiné au retour de l’école, puis il a craint qu’elle ne s’inquiète, alors il a désobéi. Le voilà bien avancé maintenant !

Il commence par imaginer le pire. Et si l’ascenseur tombait jusqu’à la cave ? Et si sa chute provoquait un incendie ? Et si… Et si… Mamma mia !

Le souvenir des randonnées qu’il faisait avec son papa en forêt, sa grande main chaude et secourable le guidant dans les sentiers, lui manque cruellement. Il revit ces moments de complicité qui n’appartenaient qu’à eux seuls. Il peut presque voir ses yeux qui brillent dans le noir.

Puis il a l’impression qu’une main vient de prendre la sienne et la guide vers le bouton d’appel au secours, sur lequel il n’avait pas le droit d’appuyer. En quelques minutes, le garçon, dont on ne connaîtra pas le prénom, a dépassé ses peurs, il a grandi dans sa tête.

Simple, intelligent et diablement efficace.

Anne Calmat

En librairie le 24 novembre – Copyright Nani Brunini (illustrations) / La Joie de lire – Tout lectorat. 40 p., 14, 90 €

Bisbille : petite querelle pour un motif futile. Le Robert

Les deux protagonistes de cette histoire sans paroles auraient été bien avisés de demander aux badauds qui sont venus s’immiscer dans leur conversation de prendre une inspiration avant de foncer tête baissée dans une histoire qui ne les concerne pas. Mais contrairement au message que semble avoir voulu délivrer l’auteure (l’incitation au dialogue apaisé pour régler les conflits), aucune bulle ne vient suggérer une réponse appropriée à cette intrusion dans la vie privée d’autrui.

Nani Brunini

L’auteure a en effet voulu traduire en images l’expression « le ton monte ». Il va si bien monter que ceux qui sont intervenus dans ce qui n’aurait dû rester qu’un simple désaccord entre deux personnes, semblent avoir perdu tout sens commun. Cela s’appelle un processus d’escalade, ou si l’on préfère, un effet mouton de Panurge.

Les volutes de couleurs dessinées par Nani Brunini contiennent, on s’en doute, une profusion d’opinions âprement défendues par ceux qui sont devenus des belligérants ; on se dit que les esprits ont dû s’échauffer et que toute forme d’objectivité a disparu…

Qui a gagné, qui a perdu ? Pour l’heure, seule la grisaille semble avoir tiré son épingle du jeu…

Si les notes de musique sont des mots pour certains, les couleurs le sont également pour d’autres. C’est le cas de Nani Brunini, qui offre à ses lectrices et lecteurs tout loisir de les imaginer.

A.C.

Rien que pour le plaisir… et pour info

Gilles Vigneault, Félix Leclerc, Robert Charlebois

Communiqué : Robert Charlebois est de retour à Paris avec un concert rock de grande envergure qui se déploiera en musique comme en images : Robert en CharleboisScope.
En forme comme jamais, celui qui célèbre ses 75 ans cette année s’est allié à une équipe de créateurs visuels de haut vol pour la réalisation de ce spectacle-événement.
Robert en CharleboisScope verra ainsi l’immense auteur, compositeur et chanteur revisiter ses plus grandes chansons en compagnie de ses huit musiciens.
Une performance qui sera soutenue par diverses projections vidéo spectaculaires, sur un écran géant de la taille de deux maisons.

Robert en CharleboisScope, une grandiose célébration d’un gars pas du tout « ordinaire » que l’on applaudit sans relâche depuis maintenant 50 ans dans toute la francophonie.

Réservation PMR : 01 42 64 49 40

http://www.robertcharlebois.com/

Un Chant de Noël – Une histoire de fantômes – José-Luis Munuera – Ed. Dargaud

D’après Charles Dickens
En librairie le 10 novembre – Copyright J-L Munuera (scénario et dessin) / Ed. Dargaud. 80 p., 17 €

Dans le conte que l’écrivain britannique Charles Dickens publia en 1843, le personnage principal, Ebenezer Scrooge, un vieil avare au cœur sec comme un coup de trique, est visité la veille de Noël par le spectre de son ancien associé, Marley. Ce dernier lui annonce dans la foulée une série de visions intemporelles – passé, présent, avenir – qui lui révèleront ce que sera sa propre mort s’il ne m’amende pas.

Détail planche

Un message humaniste propre à l’auteur de David Copperfield et de Oliver Twist. Ici, les temps ont changé et le vieil usurier a revêtu l’apparence d’une jeune et jolie usurière, Elisabeth Scrooge. Elle n’en est pas moins redoutable. Qu’elle soit ou non l’avatar de celui qui, sous la pression de ses visiteurs de l’au-delà, avait fini par revenir à de meilleurs sentiments, Elisabeth est pour l’heure totalement imperméable aux malheurs de celles et ceux pour qui elle n’a que du mépris. Ses arguments en témoignent. Que des parasites ! Avec en conclusion ce verdict sans appel : De toute façon, la plupart de ces indigents finiront au bout d’une corde.

Bien que lucrative, la période des fêtes de Noël n’est en définitive pour Elisabeth Scrooge, qui n’entend rien à ce genre de sornettes, qu’une offense à la raison.

Et voilà que c’est à son tour de recevoir une visite inopportune, avec, comme ce fut le cas pour le vieux Scrooge, l’assurance qu’elle sera suivie de trois autres.

Mais Elisabeth n’est pas de la trempe de celles qui rentrent dans le rang dès la première sommation. Après tout, pourquoi devrait-elle faire profil bas et coller à l’image qui est censée être la sienne ?

Une relecture surprenante du chef-d’œuvre de Charles Dickens. Comme quoi, les temps ont bien changé…

A. C.

José-Luis Munuera naît en 1972 en Espagne. Après avoir étudié les beaux-arts à l’université de Grenade, il devient dessinateur d’historietas. Mais la bande dessinée traverse une période difficile dans les années 1990, et Jose-Luis Munuera s’offre une escapade à Angoulême. Il y rencontre Joann Sfar qui lui écrit les trois histoires des Potamoks (Delcourt). Le succès se faisant attendre, les deux auteurs proposent leur travail à un autre éditeur : Dargaud. C’est ainsi que voient le jour Les aventures de Merlin, Jambon et Tartine. La série trouve son public, et, lorsque Sfar n’a plus le temps d’écrire les scénarios, Jean-David Morvan lui succède. Munuera et Morvan se lancent alors dans le délirant Sir Pyle S. Culape (Soleil), puis, accompagnés de Philippe Buchet, ils imaginent Nävis (Delcourt), une série fantastique pour enfants. Suivront en 2004, chez Dupuis, les nouvelles aventures de Spirou avec Paris-sous-Seine. Depuis, Munuera enchaîne les succès avec, entre autres, chez Dargaud, Sortilèges (scénario de Jean Dufaux) Fraternity (scénario de Juan Díaz Canales), et, chez Dupuis, Les Campbell et Zorglub, deux séries qu’il signe seul. Virtuose dans la création comme dans la reprise, il collabore en 2020 avec les BeKa et dessine L’Envoyé spécial, le soixante-cinquième tome de l’emblématique série de Raoul Cauvin, Salvérius et Lambil : Les Tuniques bleues.

En 2021, on le retrouve chez Dargaud avec Bartleby le scribe, une adaptation de la nouvelle éponyme d’Herman Melville.

La couleur des choses – Martin Panchaud – Ed. ça et là

Depuis le 9 septembre – Copyright M. Panchaud (scènario et dessin) / Ed. çà et là. 225 p., 24 €

Les premières planches – Daisy Hope vient de terminer le gâteau qu’elle a confectionné pour l’anniversaire du petit Rupert Thomson. C’est son fils, Simon 14 ans, qui est chargé d’effectuer la livraison, en échange des 25 € demandés par sa mère. « Et interdiction de toucher au gâteau ! »

Simon ne détesterait pas l’idée d’y gouter, et surtout de garder l’argent pour se payer quelques friandises, mais cette somme est destinée à mettre du beurre dans les épinards, puisque, non content de tabasser sa mère, son vaurien de father claque une grande partie de sa paie sur les champs de courses. Simon ne détesterait pas non plus l’idée de se rendre sans encombres chez madame Thomson, puisqu’il fait régulièrement l’objet de moqueries et de harcèlements de la part des jeunes de son quartier, en raison de son « embonpoint » précoce. De là à entrer dans leurs magouilles, rien que avoir la paix, il n’y a qu’un pas…

p. 8

Un jour qu’il fait des courses pour madame McMurphy, « voyante » de son état, cette dernière lui révèle – moyennant abandon du prix de sa livraison – le nom de la prochaine gagnante de la prestigieuse Royal Ascot Race : Black Caviar. Tout un programme !

p. 24

Simon vient peut-être de perdre les 20 € de sa course, mais il ne va tarder à empocher plus de 16 millions de livres, après avoir misé sur la divine jument (grâce aussi aux économies de son père, qu’il lui a subtilisées au passage). Sauf que Simon est mineur et qu’il ne peut encaisser son gain.

Quand il revient chez lui, il trouve sa mère dans le coma et la police lui annonce que son père a disparu. Il doit absolument le retrouver.  C’est le début d’une singulière et fascinante aventure…

p. 25

Singulière on l’aura compris au vu des planches qui illustrent cette chronique.

p. 14

On est tout d’abord déconcerté par le graphisme de l’album, réalisé avec des logiciels d’infographie : les personnages sont des points de couleur et les décors sont tous dessinés en plongée. Au tout début, on s’y perd un peu, surtout quand il s’agit de repérer Qui est qui (*). Mais les dialogues sont là pour nous éclairer, d’autant que l’agencement de chaque case a été conçu de manière à ce que lecteur sache toujours où il en est.

(*) Un exemple ? Daisy Hope : point turquoise cerclé de bleu marine ; Simon Hope : point orange cerclé de marron clair ; Dan Hope : point vert bouteille cerclé de noir…

Et ainsi de suite jusqu’au dernier personnage, et ils sont nombreux. Très rapidement les visages des un(e)s et des autres se dessinent, on entre de plein-pied dans ce scénario un peu foldingue, un peu polar, plutôt noir, et en totale résonance avec l’actualité.

Car Martin Pinchaud ne se contente pas d’être un « pointilliste« * de talent, il met aussi l’accent sur les grands thèmes qui continuent de polluer nos sociétés, à commencer par les violences conjugales et celles qui sont faites aux enfants par d’autres enfants.

  • N.D.L.R. Avec l’admiration sans bornes que nous vouons aux véritables Pointillistes.

Anne Calmat

Martin Panchaud est né en 1982 à Genève, en Suisse, et vit depuis quelques années à Zurich. Auteur et illustrateur, il a réalisé plusieurs bandes dessinées, des récits graphiques grand format et de nombreuses infographies, dans un style visuel unique. Sa très forte dyslexie a été un frein à sa scolarité et l’a empêché de suivre des études supérieures. Il a néanmoins suivi une formation de bande dessinée à l’EPAC, à Saxon, puis a obtenu un Certificat Fédéral de Capacité de graphiste à Genève. Sa dyslexie lui a fait placer la lecture, ainsi que l’interprétation des formes et de leurs significations, au centre de ses recherches, et l’a incité à choisir un style très particulier pour exprimer sa créativité et raconter des histoires. Grâce à son travail, il a reçu plusieurs récompenses et a effectué de nombreuses résidences artistiques afin de développer ses projets de création. Exposé dans divers établissements culturels en Europe, comme le Barbican Centre de Londres et le Centre
culturel Onassis Stegi d’Athènes, il s’est notamment distingué par son impressionnante œuvre intitulée SWANH.NET, une adaptation dessinée de 123 mètres de long de l’épisode IV de Star Wars, mise en ligne en 2016 (v. ci-après).
La Couleur des choses, son premier roman graphique, a été initialement publié en allemand par Edition Moderne en 2020 et a remporté de nombreux prix en Suisse et en Allemagne.

Saison brune (T. 2) « Nos epreintes digitales » – Philippe Squarzoni (scénario et dessin) – Ed. Delcourt

À partir du 2 novembre – Copyright P. Squarzoni / Delcourt, 264 p., 21€90

10 ans après la parution de Saison Brune, Philippe Squarzoni prolonge son documentaire de référence sur le réchauffement climatique. Accélérée par la crise sanitaire et les confinements successifs, la numérisation du monde est en marche. Et tandis que les écosystèmes s’effondrent, l’auteur s’interroge sur la place des nouvelles technologies dans le monde que nous transmettons aux nouvelles générations . Il examine nos nouveaux usages numériques pour mieux déterminer leur impact sur notre environnement.

À l’heure de la publication de ce second volet et au regard de la situation catastrophique actuelle, il nous a paru pertinent de rappeler la teneur du T.1 de Saison brune, paru en 2012 puis réédité en 2018 (Voir Archives 9/10/2015 & 17/08/2018).

Avec Philippe Squarzoni, le pavé n’a jamais été loin de la mare, au sens propre comme au figuré. Témoin, ce pavé (précisément) de 477 pages qui nous rappelle que » le compte à rebours est lancé et notre crédit de temps, limité. Il est déjà trop tard pour faire marche arrière » , écrivait-il alors. Le titre de l’album fait du reste référence à cette cinquième saison qualifiée de « brune » dans le Montana, période d’indécision entre l’hiver et le printemps.

Pour cela, l’auteur, grand zélateur de la bande dessinée d’intervention politique devant l’Eternel, fait appel à de nombreux spécialistes, des climatologues, un physicien nucléaire, une spécialiste en gestion de l’environnement, des économistes, un journaliste.
Dans le premier volet de Saison brune, les deux premiers chapitres sont consacrés aux aspects scientifiques du réchauffement de la terre : fonctionnement du climat, augmentation des gaz à effet de serre, risques encourus, expertise menée par le GIC et par les participants au mouvement altermondialiste ATTAC, etc.

Puis Philippe Squarzoni se livre à un recensement de leurs conséquences – nul besoin de les énumérer, elles continuent de s’étaler chaque jour sous nos yeux – et de leurs remèdes possibles. Que faire, quand tout ce qui est en cause est fondamentalement lié au fonctionnement même de nos sociétés ? Par quoi, par où commencer ? Quelle peut être notre action niveau individuel ?

Squarzoni analyse les différents scénarios énergétiques qui s’offrent à nous, puis il élargit son questionnement à d’autres dysfonctionnements notoires. Il met en garde et examine les modèles de sociétés qui permettront de limiter les dégâts.

À l’instar de ses précédents albums*, il trouve la bonnes distance entre didactisme à tout crin et vie au quotidien. émaillant son récit de références cinématographiques (Kurosawa, John Ford…), de croquis sur le vif, de graphiques, de saynètes. Le tout rythme, diversifie et fluidifie un scénario particulièrement foisonnant, à défaut d’être réconfortant.

Anne Calmat

Philippe Squarzoni a passé son enfance en Ardèche puis sur l’île de la Réunion. Il réside à Lyon. Après des études de Lettres, il s’engage dans plusieurs actions politiques et humanitaires (Croatie, Mexique, Palestine…). Ses premiers albums politiques, Garduno, en temps de paix  et Zapata, en temps de guerre  ont été publiés en 2002 et 2003 (Les Requins Marteaux). Il s’empare également de sujets difficiles comme l’infanticide  (Crash-Text ), la mémoire de la Shoah  (Drancy – Berlin – Oswiecim ) ou le handicap mental (Les Mots de Louise ). En 2007, il publie Dol dans lequel il dresse un bilan des politiques menées durant le deuxième mandat de Chirac. Loin de ces préoccupations politiques, Squarzoni a publié son premier récit en couleurs chez Delcourt en 2008, Un après-midi un peu couvert, un livre plus sensible, contemplatif et intemporel, une variation sur le thème de Peter Pan. Saison brune  (Delcourt, 2012), une édifiante enquête au long cours sur le changement climatique, le fait connaître du grand public (Prix Léon de Rosen de l’Académie française, Prix du jury du festival de Lyon BD). En 2016 il se lance dans d’adaptation du roman documentaire de David Simon, Homicide, une année dans les rues de Baltimore (voir Archives), qui relate l’immersion du journaliste au sein de la brigade criminelle de Baltimore en 1988 (série en 5 tomes parus aux Éditions Delcourt).

Moby Dick ou le Cachalot – Herman Melville – Anton Lomaev – Ed. Sarbacane, coll. Grands classiques illustrés

En librairie le 2 novembre – Copyright A. Lomaev / Ed Sarbacane. 608 p., 49,90 €
Un chef-d’œuvre de la littérature dans une édition enrichie de 100 illustrations exceptionnelles.*
(*Édition précédente octobre 2017)

Communiqué

Voici une occasion unique et somptueuse de faire le tour du globe à la poursuite de la célèbre baleine blanche ! Qui ne connaît l’affrontement obsessionnel, digne des grandes tragédies antiques, entre le capitaine Achab et la terrible Moby Dick ? Pourtant, jamais cette aventure mythique n’avait été présentée dans une édition aussi formidable, multi-illustrée par de véritables tableaux enrichis de quarante illustrations au trait. La traduction, parue dans la Bibliothèque de la Pléiade, est de Philippe Jaworski. Une édition de luxe qui fera date, pour les nombreux amoureux de ce chef- d’œuvre du patrimoine littéraire mondial. (Communiqué)

Né à Manhattan en 1819, Herman Melville prend la mer à 20 ans. Ses aventures autour du globe fourniront la matière, entre autres, du célèbrissime Moby Dick. Revenu à terre, il mène une vie stable et familiale à partir de 1847, dans le Massachusetts, puis à New York. Sa nouvelle intituléeBartleby date de 1853. Mort dans l’oubli à 72 ans, après des années douloureuses sur le plan personnel, Melville sera redécouvert dans les années 1920. Son œuvre complexe et ambitieuse est aujourd’hui étudiée et traduite dans le monde entier.

Anton Lomaev est né le 13 mars 1971 à Vitebsk, en Biélorussie. En 1992, il entre à l’Académie des Beaux-Arts de St Pétersbourg, ville où il vit toujours, avec sa femme et ses trois enfants. Il est membre de la prestigieuse union des peintres russes depuis l’an 2000.
Il a illustré de nombreux contes traditionnels, mais aussi la fameuse série Rougemuraille (Redwall) de Brian Jacques. Sa maîtrise du dessin et de la couleur est absolument exceptionnelle, dignes des grands peintres classiques.

EXPO BnF – Du côté de chez Proust, « La fabrique de l’œuvre »

La Fabrique de l’œuvre du 11 octobre au 22 janvier 2023 – BnF Galerie 2
Copyright BnF

Communiqué – À l’occasion du 100e anniversaire de la mort de Marcel Proust (1871-1922), la BnF présente une exposition qui réunit pour la première fois des pièces capitales et inédites récemment entrées dans l’exceptionnel fonds Proust de la Bibliothèque, ou issues d’autres institutions ainsi que de collections privées. S’adressant à un large public, l’exposition propose une traversée de l’œuvre À la recherche du temps perduorganisée selon la progression de ses tomes et donne à voir la fabrique du texte tout en s’arrêtant sur une sélection de personnages, lieux ou épisodes. Elle s’appuie sur la recherche proustienne depuis vingt ans et intègre les avancées permises par la numérisation des manuscrits dans l’étude de la genèse du roman.

Cette exposition sera gratuite le vendredi 18 novembre 2022, de 10 h à 19 h.
Entrée libre et gratuite, sans réservation préalable, dans la limite des places disponibles.

En savoir plus (lien ci-dessous)

https://www.bnf.fr/sites/default/files/2022-09/dp_Proust_la_fabrique_de_l_oeuvre.pdf

Copyright BnF

Mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi :
10 h – 19 h

Dimanche :
13 h – 19 h

Fermé le lundi et les jours fériés. Fermeture des caisses une heure avant la fermeture de l’exposition.

Tarif plein : 10 € // Tarif réduit : 8 €
Billet couplé 2 expositions : 13 € // 10 € valable pour les expositions des sites François-Mitterrand et Richelieu ou pour le musée de la BnF
Gratuit avec les Pass BnF Lecture/Culture ou Recherche.

Le Pass BnF Lecture/ Culture – Plein tarif : 24 euros/ tarif réduit : 15 euros

Visites guidées :
Tarif plein : 15 € // Tarif réduit : 13 €

Communiqué – Rosa Bonheur au Musée d’Orsay (18 ocT – 15 janv. 2023)

Le Roi de la forêt, 1878

Peintre animalier du XIXe siècle, Rosa Bonheur est certainement l’artiste peintre la plus célèbre et la plus vendue de son siècle, tant en France qu’en Angleterre et aux États-Unis. Sa carrière internationale est éblouissante : vivant de son art dès l’âge de 14 ans, elle est la première femme artiste à recevoir la Légion d’honneur de la main de l’impératrice Eugénie en 1865. Ne devant sa réussite qu’à elle-même et à son talent, elle force le respect de ses contemporains : Georges Bizet, Buffalo Bill, la Reine Victoria, Napoléon III, Victor Hugo… Première femme à s’acheter un bien immobilier grâce au fruit de son travail, Rosa acquiert le château de By en 1859. Elle y passera les 40 dernières années de sa vie. L’artiste touche aujourd’hui par son étonnante modernité. Cette petite femme d’ 1m50, s’est battue tout au long de sa vie pour « élever la femme » et montrer que « le génie n’avait pas de sexe ». Armée de ses pinceaux et de son pantalon (pour lequel elle avait dû demander une autorisation de port), elle arpentait les forêts et les foires aux bestiaux afin de croquer ses modèles. Amoureuse de la nature et des animaux, elle s’est battue aux côtés de Claude-François Denecourt afin de préserver la forêt de Fontainebleau et clamait haut et fort que les animaux avaient « une âme », pensée rarissime au XIXe siècle.

Du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux au Musée d’Orsay à Paris

Musée d’Orsay

1, rue de la Légion d’Honneur 75007 Paris – 01 40 49 48 14.

9h30 – 18h30. Fermé le lundi

Plein tarif 16 € / Tarif réduit 13 € /


Simone Veil, je vous écris – Irène Cohen Janca – Violette Vaisse- Ed. La Joie de lire

En librairie le 22 sept. 2022 – Copyright I. Cohen Janca (scénario) & V. Vaisse (dessin) / La Joie de lire. 120 p., 14,50 € – À partir de 13 ans

Face au chagrin de sa grand-mère adorée lors de la retransmission de l’hommage national rendu à Simone Veil aux Invalides le 5 juillet 2017, Mona, 16 ans, décide d’adresser une lettre posthume à celle qui n’est plus.

« Je suis donc partie à la recherche de Simone Veil pour comprendre pourquoi sa mort bouleversait ma Tita et faisait de la France un «pays orphelin».
Partout j’ai puisé : livres, journaux, photos, vidéos.
J’ai entendu sa voix, le rythme de sa voix, son souffle, ses silences aussi.
« 

Mona « rencontre » Simone lorsque celle-ci a 13 ans et que la vie lui sourit : famille bourgeoise, enfance protégée.

Elle lui parle, la tutoie. Après tout Simone n’est-elle pas comme elle une enfant ? Elles auraient même pu être amies si Mona avait vécu à Nice dans les années 1940. Elle reprendra le vouvoiement lorsque Simone aura dépassé sa seizième année.

Nous mettons tout naturellement pas dans ceux de Mona en entrons dans la vie de la jeune Simone Jacob. Nous sentons les rayons du soleil qui inonde la baie des Anges, rions avec elle, tremblons lorsque les nuages s’amoncellent au-dessus de la tête de celle qui ne peut imaginer que l’Enfer des camps ne tardera pas à brûler celles et ceux qui lui sont chers.

1927-2017

Nous découvrons ensuite une adolescente déterminée, brillante, qui sait tenir tête à son entourage et nous comprenons que sa voie était toute tracée, et qu’après avoir été capable de surmonter la tragédie que fut la Shoah pour six millions de Juifs, le parcours de celle qui a su par la suite démontrer aux femmes du monde entier qu’elles ont leur place dans les plus hautes sphères des institutions européennes, ne pouvait qu’être exceptionnel.

L’espoir face à la tragédie.

17 janvier 1975

Lumineux de simplicité.

Anne Calmat

Les Tompettes de la mort – Simon Bournel-Bosson – Ed. L’Agrume

Depuis le 13 oct. 2022 – © S. Bournel-Bosson (scénario et dessin) / Ed. L’Agrume – 240 p., 29 €

Suite aux démêlés conjugaux de ses parents, Antoine est confié pour un temps à ses grands-parents paternels. « Tu seras bien ici« , lui a dit son père pour se donner bonne conscience. Au vu des expériences antérieures, Antoine est loin d’en être convaincu.

Ils vivent dans une maison isolée au milieu de la forêt vosgienne. Coincé entre une mamie pleine de bonne volonté mais un peu vieux jeu, et un papy hostile à sa présence, le jeune garçon attend avec impatience que ses parents reviennent le chercher. Son cadre de vie lui semble sinistre, la nature environnante, hostile. Et ce ne sont pas les nombreux trophées de chasse qui ornent les murs de l’entrée qui risquent de le faire changer d’avis. Pour l’heure, Antoine se détend en visant des cibles avec une carabine à bouchon, à défaut de pouvoir regarder tranquillement ses émissions préférées. L’essentiel pour lui est de se tenir à distance de cet ours mal léché, maniaque du martinet, qu’est son grand-père (qu’il ne détesterait sans doute pas dégommer au passage).

(détail planche)

Un jour pourtant, il est contraint de le rejoindre dans la forêt pour une cueillette de champignons, et plus précisément une cueillette de trompettes de la mort.

Eu égard au titre de l’album, nous marquons ici une pause afin de rappeler qu’il ne faut pas les confondre avec les redoutables amanites phalloïdes, dont l’appellation évoque plutôt Eros et Thanatos ; les trompettes étant au contraire tout à fait comestibles, et même très appréciées des gourmets.

détail planche

À un certain moment, Antoine s’éloigne du sentier qu’ils venaient d’emprunter, et il se perd. Il tombe alors sur un champignon étrange, s’en empare, tout se met à tourner autour de lui, il s’évanouit. À son réveil, il n’est plus un enfant de dix ans, mais un chevreuil.

Le dessin que l’on découvre sur la première planche de l’album, et qui montre un chevreuil blessé – peut-être à mort – par une flèche, prend alors tout son sens.

Les très belles planches qui suivent ne sont pas sans renvoyer à des souvenirs d’enfance, et parmi eux, à Bambi, contraint désormais de se débrouiller seul, en évitant les dangers qui le menacent. À commencer par les chasseurs et leur meute de chiens…

Alors que sa grand-mère s’inquiète pour lui, son mari bat la campagne fusil au poing.

Cette course-poursuite va atteindre son paroxysme au moment où le vieil homme se retrouve face à sa proie. Quelle proie ? Tout reste possible.

© P. Bournel-Bosson

Une réussite absolue, un conte initiatique et fantastique captivant, doublé d’un coup de maître de la part de son auteur, dont c’est la première bande dessinée.

Anne Calmat

Communiqué – UNESCO : Accès gratuit à la Bibliothèque Numérique Mondiale sur Internet

Un beau cadeau à toute l’humanité !

Voici le lien : https://www.wdl.org/fr pour la France. 

Il rassemble des cartes, des textes, des photos, des enregistrements et des films de tous les temps et explique les joyaux et les reliques culturelles de toutes les bibliothèques de la planète, disponible en sept langues.

Profitez-en et faites-en profiter votre entourage.

– La Fnac a mis une sélection de 500 livres gratuits à télécharger, voir lien ci-dessous

https://livre.fnac.com/n309183/Tous-les-Ebooks-gratuits

Quelques lieux ou spectacles culturels que vous pouvez visiter depuis chez vous :

  • Le Metropolitan Opera de New York va diffuser gratuitement ses spectacles

https://bit.ly/2w2QXbP

  • La Cinémathèque Française propose ses 800 masterclass, essais & conférences en vidéo, 500 articles sur ses collections & ses programmations

https://lnkd.in/ghCcNKn

  • Le Forum des Images propose de visionner ses rencontres

https://lnkd.in/gFbzp5q

  • Centre Pompidou : Vous pouvez écouter les podcasts dédiés aux œuvres grâce au Centre Pompidou

https://lnkd.in/gGifD3r

  • Musées : 10 musées en ligne à visiter depuis son canapé

https://lnkd.in/gV_S_Gq

Une farouche liberté – Giselle Halimi, la cause des femmes – Ed. Steinkis

En librairie à partir du 6 octobre 2022 – Copyright Annick Cojean et Sophie Couturier (scénario), – Sandrine Revel (dessin) – Myriam Lavialle (couleur) / Steinkis Ed – 137 p., 22 €

Cette année, la France commémore les 50 ans du procès de Bobigny. Un procès, mené en novembre 1972 par l’avocate Gisèle Halimi, lequel est entré dans l’histoire pour avoir eu pour effet la relaxation d’une mineure, accusée de s’être rendue coupable d’une interruption volontaire de grossesse consécutive à un viol. Le retentissement sociétal et médiatique dudit procès a été tel que deux ans 1/2 plus tard, la loi Veil (janv. 1975) mettait fin à la pénalisation de l’IVG.

On ne naît pas femme, on le devient, écrivait en 1949 Simone de Beauvoir dans Le deuxième sexe.

On ne naît pas féministe, on le devient affirmera à son tour Gisèle Halimi quelque vingt ans plus tard. Mais nous allons voir que sa lutte en faveur de l’IVG et contre le viol, qui était au cœur du procès de Bobigny, n’ont pas été les seuls combats que cette guerrière a menés au cours de sa vie, mise au service de la justice.

Nous découvrons tout d’abord son enfance en Tunisie, puis, les prises de conscience précoces de la jeune Gisèle et son refus d’un destin assignée par son genre. Un refus qui la conduira à une vie de combats en faveur des femmes, de la parité et, dans un autre domaine, en faveur de la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Dès sa naissance, Gisèle est une source de déception pour son père. Une fille ! Inenvisageable !

Une fille donc, élevée comme une fille, dans la plus pure tradition judaïque. Avec certes quelques copains de jeux admis, qu’elle devra abandonner à la puberté pour se préparer à être une épouse attentive au bien-être de son conjoint – et aussi, en ce qui concerne son modèle familial, de ses fils à venir.

Mais la jeune fille ne suit pas la même voie que sa mère – qui par ailleurs savait porter la culotte et imposer ses vues à son époux, lorsqu’elle le jugeait nécessaire. Elle entre en résistance et, à la lueur de son ressenti, se forge un caractère d’airain. Elle se fixe des objectifs et ne ménage pas ses forces pour les atteindre.


p 30-32  » Perçue comme une extraterrestre par mes parents, je me suis jetée passionnément dans les livres. Ils étaient mon oxygène, ma bouée de sauvetage, mes meilleurs amis. 
Évidemment, toutes ces lectures éveillaient en moi un bouillonnement de questions et d’idées.
En même temps que je m’ouvrais sur l’histoire, la philosophie, la politique, je remettais peu à peu en cause tous les fondements de l’ordre régissant notre société. »

Désormais, plus rien ne peut plus arrêter Gisèle Halimi.

Août 2020

Une magnifique BD, composée à partir du roman autobiographique éponyme de Gisèle Halimi, co-écrit avec Annik Cojean, publié aux Ed. Grasset.

À l’approche des commémorations du soixantième anniversaire de la fin de la Guerre d’Algérie, le 18 octobre 2022, et au regard de la situation des femmes dans le monde, pour laquelle un long chemin reste à parcourir (y compris dans les pays où leurs droits semblent mieux reconnus), une panthéonisation aux côtés de Simone Veil, ou bien un hommage national rendu aux Invalides, seraient légitimes. Où en est le dossier ?

A. C.

La Synagogue – Joann Sfar – Ed. Dargaud

Copyright J. Sfar / Dargaud – Sortie le 30 septembre 2022 – 208 p., 25,50 €

Pas de félin philosophe et facétieux cette fois sur la planète Sfar, le scénariste-dessinateur a d’autres chats à fouetter. À commencer par cette saloperie de Covid qui vient de lui jouer un bien mauvais tour et lui laisse tout loisir de revenir sur sa propre histoire familiale, d’autant qu’il se donne peu de chances de survivre à la pandémie. Une histoire qui l’habite depuis des décennies,

C’est pour lui l’occasion de convoquer les figures tutélaires de son adolescence, à commencer, dès les premières planches de l’album, par Joseph Kessel, l’un de ses illustres prédécesseurs au lycée Masséna de Nice où le jeune Joann fit ses études dans les années 80. L’auteur de L’Armée des ombres (1898-1979) s’en veut encore de n’avoir pas tué Hitler, qu’il avait tout d’abord pris pour un bouffon inoffensif.

C’est pour l’hyper prolifique scénariste-dessinateur qu’est Joann Sfar l’occasion de rappeler au lecteur que le vrai danger vient autant des ceux qui véhiculent des idées nauséabondes que de la majorité silencieuse qui gobe son délire.

Puis Johann Sfar se souvient de ces années où, peu porté sur les rites et rituels religieux, il préférait rejoindre l’équipe, tout à fait officielle, des gardiens qui veillaient à la sécurité des lieux depuis les attentats qui avaient endeuillé la communauté juive à Paris. Le jeune Niçois va alors découvrir les joies des sports de combat, tout en se confrontant à l’absurdité des radicalités idéologiques et aux ambivalences de l’âme humaine.

Il sait que ces contradictions sont endémiques, et que l’Histoire a prouvé qu’elles sont destinées à ressurgir, aussi poursuit-il sa réflexion autour du deuil, de la religion et des extrêmes politiques. De nature plutôt pessimiste, mais admirateur de ceux qui se battent (au premier rang desquels son père, André Sfar, élu municipal vigilant, avocat engagé, défenseur avant l’heure de la cause des femmes et chasseur infatigable de néo-nazis), il met en scène cette courte mais déterminante période de sa vie, entre ses 17 et 21 ans, pour interroger le poids de l’héritage, la figure des héros et les menaces qui pèsent sur le monde. Un récit d’apprentissage agrémenté d’un cahier documentaire historique d’une trentaine de pages (docs , coupures de presse et photographies) particulièrement éloquent.

A. C.

Joann Sfar est né à Nice, le 28 août 1971, dans une famille juive ashkénaze d’origine ukrainienne, côté maternel et séfarade originaire d’Algérie, côté paternel. Orphelin de mère à l’âge de 3 ans, il prend le crayon pour refuge. Après des études de philosophie, il rejoint Paris pour y faire les Beaux-Arts où il anime des ateliers BD depuis plusieurs années. Figure de proue d’une génération de dessinateurs qui réinventa le langage de la bande dessinée dans les années 1990, il signe ses premiers projets aux Ed. L’Association, Delcourt et Dargaud. Seul ou en collaboration, il a signé plus de cent-cinquante albums, parmi lesquels, pour les plus célèbres, Petit Vampire (Delcourt/Rue de Sèvres) pour la jeunesse, la série des Chat du rabbin (Dargaud) ou encore ses Carnets, dont le dernier On s’en fout quand on est mort (Gallimard BD) paraîtra le 5 octobre.

 Si les carnets de Joann Sfar sont toujours des fenêtres ouvertes sur notre société, On s’en fout quand on est mort est largement ancré dans le quotidien de l’auteur. Avec la verve et l’humour qui caractérisent son œuvre, il raconte ses vies multiples : celles de l’artiste, du père, du guitariste amateur, mais aussi celle du professeur aux Beaux-Arts. Dans ce quinzième carnet autobiographique, il nourrit notamment une réflexion sur la transmission et interroge notre rapport à l’art et à la littérature.  

Coup d’œil dans le rétro – Love story à l’iranienne

love-story-a-l-iranienne
Copyright J. Deuxard (scénario), Deloupy (dessin & couleur) – Ed. Delcourt, 2016 -144 p., 17,95 €
Copyright Le Monde, 27 septembre 2022. « Dans les rues d’Iran, la liberté et la rage de la jeunesse : « Je me bats, je meurs, je récupère l’Iran »

Jane Deuxard est  le pseudonyme d’un couple de journalistes qui a sillonné l’Iran à la rencontre de sa jeunesse.

On découvre leur reportage, dont on mesure, à la lueur de petites scènes introductives et transitoires, les conditions particulièrement périlleuses. Pour mener à bien leur projet, les auteurs en effet ont dû braver les sbires de Mahmoud Ahmadinejad, puis d’Assam Rohani, dépasser leur peur des bassidjis (les anges gardiens du régime), de la police et des contrôles incessants.

LOVE STORY_INTcs6_C.indd

Les entretiens ont eu lieu dans des parcs, des cimetières ou des hôtels désaffectés. Celles et ceux qui s’expriment ici vivent à Théhéran, Shiraz, Ispahan, Yazd… Ils se prénomment Gila, Mila, Saviosh, Vahid, Zeinab, Kimia, Omid, Nima et ont entre 20 et 30 ans. Ils sont étudiant, médecin, enseignant, infirmière, femme d’affaires, serveur ou sans emploi. Tous ont pris le risque de se confier. Leur parole les révèle à eux-mêmes, tant les occasions de s’épancher sont rares. Ils parlent pour se libérer, se connaître, faire connaissance avec leur partenaire. Ils expriment leurs désillusions face à un régime que l’arrivée d’Hassan Rohani en 2013 n’a en rien libéralisé.

Les tout-puissants ont l’œil sur tout, ce qui n’empêche ni la corruption ni les petits arrangements avec les interdits, comme par exemple enchaîner les « mariages temporaires » ou filer à Dubaï pour y rencontrer de jolies prostituées.

Au fil des pages, ceux qui ont désappris à rêver déclinent leurs pauvres stratagèmes pour tenter de vivre leur jeunesse malgré tout, s’enlacer, flirter, s’aimer. Mais le prix à payer est élevé : un couple non marié se voit contraint de  régulariser ou de payer une forte amende. Les amoureux en sont réduits à trouver des « cachettes », à s’embrasser à la sauvette et à se contenter de rapports « incomplets », puisqu’un test de virginité peut être réclamé par la belle-famille. Le feu vert pour le mariage passant par les parents, les conditions sont draconiennes : possession d’un diplôme, d’un appartement, d’une voiture. Les fiançailles peuvent ainsi se prolonger pendant plusieurs années.

Le régime n’admet aucun écart : écouter de la musique, danser, jouer d’un instrument, boire, même en privé, exposent à la prison, au passage à tabac ou, dans le meilleur des cas, au pot-de-vin. Fumer en public est interdit aux femmes, le voile ajusté est bien entendu obligatoire.

LOVE STORY_INTcs6_C.indd

Certains rêvent de partir, conscients malgré tout qu’ils exposent leur famille, qui sera lourdement pénalisée. D’autres trouvent la force de jouir de la transgression et du risque, qui sont autant de parades contre l’ennui profond qui mine la société iranienne.

page46image14248

L’ensemble est d’autant plus saisissant que les émotions et les ressentis sont exprimés au travers de représentations fantasmagoriques particulièrement éloquentes : mère récriminatrice à neuf têtes, « mollah-ogre » s’apprêtant à ne faire qu’une bouchée du peuple iranien…

La simplicité et l’authenticité des témoignages satisfont en tous points notre désir d’en savoir plus sur la vie en République islamique d’Iran, mais laissent l’impression d’un gâchis irrémédiable. On ne peut que compatir à cette jeunesse, qui dit d’elle-même qu’elle est sacrifiée.

Nicole Cortesi-Grou, 11 janvier 2016

Communiqué : L’Atelier du Plateau fait son cirque – 13è édition


Lieu pluridisciplinaire du 19è arrondissement de Paris, ce Centre National de quartier est dédié aux Résidences, à la Création et à la Diffusion.

La treizième édition de notre festival de rencontres improvisées entre cirque et musique a sonné ! Chaque soir, huit artistes de cirque et un trio de musiciens se lancent à l’assaut d’un spectacle non recyclable au canevas imaginé dans l’après-midi. Leur seul mot d’ordre : la liberté absolue, l’écoute, la sincérité et une pointe d’humour iconoclaste. Pour cette nouvelle édition, le festival se ponctue par trois temps forts au cœur d’une scénographie imaginée par la plasticienne Camille Sauvage, transformant l’Atelier du Plateau en une maison de couleurs, avec bestioles d’intérieur et signes rupestres…

Quelque chose d’animal nous accompagnera la première semaine. On pourra y voir évoqué, incarné, tout un bestiaire d’animaux domestiques, sauvages, fantastiques et même y croiser quelques vraies bêtes.
La seconde semaine sera consacrée au mât chinois, orientant notre regard vers Le monde des cimes là où l’air dit-on se raréfie et les visions s’agrandissent. Au programme, ballets d’acrobaties, et autres courses poursuites verticales.
Enfin, nous tirerons le fil dans tous les sens. Nous clamerons
Les précaires équilibres de notre espèce, et laisserons aux fil-de-féristes le mot de la fin.


L’Atelier du Plateau – 5, rue du Plateau – 75019 Paris – M° Botzaris / Jourdain

01 42 41 28 22

cdnq@atelierduplateau.org

reservation@atelierduplateau.org

contacts

tarifs/réservations

accès

Communiqué : Festival de L’Imaginaire – du 8 au 15 octobre 2022

101 Bd Raspail, 75006 Paris Tel : 01 42 84 90 00

Le Festival de l’Imaginaire, scène ouverte aux peuples et civilisations du monde contemporain depuis 1997

Programme complet :

https://www.maisondesculturesdumonde.org/

Quarante ans ans donc déjà que ce qui n’était qu’une utopie perdure, et qu’année après année la Maison des Cultures du Monde propose à son public des témoignages du génie des peuples. Des spectacles certes mais aussi des enregistrements, des articles, des études, des ouvrages, auxquels collaborent des artistes, des universitaires, des chercheurs, des passionnés de culture.
Dix-neuf puis trente parutions de « L’internationale de l’Imaginaire », près de deux-cents éditions de vinyles et CD dans la collection INEDIT, quelques dizaines de catalogues, beaux livres et autres publications pour compléter ces approches des expressions culturelles dans la richesse de leurs diversités. Mais aussi des initiatives pour que la recherche progresse, avec la création du concept de l’ethno-scénologie, cette discipline que nous avons portée sur les fonts baptismaux en 1995 pour que le concept de patrimoine culturel immatériel, à la création duquel nous avons participé, trouve en France le soutien d’une institution culturelle pour surmonter des réticences administratives caduques.
Quarante ans d’efforts d’une équipe réduite de passionnés courageux, travailleurs, convaincus de ce qui devenait pour eux une véritable
mission. Tout cela se célèbre certes, mais dans la sobriété, la continuité, avec cependant quelques clins d’œil de rappel dans ce programme du Festival de l’Imaginaire qui boucle, lui, son quart de siècle. » Chérif Khaznadar Président de la Maison des Cultures du Monde-CFPC

Que la fête continue !

Le Colibri – Élisa Shua Dusapin – Hélène Becquelin – Ed. La Joie de Lire – Livre disque

En librairie à partir du 8 septembre 2022 – Copyright É. Shua Dusapin (scénario), H. Bequelin (dessin) / La Joie de Lire – 160 p. 22,90 € – À partir de 12 ans

Lotte et Célestin, 13 ans, se sont connus sur le toit de l’immeuble dans lequel les parents du jeune garçon viennent d’emménager. Un refuge pour elle comme pour lui qui se sentent esseulés et perdus. Quelques planches plus tard, Célestin reçoit la visite « ailée » de son grand frère, Célin, reconverti en « explorateur du ciel ». On comprend peu à peu que ce grand voyageur devant l’Eternel a pris son envol définitif quelques années auparavant, et on se dit que le colibri – un oiseau extraordinaire, presque mythique – qu’il vient de déposer entre les mains de son jeune frère pourrait être l’enveloppe charnelle de celui dont le souvenir reste omniprésent et culpabilisant pour le jeune Célestin.

Pour l’heure, cet oiseau minuscule, léger comme un souffle, rapide comme l’éclair, capable d’exploits invraisemblables est « en torpeur », c’est à dire en hibernation. Il faut donc lui laisser du temps pour refaire surface, sans brusquer les choses. Le temps de la reconstruction pour nos deux héros, celui qui permet d’alléger une charge émotionnelle qui pèse si lourd, celui aussi d’interroger leur propre rapport à l’amour, à la séparation et à l’absence.

https://www.lajoiedelire.ch/wp-content/uploads/2022/04/Le-Colibri_Extrait-chapitre-2_mix-temp.mp3

Magnifique de finesse et de sensibilité.

https://www.lajoiedelire.ch/wp-content/uploads/2022/04/Le-Colibri_Extrait-chapitre-3_mix-temp.mp3

E. Shua Dusapin
H. Becquelin

Avec Le Colibri, l’autrice Elisa Shua Dusapin signe sa première bande dessinée à l’attention de la jeunesse. La finesse de son écriture dialogue avec l’humour tendre du trait de l’illustratrice Hélène Becquelin. Pour transposer la délicate économie de mots de l’écrivaine, l’artiste valaisanne joue avec une palette de gris colorés qui cède, dans les dernières pages, à une somptueuse émergence de couleurs. Un livre dont on ne ressort pas indemne ! 

Et comme c’est souvent le cas avec les éditions La Joie de Lire, un album tout lectorat dans lequel chaque adulte trouvera matière à réflexion et à émotion.

Anne Calmat