Archives de catégorie : BD 2021-2022 + archives

Retrouvez toutes nos chroniques journalistiques et nos coups de projecteur.

Cache-cache bâton – Emmanuel lepage – Ed. Futuropolis

COMMUNIQUÉ
Depuis le 16 novembre – Copyright E. Lepage / Futuropolis – 304 p., 29,90 €

Le mot de l’éditeur À vous, je peux bien le dire : Cache-cache bâton restera l’un des livres majeurs que j’ai publiés depuis, disons, quelques décennies. Dans mon panthéon, où il fait moins froid que dans celui de la montagne Sainte-Geneviève, je compte déjà lui donner une place de choix, aux côtés de Déogratias (J-P Stassen), de L’Aigle sans orteils (C. Lax), du Sursis (J-P Gibrat), du Photographe (Guibert – Lefèvre), des Ignorants (E. Davodeau), de La Terreur des hauteurs (J-C Denis, si injustement ignoré), de Bella ciao (Baru), pour ne parler que de ceux-là. Lisez Cache-cache bâton, et je vous fiche mon billet que vous en serez tout remués par l’émotion et par la beauté.

Emmanuel LepageDe 5 ans à 9 ans, j’ai vécu en communauté. J’ai toujours su que je le raconterai un jour. Pour mes parents, il s’agissait d’une démarche intellectuelle, spirituelle et philosophique. Je me suis rendu compte que dans tous mes livres la vie en communauté transparait. Il m’a fallu du temps pour trouver la forme narrative pour raconter cette histoire-là.

Ton projet me donne des sueurs froides… Tu aurais pu attendre qu’on soit morts… À la sortie de ton livre, on prendra de longues vacances, loin de tout, de nos amis, de nos voisins ! », dit Jean-Paul à son fils.
J’ai besoin de savoir d’où vous venez, vous et les autres. J’ai besoin de comprendre ce qui vous a poussé à créer une vie communautaire », lui répond Emmanuel.

Il s’agit pour l’auteur de comprendre pourquoi ses parents et cinq autres couples, tous « chrétiens de gauche », venus de milieux différents, se connaissant à peine, ont un jour décidé de vivre pleinement cette utopie.

Pour cela, il lui a fallu interroger, écouter, plonger dans ses souvenirs.

En partant de son récit familial, Emmanuel Lepage retrace finalement une histoire sociale de la France des années 1960 et 1970, comme il interroge les tentatives d’aujourd’hui de « tout remettre à plat  » et d’autres façons d’être ensemble.

Ce récit, où la couleur est un élément narratif puissant, se termine par Je suis de là . Emmanuel Lepage signe ainsi un livre intime sur la transmission et vient toucher à cet universel constat : on est de son enfance.

Emmanuel Lepage est né en 1966. Il vit dans les Côtes-d’Armor. Jean-Claude Fournier, Pierre Joubert, Christian Rossi. Trois auteurs, trois dessinateurs qui ont concouru, chacun à leur manière, à faire d’Emmanuel Lepage ce qu’il est aujourd’hui : l’un des plus grands auteurs de la bande dessinée contemporaine. 

Il a reçu de nombreux prix, parmi lesquels le Grand Prix du festival Quai des bulles de Saint-Malo (2012) et le Grand Boum de la ville de Blois (2018). 

En septembre 2021, il a été nommé peintre officiel de la Marine. Il est le premier auteur de bande dessinée à recevoir cette distinction.

Voir Archives : Les Voyages de Jules

Les Tompettes de la mort – Simon Bournel-Bosson – Ed. L’Agrume

Depuis le 13 oct. 2022 – © S. Bournel-Bosson (scénario et dessin) / Ed. L’Agrume – 240 p., 29 €

Suite aux démêlés conjugaux de ses parents, Antoine est confié pour un temps à ses grands-parents paternels. « Tu seras bien ici« , lui a dit son père pour se donner bonne conscience. Au vu des expériences antérieures, Antoine est loin d’en être convaincu.

Ils vivent dans une maison isolée au milieu de la forêt vosgienne. Coincé entre une mamie pleine de bonne volonté mais un peu vieux jeu, et un papy hostile à sa présence, le jeune garçon attend avec impatience que ses parents reviennent le chercher. Son cadre de vie lui semble sinistre, la nature environnante, hostile. Et ce ne sont pas les nombreux trophées de chasse qui ornent les murs de l’entrée qui risquent de le faire changer d’avis. Pour l’heure, Antoine se détend en visant des cibles avec une carabine à bouchon, à défaut de pouvoir regarder tranquillement ses émissions préférées. L’essentiel pour lui est de se tenir à distance de cet ours mal léché, maniaque du martinet, qu’est son grand-père (qu’il ne détesterait sans doute pas dégommer au passage).

(détail planche)

Un jour pourtant, il est contraint de le rejoindre dans la forêt pour une cueillette de champignons, et plus précisément une cueillette de trompettes de la mort.

Eu égard au titre de l’album, nous marquons ici une pause afin de rappeler qu’il ne faut pas les confondre avec les redoutables amanites phalloïdes, dont l’appellation évoque plutôt Eros et Thanatos ; les trompettes étant au contraire tout à fait comestibles, et même très appréciées des gourmets.

détail planche

À un certain moment, Antoine s’éloigne du sentier qu’ils venaient d’emprunter, et il se perd. Il tombe alors sur un champignon étrange, s’en empare, tout se met à tourner autour de lui, il s’évanouit. À son réveil, il n’est plus un enfant de dix ans, mais un chevreuil.

Le dessin que l’on découvre sur la première planche de l’album, et qui montre un chevreuil blessé – peut-être à mort – par une flèche, prend alors tout son sens.

Les très belles planches qui suivent ne sont pas sans renvoyer à des souvenirs d’enfance, et parmi eux, à Bambi, contraint désormais de se débrouiller seul, en évitant les dangers qui le menacent. À commencer par les chasseurs et leur meute de chiens…

Alors que sa grand-mère s’inquiète pour lui, son mari bat la campagne fusil au poing.

Cette course-poursuite va atteindre son paroxysme au moment où le vieil homme se retrouve face à sa proie. Quelle proie ? Tout reste possible.

© P. Bournel-Bosson

Une réussite absolue, un conte initiatique et fantastique captivant, doublé d’un coup de maître de la part de son auteur, dont c’est la première bande dessinée.

Anne Calmat

Une farouche liberté – Giselle Halimi, la cause des femmes – Ed. Steinkis

En librairie à partir du 6 octobre 2022 – Copyright Annick Cojean et Sophie Couturier (scénario), – Sandrine Revel (dessin) – Myriam Lavialle (couleur) / Steinkis Ed – 137 p., 22 €

Cette année, la France commémore les 50 ans du procès de Bobigny. Un procès, mené en novembre 1972 par l’avocate Gisèle Halimi, lequel est entré dans l’histoire pour avoir eu pour effet la relaxation d’une mineure, accusée de s’être rendue coupable d’une interruption volontaire de grossesse consécutive à un viol. Le retentissement sociétal et médiatique dudit procès a été tel que deux ans 1/2 plus tard, la loi Veil (janv. 1975) mettait fin à la pénalisation de l’IVG.

On ne naît pas femme, on le devient, écrivait en 1949 Simone de Beauvoir dans Le deuxième sexe.

On ne naît pas féministe, on le devient affirmera à son tour Gisèle Halimi quelque vingt ans plus tard. Mais nous allons voir que sa lutte en faveur de l’IVG et contre le viol, qui était au cœur du procès de Bobigny, n’ont pas été les seuls combats que cette guerrière a menés au cours de sa vie, mise au service de la justice.

Nous découvrons tout d’abord son enfance en Tunisie, puis, les prises de conscience précoces de la jeune Gisèle et son refus d’un destin assignée par son genre. Un refus qui la conduira à une vie de combats en faveur des femmes, de la parité et, dans un autre domaine, en faveur de la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Dès sa naissance, Gisèle est une source de déception pour son père. Une fille ! Inenvisageable !

Une fille donc, élevée comme une fille, dans la plus pure tradition judaïque. Avec certes quelques copains de jeux admis, qu’elle devra abandonner à la puberté pour se préparer à être une épouse attentive au bien-être de son conjoint – et aussi, en ce qui concerne son modèle familial, de ses fils à venir.

Mais la jeune fille ne suit pas la même voie que sa mère – qui par ailleurs savait porter la culotte et imposer ses vues à son époux, lorsqu’elle le jugeait nécessaire. Elle entre en résistance et, à la lueur de son ressenti, se forge un caractère d’airain. Elle se fixe des objectifs et ne ménage pas ses forces pour les atteindre.


p 30-32  » Perçue comme une extraterrestre par mes parents, je me suis jetée passionnément dans les livres. Ils étaient mon oxygène, ma bouée de sauvetage, mes meilleurs amis. 
Évidemment, toutes ces lectures éveillaient en moi un bouillonnement de questions et d’idées.
En même temps que je m’ouvrais sur l’histoire, la philosophie, la politique, je remettais peu à peu en cause tous les fondements de l’ordre régissant notre société. »

Désormais, plus rien ne peut plus arrêter Gisèle Halimi.

Août 2020

Une magnifique BD, composée à partir du roman autobiographique éponyme de Gisèle Halimi, co-écrit avec Annik Cojean, publié aux Ed. Grasset.

À l’approche des commémorations du soixantième anniversaire de la fin de la Guerre d’Algérie, le 18 octobre 2022, et au regard de la situation des femmes dans le monde, pour laquelle un long chemin reste à parcourir (y compris dans les pays où leurs droits semblent mieux reconnus), une panthéonisation aux côtés de Simone Veil, ou bien un hommage national rendu aux Invalides, seraient légitimes. Où en est le dossier ?

A. C.

Coup d’œil dans le rétro – Love story à l’iranienne

love-story-a-l-iranienne
Copyright J. Deuxard (scénario), Deloupy (dessin & couleur) – Ed. Delcourt, 2016 -144 p., 17,95 €
Copyright Le Monde, 27 septembre 2022. « Dans les rues d’Iran, la liberté et la rage de la jeunesse : « Je me bats, je meurs, je récupère l’Iran »

Jane Deuxard est  le pseudonyme d’un couple de journalistes qui a sillonné l’Iran à la rencontre de sa jeunesse.

On découvre leur reportage, dont on mesure, à la lueur de petites scènes introductives et transitoires, les conditions particulièrement périlleuses. Pour mener à bien leur projet, les auteurs en effet ont dû braver les sbires de Mahmoud Ahmadinejad, puis d’Assam Rohani, dépasser leur peur des bassidjis (les anges gardiens du régime), de la police et des contrôles incessants.

LOVE STORY_INTcs6_C.indd

Les entretiens ont eu lieu dans des parcs, des cimetières ou des hôtels désaffectés. Celles et ceux qui s’expriment ici vivent à Théhéran, Shiraz, Ispahan, Yazd… Ils se prénomment Gila, Mila, Saviosh, Vahid, Zeinab, Kimia, Omid, Nima et ont entre 20 et 30 ans. Ils sont étudiant, médecin, enseignant, infirmière, femme d’affaires, serveur ou sans emploi. Tous ont pris le risque de se confier. Leur parole les révèle à eux-mêmes, tant les occasions de s’épancher sont rares. Ils parlent pour se libérer, se connaître, faire connaissance avec leur partenaire. Ils expriment leurs désillusions face à un régime que l’arrivée d’Hassan Rohani en 2013 n’a en rien libéralisé.

Les tout-puissants ont l’œil sur tout, ce qui n’empêche ni la corruption ni les petits arrangements avec les interdits, comme par exemple enchaîner les « mariages temporaires » ou filer à Dubaï pour y rencontrer de jolies prostituées.

Au fil des pages, ceux qui ont désappris à rêver déclinent leurs pauvres stratagèmes pour tenter de vivre leur jeunesse malgré tout, s’enlacer, flirter, s’aimer. Mais le prix à payer est élevé : un couple non marié se voit contraint de  régulariser ou de payer une forte amende. Les amoureux en sont réduits à trouver des « cachettes », à s’embrasser à la sauvette et à se contenter de rapports « incomplets », puisqu’un test de virginité peut être réclamé par la belle-famille. Le feu vert pour le mariage passant par les parents, les conditions sont draconiennes : possession d’un diplôme, d’un appartement, d’une voiture. Les fiançailles peuvent ainsi se prolonger pendant plusieurs années.

Le régime n’admet aucun écart : écouter de la musique, danser, jouer d’un instrument, boire, même en privé, exposent à la prison, au passage à tabac ou, dans le meilleur des cas, au pot-de-vin. Fumer en public est interdit aux femmes, le voile ajusté est bien entendu obligatoire.

LOVE STORY_INTcs6_C.indd

Certains rêvent de partir, conscients malgré tout qu’ils exposent leur famille, qui sera lourdement pénalisée. D’autres trouvent la force de jouir de la transgression et du risque, qui sont autant de parades contre l’ennui profond qui mine la société iranienne.

page46image14248

L’ensemble est d’autant plus saisissant que les émotions et les ressentis sont exprimés au travers de représentations fantasmagoriques particulièrement éloquentes : mère récriminatrice à neuf têtes, « mollah-ogre » s’apprêtant à ne faire qu’une bouchée du peuple iranien…

La simplicité et l’authenticité des témoignages satisfont en tous points notre désir d’en savoir plus sur la vie en République islamique d’Iran, mais laissent l’impression d’un gâchis irrémédiable. On ne peut que compatir à cette jeunesse, qui dit d’elle-même qu’elle est sacrifiée.

Nicole Cortesi-Grou, 11 janvier 2016

Les yeux perdus – Ed. Dargaud

En librairie le 27 mai 2022 – Copyright Diego Agrimbau (scénario) Juan Manuel Tumburús (dessin, couleurs) / Dargaud. 80 p., 16,50 €

1917. Durant la Première Guerre mondiale, quelque part en Europe.

Dans un orphelinat, apparemment vidé de la plupart de ses occupants, vivent, ou plutôt survivent un frère et sa sœur, Otto et Ofélia, à la merci du fils des anciens propriétaires des lieux, Maurice, un être dont la cruauté et le cynisme peuvent être sans limites, dont ils sont à la fois les victimes et les complices. Tous trois se nourrissent de chair humaine, celle des soldats blessés et affaiblis qui se sont égarés dans les bois alentours. Otto et Ofélia leur font miroiter un repas chaud, les mettent en confiance et les ramènent à l’orphelinat. En un rien de temps, la hache de Maurice s’abat sur leur nuque et ils passent de vie à trépas.

Nul doute que c’est le sort que le maître des lieux réserve aux deux enfants lorsqu’il jugera qu’il a assez de provisions pour attendre la fin de la guerre.

On découvre quelques planches plus tard qu’ils ne sont pas les seuls survivants dans ce monde apocalyptique décimé par le typhus, et que quelque part, dans les « limbes » de l’énorme bâtisse, des poupées énuclées attendent qu’on leur rende leurs yeux pour renaître à une forme de vie. Comme le font les zombies. Et qu’il en est de même pour les parents et les frères et soeurs de cet adolescent au cœur d’airain – mais cependant vulnérable, tassées sur un canapé, totalement inexpressifs.

Otto le trouillard parviendra-t-il à dérober le bocal rempli des globes oculaires que Maurice a arrachés à ses victimes comme autant de trophées ? Qu’adviendra-t-il de tous ceux qui n’étaient déjà plus qu’un souvenir ?

Un scénario et des images d’une force émotionnelle inouïe qui hantera probablement celles et ceux qui partiront à la rencontre de ce monde à la fois cauchemardesque et captivant.

Anne Calmat

Les auteurs

D. A.

Diego Agrimbau (scénario) réalise des bandes dessinées depuis le début des années 1990. Après diverses expériences d’auto-édition, il devient scénariste de bande dessinée en 2003. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des artisans du renouveau de la bande dessinée argentine.

Narrateur aux multiples talents, il a collaboré au cours des dix dernières années avec de nombreux dessinateurs et écrit pour des genres aussi distincts que la science-fiction, l’érotisme, les récits du quotidien ou la bande dessinée jeunesse.

Son travail a été primé à des nombreuses reprises : il a notamment reçu le Prix Utopiales 2005 et Premio Solano López 2010 pour « La Burbuja de Bertold » (« La Bulle de Bertold ») ; I Premio Planeta DeAgostini de Cómics 2009 pour « Planeta Extra » ; Creacomics 2009 pour « La Última Gota ».

Il a été accueilli en résidence à la maison des auteurs avec le dessinateur Lucas Varela pour « Diagnostics » (Tanibis, 2013), un album d’histoires brèves dans lesquelles les personnages souffrent de troubles psychiatriques. Chacun des récits explore différents dispositifs narratifs du langage de la bande dessinée.

En 2019, la collaboration entre les deux hommes continue avec un récit de science-fiction post-apocalyptique très attendu, « L’Humain » (Dargaud, 2019).

En 2022, il s’associe à Juan Manuel Tumburus autour du présent titre, « Les Yeux perdus », de nouveau aux Ed. Dargaud.

J-M. T.

Juan Manuel Tumburús (dessin, couleurs)est né à Buenos Aires, en Argentine, en septembre 1981.

Il est illustrateur, caricaturiste et directeur artistique.

Il a commencé dans l’industrie du spectacle à l’âge de 20 ans, dans un studio dans un studio d’animation.

Il a travaillé sur trois longs métrages d’animation, des dizaines de publicités et plusieurs publications de bandes dessinées, notamment pour des éditeurs tels que Dark Horse Comics, Heavy Metal et Dargaud en 2022, avec les « Yeux Perdus »

Il est actuellement directeur de la création de « Blu y orgulloso padre de Dante ».

Derrière le rideau – Sara del Giudice – Ed. Dargaud

Sortie le 8 avril 2022 – Copyright S del Giudice (scénario et dessin) / Dargaud – 140 p., 18 €

L’histoire débute en 1937, Yaël (la narratrice) a huit ans, sa sœur Émile, trois de moins. Aucune ombre ne vient ternir le bonheur de cette famille en apparence unie, si ce n’est peut-être l’attitude que les grands-parents maternels affichent à l’encontre de leur gendre, qu’ils qualifient avec réprobation de « goy » (de non-Juif).

La vie des deux fillettes va basculer une première fois lorsque leur mère décède et que leur père se remarie avec la blonde Ophélie. Nous sommes en 1939. Pour elles, cette usurpatrice, à qui elles trouvent tous les défauts, ne saurait remplacer la disparue.

14 octobre 1940, promulgation du statut des Juifs

Mais rapidement, le principe de réalité de la guerre qui vient d’être déclarée entre la France et l’Allemagne, avec ses premiers décrets antisémites, relègue au second plan leur ressentiment contre la jeune femme ; si bien que sa présence apaisante aide à juguler l’inquiétude que l’absence du père, parti au Front, provoque chez ses deux filles.

Mais voilà que déjà un bruit de bottes résonne dans l’escalier qui mène à l’appartement qu’occupent Ophélie, Yaël, Émilie et la dévouée Mme Petit…

Simplicité du trait, fluidité, du récit, justesse des dialogues, aucune fausse note. La dernière planche est admirable.

Anne Calmat

Sara del Giudice est née à Milan en 1998.
Depuis toute petite elle rêve de devenir autrice de livres pour enfants.
Après avoir obtenu un diplôme à l’IED de Milan en Illustration, elle a choisi de suivre un master de BD à l’École supérieure de l’Image d’Angoulême. Forte de son parcours, elle se lance dans la réalisation de sa première BD, Derrière le rideau, qui à bien des égards évoque Le Journal d’Anne Frank.

Naphtaline – Sole Otero – Ed. Ça et Là

Depuis février 2022 – Copyright S. Otero / Ed. Ça et Là – 336 p., 25 €

Argentine, 2001. Rocio, sa mère, son père et son frère s’avancent à pas lents dans les allées du cimetière, tenant à bout de bras le cercueil de Vilma. Pourquoi la grand-mère de Rocio est-elle enterrée sans aucun autre membre sa famille ? Probablement en raison du caractère épouvantable de cette femme qui s’était peu à peu coupée du monde, ne gardant qu’un lien étroit avec sa petite-fille. Et pourquoi ce caractère épouvantable ? On apprend que la vie de Vilma dans la société patriarcale argentine du début du XXe siècle a été une longue suite de désenchantements et de sacrifices, qui l’ont progressivement rendue acariâtre. 

Rocio décide d’emménager dans la maison qu’occupa Vilma ; une belle opportunité dans un pays qui connaît une forte crise économique et politique. La jeune femme voit alors ressurgir une multitude de souvenirs qui vont lui permettre de retracer le parcours de cette immigrante italienne, humiliée, trahie, étouffée sous les conventions sociales qui prévalaient dans l’Argentine des années 1920. Rocio va aussi prendre la mesure des  tragédies qu’a vécues sa famille et mettre en perspective son propre itinéraire. Ce sera l’occasion pour elle de se questionner sur ses choix de vie, sur l’intensité de ses amitiés, sur ses relations avec ses parents. L’occasion aussi d’aborder la question du genre et de la sexualité et des aspirations profondes de chacun.

Sole Otero livre ici un ample récit d’une grande tendresse sur le temps et la famille.  La narration sur plusieurs époques, l’inventivité du découpage et de la mise en scène, les jeux sur les couleurs, font de ce roman graphique une jolie découverte. Point névralgique du récit, la maison familiale rassemble aussi bien qu’elle enferme celles et ceux qui l’habitent ou l’ont habitée…

Sole Otero (née en 1985, à Buenos Aires) est autrice de bande dessinée, illustratrice jeunesse et designer textile. Diplômée de l’Université de Buenos Aires en design textile en 2010, elle a enseigné la broderie, le tricot et la création en feutrine.
Son travail d’illustratrice jeunesse l’a amenée, depuis 2006, à publier à l’international (Chili, Pérou, Brésil, Colombie, Bolivie et Finlande). Autrice de plusieurs bandes dessinées en ligne, son premier album La pelusa de los días paraît en Espagne en 2015. Elle a depuis réalisé six albums parmi lesquels Naftalina, lauréat du Prix FNAC-Salamandra 2019, que la maison d’édition française çà et là publiera en 2022 et Intense, publié en juin 2021 aux éditions Presque Lune. Elle a fait partie du collectif latino-américain Historietas Reales ainsi que du collectif international Chicks on comics. Elle a enseigné l’illustration traditionnelle et numérique ainsi que la bande dessinée et dispense actuellement un cours sur la couleur pour le site Domestika. Sole Otero est actuellement en résidence à la Maison des Auteurs d’Angoulême où elle travaille sur son nouveau projet de bande dessinée dans lequel elle explore un autre genre ; le réalisme magique.

Transitions – Journal d’Anne Marbot – Elodie Durand – Ed. Delcourt / Mirages

© E. Durand / Delcourt – Depuis 2021 176 p., 22,95 €

Transitions est l’histoire d’un changement de genre, thématique autour de laquelle les langues se délient et qui a fait l’objet de plusieurs œuvres documentaires ou de fiction ces dernières années (v. ci-dessous), montrant souvent le décrochage familial qui se produit lors de ces « coming out ».

POLLY BdBD/Arts + (août 2022)

La vie d’Anne Marlot vacille le jour où sa fille Lucie,19 ans, lui confie qu’elle est un garçon. Anne n’a pas su voir que Lucie se questionnait sur son identité sexuelle. Maintenant il faut qu’elle « encaisse » ce qui est devenu une évidence pour celle qu’il lui faudra bientôt l’appeler Alex.

« J’étais sans modèle. Je n’étais pas préparée. J’ignorais tout de la  transidentité. »

Anne va batailler pendant plusieurs mois, se déconstruire, s’ajuster à son enfant pour se fabriquer un autre regard, un nouveau paradigme. Se défaire du sentiment de culpabilité qui l’avait tout d’abord envahie, l’empêchant ainsi de voir la situation sous un angle apaisé et lui permettant de comprendre que le choix d’Alex n’est pas un échec.

« Vous savez, les genres féminin et masculin sont les deux extrêmes d’un état. Chacun est libre de mettre le curseur où il veut, où il peut. » lui avait dit d’entrée de jeu la psychologue…

Une réflexion intelligente qui démontre une fois encore que tout ce qui nous est inconnu crée instinctivement de la défiance et que seul le temps aide à comprendre et à mesurer chaque événement pour accepter les choix de ceux qui nous entourent… À accepter l’Autre, tout simplement.

A.C.

En attendant Bojangles -ingrid Chabert – Carole Maurel – Ed. Steinkis

Réédition, sortie de 13 janvier 2022 – Copyright I. Chabert, C. Maurel / Ed. Steinkis – 104 p, 20€

Il y a d’abord eu l’immense succès du roman d’Olivier Bourdeaut, puis son adaptation pour le théâtre suivie de la BD (première édition en 2017) et d’une toute récente version cinématographique. Retour sur la BD.

Couverture réédition

Le scénario ? Un jeune garçon, son père et sa mère, figure centrale du récit, vivent en osmose dans le monde chimérique qu’elle a construit pour eux. Il y a aussi mademoiselle Superfétatoire, un échassier qu’ils ont ramené d’un voyage en Afrique, ainsi que le grand ami de la famille, qu’ils appellent affectueusement « l’Ordure ». Et enfin, tous ceux qui gravitent en permanence autour du couple, un verre de champagne à la main. Elle est excessive, fantasque, imprévisible, à la recherche d’une extase perpétuelle, dont toute contingence matérielle doit être bannie. Et n’a de cesse d’entraîner les deux hommes de sa vie dans un tourbillon perpétuel d’insouciance. C’est ainsi que, parmi la tonne de courrier accumulé sans qu’il ait jamais été question d’en décacheter un seul, se trouve celui qui risque de peser lourd dans leur existence. L’enfant n’est pas dupe, mais par amour filial, il joue le jeu et fait tout ce qu’il peut pour que l’incandescence de leur vie ne connaisse aucune éclipse. Il est le narrateur pétri d’humour et de bon sens de cette histoire douce-amère ; mais on peut en lire çà et là une version contrastée au travers du journal que le père tient régulièrement.

On pense bien entendu à l’univers de l’écrivain américain Francis Scott Fitzgerald, mais aussi à la légèreté d’un Boris Vian, qui a su conjuguer pureté des sentiments, féérie du langage et insolence de l’humour.

Nina Simone

Dans En attendant Bojangles, qui emprunte son titre à celui interprété par Nina Simone*, les éclats de rire vont au fur et à mesure du récit se faire assourdissants et les excès ressembler à une fuite en avant. Jusqu’au jour où la mère va trop loin. Dès lors, ce qui avait le charme (trompeur) de la folie douce va prendre un tout autre relief…

Bill « Bojangles » Robinson, naissance William Luther Robinson (Richmond, 25 mai 1878 – New York City, 25 novembre 1949), Il a été un danseur, acteur et acteur de cinéma États-Unis.

Bojangles

Le père, fou d’amour pour sa femme, et le fils feront tout pour éviter l’inéluctable pour que la fête continue coûte que coûte.

Un graphisme tendre et délicat pour une adaptation totalement réussie. Les critiques de la version cinématographique sont dithyrambiques, il ne vous reste que l’embarras du choix.

Anne Calmat

https://youtu.be/fOHZVK9AHaQ

La conférence, d’après une nouvelle de Kafka – Mahi Grand – Ed. Dargaud

En librairie le 21 janvier 2022 – Mahi Grand / Dargaud – 128 p., 19,99 €

Un appartement bourgeois, boiseries, masques africains accrochés au mur. Un homme à son bureau. Il écrit le discours qu’il s’apprête à faire devant les membres de l’Académie des Sciences pour raconter son expérience, celle de sa fabuleuse métamorphose : en cinq années, il est passé de sa condition de singe à celle d’humain, jusqu’à en perdre une bonne partie de son apparence simiesque.

Avec en toile de fond : la colonisation, la lutte pour la survie de ceux qui ont été privés de liberté, leur exhibition aux regards des curieux.

Le voilà maintenant devant un parterre de « vieilles barbes ». Il se raconte et nous raconte comment il a été capturé en Afrique, puis envoyé en Europe au fond de la cale d’un navire. Le singe qu’il était a compris que sa seule issue pour échapper à l’enfermement était de renoncer à sa nature d’origine et de s’adapter au monde des humains. La condition de sa survie : courber l’échine, consentir à tout et observer l’homme pour mieux l’imiter, le singer jusqu’aux moindres de ses défauts… Mais peut-on se défaire de soi pour devenir un autre ?

Superbe, tant par ce que dit l’histoire, que par le dessin.

Anne Calmat

Mahi Grand se forme au dessin aux ateliers Met de Penninghen puis s’oriente vers la scénographie aux Arts Décoratifs à Paris. Depuis il conçoit des décors pour le théâtre, le cinéma, et la danse, peint et sculpte.

La jeune femme et la mer – Catherine Meurisse – Ed. Dargaud

Copyright C. Meurisse (scénario. dessin, couleurs – avec I. Merlet) / Ed. Dargaud – 116 p., 22,50 € – Depuis le 29 octobre 2021.

Carnet de voyage d’une auteure. En 2018, Catherine Meurisse séjourne une première fois à la villa Kujoyama de Kyoto (l’équivalent de la villa Médicis à Rome) afin d’observer les coutumes autochtones , peindre la nature, et ce qu’elle appelle, « renouveler sa banque d’images ». *

La nature est ici magnifiquement retranscrite par l’auteure de cette œuvre forte et belle, dont l’apparente simplicité cache une réflexion profonde sur la place de l’Homme dans la nature et sur son recours à l’art pour lutter contre l’évanescence des êtres et des choses.

Celui qui vient vers elle réside également à la villa Kujoyama. il est à la fois peintre et poète. Il recherche cet état d’impassibilité qui permet de s’attacher à l’essentiel, comme le fait celui qui compose un haïku. En effet, pour bien des artistes japonais, la création, en tant que processus, prime sur la création en tant qu’œuvre achevée.

(détail planche)

Qui est Nami, la jeune inconnue dont le peintre-poète souhaite faire le portrait ? Une Sentinelle ? Un de ces personnages qui appartiennent à la littérature universelle ? Ou tout simplement, le fruit de ses propres chimères dans lesquels il a entraîné la dessinatrice de la villa Kujoyama (à moins que ce ne soit l’inverse).

La Vague géante de Kanagawa

Nami n’est en tout cas pas un modèle facile à saisir ; elle semble être en communication avec les éléments naturels et capable de détecter les signes précurseurs d’un typhon dans les plis d’une vague. Elle envoie ensuite l’un de ses nombreux époux au secours de ce qui a été ou va être dévasté. Nous pensons bien sûr à La Vague géante d’Hokusai (1830) qui engloutit barques et pêcheurs. Nous sommes plus proches encore de l’univers de l’écrivain Natsume Sôseki (Oreiller d’herbe ou le Voyage poétique), qui a inspiré à Catherine Meurisse l’écriture de ce livre, ou encore, de celui du grand Hayao Miyazaki ou d’Isao Takahata, qui dans Pompoko (1994) remet à l’honneur les divinités que sont les Tanuki, dont l’auteure va croiser l’un des représentants peu après son arrivée.

Superbe !

Anne Calmat

En 2019, Catherine Meurisse séjournait pour la seconde fois au Japon, au moment où le typhon Hagibis a dévasté la région de Kantō, près de Tokyo.

Meurisse (Catherine)

Catherine Meurisse est née en 1980.
Après un cursus de lettres modernes, elle poursuit ses études à Paris, à l’École nationale supérieure des arts graphiques (école Estienne), puis à l’École nationale supérieure des arts décoratifs.
En 2005, elle rejoint l’équipe de Charlie Hebdo‘. Elle dessine également pour des magazines et des quotidiens, comme Libération, Marianne, Les Échos, Causette, Télérama, L’Obs… et illustre des livres jeunesse chez divers éditeurs (Bayard, Gallimard, Nathan, Sarbacane…).
Elle signe plusieurs bandes dessinées, parmi lesquelles « Mes hommes de lettres » (Ed. Sarbacane, préfacé par Cavanna) : ou comment faire entrer avec humour toute la littérature française dans un seul album, « Savoir-vivre ou mourir » (Ed. Les Échappées, préfacé par Claire Bretécher) : guide hilarant des bonnes manières enseignées par la baronne Nadine de Rothschild, « Le Pont des arts » (Sarbacane) : récit d’amitiés tumultueuses entre peintres et écrivains, ou « Moderne Olympia » (Ed. Futuropolis), une relecture jubilatoire du mythe de Roméo et Juliette, au musée d’Orsay, sur fond de comédie musicale.
Aux Ed. Dargaud, elle publie « Drôles de femmes« , en collaboration avec Julie Birmant, un recueil de portraits de femmes du spectacle, telles que Yolande Moreau ou Anémone, ainsi que « La Légèreté« , récit de son retour à la vie, au dessin et à la mémoire, après l’attentat contre ‘Charlie Hebdo‘.
En 2016, elle sort également, toujours chez le même éditeur, « Scènes de la vie hormonale« , et en 2018 « Les Grands Espaces« . En 2019, avec « Delacroix« , Catherine Meurisse s’invite dans les souvenirs d’Alexandre Dumas et de l’amitié qu’il a tissé avec Eugène Delacroix et en offre une adaptation toute personnelle.
En janvier 2020, elle devient la première dessinatrice élue à l’Académie des Beaux-Arts, section Peinture.

Walk me to the corner – Anneli Furmark – Ed. çà et là


Depuis le 22 octobre 2021 – © Anneli Furmark (scénario et dessin) / çà et là Ed. – 332 p., 20 €

Dans son précédent album intitulé Au plus près, la dessinatrice Anneli Furmark,  l’une des voix les plus importantes de la bande dessinée suédoise, avait adapté le roman de la norvégienne Monica Steinholm, qui traite de l’homosexualité masculine. Elle aborde ici le thème de l’homosexualité féminine.

Le personnage principal du récit est Élise, la cinquantaine, mariée depuis plus de 20 ans et mère de deux enfants devenus adultes. Un soir, elle se rend à une fête où elle croise la route de Dagmar, également en couple, mais avec une femme. Le courant passe instantanément. Pendant tout le reste de la soirée, Élise cherche son regard : elle ne tardera pas à réaliser que, bien qu’elle aime Henrik, toutes ses pensées sont désormais tournées vers Dagmar. Tout le processus amoureux est décrit avec finesse. Dagmar va-t-elle la rappeler ? Élise se sent comme une ado peu sûre d’elle, ses imperfections physiques, ses rondeurs lui semblent des obstacles insurmontables à un bonheur possible.

Bien que leur passion, déguisée en complicité amicale, soit réciproque, et qu’Élise s’en soit ouverte à son mari, aucune des deux femmes n’est prête à quitter sa famille. Mais cette révélation a mis à jour des failles dans le couple que forment Élise et Henrik, et les complications surviennent lorsqu’il tombe à son tour amoureux d’une jeune étudiante et qu’il divorce. Cependant que Dagmar refuse de rompre avec sa compagne…

À travers l’histoire douce-amère de ces deux femmes et de leurs questionnements, Walk me to the corner illustre avec subtilité le panel d’émotions qui les traversent et ce qu’implique de quitter la sécurité d’une vie toute tracée pour se jeter dans l’inconnu pour aimer coûte que coûte.

Anna K.

Anneli Furmark est née en 1962 à Vallentuna et a grandi à Lulea (Suède). Elle a fait ses études à l’Académie des Beaux Arts d’Umea, où elle est ensuite devenue enseignante. Peintre et autrice de bandes dessinées, elle a publié son premier livre en 2002. Elle a participé à de nombreuses anthologies et réalisé sept romans graphiques à ce jour. Son travail a été primé à deux reprises au festival de Kemi, en Finlande. Son premier livre publié en France, Peindre sur le rivage (Les Éditions de l’An 2, 2010) a été suivi de Centre de la Terre (çà et là, 2013), puis de Hiver Rouge (çà et là, 2015, Sélection Officielle Angoulême 2016), Un soleil entre des planètes mortes (çà et là, 2017 – v. Archives) et Au plus près (çà et là, 2018). Anneli Furmark vit à Umea.

Victor Legris – Mystère rue des Saint-Pères – Ed. Philéas

D’après le roman de Liliane Korb et Laurence Lefèvre, alias Claude Izer
L. Korb & L. Lefèvre

Depuis le 04 novembre 2021 – © Jean-David Morvan (scénario), Bruno Bazile (dessin), Sauvêtre (couleurs), Philéas éd. 88 p, 15,90 €

En ce 22 juin 1889, Paris est en fête. Le centre d’attraction n’est pas seulement la deuxième Exposition universelle, qui commémore avec éclat le centième anniversaire de la Révolution française, mais aussi l’ouverture aux visiteurs du premier étage de la tour Eiffel. Certains prétendent y avoir aperçu les tours de la cathédrale de Chartres, cependant que d’autres, plus mesurés, préfèrent repérer les monuments chers à leurs cœurs.

On se plaît à flâner dans le Paris des années 1890-1900, celui des voitures à chevaux, des marchandes des 4 saisons, on y croise des écrivains, des peintres impressionnistes, on imagine l’effervescence autour du Champ-de-Mars en cette fin du 19è siècle, les conversations, les enfants courant d’un pavillon à l’autre, l’enthousiasme dont ont bénéficié les exposants venus du monde entier…

Mais revenons à nos moutons. Parmi les anonymes qui se pressent contre la rambarde du premier étage de la tour Eiffel, une certaine Eugénie Patinot est prise d’un malaise, elle s’effondre et passe rapidement de vie à trépas après avoir affirmé qu’une abeille venait de la piquer. Un décès qui sera bientôt suivi de plusieurs autres, selon le même scénario. Si bien que l’hypothèse de la piqure d’insecte ne fait pas fait long feu, d’autant que le lecteur attentif se souvient qu’une mésaventure semblable est arrivée d’entrée de jeu à un quidam venu admirer le show du colonel Cody, dit Buffalo Bill (v. planche.7).

Planche 12

Du pain béni pour le nouveau quotidien, Le Passe-partout, dirigé de main de maître par son rédacteur en chef, Marius Bonnet, dont les collaborateurs se trouvent justement à quelques pas du drame. Parmi eux, le tout récent critique littéraire du Passe-Partout, Victor Legris, libraire rue des Saints-Pères. À qui profite le crime ? Ou plutôt à qui vont profiter les crimes, l’hypothèse de coïncidences successives étant exclue.

Féru d’énigmes, Legris mène sa propre enquête. De fausses notes en vraies-fausses pistes, il finira par découvrir l’identité de l’assassin, avant de se lancer dans une nouvelle enquête* en compagnie de la belle Tasha Kherson… qu’il a rencontrée au premier étage de la tour Eiffel.

Anne Calmat

  • Intitulée La Disparue du Père-Lachaise (à paraître).

Saisi par la nuit (Manga) – Yoshiharu Tsuge – Ed. Cornélius

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9782360811908_internet_w290.jpeg.
Depuis le 23 septembre 2021 – Copyright Tsuge Yoshiharu / Cornélius – 272 p., 27,50 €

Les douze nouvelles qui composent ce volume s’inscrivent dans une période sombre de la vie de Yoshiharu Tsuge.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Le-Marais-Couverture-e1588511095335-141x200.jpeg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est CVT_La-Vis_343-142x200.jpeg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 51erd9LsU9L._SY291_BO1204203200_QL40_ML2_-142x200.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 9782360811830_1_75-141x200.jpeg.

Alors qu’il approche de la quarantaine, le mangaka apprend que sa femme est atteinte d’un cancer. Il bascule alors dans une intense détresse et se retire de la vie publique, assailli par des ténèbres intimes.

La nécessité pousse cependant Yoshiharu Tsuge à reprendre le travail, mais son inspiration est entravée par son état émotionnel.

Mais même dans ce moment d’extrême abattement, il n’a rien perdu de son exigence, les histoires qu’il écrit alors sont le reflet de ses émotions tortueuses. Il s’inspire dans certains albums de sa vie de couple et de ses voyages pour apporter un ton plus léger à ses récits, cependant que l’emprise du réel se fait de plus en plus suffocante et que les angoisses qui le hantent depuis de nombreuses années se cristallisent à travers ses cauchemars, qui deviennent parfois le sujet de plusieurs histoires. Des histoires empruntes de fantasmes pornographiques violents, comme c’est ici le cas.

Au milieu de tous ses rêves inquiétants, certaines histoires plus apaisées viennent contrebalancer la noirceur de ses récits…

Planche p.84 « Saisi par la nuit »

Alice Guy – Catel – Bocquet – Ed. Casterman

Depuis le 22 septembre 2021 – Copyright C. Muller (dessin) – J-L Bocquet (scénario) / Casterman – 400 p., 24,95 €
Alice Guy (1873-1968)

Écoute-moi bien, Alice, sache une chose : ma fille actrice ? JAMAIS ! Je préfère te voir morte » avait déclaré Emile Guy.

Mais c’était sans compter avec la détermination de la jeune Alice, ballottée dès son enfance de pensionnat religieux en pensionnat religieux, de pays en pays, mais dotée d’un caractère vif, enjoué et d’une imagination débordante.

Après avoir été embauchée à l’âge de 21 ans au Comptoir de la photographie Gaumont, spécialisé dans la vente d’appareils, celle que sa mère destinait au secrétariat va rapidement gravir les échelons et faire sa première mise en scène. Ce sera « La fée aux choux », qui traite en moins d’une minute de la naissance des bébés, puis un peu plus tard, il y aura le très audacieux « Madame a des envies » (les envies d’un femme enceinte)… Elle va aussi se faire dramaturge et imaginer des scénarios plus « fun » que « l’Arrivée d’un train en gare de la Ciotat » ou « La sortie d’usine», des frères Lumière – ne négligeons cependant pas « L’arroseur arrosé » (1895). Alice Guy va ensuite participer de façon efficiente à l’édification du monument Cinéma, devenant ainsi, avec plusieurs centaines de films-minute ou de courts-métrages à son actif, l’égale de Louis et Auguste Lumière, Georges Méliès et de bien d’autres encore.

p. 80
p. 231

C’est le fantastique parcours d’une femme « qui n’avait pas froid aux yeux » que nous suivons pas à pas sur près de 322 pages, agrémentées d’un supplément de 70 pages.

Un grand merci à Catel Muller et à Jean-Louis de l’avoir remise sous les feux de leurs pojecteurs !

Anne Calmat

 » Alice est ce qu’on appelle alors « une progressiste ». Aux Etats-Unis, elle adapte l’écrivain socialiste Upton Sinclair et en 1912 elle est la première, dans l’histoire du cinéma, à réaliser un film dont le casting est entièrement composé d’Afro-Américains. »

Catel Muller (dessin), Diplômée des Arts plastiques et Arts décoratifs de Strasbourg, Catel œuvre depuis 1990 dans l’illustration –romans, presse, littérature jeunesse. Dès 2000, elle ouvre la voie à une certaine bande dessinée féminine aux préoccupations contemporaines avec le personnage de bande dessinée Lucie chez Les Humanoïdes Associés, puis chez Casterman. Par ailleurs, elle développe ses évocations de destins de femmes avec des albums consacrés à l’historienne d’art Rose Valland, la chanteuse Édith Piaf, les comédiennes Mireille Balin, Mylène Demongeot et madame de Lafayette,. À partir de 2007, elle élabore avec José-Louis Bocquet des biographiques consacrées aux clandestines de l’histoire : Kiki de Montparnasse, Olympe de Gouges et Joséphine Baker. En solo, elle a aussi publié Ainsi soit Benoîte Groult et Le roman des Goscinny chez Grasset.
Catel Muller s’est imposée comme l’une des auteures les plus importantes de la bande dessinée francophone adulte, féminine et volontiers féministe. Son œuvre est couronnée par de nombreux prix prestigieux.

Jose-Louis Bocquet (scénario) a publié ses premiers romans dans la Série Noire chez Gallimard et a signé Les suivants chez Le Masque, Buchet/Chastel et La Table Ronde. Il est également l’auteur de monographies consacrées à Henri-Georges Clouzot, Georges Lautner, André Franquin et René Goscinny. Scénariste pour l’écran, José-Louis Bocquet a collaboré avec Pierre Jolivet, Hervé di Rosa, René Pétillon, Olivier Mégaton, Doug Headline, Patrick Grandperret et Georges Lautner. Scénariste de bandes dessinées, il a débuté dans les pages de Métal Hurlant et signé une dizaine d’albums avec les dessinateurs Serge Clerc, Arno, Max, Philippe Berthet, Francis Vallès, Steve Cuzor, Stanislas et Catel.

Commando Barbare – Burrato le Vertueux – Johan Sfar – Nicolas Kéramidas – Ed. Glénat

Depuis le 15 septembre 2021 – Copyright J. Sfar – N. Kemamidas / Glénat – 128 p., 19,95 €

Du jamais vu depuis près d’un siècle en Litkavie ! Dans le palais de Justice de la grande principauté de Gerçure d’Orteil, en l’an 83 de l’ère du Bien, on juge le sus-nommé Burrato (ici commentateur de ses propres tribulations), accusé d’avoir volé la recette hebdomadaire de la compagnie des Remonte-pentes. Malgré ses dénégations, les juges n’en démordent pas ; pour eux, le nain ritalien est coupable. Il ne lui reste qu’une solution : s’échapper du tribunal et confondre le vrai coupable, en l’occurrence « cette raclure de Mozzarello » qui est venu le « cuisiner » alors faisait tranquillement son cardio training.

Son évasion va être aussi périlleuse que spectaculaire…

Le ton est donné, c’est celui de l’heroïc fantaisy. Ou si l’on préfère, du récit héroïque, un genre littéraire où les forces en présence s’opposent en affrontements intenses et vigoureux, et où la liberté de décider des actions à mener est étroitement liée aux valeurs qui sont primordiales pour le (ou les) héros. Ce qui est parfaitement le cas de Burrato le Vertueux…

L’aspect médiéval de la fable imaginée par Johan Sfar, avec ses inventions langagières jubilatoires, est contrebalancé par son actualité socio-politique et admirablement servi par l’exubérance et la vitalité des images créées par Nicolas Keramidas.

Mais revenons à notre héros. Une fois hors d’atteinte, Burrato s’aventure au cœur de territoires oubliés, où il rencontre, entre autres « damnés de la terre », ses futurs acolytes, des étudiants déboussolés, qui pour la plupart ont été laissés sur le bord du chemin. Nous réalisons en effet que dans cette société, considérée comme accomplie, puisque débarrassée du Mal, les inégalité et les discriminations sont restées légion, et qu’un retour de bâton est toujours possible…

Anne Calmat


Keramidas

Nicolas Keramidas est né à Paris en 1972. Après un Bac A3 de dessin à Grenoble, il retourne à Paris pour deux ans d’études aux Gobelins (section animation). En 1993, il est embauché au sein de Walt Disney Studios à Montreuil. Parallèlement, il effectue divers travaux publicitaires pour la ville de Grenoble. Début 2000, il présente aux Editions Soleil un projet mettant en scène les aventures d’une petite fille, Luùna, durant l’ère préhistorique. Mais à l’issue d’une rencontre avec Didier Crisse, Luùna devient une jeune Amérindienne, et la première série de Nicolas chez Soleil, qui compte neuf tomes. Il a ensuite signé pour le même éditeur Tykko des Sables avec Arleston. Il a aussi réalisé un épisode de la série Donjon écrite par Joann Sfar et Lewis Trondheim. En 2012, il lance en compagnie de Tebo la trilogie Alice au pays des singes chez Glénat. En 2016 et 2018 il dessine les scénarios de Lewis Trondheim sur Mickey’s Craziest Adventures (2016) et Donald’s Happiest Adventures (2018). En 2021, il sort son premier livre en tant qu’auteur complet À cœur ouvert aux éditions Dupuis. Nicolas Keramidas réside à Grenoble.

Joann Sfar est un scénariste, dessinateur, romancier et réalisateur français. Ses contributions aux mondes de la bande dessinée et du cinéma font de lui un des personnages importants du paysage culturel français. En BD notamment, son œuvre pléthorique débutée à l’aube des années 90 chez L’Association, compte des œuvres essentielles parmi lesquelles on peut citer Petit VampireLe Chat du Rabbin ou Donjon… Joann Sfar est également connu pour ses carnets autobiographiques, caractérisés par leur spontanéité ainsi que leur liberté de ton et de forme. En 2010, son premier film Gainsbourg, une vie héroïque est récompensé d’un César pour le Prix du Premier Film. L’année suivante, son adaptation du Chat du Rabbin obtient également un César, cette fois pour le Prix du meilleur film d’animation. Marqué par l’héritage d’artistes tels que Fred, Hugo Pratt, Romain Gary, Chagall ou Quentin Blake, Joann Sfar développe un style sensible et onirique, traduit en dessin par une ligne tremblante, douce et élégante. Curieux et érudit, ses livres abordent de nombreuses thématiques dont l’amour, la création, la philosophie ou la religion. En outre, Joann Sfar est également un musicien ainsi qu’un rôliste confirmé. Commando Barbare signe son entrée au catalogue Glénat.

Pleins feux sur Yoshiharu Tsuge, révélé en France par Cornélius ED.

À partir du 23 septembre 2021 – Copyright Tsuge Yoshiharu / Cornélius – 272 p., 27,50 €

Publiés dans différents magazines entre 1975 et 1981, les douze nouvelles qui composent ce volume, intitulé Saisi par la nuit, s’inscrivent dans une période sombre de la vie de Yoshiharu Tsuge.

Alors qu’il approche de la quarantaine, le mangaka apprend que sa femme est atteinte d’un cancer et il bascule dans une intense détresse. Il se retire alors de la vie publique, assailli par des ténèbres intimes.

La nécessité pousse Yoshiharu Tsuge à reprendre le travail, mais son inspiration est entravée par son état émotionnel. Il se tourne alors vers les recettes qui ont fait son succès : les carnets de voyage, les croquis du quotidien et les récits oniriques. Il parvient toutefois à éviter la répétition, renouvelant, grâce à son immense talent, ses propres procédés de création et poursuivant la recherche d’authenticité qui le guide.

Il ne publie cependant plus qu’au compte-gouttes. Son mariage et la naissance de son fils l’ont recentré sur son foyer et il se contente des droits d’auteur qu’il perçoit depuis son départ du mensuel d’avant-garde de la BD japonaise, Garo. Mais même dans ce moment d’extrême abattement, il n’a rien perdu de son exigence, les histoires qu’il écrit alors sont le reflet de ses émotions tortueuses. Il s’inspire de sa vie de couple et de ses voyages pour apporter un ton plus léger à ses récits, cependant que l’emprise du réel se fait de plus en plus suffocante, et que les angoisses qui le hantent depuis de nombreuses années se cristallisent à travers ses cauchemars, qui deviennent le sujet de plusieurs histoires.

Yoshiharu Tsuge fait alors appel au procédé mis en pratique dans La vis, et utilise la bande dessinée comme un exutoire de son inconscient tourmenté. Au milieu de tous ses rêves inquiétants, certaines histoires plus apaisées viennent contrebalancer la noirceur de ses récits…

À découvrir à partir du 23 septembre 2021.

Yoshiharu Tsuge est l’un des artistes les plus importants dans l’histoire du manga, celui qui a littéralement inventé le récit autobiographique. Et donc apporté une pierre essentielle à la construction d’un art adulte, en y injectant en outre une bonne dose d’ésotérisme. Avec Le marais, Les fleurs rouges, La vis, puis La jeunesse de Yoshio, Yoshiharu Tsuge atteint progressivement la pleine puissance de son art et crée le Watakushi manga (la bande dessinée du Moi).

L’Or du Temps (Vol. 1/2) – Rodolphe- Oriol – Daniel Maghen éditions

À partir du 16 septembre 2021 – Copyright Rodolphe (scénario), Oriol (dessin) / D. Maghen – 80 p., 16 €

1890. Le Tout-Paris des arts, des lettres et du spectacle se presse dans les salons de l’hôtel particulier de Hugo de Reuhman, historien et égyptologue distingué. Son ami Théo Lemoine joue les maîtres de maison, la soirée promet d’être festive.

détail planche

Au premier étage, c’est une tout autre partition qui se joue : deux hommes tentent de forcer le coffre-fort qui se trouve dans le bureau de Reuhman.

Pris sur le fait, ils parviennent à s’enfuir, non sans avoir eu le temps de s’emparer d’une copie des documents dont ils convoitaient les originaux.

détail planche

Nous apprenons qu’il s’agit d’un ensemble de lettres écrites par Bernardino Drovetti*, nommé Consul de France au Caire par Talleyrand, antiquaire et aventurier patenté, lequel prétendait avoir trouvé, lors de fouilles dans les ruines d’un temple, un sarcophage phénicien contenant la dépouille du Grand prêtre Moloch, qui avait, dit-on, découvert le secret de l’immortalité (L’Or du Temps).

Dovretti l’aurait ensuite revendu au musée du Louvre dans les années 1850, mais force est de constater que le sarcophage a disparu depuis.

Les deux amis se lancent donc à la recherche de la sépulture du dieu, au nom de qui tant de sacrifices humains ont jadis été perpétrés.

Madame Polonius – voyance, lignes de la main & invocation des esprits.

L’album tient son lectorat en haleine du début à la fin, il fourmille d’épisodes fantastiques dans lesquels personnages historiques et fictifs se côtoient. C’est le Paris des années 1900 qui s’anime ainsi sous nos yeux : cabarets où les bourgeois viennent s’encanailler, cabinets de voyance – très en vogue à l’époque. Mais aussi, présence d’un « fantôme du Louvre », qui n’est pas sans rappeler le personnage de Belphégor, dont la longue silhouette hante les couloirs du musée dans le roman-feuilleton d’Arthur Bernède (1927), puis revint au milieu des années 1960 sur les écrans de télévision. On trouve également le témoignage d’un certain Hippolyte Filoselle, poète de son état devenu complètement gâteux, qui aurait eu en sa possession ledit sarcophage. Et pour finir, la très ambiguë Victoria, dont le comportement semble suspect…

Il y a largement de quoi être séduit par ce premier volume de L’Or du Temps, servi par un beau graphisme aux couleurs tranchantes, qui ponctuent chaque scène… Et attendre avec impatience le second.

Anne Calmat

* Après avoir travaillé à la création du musée de Turin, Jean-François Champollion réussit à convaincre les autorités françaises d’acheter de grandes collections privées, provenant pour la plupart de consuls européens en poste en Égypte (Salt et Drovetti notamment), pour des raisons marchandes ou diplomatiques. Voir www.louvre.fr-antiquités égyptiennes

Oriol

Oriol est un auteur espagnol né à Barcelone en 1983. Il commence sa carrière professionnelle en 2003 dans l’animation. Il a collaboré avec la société de production Filmax où il a travaillé à la production de Donkey Xote et a également développé des concepts et des backgrounds pour le film Nocturna. En 2010, avec Zidrou, il publie dans un album collectif chez Dupuis, sa première bande dessinée courte Maman Noël. En 2012, toujours sur un scénario de Zidrou, il publie La Peau de l’ours (Dargaud) qui nous fait voyager entre l’Italie moderne et les États-Unis des années 30. Le duo revient en 2015 avec un conte cruel, Les 3 Fruits, puis Natures Mortes (2017), un thriller haut en couleur dans la belle ville de Barcelone.

Rodolphe

Professeur de lettres, libraire puis journaliste, Rodolphe a abordé tous les genres d’écritures : une biographie de Stevenson, des livres sur le rock, des contes pour enfants et des romans. Et la BD ? Critique, organisateur de manifestations, commissaire d’expositions, il est surtout l’un des plus grands scénaristes actuels formé à bonne école : de sa rencontre avec Jacques Lob en 1975, sont nées une belle amitié et ses premières histoires. Il a, à ce jour, signé plus de deux-cents albums, mis en images par Ferrandez, Rouge, Juillard, Leo, Florence Magnin, René Follet, Annie Goetzinger, Vink, Michel Faure, Griffo… Ses principales réalisations ont pour titres Kenya, Namibia, Amazonie, Centaurus, Les Ecluses du Ciel, Commissaire Raffini, Trent, Le Baron Fou, La Marque Jacobs, Robert Sax, Brian Bones. Il prépare deux nouvelles séries avec son ami Leo et travaille sur deux autres projets pour les éditions Daniel Maghen.

Sousbrouillard – Anne-Caroline Pandolfo – Terke Risbjerg – Ed. Dargaud

À partir du 17 septembre 2021 – Copyright A-C Pandolfo (scénario), T. Risbjerg (dessin) / Dargaud – 200 p. 25 €
Sara
Ava de Moore
Sœur Sauveur

À l’origine, un simple bracelet de naissance sur lequel quelqu’un a inscrit « Sousbrouillard ». L’héroïne l’a reçu de sa mère adoptive sur son lit de mort. Sara, c’est le prénom qu’elle lui a donné lorsqu’elle l’a trouvée devant sa porte, décide de se rendre dans ce village perdu au milieu de nulle part, dans l’espoir d’y glaner quelques indices sur ses origines. Cette quête va être l’un des éléments d’une intrigue aux multiples ramifications.

Il y a du suspense, du fantastique aussi. Certains personnages ont beaucoup aimé et beaucoup souffert, ou bien, ont souffert de n’avoir pas su aimer le cadeau que la vie leur avait offert. D’autres ont vécu avec un désir de reconnaissance inassouvi, ou bien une soif de revanche. Sara, elle, se laisse porter par les événements et se contente d’assembler les pièces du puzzle qui peu à peu se forme devant elle.

Baptiste

Au cœur de tout ce désordre émotionnel, il y a la bien nommée – mais très atypique – Sœur Martine Sauveur, venue déciller les yeux de ses ouailles et les inciter à une plus large ouverture d’esprit. On trouve aussi une étrange « Chapelle aux ronces », et à quelques pas, la statue d’une Vierge triste, que les habitants de Sousbrouillard apprendront à réconforter en venant se confier à elle.

Et pour parachever le tout, il y a un lac mystérieux (personnage à part entière de l’intrigue), qui restera une énigme pour beaucoup.

Lazare
Octave (… et les autres)

On est totalement subjugué par cette histoire à tiroirs, dont l’auteure pousse l’artifice jusqu’à relancer le suspense aux tout derniers instants de la lecture de l’album.

Anne Calmat

Après une licence de lettres et un diplôme de l’école des arts décoratifs de Strasbourg, Anne-Caroline Pandolfo décide de se consacrer à l’illustration et à l’écriture. Elle travaille pendant trois ans pour Arte, puis écrit et réalise deux séries de dessins animés pour la télévision. Son premier album jeunesse, « Les Artistes » (L’Édune), sort en 2012. La même année, avec Terkel Risbjerg, elle signe sa première bande dessinée, « Mine » (Sarbacane). Suivent d’autres albums jeunesse en solo et plusieurs romans graphiques mis en images par Terkel : « L’Astragale« , « Le Roi des scarabées« , « La Lionne« , « Serena » (tous chez Sarbacane), « Perceval » (Le Lombard) et, en 2019, « Enferme-moi si tu peux » (Casterman), un ouvrage sur l’art brut. En 2021, le duo fait son entrée chez Dargaud avec « Sous-Brouillard« .

Terkel Risbjerg est né à Copenhague, au Danemark. Après des études de philosophie et de cinéma, il s’installe à Paris et travaille dans l’animation comme décorateur et story-boarder (« Yakari« , « Le Chat du Rabbin« ). « Mine » (Sarbacane), écrit par Anne-Caroline Pandolfo et publié en 2012, est son premier roman graphique. Les deux auteurs signent ensemble plusieurs albums de bande dessinée : « L’Astragale« , « Le Roi des scarabées« , « La Lionne« , « Serena » (tous chez Sarbacane), « Perceval » (Le Lombard) et, en 2019, « Enferme-moi si tu peux » (Casterman), un ouvrage sur l’art brut. En 2021, le duo fait son entrée chez Dargaud avec « Sous-Brouillard« . Terkel écrit également des livres pour la jeunesse.

Polly

C
Paru le 19 août 2021. Copyright F. Melquiot, I. Pralong / La Joie de lire – 152 p., 21,90 €

« Polly, il ? Polly, elle ? Le genre de Polly a semé le trouble dès sa naissance… »

On a beaucoup écrit sur le terrible mal-être de celles et ceux qui, à un moment donné de leur existence, se sont perçu-e-s du sexe opposé à celui de leur naissance, et ont décidé d’y remédier.

Ici, la problématique est différente. Dès la lecture des premières planches du très beau roman graphique de Fabrice Melquiot – un brûlot contre l’assujettissement aveugle aux règles sociales – nous avons l’intuition d’une œuvre essentielle.

Polly est donc né avec l’ébauche de quelque chose qui n’est ni un zizi, ni une zézette, mais la rencontre des deux. Une « ziziette », en somme. Poly est intersexe, ni fille, ni garçon. Ses parents sont perplexes : « On a fait un enfant pas conforme. Tu peux m’expliquer ? » Pas conforme, le mot est lâché.

Il faut pourtant trancher. Le médecin a fini par opter pour un zizi (tiens donc !). Lorsque Polly aura sept ans, nous entreprendrons de le « réparer »… Pour son bien, a-t-il ajouté, sans préciser que la réparation en question implique des interventions à répétition, risquées et irréversibles, qui s’étaleront sur plusieurs années, avec les traitements hormonaux qui vont avec.

La veille de son hospitalisation, les parents de Polly l’ont mis devant le fait accompli de la façon la plus sournoise qui soit. On croyait pourtant te l’avoir dit !

Cet enfant, dont l’étrange beauté semble s’être altérée, a maintenant dix-sept ans. On l’a doté d’un petit zizi – Il ne sera pas bien grand avait prévenu le chirurgien – et affligé d’une énorme cicatrice…

Se sent-il garçon pour autant ? Se sent-il fille ? Farçon ou guille ?

Mais l’histoire est loin d’être terminée…

Anne Calmat

Fabrice Melquiot est dramaturge et metteur en scène. Il est l’auteur d’une quarantaine de pièces de théâtre, publiées à L’Arche et L’école des Loisirs. Il a reçu de nombreux prix : le Grand Prix Paul Gilson de la Communauté des radios publiques de langue française, le Prix SACD de la meilleure pièce radiophonique (avec France Culture), le Prix Jean-Jacques Gauthier du Figaro, le Prix Jeune Théâtre de l’Académie Française pour l’ensemble de son œuvre, deux Prix du Syndicat national de la critique : révélation théâtrale, et, pour Le diable en partage, meilleure création d’une pièce en langue française. Fabrice Melquiot est lauréat des Grands Prix de Littérature dramatique et de Littérature dramatique Jeunesse 2018.

Née en 1967 en Valais, Isabelle Pralong est une bédéiste suisse. Après des études à l’Istituto Europeo de Design à Milan, elle s’installe à Genève. Ses premiers albums paraissent début 2000 dont Ficus (2003) chez Atrabile et Fourmi ? à La Joie de Lire (2004). Elle enseigne également l’illustration et la bande dessinée à l’École supérieure de bande dessinée et d’illustration à Genève. Son œuvre a été récompensée par le Prix Töpffer (2007 et 2011) ainsi que le Prix Essentiel révélation au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (2007).