Tous les articles par AnnaK

L’Or du Temps (Vol. 1/2) – Rodolphe- Oriol – Daniel Maghen éditions

À partir du 16 septembre 2021 – Copyright Rodolphe (scénario), Oriol (dessin) / D. Maghen – 80 p., 16 €

1890. Le Tout-Paris des arts, des lettres et du spectacle se presse dans les salons de l’hôtel particulier de Hugo de Reuhman, historien et égyptologue distingué. Son ami Théo Lemoine joue les maîtres de maison, la soirée promet d’être festive.

détail planche

Au premier étage, c’est une tout autre partition qui se joue : deux hommes tentent de forcer le coffre-fort qui se trouve dans le bureau de Reuhman.

Pris sur le fait, ils parviennent à s’enfuir, non sans avoir eu le temps de s’emparer d’une copie des documents dont ils convoitaient les originaux.

détail planche

Nous apprenons qu’il s’agit d’un ensemble de lettres écrites par Bernardino Drovetti*, nommé Consul de France au Caire par Talleyrand, antiquaire et aventurier patenté, lequel prétendait avoir trouvé, lors de fouilles dans les ruines d’un temple, un sarcophage phénicien contenant la dépouille du Grand prêtre Moloch, qui avait, dit-on, découvert le secret de l’immortalité (L’Or du Temps).

Dovretti l’aurait ensuite revendu au musée du Louvre dans les années 1850, mais force est de constater que le sarcophage a disparu depuis.

Les deux amis se lancent donc à la recherche de la sépulture du dieu, au nom de qui tant de sacrifices humains ont jadis été perpétrés.

Madame Polonius – voyance, lignes de la main & invocation des esprits.

L’album tient son lectorat en haleine du début à la fin, il fourmille d’épisodes fantastiques dans lesquels personnages historiques et fictifs se côtoient. C’est le Paris des années 1900 qui s’anime ainsi sous nos yeux : cabarets où les bourgeois viennent s’encanailler, cabinets de voyance – très en vogue à l’époque. Mais aussi, présence d’un « fantôme du Louvre », qui n’est pas sans rappeler le personnage de Belphégor, dont la longue silhouette hante les couloirs du musée dans le roman-feuilleton d’Arthur Bernède (1927), puis revint au milieu des années 1960 sur les écrans de télévision. On trouve également le témoignage d’un certain Hippolyte Filoselle, poète de son état devenu complètement gâteux, qui aurait eu en sa possession ledit sarcophage. Et pour finir, la très ambiguë Victoria, dont le comportement semble suspect…

Il y a largement de quoi être séduit par ce premier volume de L’Or du Temps, servi par un beau graphisme aux couleurs tranchantes, qui ponctuent chaque scène… Et attendre avec impatience le second.

Anne Calmat

* Après avoir travaillé à la création du musée de Turin, Jean-François Champollion réussit à convaincre les autorités françaises d’acheter de grandes collections privées, provenant pour la plupart de consuls européens en poste en Égypte (Salt et Drovetti notamment), pour des raisons marchandes ou diplomatiques. Voir www.louvre.fr-antiquités égyptiennes

Oriol

Oriol est un auteur espagnol né à Barcelone en 1983. Il commence sa carrière professionnelle en 2003 dans l’animation. Il a collaboré avec la société de production Filmax où il a travaillé à la production de Donkey Xote et a également développé des concepts et des backgrounds pour le film Nocturna. En 2010, avec Zidrou, il publie dans un album collectif chez Dupuis, sa première bande dessinée courte Maman Noël. En 2012, toujours sur un scénario de Zidrou, il publie La Peau de l’ours (Dargaud) qui nous fait voyager entre l’Italie moderne et les États-Unis des années 30. Le duo revient en 2015 avec un conte cruel, Les 3 Fruits, puis Natures Mortes (2017), un thriller haut en couleur dans la belle ville de Barcelone.

Rodolphe

Professeur de lettres, libraire puis journaliste, Rodolphe a abordé tous les genres d’écritures : une biographie de Stevenson, des livres sur le rock, des contes pour enfants et des romans. Et la BD ? Critique, organisateur de manifestations, commissaire d’expositions, il est surtout l’un des plus grands scénaristes actuels formé à bonne école : de sa rencontre avec Jacques Lob en 1975, sont nées une belle amitié et ses premières histoires. Il a, à ce jour, signé plus de deux-cents albums, mis en images par Ferrandez, Rouge, Juillard, Leo, Florence Magnin, René Follet, Annie Goetzinger, Vink, Michel Faure, Griffo… Ses principales réalisations ont pour titres Kenya, Namibia, Amazonie, Centaurus, Les Ecluses du Ciel, Commissaire Raffini, Trent, Le Baron Fou, La Marque Jacobs, Robert Sax, Brian Bones. Il prépare deux nouvelles séries avec son ami Leo et travaille sur deux autres projets pour les éditions Daniel Maghen.

Mes mauvaises filles – Zelba – Ed. Futuropolis

Depuis le 8 septembre 2021 – Copyright Zelba / Futuropolis – 160 p., 21 €

En 2006, deux sœurs aident leur mère à mourir. À sa demande, elles donnent la mort à celle qui leur a donné la vie.

Futuropolis

Après Dans le même Bateau, Zelba signe un roman graphique bouleversant et lumineux sur cet acte vertigineux. Elle évoque le moment, à la fois intime et universel, de la perte d’un être cher. Il aura fallu 13 ans à Zelba pour raconter cette histoire, croiser ses souvenirs avec ceux de sa sœur, changer certains noms et romancer en partie. Elle aborde de front l’euthanasie, ou la mort assistée, sujet qui suscite des débats contradictoires en Europe. Forte de son expérience, elle milite pour que chaque personne puisse choisir, le moment venu, de mourir comme elle l’entend.

À quel moment les soins palliatifs se transforment en acharnement thérapeutique ? Combien de temps peut-on décemment prolonger l’agonie ? Peut-on décider de mourir ? L’euthanasie, ou la mort assistée, est une question délicate à laquelle les pays d’Europe répondent de manière très différente. C’est en tout cas un sujet sensible qui parle à tout le monde.

© Alain Bujak

Le jour de la mort de Vincent Lambert, le 11 juillet 2019, Zelba décide de raconter les derniers instants de la vie de sa mère et dans quelles circonstances sa sœur et elle ont accepté de l’assister à mourir. Cette histoire, Zelba la porte en elle depuis 13 ans et avait tenté plusieurs fois de la raconter avant de renoncer. Ce jour-là, elle comprend qu’il est temps de témoigner et partager cette expérience douloureuse et universelle.

Wiebke Petersen, alias Zelba, est née en ex-RFA en 1973. Avant de devenir illustratrice, elle est championne de monde junior d’aviron (en deux sans barreur).

En 1999, elle intègre l’agence berlinoise « Hirschpool ».

Depuis 2006, elle publie des bandes dessinées aux éditions Jarjille et Marabulles avant de rejoindre Futuropolis. Avec Dans le même bateau, elle revient sur sa pratique de l’aviron à haut niveau à la fin des années 80 en Allemagne, au moment de la chute du mur de Berlin

Sousbrouillard – Anne-Caroline Pandolfo – Terke Risbjerg – Ed. Dargaud

À partir du 17 septembre 2021 – Copyright A-C Pandolfo (scénario), T. Risbjerg (dessin) / Dargaud – 200 p. 25 €
Sara
Ava de Moore
Sœur Sauveur

À l’origine, un simple bracelet de naissance sur lequel quelqu’un a inscrit « Sousbrouillard ». L’héroïne l’a reçu de sa mère adoptive sur son lit de mort. Sara, c’est le prénom qu’elle lui a donné lorsqu’elle l’a trouvée devant sa porte, décide de se rendre dans ce village perdu au milieu de nulle part, dans l’espoir d’y glaner quelques indices sur ses origines. Cette quête va être l’un des éléments d’une intrigue aux multiples ramifications.

Il y a du suspense, du fantastique aussi. Certains personnages ont beaucoup aimé et beaucoup souffert, ou bien, ont souffert de n’avoir pas su aimer le cadeau que la vie leur avait offert. D’autres ont vécu avec un désir de reconnaissance inassouvi, ou bien une soif de revanche. Sara, elle, se laisse porter par les événements et se contente d’assembler les pièces du puzzle qui peu à peu se forme devant elle.

Baptiste

Au cœur de tout ce désordre émotionnel, il y a la bien nommée – mais très atypique – Sœur Martine Sauveur, venue déciller les yeux de ses ouailles et les inciter à une plus large ouverture d’esprit. On trouve aussi une étrange « Chapelle aux ronces », et à quelques pas, la statue d’une Vierge triste, que les habitants de Sousbrouillard apprendront à réconforter en venant se confier à elle.

Et pour parachever le tout, il y a un lac mystérieux (personnage à part entière de l’intrigue), qui restera une énigme pour beaucoup.

Lazare
Octave (… et les autres)

On est totalement subjugué par cette histoire à tiroirs, dont l’auteure pousse l’artifice jusqu’à relancer le suspense aux tout derniers instants de la lecture de l’album.

Anne Calmat

Après une licence de lettres et un diplôme de l’école des arts décoratifs de Strasbourg, Anne-Caroline Pandolfo décide de se consacrer à l’illustration et à l’écriture. Elle travaille pendant trois ans pour Arte, puis écrit et réalise deux séries de dessins animés pour la télévision. Son premier album jeunesse, « Les Artistes » (L’Édune), sort en 2012. La même année, avec Terkel Risbjerg, elle signe sa première bande dessinée, « Mine » (Sarbacane). Suivent d’autres albums jeunesse en solo et plusieurs romans graphiques mis en images par Terkel : « L’Astragale« , « Le Roi des scarabées« , « La Lionne« , « Serena » (tous chez Sarbacane), « Perceval » (Le Lombard) et, en 2019, « Enferme-moi si tu peux » (Casterman), un ouvrage sur l’art brut. En 2021, le duo fait son entrée chez Dargaud avec « Sous-Brouillard« .

Terkel Risbjerg est né à Copenhague, au Danemark. Après des études de philosophie et de cinéma, il s’installe à Paris et travaille dans l’animation comme décorateur et story-boarder (« Yakari« , « Le Chat du Rabbin« ). « Mine » (Sarbacane), écrit par Anne-Caroline Pandolfo et publié en 2012, est son premier roman graphique. Les deux auteurs signent ensemble plusieurs albums de bande dessinée : « L’Astragale« , « Le Roi des scarabées« , « La Lionne« , « Serena » (tous chez Sarbacane), « Perceval » (Le Lombard) et, en 2019, « Enferme-moi si tu peux » (Casterman), un ouvrage sur l’art brut. En 2021, le duo fait son entrée chez Dargaud avec « Sous-Brouillard« . Terkel écrit également des livres pour la jeunesse.

Astrid ou l’Acerbe Comédie – Marc Tournebœuf – Comédie Bastille, Paris


Pièce en V actes et en vers de et mise en scène : Marc Tournebœuf – 15 septembre – 29 décembre 2021 – Tous les mercredis à 20h

Marc Tournebœuf

Distribution : Clémentine Aussourd, Ronan Bacikova, Damien Bellard, Pierre Besson, Baptiste Carrion Weiss, Basile Alaïmalaïs, Romain Company, Sébastien Giacomoni, Julia Mevel, Jeanne Pajon, Jean-Philippe Renaud et Alexiane Torres.

L’intrigue : Le roi est mort. Il laisse derrière lui une campagne militaire inachevée et un royaume parcouru par diverses tensions. Le peuple a faim, les nobles sont tout-puissants, les états voisins se préparent à continuer la guerre pour stopper définitivement les désirs d’invasion de la famille royale. Le jeune Erell, fils du feu roi, doit assurer la succession du trône de son père. Ayant grandi loin de la cour et de la politique, Erell éprouve une aversion obstinée pour son titre et son rôle. Il brise les codes, fait ministre un marquis libertin, tient tête aux nobles de la cour, change les lois ancestrales… Et rêve de voyages et d’ailleurs. Astrid, loin des conflits politiques et militaires de son temps, s’apprête à faire basculer le destin du royaume…

35€ en 1ère cat / 29€ en 2ème cat. – Moins de 26 ans : 10 € au guichet ou 11 €* sur notre site internet. Tarif « Onzième » (habitants du 11è arrond. ) : 11 € – 01 48 07 52 07

Abécédaire républicain -Peggy Kilhoffer – Avant- propos Robert Badinter – Ed Fayard

En librairie le 1er septembre 2021 – 86 p., 12 €

Après l’assassinat de Samuel Paty, en octobre 2020, le ministre de l’Éducation nationale a demandé à Robert Badinter d’enregistrer une brève vidéo rendant hommage à ce professeur pour qu’elle soit diffusée à tous les élèves. L’ancien garde des Sceaux y a donné sa définition de la laïcité et de la République.

Ces paroles ont inspiré une enseignante, Peggy Kilhoffer. En demandant à ses élèves de CM1-CM2, à Schiltigheim, en Alsace, de réfléchir à ces questions, en est sortie l’idée de cet Abécédaire républicain.

Avec leurs dessins et leurs mots d’enfants, de « Accepter » à « Zèle », en passant par « Solidarité » ou « Garantir », ses élèves livrent une vision juste, vibrante, de la République et de ses valeurs. Un document émouvant et nécessaire alors que les sondages et les médias évoquent souvent une jeunesse déconnectée de ce qui forge notre identité commune. Le fac-similé de cet abécédaire est précédé du texte d’hommage de Robert Badinter, d’un avant-propos de sa main ainsi que d’une préface de Peggy Kilhoffer qui nous livre le récit de cette aventure.

Peggy Kilhoffer est professeure à l’école Jean-Mermoz de Schiltigheim et formatrice dans l’académie de Strasbourg. 

Robert Badinter, avocat, fut ministre de la Justice (1981-1986) président du Conseil constitutionnel (1986-1995) et sénateur (1996-2001).

Pleins feux sur Georgia O’Keeffe (Expo & BD)

C O M M U N I Q U É
Centre Pompidou – Paris / 01 44 78 12 33

8 sept. – 6 déc. 2021
11h – 21h, tous les lundis, mercredis, vendredis, samedis, dimanches
11h – 23h, tous les jeudis
Copyright

Le Centre Pompidou présente une grande rétrospective de l’œuvre de Georgia O’Keeffe (1887-1986), la plus reconnue et la plus célébrée des peintres américaines. Elle retrace le parcours artistique d’une artiste dont la longévité lui valut d’être, successivement, la protagoniste de la première peinture moderniste américaine, de la recherche identitaire qui marque les années 1930, et de la peinture abstraite «hard edge» des années 1950.

Copyright (extrait du catalogue)
Alfres Stieglitz

Indissociable de son compagnon de vie, Alfred Stieglitz, photographe américain, galeriste, éditeur et promoteur de l’art moderne, O’Keeffe, s’est libérée de toutes les contraintes et les constructions liées au genre féminin au début du 20e siècle. Dans les années 1920, lorsqu’elle se fait remarquer pour la première fois dans le monde de l’art, O’Keeffe rejette largement l’étiquette de «femme artiste» qui lui a été attribuée par la critique.

Farouchement indépendante, elle suit son projet de vie et d’artiste avec une discipline de fer. Elle rejette les restrictions de genre dans tous les éléments imaginables, jusque dans la garde-robe austère qu’elle se dessine elle-même. Elle façonne ainsi une persona artistique au féminin, devenue aujourd’hui un modèle.

Copyright (extrait du catalogue)

Originaire des Grandes Plaines du Wisconsin, elle a très tôt la conviction qu’elle est appelée à devenir peintre. Elle rencontre Alfred Stieglitz en franchissant les portes de la galerie 291, fondée à New York, où il présente les artistes majeurs du modernisme. C’est lui qui exposera ses premières œuvres abstraites, teintées d’érotisme, et d’une spiritualité influencée par les écrits de Kandinsky. Cette exposition marque le début de la carrière de O’Keeffe, et la naissance de l’une des romances les plus médiatiques de l’histoire de l’art moderne.

Copyright (extrait du catalogue)

Bientôt reconnue par les plus prestigieuses institutions américaines vouées à l’art moderne, O’Keeffe expose ses œuvres au MOMA en 1928. Après un temps à New York, O’Keeffe multiplie les séjours au Nouveau Mexique, où elle découvre une lumière et des motifs à même de combler son goût des formes claires et synthétiques. Elle s’y installe définitivement en 1949, peignant des paysages qu’elle anthropomorphise à dessein, et traquant les formes qui témoignent des métamorphoses du vivant et des cycles de la Nature.

C O M M U N I Q U É
À partir du 2 septembre 2021 – Copyright Luca de Santis, Sara Colaone /Ed. Steinkis – 192p., 24 €

1949. Depuis la mort d’Alfred Stieglitz, trois ans auparavant, Georgia O’Keeffe s’est réfugiée dans son Ghost Ranch au Nouveau-Mexique, avec ses amies Maria Chabot, Anita Pollitzer et sa secrétaire Doris Bry, pour faire l’inventaire du patrimoine de photos et de dessins de Stieglitz.

À travers ce travail complexe, l’artiste retrace son propre parcours, dans la vie et dans l’art : de l’Arts Students League (New York, 1907) jusqu’à la consécration comme plus grande artiste femme américaine et à sa carrière des dernières années.

Sara Colaone et Luca de Santis

Les auteurs
Le scénariste Luca de Santis a signé en 2010 En Italie, il n’y a que des vrais hommes, puis Leda Rafanelli, la gitane anarchiste avec Sara Colaone (Steinkis, 2018) et Ariston Hotel (Ici-Même, 2019). Luca est également journaliste à Milan.

Sara Colaone est une dessinatrice italienne. Après une maîtrise en conservation des biens culturels et une thèse sur l’Histoire du cinéma, elle se consacre à la bande dessinée , Sara donne des cours de dessin à l’Académie des beaux-arts de Bologne. Chez Steinkis, elle a signé Leda Raffanelli, Les Evadées du harem et aujourd’hui Georgia O’Keeffe. Elle vit à Bologne.

Polly – Fabrice Melquiot – Isabelle Pralong – Ed. La Joie de lire

C
Depuis le 19 août 2021. Copyright F. Melquiot, I. Pralong / La Joie de lire – 152 p., 21,90 €

« Polly, il ? Polly, elle ? Le genre de Polly a semé le trouble dès sa naissance… »

On a beaucoup écrit sur le terrible mal-être de celles et ceux qui, à un moment donné de leur existence, se sont perçu-e-s du sexe opposé à celui de leur naissance, et ont décidé d’y remédier.

Ici, la problématique est différente. Dès la lecture des premières planches du très beau roman graphique de Fabrice Melquiot – un brûlot contre l’assujettissement aveugle aux règles sociales – nous avons l’intuition d’une œuvre essentielle.

Polly est donc né avec l’ébauche de quelque chose qui n’est ni un zizi, ni une zézette, mais la rencontre des deux. Une « ziziette », en somme. Poly est intersexe, ni fille, ni garçon. Ses parents sont perplexes : « On a fait un enfant pas conforme. Tu peux m’expliquer ? » Pas conforme, le mot est lâché.

Il faut pourtant trancher. Le médecin a fini par opter pour un zizi (tiens donc !). Lorsque Polly aura sept ans, nous entreprendrons de le « réparer »… Pour son bien, a-t-il ajouté, sans préciser que la réparation en question implique des interventions à répétition, risquées et irréversibles, qui s’étaleront sur plusieurs années, avec les traitements hormonaux qui vont avec.

La veille de son hospitalisation, les parents de Polly l’ont mis devant le fait accompli de la façon la plus sournoise qui soit. On croyait pourtant te l’avoir dit !

Cet enfant, dont l’étrange beauté semble s’être altérée, a maintenant dix-sept ans. On l’a doté d’un petit zizi – Il ne sera pas bien grand avait prévenu le chirurgien – et affligé d’une énorme cicatrice…

Se sent-il garçon pour autant ? Se sent-il fille ? Farçon ou guille ?

Mais l’histoire est loin d’être terminée…

Anne Calmat

Fabrice Melquiot est dramaturge et metteur en scène. Il est l’auteur d’une quarantaine de pièces de théâtre, publiées à L’Arche et L’école des Loisirs. Il a reçu de nombreux prix : le Grand Prix Paul Gilson de la Communauté des radios publiques de langue française, le Prix SACD de la meilleure pièce radiophonique (avec France Culture), le Prix Jean-Jacques Gauthier du Figaro, le Prix Jeune Théâtre de l’Académie Française pour l’ensemble de son œuvre, deux Prix du Syndicat national de la critique : révélation théâtrale, et, pour Le diable en partage, meilleure création d’une pièce en langue française. Fabrice Melquiot est lauréat des Grands Prix de Littérature dramatique et de Littérature dramatique Jeunesse 2018.

Née en 1967 en Valais, Isabelle Pralong est une bédéiste suisse. Après des études à l’Istituto Europeo de Design à Milan, elle s’installe à Genève. Ses premiers albums paraissent début 2000 dont Ficus (2003) chez Atrabile et Fourmi ? à La Joie de Lire (2004). Elle enseigne également l’illustration et la bande dessinée à l’École supérieure de bande dessinée et d’illustration à Genève. Son œuvre a été récompensée par le Prix Töpffer (2007 et 2011) ainsi que le Prix Essentiel révélation au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (2007).

La Capacité de survie

Copyright Kim Sung-hee (scénario et dessin) / Ed çà et là _ Sortie le 20 août 2021 – 200 p. 20 €

Une femme coréenne en proie à des doutes existentiels dans une société ultra-libérale qui laisse de nombreuses personnes dans la précarité.

Yeong-jin, jeune quarantenaire, enseigne dans un lycée privé protestant de Séoul. Elle est confrontée à des violences sociales de toutes parts. Non titulaire, elle se sent obligée, pour conserver son poste, d’accepter tout ce que lui demande son employeur. Submergée de travail – elle s’occupe aussi des enfants de sa sœur pendant ses vacances – elle souffre de n’avoir aucune reconnaissance de sa hiérarchie. Son petit ami travaille dans une association d’aide aux travailleurs migrants qui se font exploiter par les agriculteurs coréens dans des conditions qui frôlent l’esclavagisme. Sa mère continue à faire les ménages bien qu’ayant l’âge de la retraite. Et Yeong-jin vient de subir un hystérectomie… La violence de la société libérale l’affecte de plus en plus et l’amène à se poser des questions sur son rapport au travail, sur sa relation avec ses parents et sur l’avenir de son couple.

Superbe portrait d’une femme en révolte, La Capacité de survie est une réflexion très personnelle, politique et sociale, sur l’état d’un pays et la condition d’une femme, symbole de beaucoup d’autres.

Kim Sung-hee est née en 1975 en Corée. Elle a commencé sa carrière dans le manhwa en publiant des dessins de presse dans le journal de son université. Elle est l’autrice de plusieurs bandes dessinées inédites en France, qui traitent toutes de thèmes de société : « Le Yongsan où j’habitais » (récit de l’expropriation violente des habitants d’un immeuble de Séoul), « La Chambre immaculée » (enquête sur une épidémie de leucémies dans une usine de semi-conducteurs Samsung) ou encore « Nasty Bitch » (sur les femmes coréennes célibataires). Son dernier livre publié à ce jour, le roman graphique « You Are Black » (la vie d’un jeune mineur dans les années 1980), est paru en 2018.
Kim Sung-hee réside actuellement à Gangneung, en province, et continue de dessiner.

Les filles du Kurdistan 2021 (précédé de) Kobane calling 2019

18 septembre 2019 Kobané calling de Zerocalcare (texte et dessin) – Ed. Cambourakis

26 août 2021Les filles du Kurdistan, une révolution féministe de Mylène Sauloy (dessin) et Clément Baloup (illustrateur) – Ed Steinkis / coll. Témoins du Monde

Copyright Zerocalcare / Cambourakis – 320 p., 24 €

Extrait de la chronique parue sur BdBD lors de la première édition de l’album (v. Archives, juin 2016).

Parti fin 2014 avec un groupe de huit humanitaires à la rencontre de l’armée des femmes kurdes en lutte contre l’avancée du groupe État islamique sur la ville de Kobané, l’auteur a rendu compte à son retour de ce qu’il y avait vu et entendu. Son reportage graphique d’une quarantaine de pages, publié dans un premier temps dans l’hebdomadaire italien Internazionale, a par la suite été enrichi au point de composer cet album qui en compte maintenant 288.

On retrouve Zerocalcare avec ses compagnons dans le village de Mehser, à quelques encablures de Kobané. Ils sont conscients des risques, une des femmes soldats qui luttent à l’égal des hommes contre les terroristes ne les a-t-elle pas prévenus que celui qui vient combattre ici, ne peut en ressortir que mort ou vainqueur ?

Kobané p3

Le jeune dessinateur romain y décrit la vie dans cette partie du Kurdistan syrien, qu’on appelle le Rojova (constitué de trois cantons, dont Kobané). Il met l’accent sur les enjeux majeurs d’un conflit, dont les médias ont eu manifestement tendance à ne rendre compte que de façon parcellaire. Bien qu’un long temps se soit écoulé depuis ses trois séjours au Rojava, son témoignage, aux antipodes de tout sensationnalisme, n’en demeure pas moins précieux. Il permet de mesurer le chemin parcouru, ou non, en faveur de la paix, dans cette zone dévastée où s’entassent, dans des camps de fortune, des dizaines de milliers de réfugiés Kurdes. L’image de la Maison, celle qui a été détruite et celle qui hante leurs rêves et leurs cauchemars est du reste omniprésente dans le récit.

Anne Calmat

Sortie le 26 août 2021
VISUELS Copyright M. Sauloy, C. Baloup / Ed. Steinkis – Coll. Témoins du Monde – 128 p., 20 €

D’un album à l’autre…

En 2015, leurs faits d’armes avaient fait converger sur elles les regards du monde entier. Ne venaient-elles pas d’arracher Kobané à Daech ?

Copyright

Deux ans plus tôt, elles mettaient en place les Unités de défense des femmes (YPJ), dont la fondatrice, Sakine Canziz sera assassinée à Paris dans les locaux du Centre d’information du Kurdistan.

Elles poursuivent depuis leur combat contre les fondamentalistes de Daech, dans le Kurdistan syrien. Plusieurs centaines d’entre-elles sont devenues le visage de la Résistance aux oppresseurs, mais aussi celui de la libération des corps et des esprits face aux entraves que leur impose au quotidien une société patriarcale d’un autre âge. Elles viennent d’horizons ethniques et confessionnels différents et ne reconnaissent à aucune autorité, qu’elle soit religieuse ou non, le droit de décider de leur vie et de les traiter comme des esclaves – Une académie de « Rééducation des hommes par la culture » sera du reste créée à cet effet. « L’enseignement dure neuf mois… le temps de mettre au monde un homme nouveau ! » « C’est peut-être notre combat le plus difficile« .

Mylène Sauloy est allée à la rencontre de ces femmes en 2002, puis elle les a revues et a tourné le doc diffusé sur Arte le 8 mars 2016, avant de signer le scénario de cet album qui donne à voir celles qui depuis plusieurs années luttent sans merci contre ceux qui sèment le chaos et mort.

Difficile de rester extérieur-e à ce récit solaire aux images puissantes, on entre rapidement en osmose avec ces amazones du temps présent qui, à l’instar de leurs lointaines ancêtres, ont voulu prouver qu’elles étaient égales aux hommes, aussi courageuses et qualifiées au combat que leurs homologues masculins. En ce jour du 18 août 2021, on se prend à rêver que les femmes afghanes aient à cœur de les surpasser.

Anne Calmat

Après une enfance passée à Marrakech et quelques années en France, Mylène Sauloy part pour l’Amérique latine où elle vivra près de vingt ans. Elle y termine ses études d’architecture, obtient un doctorat en sociologie, travaille à différents livres. De retour en France, elle s’intéresse aux liens entre art et résistance, culture de résistance. En 2002, alors que l’intervention américaine en Irak se profile, elle décide d’aller y sonder l’humeur du PKK et découvre ainsi par hasard les maquis du Mouvement des femmes libres.

Après des études d’arts appliqués à Marseille, Clément Baloup intègre les Beaux-Arts d’Angoulême puis les Beaux-Arts de Hanoï. En 2006, il rejoint l’atelier de BD Zarmatelier. Il poursuit aujourd’hui son travail d’auteur, alternant voyages et résidences internationales. Il multiplie les collaborations avec d’autres auteurs, et mène en parallèle une activité d’enseignant des techniques de la BD en France, aux États-Unis et en Asie. Il a publié Un automne à Hanoï, La Vie en Rouge et Le Vaurien (La Boite à Bulles), Chîn Tri (Le Seuil), Le club du suicide (Soleil), Diables SucrésLa concubine rouge (Gallimard).

Animal Social Club – Hervé Bourhis – Ed. Dargaud

Copyright H. Bourhis / Dargaud – Sortie le 20 août 2021120 p., 19,99 €

Où l’on retrouve Hervé Bourhis dans une comédie au vitriol, dans laquelle le facétieux scénariste et illustrateur brosse un portrait truculent et railleur du monde du cinéma, et de ceux qui le font…

Ici, un couple de scénaristes bien déjantés, Thomas et Karine, certains d’avoir pondu le scénario qui va les mener tout droit à la Palme d’or du Festival de Cannes, est à la recherche de subventions pour ce nouveau projet. Ce sera « un film choral, épique et intime, résiliant et terriblement interpellant, un Blockbuster d’auteur entre Christophe Honoré et Steven Spielberg. » se plaît à répéter Thomas à qui veut l’entendre. Un film choral… sur le confinement !

Pour cela, ils rencontrent d’abord un responsable régional des Affaires culturelles, attirant son attention sur la chance et l’honneur qu’il y aura pour sa région d’être associée à un tel chef-d’oeuvre. Ils pipeautent à tout va, avancent à tout hasard le nom d’un réalisateur ou d’interprètes « bancables »… Mais finissent par se faire jeter.

Qu’à cela ne tienne, ils passent leur échec – semble-t-il sans appel – sous silence auprès de la profession, font « comme si », courtisent tout ce qui a un petit nom dans le milieu du cinéma, et à fortiori, obséquieusement cette fois, les têtes d’affiche du moment, ou les stars du passé devenues cultes.

C’est ainsi que nous croisons Félix, un réalisateur un peu sénile (qui ressemble à s’y méprendre à Jean-Luc Godard) ; Fanny, une vieille gloire des années 60, alcoolique au dernier degré ; un youtubeur-gamer-rappeur à trois millions d’abonnés qui se fait appeler Modeseum ; une chanteuse très cash prénommée Mandarine, ainsi qu’une galerie de personnages tout aussi folkloriques. Tous vont bien entendu donner du fil à retordre à nos deux scénaristes. Avec une scène hautement burlesque en bouquet final.

Le film finira-t-il par se faire ? Éléments de réponse à partir du 20 août.

Anne Calmat

Hervé Bourhis est né en Touraine en 1974.
Si ce sont ses livres sur la musique, tels Le Petit livre Rock ou Le Petit livre Black music qui l’ont fait connaître au plus grand nombre, il est l’auteur d’une trentaine de bandes dessinées depuis 2002, comme auteur complet ou scénariste (Animal Social Club, Le Teckel, Naguère les étoiles…)

Passionnée des cultures populaires, il s’amuse à décortiquer les mouvements culturels pour mieux raconter notre époque. Si sa documentation est rigoureuse, Hervé s’attache à donner à son travail un ton « subjectif » (et parfois de mauvaise foi) pour rendre funky la complexité de ce monde.

Il alterne les récits contemporains, voire politiques, avec les livres pour la jeunesse ou humoristiques. Il alterne aussi la fiction et le patchwork historico-pop, dont il a inventé une forme personnelle en 2007 avec Le Petit livre rock, chronologie illustrée et traduite en onze langues, de la culture rock depuis ses origines. Ce principe est devenu une collection chez Dargaud, traitant tour à tour des Beatles, de la Ve République, de la bande dessinée, de la black music, de la pop française et de l’écologie.

Hervé Bourhis a reçu le prix Goscinny en 2002, le Prix Jacques Lob en 2010 et le Prix Landerneau en 2014.

Théodore en a trop marre… – Marion MacGuinness – Guilia Priori – Deb Azra – Ed. Steinkis (Coll. SPALSH !)

Nom : POULET

Prénom : Théodore

Âge : 7 ans

Signes particuliers : Partisan du moindre effort, râleur de compétition, allergique aux contraintes du quotidien, rapidement saoulé de tout ce que les adultes peuvent lui demander de faire, avide de liberté, d’indépendance et d’autonomie. Mais aussi, malin, vif et capable de changer d’avis et de comprendre ce qui est le mieux pour lui…

Théodore va découvrir au fil des albums que ce n’est pas pour l’embêter qu’on attend certaines choses de lui, mais pour son bien. Les deux premiers paraîtront le 26 août 2021. (40p., 8€50)

©
© 2021 Steinkis groupe

Marion McGuinness est autrice et traductrice littéraire. Si elle a déjà signé deux romans (Égarer la tristesse et Une bonne et une mauvaise nouvelle chez Eyrolles) et de nombreux guides pratiques, Théodore Poulet est sa première collaboration pour des albums illustrés jeunesse. Mère de deux garçons de 6 et 11 ans, elle s’inspire de son quotidien pour scénariser cette nouvelle collection mettant en scène un petit garçon qui en a vraiment trop marre…
Vous pouvez retrouver Marion sur Instagram : @marion_mcguinness_

Deb Azra vit à Paris c’est la nouvelle illustratrice de Théodore Poulet, son dessin inspiré du monde de l’animation va mettre en image les aventures de votre nouveau héros ! C’est la première série de livres pour enfants pour cette jeune illustratrice qui exerce dans l’animation. 
Vous pouvez retrouver Deborah sur Instagram : @azrette

Giulia Priori vit en Italie avec ses deux chats et son compagnon. Elle travaille comme coloriste depuis près de dix ans pour la France, l’Italie et les États-Unis. Elle signe avec Théodore Poulet sa première collection en tant que dessinatrice. Giulia en a trop marre des oignons qui la font pleurer quand elle cuisine, de ses jolies chaussettes à motifs chatons qui disparaissent comme par magie dans la machine à laver. Vraiment : où vont ces fichues chaussettes ?
Vous pouvez retrouver Giulia sur Instagram : @giulia_priori_art

Wake up America (intégrale) – John Lewis – Andrew Aydin – Nate Powel (dessins) – Ed. Rue de Sèvres

En librairie le 25 août 2021 – Copyright Ed. Rue de Sèvres – 560 p., 30 €

Wake Up America a reçu le National Book Award, l’une des distinctions littéraires les plus prestigieuses aux États-Unis.

On aurait aimé ne voir dans cet album que le reflet d’un passé révolu, mais l’Histoire a une fâcheuse tendance à bégayer et il est bon de se souvenir ceux qui se sont inlassablement battus pour que cesse la ségrégation raciale institutionnalisée aux USA.

Les trois volumes de cette série graphique et autobiographique paraissent en France entre 2014 et 2017. Ils retracent l’itinéraire de John Lewis (1940-2020), défenseur pendant des décennies des droits civiques des populations noires.

Moins connu en Europe que Martin Luther King, Lewis était le dernier des « Big six » encore en vie.

Dans la première partie, ses souvenirs d’enfance alternent avec l’évocation des événements survenus dans les années 50-60, et les luttes que lui et ses camarades ont menées en faveur de leurs frères de couleur : le refus de Rosa Parks de céder sa place à un passager blanc (déc. 1955), les sit-in non violents de Nashville pour en finir avec l’apartheid dont les Noirs étaient les victimes (déc. 1955-mai 1960, ), la répression brutale du Bloody Sunday (mars 1965).

La troisième partie de Wake up America couvre notamment la période durant laquelle John Lewis fut le président du Student Nonviolent Coodinating Commitee (1963-1966).

Rappel. À l’automne 1963, le mouvement pour les droits civiques semble s’être imposé aux Etats-Unis, mais Lewis reste vigilant : les arrêtés ségrégationnistes promulgués par Jim Crow sont toujours appliqués dans les Etats du sud. Son seul espoir est de faire valoir et appliquer le principe du vote pour tous, y compris pour les Noirs. « Un homme, une voix », le bulletin de vote étant cessé être l’instrument le plus puissant jamais inventé par l’homme pour combattre l’injustice et détruire les terribles murs qui emprisonnent les citoyens pour la seule raison qu’ils sont différents des autres…

Les dessins de Nate Powel, exécutés à l’encre de chine et au fusain, illustrent  avec la sobriété qui convient le combat pacifiste de ceux qui ont ouvert la voie au premier président afro-américain des Etats-Unis.

Avec cette nouvelle bataille, viendront de nouveaux alliés, mais aussi de redoutables  ennemis, comme George Wallace, gouverneur de l’Alabama jusqu’en 1967, et membre de l’American Indépendant Party d’extrême-droite jusqu’en 1970.

Cette nouvelle page s’ouvre sur un acte terroriste perpétré dans l’église baptiste d’une petite ville emblématique des luttes pour l’égalité des droits civiques : Birmingham en Alabama. « Vingt-et-un blessés et quatre enfants assassinés dans la maison du Seigneur (…) Nous comprenions tous ce que voulait dire le docteur King. Le gouverneur George Wallace avait débuté son mandat en disant « La ségrégation à jamais« , et deux semaines avant l’attentat, il disait dans un journal : « Ce dont ce pays a besoin, ce sont quelques funérailles de première classe.« 

Au-delà des faits qui sont décrits, c’est la pérennité de la question Noire aux Etats-Unis qui éclate tout au long de ces pages. Ce sont, près de soixante ans après la Marche historique pour les droits civique sur Washington (28 août 1963), les interpellations et les exécutions expéditives au vu et au su de tous – difficile de ne pas penser à celles qui sont passées sous silence – qui perdurent …

Anne Calmat

Quelqu’un à qui parler – Grégory Panaccione – Ed. Le Lombard

Sortie le 27/08/2021 – Copyright Grégory Paraccione / Ed. Le Lombard – 256 p., 22,50 €

d’après le roman de Cyril Massarotto

Samuel, grand, bel homme, quoiqu’un peu hirsute, se vit comme un minable. Il fête ses trente-cinq ans face à des assiettes vides, souffle les 35 bougies de son gâteau en criant un vigoureux Joyeux anniversaire !!!! Mais le coeur n’y est pas. Il attrape alors son téléphone, appelle son ex d’il y a huit ans, qui l’envoie vertement balader, et réalise qu’il n’a personne d’autre à qui parler, ses voisins et amis – son seul réconfort – étant absents. Soudain, un numéro à huit chiffres lui revient en mémoire : celui de son enfance.

S’il le composait ? À son grand étonnement, quelqu’un décroche. La conversation s’engage avec son interlocuteur… qui n’est autre que lui-même à l’âge de 10 ans.

Mais que dire à celui qu’il fut vingt-cinq ans plus tôt ? Quels conseils lui donner ? Comment le jeune Samuel Verdi, qui rêve d’être footballeur et écrivain, pourrait-il faire confiance à l’adulte désenchanté qu’il a au bout du fil ? Quelles leçons de vie « Samuel l’ancien » pourrait-il donner à celui qui, précisément, a la vie devant lui ?

C’est plutôt l’inverse qui va se produire. Si bien que, chaque soir, grâce au dialogue qui s’est instauré entre eux, Samuel va peu à peu devenir l’acteur de sa propre vie…

Peut-on changer le cours de son existence ? Oui, à condition de le vouloir, et de modifier le regard de l’on porte sur soi.

Une version particulièrement attachante des bienfaits du développement personnel, qui parlera sans aucun doute à plus d’un-e d’entre nous.

Anne Calmat

Depuis tout petit Grégory Panaccione a toujours voulu dessiner. Le jour où son père lui a rapporté son premier Pif Gadget, il a su que, plus grand, il deviendrait auteur de BD.

A 14 ans, il entre à l’Ecole Estienne où il apprend les bases du dessin, du graphisme et de la gravure sur cuivre classique. Il poursuit ses études aux Beaux-Arts de Paris où il approfondit l’étude de la morphologie humaine par la pratique du dessin de nu. Son diplôme en poche, il entame une courte (et frustrante) expérience dans le monde de la publicité.
Il débarque ensuite dans l’univers du dessin animé chez Story, où il fera du storyboard pendant plusieurs années.

En parallèle, il entame une carrière d’auteur de BD chez Delcourt. Son premier album, Toby mon ami, est un récit muet (2012) déjà ambitieux. Il enchaîne avec Âme perdue (2013), Match (2014) et enfin Un Océan d’amour (avec Wilfrid Lupano, 2015) qui lui apportera la consécration et une kyrielle de récompenses (dont le Prix Fnac et une sélection à Angoulême). Depuis lors, on peut noter ses séries comme Chronosquad (avec Giorgio Albertini, 2016) et Minivip & Supervip (avec Bruno Bozzetto, 2018) ou ses one-shot en solo comme Un été sans maman (2019) ou Toajêne (2020). Il participe également à Donjon, la fresque Fantasy scénarisée par Lewis Trondheim et Johan Sfar en illustrant deux albums de la collection Antipodes (Delcourt 2020).

Aujourd’hui il vit à Milan où il continue à expérimenter différentes techniques de dessins (que ce soit en BD ou en animés). Il utilise l’écriture automatique, sans crayonné préparatoires, pour garder le maximum d’expressivité et de naïveté dans son récit.

La poule qui voulait…

d’Hanna Johansen (histoire) et Käthi Bhend (illustrations) – Ed. La Joie de Lire (nov. 2017) – Traduit de l’allemand par Lilo Neis et Anna Salem-Marin.

72 p., 13.90 € (À partir de 5 ans) 72 p., 13.90 €

« Il était une fois trois mille trois-cent-trente-trois poules qui vivaient dans un grand hangar à poules. Dans l’air flottait une odeur puante de fiantes et de graines fortifiantes, et sur le sol, c’était la bousculade, car chaque poule avait juste assez le place pour ses propres pattes, rien de plus. »

Entre pondre des œufs en or – ce qui reste malgré tout hautement improbable – et permettre à trois mille trois-cent trente-trois compagnes de galère de cesser de se piquer du bec entre elles, furieuses de se faire marcher en permanence sur les pattes et de ne pouvoir s’acquitter en toute quiétude de leur mission nourricière, il n’y a pas à hésiter.

© La Joie de Lire.

L’héroïne de cette fable, que n’auraient probablement pas désavouée Jean de La Fontaine, Ésope ou Charles Perrault, n’est peut-être pas encore en âge de déposer son premier oeuf sur l’infâme paillasse qui lui sert de nid, mais elle n’a pas pour autant les deux pattes dans le même sabot. Son picotage assidu dans un angle de leur habitat commun va être pour elle l’occasion de bouleverser sa vie et celle de ses congénères, et de leur permettre de découvrir qu’au-delà de la grisaille de leur quotidien, il y a la verdeur des prés et des pâturages, la blondeur des champs de blé, la quiétude d’une mare aux canards, la saveur d’un tas de fumier mûri à l’air libre. Quant aux œufs en or, ils ont naturellement ici la force d’une métaphore…

Une fable ciselée par les beaux dessins de Käthi Bhend, qui enchantera petits et grands.

Anne Calmat

Ailefroide – Scénario Olivier Bocquet et Jean-Marc Rochette, illustrations Jean-Marc Rochette – Ed. Casterman

Coup d’œil dans le rétro, juillet 2018

POSTFACE BERNARD AMY / Ed. Casterman – 290 p., 28 €

Il n’y a pas deux vies d’alpiniste semblables, parce qu’il n’y a pas deux listes de sommets, de réussites et d’échecs semblables. En revanche, toutes les histoires d’alpiniste ont un point commun : leur commencement. Les débuts en alpinisme de Jean-Marc et Sempé, tels que racontés par Jean-Marc, pourraient sembler anecdotiques. Il n’en est rien. Ils sont remarquablement exemplaires. Ce que vivent aujourd’hui les jeunes gens qui découvrent l’univers de la haute montagne diffère peu de ce que nous montre le récit de Jean-Marc. Et il suffit de lire les nombreuses biographies publiées par les alpinistes depuis que l’ascension des montagnes est devenue un fait social, pour réaliser que tous ont vécu de la même façon leur « entrée en alpinisme ». Bernard Amy

Le peintre-sculpteur Jean-Marc Rochette, co-auteur de la série post-apocalyptique desTransperceneige (Intégrale parue chez Casterman en 2013), signe ici un roman autobiographie d’une incroyable richesse, tant sur le plan graphique qu’émotionnel.

Enfant, à Grenoble, sa double passion pour les arts et les hauteurs lui a été transmise par sa mère, qui l’entraînait dans les musées, mais aussi dans de multiples randonnées pédestres en direction des sommets environnants du Massif des Écrins.

© JM Rochette

On le découvre tout d’abord en arrêt devant une toile de Chaïm Soutine intitulée Le bœuf écorché, émerveillé par la force de l’œuvre. Quelques planches plus loin, le jeune Rochette a accompagné sa mère dans l’une de ces randonnées en moyenne montagne qu’elle affectionne tant. « C’est ce jour-là que je suis tombé amoureux de la montagne. C’était d’une beauté absolue et je n’avais qu’une idée en tête : monter, monter tout en haut. »

© JMR

À l’école, il s’ennuie ferme. Son inclinaison pour le dessin, balayée d’un revers de main par son professeur, est pour lui une source de réconfort. Son second échappatoire va être la varappe le long des parois rocheuses que l’on trouve à l’extérieur de la ville, en compagnie de l’un de ses futurs compagnons de cordée, Philippe Sempé.

Rapidement, leur objectif sera l’escalade de la face nord d’Ailefroide. Mais auparavant, il leur faut faire leurs classes.

Dès lors, chaque expérience va être plus exigeante que la précédente… 

© JMR

Le jeune Rochette a maintenant pris de l’assurance, il tente même l’ascension d’un glacier en solo, pour les beaux yeux de deux filles. Alors qu’il s’attend à être félicité par les alpinistes qu’il a dépassés au pas de charge, il se fait remonter les bretelles pour avoir pris des risques inconsidérés. Il retiendra la leçon et se souviendra de ceux que la montagne a dévorés, sans jamais rendre leurs corps.

Nous partageons avec lui les nuits à la belle étoile, les bivouacs, les avalanches, les chutes de pierres qui exposent au pire (et dont Rochette fera les frais), les crevasses qui happent les corps, les escalades à corde tendueles rappels à l’épaule… 

Que la montagne est belle et vibrante sous les pinceaux de Jean-Marc Rochette !

© JM Rochette

Le récit s’articule autour des différentes ascensions effectuées. Il permet aussi de mettre en lumière les grands noms de l’alpinisme : Edward Whymper, Gaston Rébuffat, Lionel Terray… Et plus près de nous, Bruno Chardin ou Jean-Claude Zartarian. Mais aussi, d’appréhender une époque révolue et une façon, plus romanesque et peut-être moins pragmatique, d’aborder chaque expédition.

Bien qu’ayant dû renoncer à être guide de haute montagne, suite à un grave accident survenu lors d’une course en solo, Jean-Marie Rochette considère qu’être alpiniste, c’est pour la vie. Au retour d’une escalade difficile dans le Massif des Écrins en 2016, il a déclaré à Bernard Amy : Tu te rends compte, je n’avais pas grimpé depuis quarante ans ! Et ce qui est formidable, c’est que tout m’est revenu, comme si ça datait d’hier.

Anne Calmat


Marathon – Nicolas Debon – Ed. Dargaud

JO Amsterdam 1928
Copyright N. Debon (texte et dessin) / Ed. Dargaud – Depuis le 2 juin 2021 – 120 p., 19,99 €

2h 32′ 57″ dans la vie d’un homme…

La bd débute avec l’arrivée des athlètes dans le stade Olympique d’Amsterdam. Les aficionados reconnaissent leurs héros et les exclamations enthousiastes fusent de toutes parts.

En fin de délégation : le marathonien Boughéra El Ouafi. Cette fois, les commentaires sont d’une tout autre teneur.

« Chez ces gens-là, ces indigènes qui ont grandi sous le soleil des colonisés, dans un cadre naturel et immuable où tout semble se répéter, il s’est enraciné comme une paresse héréditaire, une passive nonchalance qui les empêche de concevoir la notion même de compétition« …

Boughéra El Ouafi est sur le point de prouver d’une façon éclatante le contraire.

L’auteur s’attarde tout au long de l’album sur la compétition, dont nous suivons « en direct » les épreuves physiques subies par cet homme humble et doux, que la Fédération française d’athlétisme, et plus largement l’État français, abandonneront par la suite, comme on supprime une ombre au tableau.

Une longue postface consacrée à l’itinéraire de Boughéra El Ouafi parachève cet album qui remet sous le feux de projecteurs injustement éteints l’un des plus grands athlètes du 20è siècle. Remarquable et nécessaire.

Anne Calmat

Nicolas Debon est né en 1968 en Lorraine.
Il étudie à l’école des Beaux-Arts de Nancy, puis enchaîne des petits boulots dans l’administration culturelle.

En 1993, il part au Canada, où il réside une dizaine d’années, et devient notamment, dessinateur de vitraux. Un cours du soir lui fait découvrir l’univers de l’illustration jeunesse.
Ses premiers travaux, publiés par des éditeurs nord-américains, sont bientôt remarqués : il est ainsi finaliste des prix littéraires du Gouverneur général du Canada, et, en 2007, lauréat du Horn Book Award, un important prix américain de littérature jeunesse.

Nicolas vit désormais près de Paris, où il se consacre à l’illustration jeunesse (il a notamment travaillé pour Nathan, Gallimard Jeunesse, Flammarion-Le Père Castor ou Bayard) et, de plus en plus, à la bande dessinée. Il a également participé aux albums collectifs de la série La Fontaine aux fables (tomes 2 et 3, 2004-2006, Delcourt) comme dessinateur, tout en publiant son premier album en solo, Le Tour des géants (2009), chez Dargaud. Depuis, toujours chez le même éditeur, il a sorti L’Invention du vide (2012) et L’Essai (2015).

Le travail de Nicolas Debon se distingue par une extrême sensibilité et par une maîtrise impressionnante du dessin et de la couleur.

Hantée par une vieille folle moralisatrice – Shaghayegh Moazzami – Ed. Cà et Là (Communiqué)

Hantée – Depuis le 4 juin 2021 – Copyright S. Moazzami – Traduction de Hélène Duhamel – Ed. Çà et Là – 208 p., 20 €

Shaghayegh Moazzami est née en 1986 en Iran. En 2010, elle sort diplômée de l’Université des Beaux-Arts de Téhéran. Elle commence sa carrière d’artiste en tant que peintre, mais son intérêt pour la narration la pousse rapidement vers l’illustration et la bande dessinée. En 2016, à l’âge de 30 ans, elle quitte l’Iran pour s’installer au Canada à la faveur d’un mariage blanc. Depuis 2017, elle travaille en tant que dessinatrice pour des sites internet iraniens basés à l’étranger. Hantée est son premier roman graphique.

Elle dit toutes les difficultés qu’elle a connues dans son pays d’origine – aussi bien à l’école qu’au sein de sa propre famille – et qui l’ont poussée à s’exiler. Elle dit surtout comment, une fois arrivée au Canada en 2016, elle n’a pour autant pas réussi à trouver de répit et a continué de subir le poids de la religion et des traditions inculquées dans sa jeunesse.

Un poids qui s’est un jour manifesté par l’apparition d’une vieille femme imaginaire, bigote et ultra-conservatrice. Une vieille femme qui s’est mise à la persécuter, lui reprochant sans cesse son mode de vie occidental et lui faisant des remontrances chaque fois qu’elle faisait quelque chose d’interdit ou de mal vu dans son pays, comme par exemple faire du vélo, fumer quand on est une femme ou boire de l’alcool…

Hantée – Mikaël Ollivier – Nicolas Pliz – Ed. Jungle Frissons

Depuis le 10 juin 2021 – Copyright M. Ollivier, N. Pitz / Ed. Jungle – 128 p., 17 €

Il suffit parfois de presque rien pour que le malheur frappe à la porte. Ça va très vite : Planche 1 : Mathilde, dite Tilda, est à la bourre, sa jumelle accepte de la déposer en scooter au stade, un casque pour deux, son ainée de 25 minutes exige que ce soit Tilda qui le porte. Planche 2 : elles croisent la route d’un livreur qui vient de recevoir un appel sur son portable… Tout cela n’a pris que quelques instants.

La dernière vignette de la planche 2 laisse apparaître une jeune fille (celle de la couverture) au regard insondable, où se mêlent déréliction et contrition. Si seulement elle avait passé moins de temps dans la salle de bains ce matin-là…

Pour Tilda la vie continue malgré tout, malgré elle. Mais différemment.

Et plus précisément, au Refuge, un centre d’aide pour ados en difficulté, en quête de trouver un sens à leur existence. La nuit les pensionnaires aiment à se livrer à des séances de spiritisme. L’entrée en scène d’une « chasseuse de fantômes » – aux noirs desseins – va permettre à Tilda de trouver en elle un moyen inattendu d’y parvenir. N’est pas télépathe qui veut, pourtant Tilda doit se rendre à l’évidence, elle est une « passeuse d’âmes »…

C’est ici que la citation de Victor Hugo, inscrite en exergue de l’album, se rappelle à nous : « Les morts sont des invisibles, mais non des absents. »

Chacun de nous a son avis sur la question, mais qui peut affirmer avec certitude qu’il détient les clés des mystères de l’au-delà ? Qui en effet n’a jamais rêvé que celui ou celle venait de quitter cette terre, demeure à ses côtés ? «La vie n’est qu’un souffle énigmatique et ce qui en résulte ne peut être qu’un souffle énigmatique. », a écrit le peintre Jean Arp.

L’album explore joliment l’idée de vies parallèles, avec, pour peu que l’alchimie ait lieu, de possibles interférences entre les deux mondes.

Il s’agit souvent pour ceux qui sont restés, de dire à ceux qui les ont quittés ce qu’ils n’ont pas su ou eu le temps d’exprimer avant qu’il ne soit trop tard, de remplir le vide que leur disparition a laissé, ou tout simplement de ne pouvoir se résoudre à laisser s’envoler à jamais cette autre partie d’eux-mêmes.

Mais eux, ces immatériels, qu’attendent-ils ? Ne seraient-ils pas les otages de ceux qui refusent de les laisser aller vivre une tout autre vie dans cet Ailleurs qui les attend ?

Anne Calmat

Nicolas Pitz (Bruxelles) est à la fois formateur en webdesign et auteur de bande dessinée. On lui doit la trilogie Luluabourg, mais aussi Les jardins du Congo et Montana 1948 (v. BdBD Archives). En 2018, il se lance dans la bande dessinée jeunesse en adaptant les romans de Malika Ferdjoukh : La Bobine d’Alfred et Sombres citrouilles chez Rue de Sèvres. En 2020, il dessine Traquée avec Fabien Grolleau chez Glénat.

Mikaël Ollivier (Paris) écrit des films et des livres depuis une vingtaine d’années (La vie en gros, Eden, Tout doit disparaitre chez Thierry Magnier ou encore Trois souris aveugles, L’Inhumaine nuit des nuits chez Albin Michel. Pourtant, il ne sait toujours pas comment l’on fait, ni pourquoi. C’est sans doute pour cela qu’il continue aussi passionnément. Parce qu’il est encore un débutant, et compte bien le rester, comme en atteste cet album, son tout premier scénario de bande dessinée.

La Nuit de la Saint-Jean – Reetta Niemensivu – Ed. Cambourakis –

arton2266
Copyright R. Niemensivu (scénario et dessin) / Cambourakis – 94 p., 18 euros

Coup d’oeil dans le rétro (17 juin 2016)

Il est des images ou des sensations qui renvoient instantanément à des épisodes à jamais inscrits dans notre mémoire. Un air de musique ou le parfum entêtant d’une fleur et c’est tout un pan de notre vie qui ressurgit.

Dans cette BD autobiographique, écrite sous la forme d’un long flash-back, un gros orage est venu troubler la quiétude d’une soirée familiale. La grand-mère de l’auteure se souvient de celui, plus terrible encore, qui changea le cours de son existence, alors qu’elle sortait à peine de l’enfance.

Autrefois, raconte-t-elle, le solstice d’été était – et demeure – une source de fantasmes pour beaucoup de filles et de garçons. Fantasmes réalisables, croyaient-ils, par la pratique de rites d’envoûtement, issus de traditions païennes…


Sur les premières planches de l’album, deux groupes d’adolescents s’observent en catimini. Eux font leur choix, élaborent des stratégies d’attaque, elles font mine de regarder dans une autre direction.

Le souvenir de rites ancestraux, censés attirer les faveurs de l’élu(e), vient alors en renfort : cueillir une fleur de fougère la nuit de la Saint-Jean apportera richesse, amour et bonheur éternel à celui ou celle qui l’a dénichée. Enfouir son corsage dans une fourmilière pendant trois nuits consécutives donnera un pouvoir de séduction à nul autre pareil. Se rouler nue dans un champ de seigle mènera immanquablement à l’être aimé. Certaines jeunes filles y croyaient, d’autres non. Les garçons optaient en général pour des « travaux d’approche » plus expéditifs.

La Saint-Jean cette année-là (nous sommes en 1920) coïncidait avec la Confirmation des adolescentes, (l’équivalent chez les luthériens de la Communion solennelle des catholiques). Presque tous les villageois étaient réunis dans la paroisse pour assister à la cérémonie, qui selon la tradition devait s’achever par un immense feu de joie sous le soleil de minuit. L’arrivée d’un nouveau pasteur, dont ce devait être le premier prêche, ajoutait encore à l’exaltation générale.

Mais il en fut tout autrement…

L’auteure finnoise livre un album étrange et décalé, qui ne manque pas charme. Le trait tout en rondeurs et les dessins à dominantes brun clair, sépia et blanc servent particulièrement bien cette histoire, dont l’issue déroutera probablement plus d’un lecteur, quant au sens à lui donner.
Anne Calmat

Reetta Niemensivu est née à Parkano, une petite ville de Finlande, en 1979. Elle suit des études de graphisme et d’illustration à Lhati et Helsinki, avant de devenir illustratrice et auteur de bandes dessinées. Elle puise son inspiration dans ses souvenirs et les histoires qu’on lui racontait encore enfant. Plusieurs anthologies ont recensé son œuvre et inscrivent Reetta Niemensivu parmi les auteurs remarqués de la bande dessinée finlandaise. La nuit de la Saint-Jean était sa troisième publication.

La mémoire dans les poches – Luc Brunschwig – Etienne Le Roux – Ed. Futuropolis

Copyright L. Brunschwig (scénario) et E. Le Roux (dessin) /Futuropolis, 2017 – Coffret 3 volumes 49,40 €

Coup d’œil dans le rétro

La Mémoire dans les poches raconte la destruction d’une famille dont les liens se sont tissés sur de fausses bases et un rapport idéalisé entre trois êtres qui croyaient parfaitement se connaître.

Sur la première planche du tome 1, un certain Sidoine Letignal, un jeune enfant dans les bras et un chien collé à ses basques, tente d’acheter une boîte de lait Premier âge et un biberon dans une pharmacie. Face aux questions inquisitrices de la vendeuse, il s’enfuit. On le retrouve un peu plus tard dans le bistrot où il a trouvé refuge. Une jeune mère allaite son bébé, Letignal lui demande si elle verrait un inconvénient à en faire autant pour ”le sien”. Tollé général, l’homme est sommé de s’expliquer.

Didoine raconte alors son histoire – à laquelle se mêlent, pour nous lecteurs, quelques réminiscences de son enfance durant la Seconde Guerre mondiale.

L’histoire du couple qu’il formait il y a encore peu de temps avec sa femme, Rosalie. Un couple exemplaire au service des plus déshérités, admiré de tous, et avant tout de leur fils Laurent, un écrivain en devenir qui a suivi les traces parentales en donnant des cours d’alphabétisation dans un centre socio-culturel…

T. 1

Le septuagénaire explique qu’il n’a pas bronché lorsque Rosalie a refusé catégoriquement d’accueillir chez eux la jeune protégée de Laurent, une réfugiée algérienne sans papiers, enceinte de huit mois ; mais qu’il a quitté le domicile conjugal lorsque Malika a été expulsée de France, contrainte d’abandonner l’enfant du déshonneur, conçu hors-mariage en Algérie. ”C’était moi la cause de toute cette chienlit, je me suis dit que c’était peut-être un service à rendre”. Il aurait pu ajouter ”pendant qu’il en était encore temps”.

T. 2

Pourquoi cet homme a-t-il rompu les amarres de façon aussi radicale ? On se dit que sa décision n’est pas sans rapport avec les images en flash-back qui le montrent enfant, du temps où il s’appelait Isaac.

Le second opus se concentre sur Laurent. Son père a disparu depuis trois ans avec le bébé de Malika. Le jeune homme est maintenant un écrivain à succès que l’on invite sur les plateaux de télévision. Un soir, l’occasion lui est offerte de lancer appel à témoins via le petit écran. Le voyage qu’il va par la suite entreprendre pour retrouver le fugitif sera pour lui l’occasion de lever une partie du voile sur ce qui a été tu pendant trop longtemps.

On n’en dira pas beaucoup plus, si ce n’est que cet épisode n° 2 est celui de la vérité si complexe des êtres et des choses : le malentendu sur lequel s’est fondé l’union en apparence idyllique de ses parents, les rancœurs de sa mère, la pusillanimité de son père, qui n’avait d’autre étai que la cellule familiale.

Le tome 3 revient longuement la quête du fils de Didoine et sur la genèse de son geste. On comprend pourquoi la tentation pour lui de faire taire ses convictions humanistes afin garder la stabilité du lien qui le protégeait des fantômes de son passé, a d’abord prévalue, et pourquoi elle a ensuite été balayée par l’absolue nécessité de venir en aide à la jeune fille.

La fin de ce roman graphique est particulièrement forte. Elle renvoie à ces hommes et ces femmes qui, au soir de leur vie, voient ressurgir des pans entiers de leur jeunesse et s’effacer les souvenirs des années qui ont suivi, réduites bien souvent pour eux à quelques dates griffonnées sur un morceau de papier enfoui dans leurs poches.

T. 3

On ne peut que souscrire au commentaire que fait l’éditeur à propos de ce triptyque intimiste : « À la justesse de l’écriture de Luc Brunschwig, répond la sensibilité du dessin d’Étienne Le Roux, pour offrir à cette histoire du quotidien, une lumière et une chaleur qui pourraient être celles de l’humanité. »

Anne Calmat